Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Hirondelle présidentielle

de : Michel Husson
dimanche 3 septembre 2006 - 18h35 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
JPEG - 50.1 ko

de Michel Husson

Tous les clignotants sont au vert, triomphe le gouvernement, qui se voit déjà porté par une nouvelle vague conjoncturelle. Mais de quoi dépend au juste la conjoncture ? Voilà une vraie question d’économie politique qui n’admet pas de réponse simple. D’abord, parce qu’une économie capitaliste est essentiellement cyclique : la dynamique de l’accumulation du capital conduit à une succession de phases de reprise et de récession.

Marx avait le premier proposé une analyse de ce mécanisme, que l’on retrouve sans grand changement dans les modélisations modernes : les cycles sont engendrés par la concurrence entre capitaux et sont donc largement indépendants de l’intervention publique.

Ensuite, il y a la conjoncture internationale : quand la demande baisse sur le marché mondial, ce ralentissement est transmis à l’ensemble de l’économie française, et vice versa. L’intervention publique se situe en aval : l’Etat dispose d’instruments puissants (politiques budgétaire et monétaire) et il peut aussi actionner des leviers tels que la fixation du Smic, l’organisation du marché du travail, etc. Tout cela interagit : la politique budgétaire peut être pro- ou contra-cyclique et tendra à accentuer ou lisser les cycles. Les orientations au niveau européen vont elles aussi accentuer ou non la transmission internationale des cycles et, le cas échéant, le taux de change de l’euro peut être utilisé pour limiter l’effet sur la compétitivité des fluctuations du marché mondial.

Cette complexité n’empêche pas les gouvernements de dire que, si ça va mieux, c’est grâce à leur politique ; et quand ça se gâte, ils s’abritent derrière la conjoncture mondiale ou invoquent l’héritage laissé par leurs prédécesseurs. Ces deux assertions sont fausses, parce que les situations concrètes mélangent les différents facteurs dans une proportion qu’il faut savoir démêler. Si on braque le microscope sur le 2ème trimestre, on s’aperçoit que le PIB a augmenté de 4,5 % par rapport au trimestre précédent (en rythme annuel) : c’est mieux que la moyenne des trois trimestres précédents qui s’établit à 1,9 %. Or, ce résultat ne s’explique ni par le commerce extérieur qui se dégrade, ni par la consommation, mais par l’investissement en bâtiment, et par les stocks. Difficile donc d’y trouver une trace de l’action gouvernementale, ou le signe d’une inflexion durable. Il s’agit plutôt d’un petit mouvement cyclique et l’Insee pense d’ailleurs qu’il est « peu probable que la demande des entreprises se renforce dans les mois à venir ».

Et sur le front de l’emploi ? On semble sortir de la « croissance sans emplois » de 2003 et 2004, qui s’expliquait en grande partie par le rattrapage forcené des patrons, encouragés à prendre leurs revanche sur les 35 heures. On peut donc s’attendre à une augmentation des effectifs plus soutenue. Dans le secteur non marchand, en revanche, les effets des diverses mesures Borloo devraient saturer. Au total, la baisse du taux de chômage devrait continuer à en raison de ces créations d’emplois, mais il ne devrait pas descendre beaucoup en dessous des 8,9 % actuels - son niveau quand la droite est revenu aux affaires. L’amélioration sera donc sans commune mesure avec la période Jospin, au cours de laquelle le taux de chômage avait baissé de 12,2 % à 8,9 % grâce à la création de 1,8 million d’emplois.

On sait ce qu’il en a été pour Jospin. La droite aurait tort de penser qu’elle va tirer les marrons du feu, notamment parce que les fruits de cette petite croissance sont très inégalement répartis, comme l’illustre la controverse actuelle sur le pouvoir d’achat. Elle révèle en effet la dimension de classe de l’indice des prix : il y en a qui baissent, mais ce ne sont pas ceux des biens et services qui constituent l’essentiel de la consommation populaire. L’amélioration moyenne du pouvoir d’achat est alors un concept comptable qui masque des inégalités profondes que toute la politique du gouvernement, notamment en matière fiscale, a contribué à creuser.

Ni les frémissements de l’emploi, ni les mesures électoralistes annoncées récemment par de Villepin ne suffiront pas (surtout s’il les accompagnait d’une nouvelle baisse des droits de succession !) à modifier la perception majoritaire quant au véritable bilan de la droite : il est de plus en plus difficile de vivre décemment dans ce pays. Et la question de savoir s’il existera une offre électorale capable d’exprimer ce sentiment dépend assez peu de la conjoncture.

Politis n°916, 7 septembre 2006

http://hussonet.free.fr/

PDF - 16 ko

Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
> Hirondelle présidentielle
3 septembre 2006 - 23h27

Et les emplois-jeunes dans tout ça ?

Un faire-valoir passager, brouillant cruellement les statistiques. Et ça, c’est pas une hirondelle...







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite