Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Le témoignage de João Pedro Stédile, coordinateur national du Mouvement des sans-terres du Brésil
de : João Pedro Stedile
jeudi 24 novembre 2005 - 16h52 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
JPEG - 18.2 ko

Le Venezuela : un pays en transformation

Le témoignage de João Pedro Stedile sur la situation actuelle du Venezuela et la politique mise en œuvre par le président Chávez est d’autant plus intéressant qu’il provient d’un homme qui est coordinateur national du Mouvement des sans-terres au Brésil. Son expérience politique et sociale donne un relief particulier à son point de vue. La visite qu’il a accompli au Venezuela a eu lieu fin septembre 2005. Texte transmis par Maximilien Arvelaiz et Thierry Deronne, viceprésident de la production à la Television Publica VIVE à Caracas.

Chers Amis, Chères Amies,

Je vous écris depuis les plaines bolivariennes de l’Etat de Barinas, au centre du Venezuela.

J’y fais une " tournée ", comme ils disent, pour connaître le processus de réforme agraire au Venezuela. Je suis impressionné. Très impressionné. En fin de compte, comme le dit le proverbe oriental, " les yeux perçoivent mille fois plus que les oreilles ". Le Venezuela a connu un passé glorieux au XIXe siècle, avec les luttes

héroïques pour l’indépendance menées par Simón Bolívar et Ezequiel Zamora, qui eurent comme camarade de lutte un vaillant combattant brésilien qui arriva au " rang " de général : le général Abreu de Lima, du Pernambuco, source d’une grande fierté au Venezuela, mais dont nous les Brésiliens, nous ignorons encore, et malheureusement, l’histoire.

Cela dit, le XXe siècle réserva au Venezuela une véritable tragédie économique et sociale. Son territoire se trouve au-dessus d’une immense nappe de pétrole. Et la civilisation états-unienne, construite sur l’énergie du pétrole, a pratiquement transformé le pays en l’une de ses colonies, pour s’assurer l’approvisionnement de sa principale source énergétique. Il y eut une " sainte alliance " entre une minorité de l’oligarchie locale, qui s’est approprié l’Etat et les ressources pétrolières, et qui s’est enrichie, tandis que de l’autre côté, la force politique, économique, idéologique et militaire de l’Empire du nord la maintenait intacte. Aujourd’hui le Venezuela est responsable de l’approvisionnement de 25% de tout le pétrole consommé aux Etats-Unis.

Résultat : 80% de la population se trouvait dans la pauvreté absolue, tandis que 2% vivait dans l’opulence. 8% seulement de la population est restée dans le milieu rural, l’agriculture ayant été complètement marginalisée. Et le pays s’est mis à acheter à l’extérieur 88% de tous les aliments.

C’est dans ce contexte historique que finalement, à partir de 1998, avec la victoire électorale d’un colonel jeune et impétueux, banni des forces armées, le changement a commencé. Et ils sont entrés dans le XXIe siècle avec une nouvelle perspective : le Venezuela a cessé d’être une colonie étatsunienne pour devenir la REPUBLIQUE BOLIVARIENNE DU PEUPLE DU VENEZUELA.

Au début, il semblait s’agir d’un autre de ces " petits chefs militaires " populistes trompeurs, qui bien des fois sont arrivés au pouvoir sur notre continent. L’oligarchie locale perdit les élections mais essaya de maintenir l’équipe économique du gouvernement précédent (vous avez déjà vu ce film dans d’autres pays ?). Mais cette tentative de cooptation dura six mois à peine. Le jeune colonel Chávez ne plaisantait pas : il s’occupa de changer les institutions. Il convoqua une assemblée constituante qui changea toutes les lois du pays, et ouvrit un espace pour la participation populaire. Le peuple y crut, se mobilisa et participa à ce gouvernement qui, petit à petit, s’est transformé en un gouvernement populaire et révolutionnaire, qui a intégré aussi de plus en plus les sentiments anti-impérialistes et indépendantistes de Simón Bolívar.

J’étais venu ici en 2001 pour un séminaire sur les défis de l’humanité, mais je n’avais pas perçu de grands changements. Au retour, je n’avais pas pu raconter grand-chose à mes camarades de Via Campesina Brésil. Aujourd’hui, je comprends que le processus était en gestation. De retour au Venezuela aujourd’hui, en septembre 2005, je vois d’énormes changements. Dans le gouvernement, dans le peuple, dans le processus, dans la manière de faire les changements. Il n’y a que les élites et les oligarchies qui n’ont pas changé, accrochées qu’elles sont, telles des parasites, à leurs privilèges, essayant d’empêcher les changements à tout prix.

Le président Chávez est passé par six plébiscites, un référendum et deux élections. Il les a tous remportés. Et malgré cela, les élites le traitent de dictateur ou de despote. Et quelques comparses de la bourgeoisie brésilienne répètent le même discours.

Mais qu’est-ce qui est vraiment en train de changer ?

C’est le sens de la politique pour le peuple qui a changé. Le peuple est en train de se conscientiser et de participer activement à toutes les décisions de l’Etat et du gouvernement. Et là il s’agit de la voie la plus importante : faire en sorte que les masses participent à la vie du pays.

C’est le sens de l’économie qui a changé. Ici d’autant plus qu’elle dépend à 80% du pétrole. Et donc, les milliards de dollars du pétrole, qui avant étaient utilisés par 8% de la population uniquement pour s’enrichir dans le luxe et l’extravagance, financent aujourd’hui l’universalisation des services publics de santé et d’éducation pour toute la population. Aujourd’hui, ils servent pour la redistribution de revenus, garantissant des aliments à prix coûtant, une éducation gratuite, la construction de logements populaires, la distribution de terres.

C’est aussi la politique extérieure qui a changé, aujourd’hui exercée avec fierté et un clair sens d’indépendance face à l’impérialisme.

Avec cela, même le rôle des forces armées a changé. J’ai été impressionné par le niveau de politisation de jeunes lieutenants, majors et capitaines, qui ne vivent plus dans des casernes, mais assument activement l’administration de projets sociaux, de construction de routes, de ponts, l’administration de marchés populaires. Ils ont donné un sens à leur uniforme.

J’ai vu au jour d’aujourd’hui des soldats armés, mais armés par le peuple (comme l’a chanté Geraldo Vandré), aidant dans l’occupation de la fazenda Malquinesa, récemment expropriée de ses 8.600 hectares totalement improductifs, alors que ce sont les meilleurs sols du pays, dans la plaine Barineña.

J’ai vu des jeunes pauvres mais enthousiastes, car maintenant ils peuvent étudier, pas seulement dans les cycles primaires et secondaires, mais dans n’importe quel cours universitaire. J’ai vu le président annoncer l’ouverture de 20 mille places pour des étudiants en médecine, pour cette année universitaire. J’ai vu le président participer à une émission de télévision, pendant sept heures, durant lesquelles tous les problèmes du pays sont discutés, avec une transparence impressionnante.

J’ai vu un généreux processus de réforme agraire, qui exproprie toutes les terres " grillonnées " par les grands fazendeiros n’ayant pas réussi à en prouver l’origine. Il respecte cependant toutes les propriétés productives. Mais il détermine l’expropriation de tous les latifundios, indépendamment de la taille. La constitution dit clairement que la société vénézuélienne vise à éliminer le latifundio. J’ai vu l’oligarchie grogner comme un chien enragé, désignant cette loi, pourtant approuvée par plus de 80% des députés, et approuvée par référendum par une large majorité de la population, comme étant un affront au droit de propriété.

J’ai vu dans les rues et dans les bibliothèques populaires, l’Etat distribuer plus d’un million d’exemplaires de plusieurs titres de la littérature universelle, comme Les Misérables de Victor Hugo, Don Quichotte...

J’ai vu un peuple très mobilisé et conscient pour la défense de ses intérêts et luttant pour de véritables transformations économiques et sociales.

J’ai vu le président de la République dénoncer sur une chaîne de télévision qu’il y avait une entreprise pétrolière, propriété de l’Etat vénézuélien, qui détenait 15 mille stations-service et trois raffineries aux Etats-Unis depuis 35 ans, et que durant ces 35 ans, avant le gouvernement bolivarien, pas un centime n’avait été envoyé au Venezuela. Et que finalement aujourd’hui, après plusieurs interventions, pour la première fois en huit mois, la nouvelle direction avait envoyé au pays 500 millions de dollars de bénéfice net. Vous imaginez ce qu’ils ont volé alors en 35 ans ! Et le président annonçait que cet argent non prévu au budget serait utilisé pour des investissements sociaux avec les couches les plus pauvres de la population.

Il est vrai, cependant, qu’ils affrontent d’énormes défis. Beaucoup de barrières, comme celle de se libérer de la dépendance d’achat d’aliments. Comme le défi de remonter une structure productive dans le pays qui utilise les ressources du pétrole pour d’autres investissements productifs, créant du travail pour tous. Ils disent que le plus grand défi est de construire un nouveau modèle économique, qui brise la dépendance du pétrole et de l’empire financier. Et que l’on va vers le socialisme. Ils appellent ceci processus de construction d’un modèle de développement endogène, local, vénézuélien.

J’ai vu beaucoup de changements qui améliorent la vie du peuple pauvre du Venezuela. J’ai vu des hommes et des femmes qui marchent avec fierté et dignité, la tête haute.

J’ai vu que l’Amérique latine peut s’en sortir. Il suffit d’avoir un peuple conscient, organisé et mobilisé. Et un gouvernement engagé avec son peuple et non avec le capital.

Les enfants, je vous jure que j’ai vu tout cela !

http://www.dial-infos.org/



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Le témoignage de João Pedro Stédile, coordinateur national du Mouvement des sans-terres du Brésil
24 novembre 2005 - 17h32

"Abreu et Lima, grand penseur révolutionnaire brésilien. Sais-tu que cet homme était à Carabobo, à Boyaca, à la prise de Puerto Cabello, qu’il accompagna Bolivar jusqu’à Santa Marta et qu’étant présent lorsqu’il mourut, il déclara être avec cinq autres, gardien jusqu’à la mort des cendres du Libérateur. Il fut expulsé de la Nouvelle Grenade et il s’en fut à Pernambuco continuer la lutte et finit par devenir un socialiste utopique, je te parle des années 1840, 1845. Abreu et Lima était un homme qui avait étudié la philosophie, le latin,l’Histoire. Il fut un des grands rédacteurs du Courrier de l’Orénoque (Correo dei Orinoco).

Arlequin






L’internationale chanté pour la première fois le 23 juillet 1888
mardi 23 - 11h40
de : jean 1
Les gilets jaunes face à la répression : réécoutez l’émission de l’assemblée de Montpellier contre les violences d’État
mardi 23 - 11h33
de : jean 1
Les gilets jaunes face à la répression : réécoutez l’émission de l’assemblée de Montpellier contre les violences d’État
mardi 23 - 11h23
de : jean 1
Cette grave affaire qui met en cause Emmanuel Macron !
lundi 22 - 19h10
de : JO
1 commentaire
Les médias : ceux qui n’entendent qu’une cloche, n’entendent qu’un son !
lundi 22 - 17h49
de : JO
1 commentaire
Gauche homard et gauche caviar : Débat pour en sortir !
dimanche 21 - 10h48
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Mort d’Adama Traoré : le « J’accuse ! » de sa sœur Assa (repris par le yéti blog)
samedi 20 - 17h52
de : nazairien
1 commentaire
les deux actions du 18 juillet
jeudi 18 - 23h19
de : Jean-Yves Peillard
À LA LIGNE - Feuillets d’usine
jeudi 18 - 19h09
de : Ernest London
Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
1 commentaire
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
1 commentaire
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
3 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
12 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
2 commentaires
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
1 commentaire
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
3 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le progrès technique est comme une hache qu'on aurait mise dans les mains d'un psychopathe. Albert Einstein
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite