Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

POUR LA DEMOCRATIE
de : Marc MANGENOT
mercredi 21 mai 2003 - 04h08 - Signaler aux modérateurs

POUR DE NOUVELLES FORMES D’INTERVENTION DANS LE CHAMP POLITIQUE

Dans le champ de ce qu’il est convenu d’appeler l’économie, trois questions peuvent être posées (pour ne pas remonter loin dans l’histoire) : sommes-nous dans un ensemble économique coopératif où chaque co-opérant a les mêmes droits et possibilités ? Sommes-nous dans un écosystème à dominante capitaliste, mâtiné d’interventionnisme « étatique » ? ou encore dans un écosystème capitaliste où la sphère financière mondialisée est, de fait, aux commandes, avec ses intérêts et ses moyens propres ?

Dans le champ politique, au sens large, quel type de pouvoir s’exerce et comment ? Le pouvoir, au sens classique de domination, ne s’est-il pas substitué à l’exercice de la responsabilité, qui suppose la démocratie sous la forme du débat, de l’initiative, de l’élection, du contrôle, de l’alternance et aussi de l’alternative ?

Se pose conjointement la question de l’information, dans tous les aspects du champ social qui combine l’économique, le politique, le culturel.

La « dépolitisation » apparaît comme un fait central contemporain. La dépolitisation ne date pas d’aujourd’hui, elle ne se réfère pas non plus à un idéal supposé d’un fait politique ayant vraiment existé. Dépolitisation signifie recul, alors qu’on attendait (peut-être) progrès quant à l’affirmation d’une citoyenneté large et partagée, diversifiée en fonction des héritages historiques et de l’évolution des cultures et des relations sociales propres à chaque région du monde.

Pourquoi et comment s’est opérée la dépolitisation, depuis quelque trois décennies ? Pour simplifier, et pour s’en tenir à deux tendances convergentes, la dépolitisation a été souhaitée et activée d’une part par les dirigeants des grandes firmes économiques, commerciales, financières, internationales (transnationales). Leur stratégie a consisté à limiter toute possibilité sérieuse d’intervention aux d’associations où se sont établies et développées les formes diverses de la citoyenneté (syndicalisme, partis, éducation et culture, solidarité, etc.), et à ôter tout pouvoir décisif d’intervention aux Etats et, en dernière analyse, à dénier à toute forme de démocratie la possibilité d’intervenir dans le champ de l’économie (qui n’est plus : produire les moyens de vivre et de vivre mieux).

Simultanément, la dépolitisation a été aussi la conséquence de l’abandon par les « politiques » de toute volonté régulatrice et interventionniste, au profit du « marché », et a fortiori de toute idée de transformation sociale. Il s’agit aussi bien des politiques en exercice ou qui l’ont été que de la plupart des aspirants à l’exercice de la responsabilité politique.

Parmi les conséquences de cette dépolitisation, il faut noter le retour du politique par des voies foncièrement anti-démocratiques : d’une part la montée des populismes, d’autre part la politique de la canonnière (à l’extérieur) et du tout sécuritaire (à l’intérieur des Etats ou groupements d’Etats, comme l’Union Européenne actuelle). Autre conséquence : l’extension des systèmes mafieux et clientélistes.

La dépolitisation, l’autonomie supposée de la sphère économique, revient notamment, mais pas uniquement, à retirer à la sphère politique la maîtrise de la politique économique. D’une certaine façon, on peut dire que cela a commencé avec l’accroissement du poids des firmes multinationales fin des années 60 et début des années 1970. Une des conséquences fut l’émergence progressive de connivences entre dirigeants des grandes firmes, des corporations de hauts fonctionnaires nationaux et internationaux, et des gouvernements, ainsi que d’une partie des appareils politiques et syndicaux. Il s’en est suivi une politique de dérégulation sociale qui, dès le début des années 70 (fin des accords de Bretton Woods), a montré le bout de son nez, pour se déchaîner depuis vingt cinq ans, d’abord sous la houlette des gouvernements anglais et américain, ensuite avec ceux de la France, puis de toute l’Europe, Centre et Est inclus, et de l’ensemble de la planète.

Une telle offensive ne pouvait être menée sans être accompagnée d’un discours idéologique, que beaucoup désignent sous le vocable de « pensée unique ». Pensée unique signifie uniformité et plus particulièrement unification sur le thème : « seul le marché » est à même de réguler l’activité économique, d’en assurer la progression, et, ce faisant, d’offrir à toute personne et à toute collectivité la possibilité d’accéder au plus grand nombre de biens et services, sans s’interroger sur les conditions de la production, sur les conséquences de la production, sur la répartition effective des productions. Ce que les mouvements de contestation de la fin des années 60 et du début des années 70 dénonçaient s’est de plus en plus affirmé comme un fait se généralisant : émergence du consommateur manipulé consommant en silence et du producteur soumis et flexible.

Produire sous commandement et consommer sous influence ne laisse en définitive place ni au débat entre citoyens et groupes de citoyens, ni à la décision publique et collective (autrement dit à la démocratie, évidemment toujours à perfectionner). Pourtant cela concerne le quoi, le comment et le pour qui produire.

En effet, si le marché peut tout (le marché où se dissimulerait on ne sait quel dieu, la fameuse et fumeuse main invisible), pourquoi en effet considérer que des politiques économiques, sociales, culturelles, seraient utiles ? Pourquoi, dès lors, des discussions larges, sur de tels sujets, à tous les échelons et selon des combinaisons territoriales et sociales multiples ? Ce qui est pris en considération, dans le meilleur des cas, c’est la demande solvable (au préalable pré-construite, préfabriquée) au détriment des besoins et des priorités à définir. Est rejeté tout esprit de coopération (opérer ensemble, à égalité, en considérant les contradictions, les contraintes, les objectifs, les moyens). A cet égard, le projet AMI (Accord Multinational sur les Investissements) est un exemple de ce que voulaient imposer les grandes firmes, les institutions internationales et les gouvernements complices : investir librement, n’importe où, et désinvestir tout aussi librement, sans avoir à rendre compte, en franchise de toutes les lois sociales, nationales ou internationales. Ce projet, retiré dans les conditions que l’on sait, revient par la fenêtre, notamment par le truchement de l’OMC et dans le cadre des discussions sur la libéralisation très large des services (l’AGCS).

Curieusement, le discours sur le marché a également et longtemps masqué ce qui est proclamé aujourd’hui comme une nécessité : le recours aux experts, l’expertisme en l’occurrence. L’expertisme et non pas l’expertise qui, elle, peut s’avérer nécessaire dans de nombreux domaines, pour éclairer toute démarche démocratique. Cela est d’ailleurs paradoxal, marché et expertise. Car s’il y a (pas toujours) besoin d’experts (dont le travail est commandé et utilisé de façon complètement privative par les instances politiques nationales et internationales, et par les dirigeants des grandes firmes privées du secteur productif, comme du secteur de la distribution ou de la finance), c’est que le marché ne peut résoudre tout par le miracle de son fonctionnement automatique (toujours la bienfaisante main invisible). L’expertisme est une pratique pour exclure du champ de la démocratie et de tout contrôle à caractère public ce qui concerne notamment l’économie et la finance, la santé, le social et l’éducation. Les conséquences peuvent être désastreuses, comme on le constate dans le domaine agricole, dans celui de la santé, ou dans celui de l’environnement en général.

Dès lors, une des fonctions essentielles des forums sociaux devient celle de la recherche d’autres formes de démocratie, et d’abord en son sein. Les forums eux-mêmes sont déjà une première ébauche démocratique de rencontres, de réflexion, d’élaboration, pour résister et en vue de la transformation sociale.

Un des défis du FSE est justement celui des rapports entre le forum lui-même, qui ne peut adopter de positions, et l’espace réservé aux mouvements sociaux qui, eux, ont vocation à mobiliser ou lancer des campagnes (cf. le texte adopté à Berlin).

Le rapport au politique, et notamment avec les partis politiques, représente un autre défi qui ne recevra probablement pas de réponse satisfaisante aux yeux de tous les acteurs du FSE. Mais, il sera l’un des aspects, plus ou moins explicite, du débat, y compris pour réfléchir à d’autres pratiques et à d’autres formes d’interventions dans le champ politique.

Sur ce dernier point, le rapport au politique, le débat ne peut être limité aux relations qu’il serait souhaitable que le FSE entretienne avec les forces politiques constituées, partis, mouvements, représentations élues. Il doit s’ouvrir à la question d’autres formes et pratiques politiques. Le développement même, depuis Seattle, du Forum social mondial et des forums continentaux tend à répondre partiellement à cette question. C’est, je pense, un des enjeux des forums sociaux et de FSE en particulier.

Marc MANGENOT 5 mai 2003



Imprimer cet article





les deux actions du 18 juillet
jeudi 18 - 23h19
de : Jean-Yves Peillard
À LA LIGNE - Feuillets d’usine
jeudi 18 - 19h09
de : Ernest London
Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
1 commentaire
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
1 commentaire
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
2 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
11 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
2 commentaires
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
3 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires
Week-end de résistance et d’occupation contre le projet de Surf Park de Saint Père en Retz (44) le 20 et 21 Juillet 2019
dimanche 7 - 11h02
de : Collectif Terres Communes
POINTS DE NON-RETOUR [THIAROYE]
vendredi 5 - 20h16
de : Ernest London
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le silence est la plus grande persécution ; jamais les saints ne se sont tus. Blaise Pascal
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite