Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
180 ans ? Ça se fête…
jeudi 21 mars
de Info’Com-CGT
Le syndicat Info’Com-CGT (prolongement de l’historique syndicat des typographes, la Chambre Syndicale Typographique Parisienne) est heureux de vous convier à fêter ses 180 ans. Une telle continuité syndicale unique est due, à son animation, des décennies durant, par des militantes et militants CGT qui ont à cœur de lutter pour l’émancipation sociale des travailleurs et travailleuses. Un tel anniversaire tombe à pic pour réaffirmer notre attachement à un syndicalisme (...)
Lire la suite, commenter l'article...

URI AVNERY 5 Août
de : orphée
dimanche 6 août 2006 - 19h51 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Traduit du site Gush Shalom le 4 août 2006 http://zope.gush-shalom.org/home/en

par France Palestine et en ligne à la page :
 http://www.france-palestine.org/art...

LE POIGNARD DANS LE DOS Uri Avnery

Au-delà de l’arrogance et du mépris pour l’adversaire, il y a un problème militaire fondamental : il est tout simplement impossible de gagner contre une guérilla.

LE LENDEMAIN de la guerre sera le Jour des Longs Couteaux.

Chacun accusera chacun. Les hommes politiques s’accuseront les uns les autres. Les généraux s’accuseront les uns les autres, les hommes politiques accuseront les généraux. Et, surtout, les généraux accuseront les hommes politiques.

Toujours, dans tous les pays et après toutes les guerres, quand les généraux subissent des échecs, l’histoire du « poignard dans le dos » vient à l’esprit. Si seulement les politiques n’avaient pas arrêté l’armée juste quand elle était sur le point de remporter une victoire éclatante, écrasante, historique...

C’est ce qui est arrivé en Allemagne après la Première guerre mondiale, quand le mouvement nazi a lancé cette idée. La même chose en Amérique après le Vietnam. C’est ce qui est en train d’arriver ici. Les signes avant-coureurs en sont déjà perceptibles.

LA SIMPLE VÉRITÉ est que jusqu’à maintenant, au 22e jour de la guerre, pas une seule cible militaire n’a été touchée. La même armée à qui il n’a fallu que six jours pour mettre en déroute trois puissantes armées arabes en 1967 n’a pas réussi à venir à bout d’une petite « organisation terroriste » dans un laps de temps déjà plus long que celui de la grande guerre du Yom Kippour. A l’époque, l’armée a réussi en vingt jours seulement à transformer une défaite importante au début en une éclatante victoire à la fin.

Pour donner une image positive, les porte-parole militaires ont affirmé hier que « nous avons réussi à tuer 200 (ou 300 ou 400, qui en fait le compte ?) des 1.000 combattants du Hezbollah ». L’affirmation que l’ensemble du terrifiant Hezbollah comprend mille combattants parle d’elle-même.

Selon les correspondants, le Président Bush est frustré. L’armée israélienne n’a pas « été à la hauteur ». Bush a envoyé les Israéliens à la guerre en croyant que la puissante armée, équipée des armes américaines les plus modernes, « finirait le travail » en quelques jours. Elle était supposée éliminer le Hezbollah, transformer le Liban en laquais des Etats-Unis, affaiblir l’Iran et peut-être même ouvrir la route à un « changement de régime » en Syrie. Pas étonnant que Bush soit irrité.

Ehoud Olmert est encore plus furieux. Il s’est lancé dans la guerre plein d’optimisme et le cœur léger, parce que les généraux de l’armée de l’Air avaient promis de détruire le Hezbollah et ses roquettes en quelques jours. Maintenant il est enlisé, et aucune victoire n’est en vue.

COMME D’HABITUDE avec nous les Israéliens, à la fin du combat (et même avant) la Guerre des généraux va débuter. Les lignes de front sont déjà visibles.

Les commandants de l’armée de terre accusent le chef d’état-major et l’armée de l’Air, enivrée de pouvoir, qui avait promis d’obtenir à elle seule la victoire. Bombarder, bombarder, bombarder, détruire routes, ponts, quartiers d’habitation et villages - finito !

Les partisans du chef d’état-major et des autres généraux de l’armée de l’Air critiqueront les forces terrestres, et en particulier le commandement nord. Leurs porte-parole dans les médias déclarent déjà que ce commandement est plein d’officiers incompétents qui avaient été nommés là parce que le nord paraissait tranquille, la véritable action se poursuivant dans le sud (Gaza) et au centre (Cisjordanie).

Il y a déjà des insinuations selon lesquelles le chef du commandement nord, le général Udi Adam, ne devait sa nomination qu’à la mémoire de son père, le général Kuti Adam, tué dans première guerre du Liban.

LES ACCUSATIONS réciproques sont tout à fait justes. Cette guerre est une suite d’échecs militaires - dans les airs, sur terre et sur mer.

Ces échecs ont leurs racines dans la terrible arrogance dans laquelle nous avons été élevés et qui est devenue partie intégrante de notre caractère national. Cette arrogance est encore plus typique dans l’armée et elle atteint son summum dans les forces aériennes.

Pendant des années, nous nous sommes dit que nous avions l’armée la meilleure, meilleure, meilleure du monde. Nous en avons convaincu non seulement nous-mêmes, mais aussi Bush et le monde entier. Après tout, nous avions remporté une extraordinaire victoire en six jours en 1967. Résultat, cette fois-ci, quand l’armée n’a pas remporté une énorme victoire en six jours, tout le monde est abasourdi. Pourquoi, que s’est-il passé ?

Un des objectifs déclarés de cette guerre était la réhabilitation du pouvoir dissuasif de l’armée israélienne. Il n’en a vraiment rien été.

C’est parce que l’autre face de notre arrogance est le profond mépris pour les Arabes, attitude qui nous a déjà conduits à de cuisantes défaites militaires dans le passé. Il suffit de se rappeler la guerre de Yom Kippour. Aujourd’hui nos soldats apprennent à leurs dépens que les « terroristes » sont hautement motivés, de durs combattants, et non pas des drogués rêvant de « leurs » vierges au Paradis.

Mais au-delà de l’arrogance et du mépris pour l’adversaire, il y a un problème militaire fondamental : il est tout simplement impossible de gagner contre une guérilla. Nous l’avons bien vu lors notre présence de 18 ans au Liban. Nous en avons alors tiré l’inévitable conclusion et nous sommes partis. Certes, sans réflexion, sans accord avec l’adversaire. (Nous ne parlons pas avec les terroristes, n’est-ce pas ? - même s’ils sont la force dominante sur le terrain.) Mais nous sommes partis.

Dieu seul sait ce qui a donné aux généraux d’aujourd’hui la conviction injustifiée qu’ils gagneraient là où leurs prédécesseurs avaient si lamentablement échoué.

Et surtout : même la meilleure armée du monde ne peut pas gagner une guerre qui n’a pas d’objectifs clairs. Karl von Clausewitz, le gourou de la science militaire, a déclaré que « la guerre n’est rien d’autre que la continuation de la politique par d’autres moyens. » Olmert et Peretz, deux parfaits dilettantes, ont transformé cette phrase en : « la guerre n’est rien d’autre que la continuation par d’autres moyens de l’absence de politique. »

LES EXPERTS MILITAIRES disent que, pour gagner une guerre, il faut (a) un objectif clair, (b) un objectif qui peut être atteint, et (c) les moyens nécessaires pour atteindre cet objectif.

Ces trois conditions font défaut dans cette guerre. Il est clair que la responsabilité en incombe aux dirigeants politiques.

Cependant, la critique principale visera le tandem Olmert-Peretz. Ils ont succombé à la tentation du moment et ont entraîné l’Etat dans une guerre, de façon hâtive, inconsidérée et imprudente.

Comme Nehemia Strassler l’a écrit dans Haaretz : ils auraient pu arrêter au bout de deux ou trois jours, quand le monde était d’accord sur le fait que la provocation du Hezbollah justifiait une riposte israélienne, quand personne ne doutait encore des capacités de l’armée israélienne. L’opération serait apparue comme intelligente, pondérée et proportionnée.

Mais Olmert et Peretz ne pouvaient pas arrêter. Néophytes en matière de guerre, ils ne savaient pas qu’on ne pouvait pas se fier aux rodomontades des généraux, que même les meilleurs plans militaires ne valent pas le papier sur lequel ils sont écrits, que dans la guerre l’imprévu doit être prévu, que rien n’est plus temporaire que la gloire militaire. Ils étaient enivrés par la popularité de la guerre, incités par une bande de journalistes serviles, égarés par leur propre gloire de chefs de guerre.

Olmert était stimulé par ses propres discours incroyablement pompiers, qu’il répétait devant ses courtisans. Peretz, paraît-il, se mettait devant une glace, et se voyait déjà prochain Premier ministre, Monsieur Sécurité, un second Ben Gourion.

Et alors, comme deux idiots du village, au son des tambours et des trompettes, ils ont pris la tête de leur Marche de la Folie, tout droit vers un échec politique et militaire.

Il est probable qu’ils le paieront après la guerre.

QUE VA-T-IL sortir de toute cette pagaille ?

Personne ne parle plus d’éliminer le Hezbollah ou de le désarmer et de détruire toutes ses roquettes. C’est oublié depuis longtemps.

Au début de la guerre, le gouvernement a catégoriquement rejeté l’idée du déploiement d’une force internationale, quelle qu’elle soit, le long de la frontière. L’armée croyait qu’une telle force ne protégerait pas Israël mais ne ferait que restreindre sa liberté d’action. Maintenant, soudain, le déploiement de cette force est devenu le principal objectif de la campagne. L’armée continue l’opération seulement afin de « préparer le terrain pour la force internationale », et Olmert déclare qu’il continuera à combattre jusqu’à ce qu’elle soit sur le terrain.

C’est, bien sûr, un pitoyable alibi, un prétexte pour faire marche arrière. La force internationale ne peut être déployée qu’en accord avec le Hezbollah. Aucun pays n’enverra ses soldats dans un lieu où ils auraient à combattre les autochtones. Et partout dans la zone, les habitants chiites retourneront dans leurs villages, y compris les combattants clandestins du Hezbollah.

De surcroît, cette force sera totalement dépendante du Hezbollah. Si une bombe explose sous un bus plein de soldats français, on entendra crier à Paris : ramenez nos fils à la maison. C’est ce qui s’est passé quand les Marines américains ont été bombardés à Beyrouth.

Les Allemands, qui ont choqué le monde cette semaine en s’opposant à l’appel pour un cessez-le-feu, n’enverront certainement pas des soldats à la frontière israélienne. Il ne leur manquerait plus que d’être obligés de tirer sur des soldats israéliens.

Et, par-dessus tout, rien n’empêchera le Hezbollah de lancer ses roquettes au-dessus de la tête de la force internationale, quand il le voudra. Que fera alors la force internationale ? Conquérir toute la zone jusqu’à Beyrouth ? Et comment Israël répondra-t-il ?

Olmert veut que la force contrôle aussi la frontière libano-syrienne. Cela aussi est illusoire. Cette frontière s’étend sur tout l’ouest et le nord du Liban. Ceux qui voudront faire passer des armes éviteront les routes principales contrôlées par les soldats internationaux. Ils trouveront des centaines d’endroits le long de la frontière pour le faire. Avec des pots-de-vin adéquats, on peut tout faire au Liban.

Donc, après la guerre, nous en serons plus ou moins au même point qu’au début de cette triste aventure, avant le meurtre de près d’un millier de Libanais et d’Israéliens, avant l’expulsion de leurs maisons de plus d’un million d’êtres humains, Israéliens et Libanais, avant la destruction de plus d’un millier de maisons, tant au Liban et en Israël.

APRÈS LA guerre, l’enthousiasme se calmera, les habitants du nord panseront leurs blessures et l’armée commencera à réfléchir sur ses échecs. Chacun prétendra que lui ou elle était contre la guerre dès le premier jour. Et le jour du jugement viendra.

La conclusion qui s’impose est : chasser Olmert, envoyer Peretz faire ses bagages et virer Halutz.

Pour s’engager dans une nouvelle voie, la seule qui résoudra le problème, il faut des négociations et la paix avec les Palestiniens, les Libanais, les Syriens. Et avec Hamas et Hezbollah.

Parce que ce n’est qu’avec ses ennemis que l’on fait la paix.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> URI AVNERY 5 Août
6 août 2006 - 20h32

"Quelque grammes d’intelligence dans un monde de brutes "

Logique et sensé article : on l’interview quand ce monsieur sur TF1 ? ou Antenne 2 un petit débat contradictoire avec le président du CRIF qui voit des antisémlites partout ?
On pourrait aussi publier cet article dans la revue "Le meilleur des mondes " entre deux diatribes insensées de Romain GOUPIL et les hautes réflexions de Kourcnher ? chiche !

Et si la meilleure façon d’aimer Israêl c’était en effet un jour de stopper ce délire, de chasser ces politiciens de bas étage et en effet de faire la Paix : la vrai celle où tout le monde fait des concessions !

Allez salut Uri et bon courage : il va t’en falloir !






Dans une démocratie on parle d’élection pas de répression !!!
vendredi 22 - 20h41
de : JO
Café d’histoire critique et d’études marxistes, 23 mars 2019 : mouvement syndical et moyens d’action …
vendredi 22 - 17h19
de : Jo.dez
Podemos, Podemos, qui t’a vu et ne te reconnaît plus ...
vendredi 22 - 17h07
de : Antoine (Montpellier)
L’ARMÉE MANIPULÉE PAR UN POUVOIR À LA DÉRIVE !
vendredi 22 - 16h43
de : Info’Com-CGT
Et bientôt grâce à l’Europe qui protége la précarité énergétique
vendredi 22 - 13h17
de : Irae
Sentinelle pour l’acte 19 : pas d’accord, « mon fils militaire se mettra en maladie » (video)
vendredi 22 - 10h56
de : JO
Omnes vulnerant , ultima necat.
vendredi 22 - 10h55
de : L’iena rabbioso
François RUFFIN : Je ne viendrai pas à l’Elysée !
vendredi 22 - 10h40
de : JO
Gilets jaunes : a Montpellier, les policiers détestent être surveillés
vendredi 22 - 07h48
La bande des faux monnayeurs de la République
jeudi 21 - 21h19
de : Alina Reyes
1 commentaire
Intervention militaire : C’est en un mois de mars 1871 que la Commune de Paris y vit se rallier la Garde Nationale
jeudi 21 - 17h18
de : JO
La monarchie absolue, les sondages semblent bien dire : ça suffit !
jeudi 21 - 16h52
de : JO
Casino : quand des syndicats font le jeu du capitalisme sauvage
jeudi 21 - 15h29
de : François
180 ans ? Ça se fête…
jeudi 21 - 12h10
de : Info’Com-CGT
JACOU : UN PROJET DE BUDGET SANS AMBITION ET DANGEREUX POUR LA VIE DÉMOCRATIQUE DE LA COMMUNE
jeudi 21 - 12h01
GILETS JAUNES : ACTE 19 SAMEDI 23 MARS
jeudi 21 - 11h44
de : JO
7 commentaires
La presse porte parole du pouvoir - instauration de la loi martiale ? (video)
jeudi 21 - 08h17
de : Irae
1 commentaire
Chiens de garde aux basques d’une gilets jaune (video)
jeudi 21 - 00h08
de : Irae
Le "Sanglier Jaune" , qui va à la rencontre de la France en jaune, était à Paris pour sa 12 ème étape, acte 18 (video)
mercredi 20 - 23h20
de : nazairien
1 commentaire
Les Faucheurs OGM de Colmar Acte 2
mercredi 20 - 22h42
de : Jean-Yves Peillard
Pensée émue pour la famille des vitrines... / C’est l’heure de l’mettre
mercredi 20 - 22h32
de : Hdm
0%.
mercredi 20 - 18h39
de : L’iena rabbioso
Verdi, lance, un nouveau "coup de gueule" salutaire, Violence d’Etat, merdias infâmes : la révolte jaune s’enracine (video)
mercredi 20 - 16h23
de : nazairien
2 commentaires
Amandine : « Passée à tabac par les flics, j’ai une commotion cérébrale mais ils ne me feront pas taire ! »
mercredi 20 - 13h48
de : nazairien
3 commentaires
APPEL PROPOSE PAR LES ELU-E-S FRONT DE GAUCHE ET ADOPTE A L’UNANIMITÉ DU CONSEIL MUNICIPAL
mercredi 20 - 12h00
de : BERNARD DUPIN
2 commentaires
19 mars : une grève interprofessionnelle très forte dans les écoles
mardi 19 - 20h29
de : Stéphane Ortega
1 commentaire
Acte 18, Le "Média" donne la parole à ceux à qui on l’a confisquée : Paroles de "gilets jaunes" (video)
mardi 19 - 20h21
de : nazairien
1 commentaire
Les enseignants sont-ils des frelons asiatiques ? Honte à la police ! (video)
mardi 19 - 19h42
de : jean 1
l’Algérie est libre.
mardi 19 - 19h06
de : L’iena rabbioso
JACOU : UN PROJET DE BUDGET SANS AMBITION ET DANGEREUX POUR LA VIE DÉMOCRATIQUE DE LA COMMUNE
mardi 19 - 15h59
de : BERNARD DUPIN
Lettre aux gentils de la République
mardi 19 - 13h20
de : jean 1
Le 18 mars 1871 : Le peuple et la Garde nationale fraternisent contre la République bourgeoise
mardi 19 - 11h55
de : jean 1
Acte XVIII mis en musique (video)
mardi 19 - 07h58
Maxime Nicolle, une figure des "gilets jaunes" , répond au KéKé de Marselle
mardi 19 - 00h19
de : nazairien
Dans les medias on se rassure comme on peut
mardi 19 - 00h07
de : Irae
« oeil pour oeil » : Admettre et valider la guerre des barbaries racistes est irresponsable !
lundi 18 - 23h48
de : Christian DELARUE
Nouvelle-Zélande : les fantasmes et la haine tuent - MRAP
lundi 18 - 23h16
de : Christian DELARUE
Les "marcheurs en folie" Agnès Buzyn souhaite rehausser l’âge de la retraite, les syndicats appellent à une grève généra (video)
lundi 18 - 19h48
de : nazairien
3 commentaires
Un 16 mars et ça repart ! (video)
lundi 18 - 16h02
de : Le Cercle 49
Venezuela : la prochaine guerre ? (video)
lundi 18 - 15h18

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Puisqu'on ne peut être universel en sachant tout ce qui se peut savoir sur tout, il faut savoir peu de tout. Blaise Pascal
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite