Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Les alliés inquiets dans la Maison hostile
de : ILVO DIAMANTI
samedi 1er juillet 2006 - 02h39 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 13.7 ko

de ILVO DIAMANTI Traduit de l’italien par karl&rosa

La DROITE a essayé, timidement, de répéter le conte du Pays divisé. Le Nord réformateur contre le Centre conservateur et le Sud assisté. Mais un simple coup d’œil révèle que la seule à être divisée par ce vote référendaire est précisément la Droite, la Casa delle Libertà, dont les locataires pourront difficilement poursuivre la cohabitation, comme auparavant. Aux conditions dictées par le maître de maison. Parce que le vote référendaire rend évidentes - et les accentue même - les distances entre les partis de la coalition. Il les transforme en fractures. D’autant plus critiques qu’elles se reflètent dans la géographie et dans les intérêts. Le référendum. Compliqué et abstrait. Il a été résumé, perçu, par la grande majorité des électeurs, à travers la "dévolution". Laquelle rappelle la question du Nord. La révolte du "petit Nord" : les provinces qui se trouvent au pied d’une montagne du Nord, parsemées de "petites" villes , peuplées par de "petites" entreprises.

Et d’ une "petite" bourgeoisie, d’une base de classes moyennes (« petites »). Le "petit Nord", devenu "grand", sur le plan du marché et du développement, aux années 80. Mais frustré, parce que contraint aux marges du pouvoir politique et économique. La Ligue, depuis les années 80, lui a donné une voix. Une voix rauque, comme celle de Bossi, par laquelle il a crié son intolérance et sa protestation. Son envie de compter pour quelque chose. Jusqu’à atterrir à Rome. En passant de l’antagonisme au gouvernement. De la révolution et de la sécession à la dévolution. De la société au palais du pouvoir. Ce référendum était, avant tout, son affaire. Il concernait la Ligue et le Peit Nord. Il était à la base du pacte entre Berlusconi et Bossi. L’axe du Nord, bâti, à la fin des années 90, par Tremonti. La Ligue plus royaliste que le roi, aux côtés de Berlusconi. Toujours. Berlusconi disposé et disponible vers la « dévolution ». Le drapeau qui aurait légitimé les compromis de la Ligue de gouvernement face aux électeurs des vallées au pied des montagnes. Ligue et Berlusconi. Toujours ensemble.

Même contre les alliés de la CdL : An et Udc, ancrées, par la géographie et par leurs intérêts, dans le Mezzogiorno. Au risque de générer des tensions même dans le « parti personnel » de Berlusconi. Forza Italia : dont la base électorale est concentrée dans des zones opposées, Lombardie et Sicile. Bien, après la longue campagne électorale qui a précédé les élections législatives d’avril, menée totalement à la télé, jouée sur la personne de Berlusconi, personnalisée et médiatisée, le territoire est revenu au centre de la politique. Et il a cassé la Droite, en plus de l’avoir réduite dans des espaces politiquement exigus. Comme le démontre le résultat du référendum.

Le Non l’a emporté largement, en dépassant 60% des voix valides. Il l’a emporté partout. Même au Nord, avec 52%. Même si, à ce sujet, revient le conte de la « question du Nord ». Etant donné que la Droite, et surtout la Ligue, insistent pour « couper » du Nord l’Emilie-Romagne. Parce qu’elle est rouge. Ou parce que « d’un façon descriptive » elle est en dessous du Pô. Toutefois, en négligeant le fait que la Ligurie aussi (en plus d’une partie du Piémont) est en dessous du Pô, au Nord, même en faisant abstraction de l’Emilie-Romagne, les deux positions s’avèrent très proches. Et le Oui l’emporte de justesse. Cela suggère, éventuellement, que ce n’est pas l’Italie qui est divisée mais plutôt le Nord, justement. Où d’ailleurs la constitution fondée sur la dévolution n’a été approuvée que dans deux régions, la Lombardie et la Vénétie, célébrées aujourd’hui, en effet, par la Ligue et par une partie de la droite, comme la « patrie des producteurs ». Le lieu de l’innovation politique et économique. Mais, si nous regardons attentivement le Nord padan - et même la Lombardie et la Vénétie - nous découvrons qu’il ne s’agit pas d’un unicum homogène. Non seulement parce que la moitié des votants environ, dans cette zone, s’est exprimée contre le référendum, mais aussi parce que l’esprit de dévolution souffle surtout dans les périphéries et dans les provinces.

En effet, le Non l’a emporté dans les villes les plus grandes. Dans les capitales. Toutes : de Milan à Venise. A Turin à Trieste. De Trente à Gênes à Bolzano. Mais aussi dans une grande partie des chefs-lieux de province. Le Non l’a emporté, dans 37 chefs-lieux sur 47, dans le Nord « naturel ». Dans 28 sur 38, dans le Nord padan (sans l’Emilie-Romagne). Dans 11 sur 19, dans la Lombardie et la Vénétie. Enfin, dans 13 chefs-lieux des 23 provinces où le Oui l’a emporté (Padoue, Vicence, Trévise, Brescia et Cuneo, entre autres). Ce qui rend évident ce que nous avons souligné au début. Ce référendum consacre le triomphe du localisme.

La République fondée sur la « dévolution » a été approuvée là où la Ligue « était » forte. Hier. Bien qu’aujourd’hui elle le soit beaucoup moins. Dans les provinces au pied des montagnes. Mais ce référendum représente, en même temps, une défaite pour la Ligue de gouvernement. C’est un évènement déchirant pour la Droite. Parce que la Constitution a été abondamment rejetée par les électeurs « amis ». Dans pas mal de zones où la CdL était forte. Où An, Udc et même Fi ont obtenu, il y a deux mois à peine, un résultat très positif. Dans le Sud. En Sicile, surtout, mais aussi dans les Pouilles. Où la CdL dispose de plus de 50% de consensus. Mais le Oui a obtenu environ 30% des voix valides. Ce qui signifie, si nous tenons compte de la marée grise de l’abstention, 13% environ des électeurs.

C’est pourquoi, si la géographie divise les électeurs de la Droite, il est permis de penser que les sujets politiques et les leaders de la CdL seront soumis, dès demain - peut-être dès hier déjà - à des poussées centrifuges particulièrement violentes. 1. An et l’Udc. Lesquelles, ces dernières années, ont participé à la définition d’un projet constitutionnel approximatif autour de la dévolution. Au nom de l’unité de la Casa delle Libertà. Et, surtout, pour le compte de son propriétaire et Patron. Que feront-elles, maintenant, alors que leurs électeurs en ont décidé autrement - les ont laissées seules. Maintenant, alors que les alliés padans vont insister, charger le ton, agiter leurs drapeaux, lancer éventuellement de nouvelles proclamations indépendantistes. 2. Le propriétaire de la maison, Silvio Berlusconi. Dans ce climat de trêve médiatique, après des mois de guerre électorale. Sans l’aide de la télévision qui fait disparaître le territoire du débat politique. Il le résume en entier sur les plateaux de « Porta a Porta » et de « Ballaro’ ». Que fera-t-il ? Arrivera-t-il encore à apaiser, à domestiquer les alliés inquiets ? Fini et Casini : réduits au silence. Traités comme des casse-pieds présomptueux. Comme s’ils étaient Tabacci et Follini. Et arrivera-t-il, Berlusconi, à tenir encore unie « son » Italie bleue, qui rassemble, sous le même toit, la Lombardie et la Sicile ? Le Sud qui craint de devenir « autonome » de l’Etat ? Et le Nord, le Petit Nord. Qui, il y a deux mois, à Vicence, avait accueilli avec enthousiasme ses proclamations antagonistes et anticommunistes. Maintenant où il est vraiment à l’opposition et que les communistes gouvernent. Le Petit Nord va-t-il l’aimer comme auparavant ? 3. Enfin et surtout : la Ligue. Qui peuple la partie d’Italie « la plus favorable à la dévolution ». Pourquoi devrait-elle rester enfermée dans une Maison hostile ? Avec ses fenêtres tournées vers le Sud ? Comment pourra-t-elle, la Ligue, expliquer à ses électeurs au pied des montagnes son travail de cinq ans à Rome. Et qu’elle a agi en alliée fidèle et complice de Berlusconi. En acceptant tant de compromis. Jusqu’à faire une liste commune, aux récentes élections, avec les démocrates-chrétiens siciliens de la Ligue Lombardo (au sens de Raffaele Lombardo...). Avec une seule mission : conquérir la « dévolution » pour le Nord. Pour voir ce drapeau réduit en cendre, en un seul jour, par le vent chaud du Sud, poussé par sa même coalition ?

Dans ce climat, ce n’est pas une surprise si le mythique rendez vous traditionnel de Pontida a été annulé. A cause de choc du projet. La Ligue après la dévolution. Que fera-t-elle ? Il est facile d’imaginer une reprise de la campagne contre l’Italie du Sud. Il est facile d’imaginer que Rome Capitale, votée par les voix de la Ligue même, redeviendra « Rome larron ». Il est facile d’imaginer que l’envie reviendra de renvoyer sur les roses les cul-terreux, les Italiens, les (néo) démocrates-chrétiens, les (post) fascistes.

Et que refera surface, même trop en sourdine, la menace de la sécession. Focalisée, éventuellement, sur l’indépendance de la Lombardie et de la Vénétie. Sauf que, dix ans après la marche sur le Pô et après ce référendum, il vaudra mieux pour la Ligue chercher un fleuve moins important...

http://www.repubblica.it/2006/06/se...



Imprimer cet article





GILETS JAUNES à REIMS : Les brutes macronistes dans leurs oeuvres ?
dimanche 19 - 09h25
de : JO
La stratégie horizontale.
samedi 18 - 16h38
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Jean-Claude Kaufmann, sociologue. Les gilets jaunes ne sont que le début d’autres surprises à venir (vidéo)
samedi 18 - 14h32
de : nazairien
2 commentaires
LUNDI MATIN PAPIER #4 - Gilets jaunes : un assaut contre la société
samedi 18 - 14h04
de : Ernest London
Gilets jaunes : la révolte inattendue, la révolte des "Gueux".NOUS SAVONS QU’IL EXISTE UN PEUPLE EN FRANCE (vidéo)
vendredi 17 - 21h58
de : nazairien
1 commentaire
52éme congrès confédéral CGT La structure CGT-Police n’a pas le droit à l’expression !
vendredi 17 - 12h12
de : CGT-Police
2 commentaires
52E CONGRÈS DE LA CGT : LE DOYEN DES SYNDICATS EMPÊCHÉ D’INTERVENIR !
vendredi 17 - 09h01
de : Info’Com-CGT
GOODYEAR : LA SEULE LUTTE QUE L’ON EST SUR DE PERDRE EST CELLE QUE L’ON LE MÈNE JAMAIS . (video)
vendredi 17 - 08h58
de : Mickael Wamen
Comment (et pourquoi) le Rassemblement national a "retourné" un élu de la France Insoumise
vendredi 17 - 08h52
de : Maxence Lambrecq et Olivier Bénis
1 commentaire
Gilets jaunes à Toulouse : accusée pour avoir bousculé des policiers avec son fauteuil roulant (video)
vendredi 17 - 08h37
Violences policières : les images décryptées (video)
vendredi 17 - 08h20
de : Arthur Carpentier
26 actes et toujours pas de Molière (video)
jeudi 16 - 23h04
de : Gilets jaunes intermittents chômeurs précaires
Monsanto, avance masqué,"Envoyé Spécial : Monsanto aurait recruté des agriculteurs à leur insu pour vanter le glyphosate
jeudi 16 - 22h46
de : nazairien
1 commentaire
Horreur et justice
jeudi 16 - 19h51
de : jean 1
Portraits Macron décrochés : Ne frise-t-on pas des emprisonnements politiques ?
jeudi 16 - 17h44
de : J0
2 commentaires
L’art de la compromission
jeudi 16 - 14h49
de : Jean-Marie Défossé
On avance, en Angleterre les gilets jaunes sont vus comme des héros. Ça fonctionne ! Ensemble !!! (vidéo)
jeudi 16 - 14h49
de : nazairien
3 commentaires
Mobilisation contre les lois Blanquer : la grève reconductible, c’est pas automatique
jeudi 16 - 12h20
Intervention sur RTL du camarade Mickael Wamen au sujet du jugement prud’hommes pour les 823 ex Goodyear (video)
jeudi 16 - 11h59
de : Mickael Wamen
Don quichotte dort à l’Elysée
mercredi 15 - 22h00
de : Irae
VGE ne meurt jamais.
mercredi 15 - 19h55
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
La Ditature en marche : GILETS JAUNES : EN GARDE À VUE POUR UNE PANCARTE (vidéo)
mercredi 15 - 07h09
de : nazairien
2 commentaires
Gilets Jaune "nous accusons" ; 10000 citoyens accusent le gouvernement (video)
mardi 14 - 23h00
de : le media
4 commentaires
Vaccynisme et réalité
mardi 14 - 22h53
de : Annee Gourvès pour AIMSIB
3 commentaires
Plus de 100 artistes français dénoncent l’Eurovision 2019 en Israël et en appellent à France Télévisions
mardi 14 - 17h32
de : JO
Suppression de postes d’enseignants spécialisés dans l’Hérault
mardi 14 - 17h06
de : AREN34
Tourisme de riches
mardi 14 - 13h20
de : Irae
1 commentaire
LE BOURREAU DES GOODYEAR ACCEUIL LA CGT ... !!!
mardi 14 - 08h39
de : Mickael Wamen
3 commentaires
Il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin
lundi 13 - 16h46
de : jean 1
1 commentaire
I.B. Ou la Bourgeoise Ridicule.
lundi 13 - 16h44
de : L’iena rabbioso
Syndicalisme et féminisme : aller ensemble vers l’égalité.
lundi 13 - 09h18
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Italie : 12 mai 1977, l’assassinat de Giorgiana Masi (videos)
lundi 13 - 08h28
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Congrès de la CGT : pourquoi les débats s’annoncent vifs sur les questions internationales
lundi 13 - 08h16
de : Stéphane Ortega
3 commentaires
Menacée par les autorités, la juriste, Georgia Pouliquen, nous parle d’Angleterre, exfiltrée par des amis anglais (videos)
dimanche 12 - 17h56
de : nazairien
Agnes HELLER, un marxisme sans lutte de classe, ni perspective socialiste
dimanche 12 - 14h34
de : Christian DELARUE
Quelle ignominie ! (video)
dimanche 12 - 13h56
de : jean 1
MAKE ROJAVA GREEN AGAIN
dimanche 12 - 11h20
de : Ernest London
Il s’appelait Fiacre Gbédji. Il était guide dans le parc de la Pendjari, au Bénin. Il n’aura pas d’hommage, pas d’émission spéciale...
samedi 11 - 21h38
de : jean 1
1 commentaire
Malaise dans la police ?
vendredi 10 - 17h38
de : JO
4 commentaires
Vous me demandez pourquoi je suis Gilet Jaune ? (Réponse en vidéo, démonstration, excellent, à partager))
vendredi 10 - 15h02
de : nazairien
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Dès que quelqu'un comprend qu'il est contraire à sa dignité d'homme d'obéir à des lois injustes, aucune tyrannie ne peut l'asservir. Gandhi
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite