Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Latifa discriminée, Latifa humiliée…

de : comité de soutien à latifa
vendredi 4 juillet 2003 - 23h29 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

Le Ministère du Travail vient de confirmer le refus de l’Inspection du Travail du licenciement de Latifa Abed, déléguée syndicale CGT de Maxi-livres et militante du Réseau Stop Précarité, en reconnaissant de fait la discrimination syndicale.

RAPPEL DES FAITS. Pour éliminer définitivement Latifa Abed, 37 ans, mère de 2 enfants, déléguée syndicale CGT hyperactive des magasins Maxi-livres, la direction de cette chaîne de plus d’une centaine de points de vente en France, n’a pas hésité, 15 jours avant la Noël 2002, à fermer le magasin que Latifa avait elle-même ouvert 13 ans auparavant dans le Centre commercial de Montreuil - juste en face du Siège national de la CGT - au prétexte fallacieux d’une soudaine non rentabilité.

S’en est suivi pour l’interessée, et pour ses collègues vendeuses sacrifiées sur l’autel de la répression, un licenciement économique dont elle a toujours contesté le bien-fondé, suite à des propositions de reclassement bidon, la licenciée devenant au passage licencieuse. En effet, dans des tracts émanant…des bureaux de la direction, Latifa se retrouvait accusée, en cas d’acceptation de reclassement, de menacer l’emploi des salariés dont elle serait amenée à prendre le poste selon les termes de la loi !

RÉSISTANCE. Ces 4 salariées ne se sont jamais laissées faire et malgré les tentatives de division et les pressions de toutes sortes dont elles ont été l’objet, elles sont toujours restées solidaires et unies.

Se sont enchaînées grève de plus d’un mois, occupation de leur magasin, manifestations dans le Centre commercial et au-dehors, actions communes avec les grévistes d’Arcade et de Mcdo, pétition, soutien de nombreuses personnalités ( dont O.Besancenot, A.Laguillier, JP Brard… ), concert, articles de presse. Autour d’elles, s’est rapidement constitué un comité de soutien composé de militants de différentes étiquettes (CNT, CGT, SUD, LCR, etc…). Elles ont en outre bénéficié de l’appui du Réseau Stop Précarité dont Latifa est une membre active.

On ne peut que regretter l’attitude de la Fédération CGT Commerce puisqu’au-delà des déclarations d’intention, les deux trois jours de mobilisation et d’indignation passés, aucune action cohérente n’a été intenté par la Fédération pour empêcher ce désastre et entraver le cours des choses alors que ça se passait juste de l’autre côté de la rue. Mais cela n’étonnera plus personne.

Comme pour le conflit Mcdo, le dossier de Latifa est directement suivi par le Service juridique de la Confédération CGT, la Fédération Commerce se révélant incapable de prendre en charge concrètement leur défense, ce qui laisse entier le mystère sur son utilité et sa raison d’être.

DOMMAGE POUR LA DIRECTION DE MAXI-LIVRES. Rapidement, l’inspection du travail refusait le licenciement de Latifa, reconnaissant le fait de discrimination syndicale. La direction n’avait plus d’autre choix que d’entamer un recours auprès du Ministère du Travail pour casser la décision de l’inspection.

Entretemps, Latifa se morfondait chez elle, étant, selon les propres termes du PDG de Maxi-livres, "assignée à résidence". Moins les avantages afférant à son emploi, tickets-restaurant, primes etc…- une procédure aux Prud’hommes est en cours à ce sujet - mais recevant régulièrement à son domicile privé les consignes de vente et le matériel publicitaire à afficher dans les rayons ! La direction a poussé le cynisme à l’envoyer, seule, durant cette période, en formation de techniques de vente !

Cependant, depuis que Latifa n’a plus de poste de travail, elle continue inexorablement à se rendre à toutes les réunions de défense des salariés, au grand dam de la direction - et des élues CFDT - qui pensait en avoir fini avec elle.

Malgré ses appuis haut placés, notamment dans le PAF, en lien direct avec le Cabinet du Ministre, la direction de Maxi-livres a lamentablement échoué dans son recours. Tellement le dossier était accablant, le Ministre n’a même pas souhaité y donner suite. Le refus de l’Inspection du Travail s’en trouve dès lors confirmé. Et la discrimination syndicale.

Merci Fillon.

Au-delà du cas de Latifa, c’est la collectivité des salarié-e-s qui est menacée. Ce n’est qu’une victoire de plus dans une longue bataille… A suivre…

Comité de soutien à Latifa / 4 juillet 2003

soutienlatifa@voila.fr ou 06 83 56 34 57


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
> Latifa discriminée, Latifa humiliée…
5 juillet 2003 - 07h54

Et la photo, elle tombe du ciel ...
Réponse dans les commentaires sur : http://paris.indymedia.org/article....



> Latifa discriminée, Latifa humiliée…
5 juillet 2003 - 12h28

Un article sur Latifa paru récemment dans le NouvelObs

http://www.parisobs.com/articles/p1...







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite