Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

C’est ainsi que le Che critiquait l’URSS : elle n’a pas compris Marx
de : Antonio Moscato
mardi 11 octobre 2005 - 05h10 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires
JPEG - 18.3 ko

Voyage dans les inédits de Guevara. Deuxième épisode

de Antonio Moscato traduit de l’italien par Karl&Rosa

Chaque année, à l’approche du 9 octobre, jour anniversaire de la mort d’Ernesto Che Guevara, on le commémore aussi sur la presse la plus éloignée de ses idées, qui en parle éventuellement pour se plaindre des "mythisations de la gauche". Il est mort il y a trente huit ans, mais son souvenir est beaucoup plus vivant que celui de tant de personnages politiques disparus depuis peu d’années, y compris de ces détracteurs qui le liquidaient comme un "stratège de pharmacie".

Comme ce fut le cas de Mario Monje, secrétaire du parti communiste bolivien dans ces années-là, qui abandonna le Che sans contacts dans une zone inadaptée à une guérilla où il l’avait envoyé.

Aujourd’hui Monje vit à Moscou, où il fait des affaires avec Poutine. Et, justement, on ne se souvient de lui que pour son rôle dans l’isolement et dans la défaite de Guevara et des autres guérilleros (y compris des guérilleros boliviens, qu’il avait expulsé du parti parce qu’ils restaient avec le Che).

Mais si sur la mort et sur les derniers, terribles jours d’Ernesto Che Guevara nous savons désormais tout, en premier lieu grâce au travail infatigable de deux historiens cubains, Adys Cupull et Froilàn Gonzàlez et aussi grâce à la publication des journaux de guerre des autres combattants (Inti et d’autres, en Bolivie avec le Che. Gli altri diari, aux soins de A. Moscato, Massari, Bolsena, 1998), on ne peut pas en dire autant de sa pensée, oubliée, déformée et occultée de différentes façons.

En effet, Guevara n’a pas été seulement le "guérilléro héroïque" (c’est ainsi qu’on l’a célébré pendant deux décennies dans un Cuba qui ne le republiait pas), mais "quelqu’un qui a redécouvert" le marxisme, capable de prévoir et de comprendre intuitivement les raisons d’un possible effondrement du système "socialiste" qui pourtant apparaissait, en son temps, au sommet de sa puissance. Pourquoi ne le connaît-on qu’en partie ? Depuis Cuba, Le Canto intimo de Celia Hart, dont nous publions d’amples extraits, se le demande.

Comme on le voit, Celia Hart aussi (fille de deux dirigeants historiques de la révolution, Armando Hart, longtemps secrétaire du Pcc et ensuite ministre de la Culture et Haydée Santamaria, qui participa en 1953 à l’assaut au Cuartel Moncada puis dirigea la Casa de las Américas), se pose le problème de la raison de l’existence des inédits. Les deux plus grands historiens du Che, Adys Cupull et Froilàn Gonzàlez, se sont déclarés solidaires avec elle. Mais il y a un autre problème : il y a aussi des textes désormais publiés mais ignorés de facto par ceux qui, même à gauche, préfèrent les mythes à la réalité.

A Alger par exemple, en février 1965, dans le dernier discours qu’il a tenu en tant que dirigeant cubain, Guevara disait, à propos du rapport entre les "pays socialistes" et les pays dépendants, qu’on ne devait plus "parler du développement d’un commerce réciproquement avantageux" parce qu’il était "basé sur les prix que la loi de la valeur et les rapports internationaux, fondés sur l’échange inégal (...) imposent aux pays arriérés". Acheter "aux prix du marché mondial les matières premières qui coûtent de la sueur et des sacrifices sans limites aux pays arriérés et vendre aux prix du marché mondial les machines produites dans les grandes usines automatisées" signifie de facto "que les pays socialistes sont, dans un certain sens, complices de l’exploitation impérialiste".

C’est dans cette direction qu’allait la réflexion du Guevara plus mûr, entre 1962 et 1966, une réflexion restée en grande partie inédite, mais pas complètement inconnue, parce que différents extraits en ont été graduellement publiés dans les essais de Tablada et de moi-même, et dans les Œuvres choisies, aux soins de Massari, et ensuite à Cuba dans le très beau livre d’Orlando Borrego aussi, Che. El camino del fuego (La Havane, 2001).

Pourquoi cette réflexion est-elle restée inédite ? Il suffit de citer ici un seul passage des Notes sur le Manuel d’économie pour commencer à comprendre : "Les dernières résolutions économiques de l’Urss ressemblent à celles qu’adopta la Yougoslavie quand elle choisit le chemin qui l’aurait amenée à un retour graduel au capitalisme. Le temps dira s’il s’agit d’un accident de parcours ou s’il implique une tendance marquée au recul. Tout commence avec la conception erronée qui cherche à construire le socialisme avec des éléments de capitalisme, sans en changer effectivement le sens. Par conséquent, on parvient à un système hybride qui finit dans une impasse" (Note : pour des raisons d’espace, on n’indique pas les pages du Manuel et les numéros des notes du Che, mais il est possible de les recevoir en langue originale en envoyant un mail à : antonio.moscato@unile.it).

Dans une autre note, Guevara écrit que "dans ce livre, on confond régulièrement le concept de socialisme avec ce qui se passe en pratique en Urss". A propos des "catégories économiques" qui selon le Manuel seraient générées par le régime socialiste, le Che notait que "on présume connaître des lois économiques dont l’existence réelle est discutable" (...) en se cognant partout "contre les lois économiques du capitalisme qui survivent dans l’organisation économique soviétique" (...). "On continue à tromper soi-même". Jusqu’à quand ? On ne le sait pas, et on ne sait non plus comment la contradiction sera résolue".

Comme on peut le voir, c’étaient des critiques dures, que les soviétiques n’auraient pas pu accepter. Mais pourquoi les censurer encore après l’effondrement de l’Urss ? Probablement à cause des difficultés à expliquer aux étudiants cubains pourquoi pendant vingt après la mort du Che, quand Brejnev était exalté à La Havane comme un grand "marxiste léniniste", ils ont continué à "étudier le marxisme" sur ce Manuel dont Guevara déclarait qu’il était très mauvais.

à suivre...

http://www.liberazione.it/giornale/...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> C’est ainsi que le Che critiquait l’URSS : elle n’a pas compris Marx
11 octobre 2005 - 10h52

Intéressant beaucoup de choses importantes qui sont restées trop longtemps sous le boisseau.
Pour ceux qui veulent connaître le parcours du Che avant ces événements, encore et toujours conseiller
la Bio du Che par Paco ignacio Taïbo- et la somme de Pierre Kalfon.
Vivement la totalité des textes en français !

Jean-Claude



> C’est ainsi que le Che critiquait l’URSS : elle n’a pas compris Marx
14 octobre 2005 - 14h58

Laisser croire que Ernesto Che Guevara pouvait avoir le moindre rapport intellectuel ou pratique avec le fossoyeur de la révolutin bolchévique, Staline, qui a tué plus de communistes que Hitler, c’est assassiner une xième fois le Che.






Gauche homard et gauche caviar : Débat pour en sortir !
dimanche 21 - 10h48
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Mort d’Adama Traoré : le « J’accuse ! » de sa sœur Assa (repris par le yéti blog)
samedi 20 - 17h52
de : nazairien
les deux actions du 18 juillet
jeudi 18 - 23h19
de : Jean-Yves Peillard
À LA LIGNE - Feuillets d’usine
jeudi 18 - 19h09
de : Ernest London
Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
1 commentaire
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
1 commentaire
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
2 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
12 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
2 commentaires
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
3 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

L'argent est bon, mais l'homme est meilleur. Proverbe bamiléké
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite