Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Bleu comme les étoiles
de : Al Faraby
vendredi 25 août 2006 - 22h54 - Signaler aux modérateurs

de Al Faraby

Nawal descend les escaliers restés en suspend après le bombardement. Ses yeux cherchent dans la foule rassemblée sur la petite place. Son regard se perd dans ses pensées qui se bousculent dans sa tête. Elle ne sait par où commencer.

Toutes les questions lui viennent à l’esprit, tous les visages, tous les noms, toutes les voix, les cris, les larmes, les souffrances, les douleurs, les peurs, les angoisses, les tremblements, les insomnies... toute l’obscurité.

Nawal descend les escaliers tranquillement. Elle est pieds nus.Sa longue robe frôle les marches et soulève un nuage de poussière.

Elle fixe la foule et regarde le ciel. Jamais il ne lui est apparu aussi claire, bleu... menaçant. La foule s’agite. Tout le monde se cherche, se retrouve, s’embrasse comme après une longue absence. Heureux de se retrouver en vie comme après une catastrophe naturelle : un tremblement de terre, un séisme, l’irruption d’un volcan, un tsunami ...

Nawal s’arrête net. Il n’y a plus aucune marche sous ses pieds. L’escalier donne sur le vide. Le fil est rompu. Pas pour longtemps, très vite, sortie de nulle part, une échelle est tendue. Les gens s’attroupent et encouragent Nawal à descendre. L’échelle est calée sur le toit d’une voiture cabossée par les gravats de l’immeuble partiellement effondré. Un homme s’assure que l’échelle est bien stabilisée. Un autre tend la main à Nawal.

"Ma fille. Quelqu’un a-t-il vu ma fille ?"

Ce sont ses premières paroles depuis sa sortie des décombres des étages écrasés les uns sur les autres.

"Ne craignez rien. Nous la retrouverons. Il faut descendre" Salah se veut rassurant. Les deux bras bien tendus, il s’assure une dernière fois que l’échelle tient bon. Nawal sait qu’elle n’a pas le choix. Elle doit avancer. Elle se retourne, s’accroupit et d’un pied tremblant cherche la première traverse de l’échelle. "C’est cela... continuez doucement... pas de geste brusque... nous avons tout notre temps"

Salah surveille le moindre geste. Il continue à lui causer.

"Vous habitiez à quel étage ?"

Nawal ne répond pas. Elle descend tout doucement. Elle veut retourner la tête. "Non, ne regardez pas en bas. Occupez-vous seulement de descendre" lui lance le sauveteur.

Elle obéit. Elle pose les pieds l’un après l’autre. L’échelle bouge un peu. La femme s’immobilise.

"Ce n’est rien" réplique rapidement Salah. Il ajoute :

"Comment s’appelle votre fille ?"

La mère ne bouge pas. A l’évocation de sa fille, Nawal décide de remonter. Elle crie :

"Ma fille, quelqu’un a-t-il vu ma fille ?"

L’homme réalise de l’erreur commise.

Trop tard. La femme remonte avec une agilité surprenante. Elle crie :

" Wardé... Wardé... Wardé... réponds-moi ma petite fille !"

"Non, redescendez... c’est dangereux.... nous retrouverons votre fille", crie Salah.

Nawal ne l’entend pas. Elle ne l’entend plus. Elle a atteint l’escalier. Elle s’y agrippe de toutes ses forces et d’un dernier effort elle passe par-dessus les premières marches.

Elle se redresse et continue à crier :

"Wardé... Wardé...J’arrive ma petite chérie... maman ne t’abandonnera jamais !"

Le sauveteur la supplie :

"Descendez... c’est très dangereux. L’immeuble risque de s’effondrer d’un instant à l’autre... Il ne faut pas y aller"

"Wardé... Wardé... m’entends-tu ma chérie ?"

Et la femme disparaît dans les pans de mur de béton encore debout.

Désespéré, Salah lève les yeux vers le ciel. Il ne l’a jamais vu aussi beau, aussi bleu, aussi... menaçant ! Il tient toujours l’échelle, inutilement. Il prend conscience de l’absurdité de son geste, de la situation... le désespoir le ronge jusqu’au plus profond de sa conscience.

"Il ne fallait pas que je la laisse partir... Il faut que je la rattrape" se dit-il.

Trop tard. Une tâche sombre apparaît sur le grand fond bleu, puis une autre, puis une autre... Les tâches grandissent à vue d’œil. Elles remplissent le ciel. Le bleu disparaît, la lumière du soleil s’éclipse. Tout s’assombrit. La foule se disperse dans tous les sens, dans un désordre inouï. Tous ses cris, tous ses hurlements, ne suffisent pas à couvrir le bruit sourd des trois appareils qui la survole.

Une bombe, puis une autre, puis une autre.... une pluie de bombes s’abat sur la foule qui disparaît dans une épaisse fumée noir rongée par les flammes. Salah, pris de panique, resté miraculeusement immobile sur le toit de la voiture cabossée, assiste impuissant au massacre.

Les avions font un dernier tour et s’éloignent. Les trois tâchent disparaissent du côté d’où elles surgissent à chaque fois.

Doucement, le ciel retrouve sa couleur habituelle du mois d’août... un bleu légèrement blanc, immensément éclairé. Un bleu comme en rêvent les enfants qui jouent sur la plage pas très loin. Bleu comme les étoiles des avions qui passent de temps à autre et lâchent des bombes.

Le ciel redevient bleu !

L’immeuble s’est complètement effondré. Il ne reste plus aucun mur debout... tout est réduit en poussière. Par ci, par là, des bouts de meubles éparpillés, fracassés, brûlés... Des bouts de lits, de chaises, des portes, des appareils ménagers, des livres, des chaussures, des valises, des jouets... et de temps à autre une main qui dépasse, un bras, une jambe, une tête avec les yeux encore ouverts qui semblent chercher quelqu’un !

Toute ressemblance avec la réalité est pure coïncidence.

http://www.aloufok.net/article.php3...



Imprimer cet article





CATASTROPHISME, ADMINISTRATION DU DÉSASTRE ET SOUMISSION DURABLE
mardi 21 - 08h50
de : Ernest London
CGT : un congrès pour rien ?
lundi 20 - 18h15
VENEZUELA ! Tentatives de génocide des Etats-Unis ?
lundi 20 - 17h36
de : JO
Manifestation du 18 mai à #SAINTNAZAIRE #ACTE27 Résumé de la journée #GILETSJAUNES (vidéo)
lundi 20 - 16h37
de : nazairien
FAIT DU JOUR Les gilets jaunes passent à l’action contre la répression et les violences policières
lundi 20 - 14h28
de : jean 1
GILETS JAUNES à REIMS : Les brutes macronistes dans leurs oeuvres ? (video)
dimanche 19 - 09h25
de : JO
La stratégie horizontale.
samedi 18 - 16h38
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
Jean-Claude Kaufmann, sociologue. Les gilets jaunes ne sont que le début d’autres surprises à venir (vidéo)
samedi 18 - 14h32
de : nazairien
2 commentaires
LUNDI MATIN PAPIER #4 - Gilets jaunes : un assaut contre la société
samedi 18 - 14h04
de : Ernest London
Gilets jaunes : la révolte inattendue, la révolte des "Gueux".NOUS SAVONS QU’IL EXISTE UN PEUPLE EN FRANCE (vidéo)
vendredi 17 - 21h58
de : nazairien
1 commentaire
52éme congrès confédéral CGT La structure CGT-Police n’a pas le droit à l’expression !
vendredi 17 - 12h12
de : CGT-Police
2 commentaires
52E CONGRÈS DE LA CGT : LE DOYEN DES SYNDICATS EMPÊCHÉ D’INTERVENIR !
vendredi 17 - 09h01
de : Info’Com-CGT
GOODYEAR : LA SEULE LUTTE QUE L’ON EST SUR DE PERDRE EST CELLE QUE L’ON LE MÈNE JAMAIS . (video)
vendredi 17 - 08h58
de : Mickael Wamen
Comment (et pourquoi) le Rassemblement national a "retourné" un élu de la France Insoumise
vendredi 17 - 08h52
de : Maxence Lambrecq et Olivier Bénis
3 commentaires
Gilets jaunes à Toulouse : accusée pour avoir bousculé des policiers avec son fauteuil roulant (video)
vendredi 17 - 08h37
Violences policières : les images décryptées (video)
vendredi 17 - 08h20
de : Arthur Carpentier
26 actes et toujours pas de Molière (video)
jeudi 16 - 23h04
de : Gilets jaunes intermittents chômeurs précaires
Monsanto, avance masqué,"Envoyé Spécial : Monsanto aurait recruté des agriculteurs à leur insu pour vanter le glyphosate
jeudi 16 - 22h46
de : nazairien
1 commentaire
Horreur et justice
jeudi 16 - 19h51
de : jean 1
Portraits Macron décrochés : Ne frise-t-on pas des emprisonnements politiques ?
jeudi 16 - 17h44
de : J0
2 commentaires
L’art de la compromission
jeudi 16 - 14h49
de : Jean-Marie Défossé
On avance, en Angleterre les gilets jaunes sont vus comme des héros. Ça fonctionne ! Ensemble !!! (vidéo)
jeudi 16 - 14h49
de : nazairien
3 commentaires
Mobilisation contre les lois Blanquer : la grève reconductible, c’est pas automatique
jeudi 16 - 12h20
Intervention sur RTL du camarade Mickael Wamen au sujet du jugement prud’hommes pour les 823 ex Goodyear (video)
jeudi 16 - 11h59
de : Mickael Wamen
Don quichotte dort à l’Elysée
mercredi 15 - 22h00
de : Irae
VGE ne meurt jamais.
mercredi 15 - 19h55
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
La Ditature en marche : GILETS JAUNES : EN GARDE À VUE POUR UNE PANCARTE (vidéo)
mercredi 15 - 07h09
de : nazairien
2 commentaires
Gilets Jaune "nous accusons" ; 10000 citoyens accusent le gouvernement (video)
mardi 14 - 23h00
de : le media
4 commentaires
Vaccynisme et réalité
mardi 14 - 22h53
de : Annee Gourvès pour AIMSIB
3 commentaires
Plus de 100 artistes français dénoncent l’Eurovision 2019 en Israël et en appellent à France Télévisions
mardi 14 - 17h32
de : JO
Suppression de postes d’enseignants spécialisés dans l’Hérault
mardi 14 - 17h06
de : AREN34
Tourisme de riches
mardi 14 - 13h20
de : Irae
1 commentaire
LE BOURREAU DES GOODYEAR ACCEUIL LA CGT ... !!!
mardi 14 - 08h39
de : Mickael Wamen
3 commentaires
Il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin
lundi 13 - 16h46
de : jean 1
1 commentaire
I.B. Ou la Bourgeoise Ridicule.
lundi 13 - 16h44
de : L’iena rabbioso
Syndicalisme et féminisme : aller ensemble vers l’égalité.
lundi 13 - 09h18
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Italie : 12 mai 1977, l’assassinat de Giorgiana Masi (videos)
lundi 13 - 08h28
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Congrès de la CGT : pourquoi les débats s’annoncent vifs sur les questions internationales
lundi 13 - 08h16
de : Stéphane Ortega
3 commentaires
Menacée par les autorités, la juriste, Georgia Pouliquen, nous parle d’Angleterre, exfiltrée par des amis anglais (videos)
dimanche 12 - 17h56
de : nazairien
Agnes HELLER, un marxisme sans lutte de classe, ni perspective socialiste
dimanche 12 - 14h34
de : Christian DELARUE

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La culture, ce n'est pas ce qui reste quand on a tout oublié, mais au contraire, ce qui reste à connaître quand on ne vous a rien enseigné. Jean Vilar
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite