Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

LA CONSCIENCE EN MIETTES
de : Patrick MIGNARD
vendredi 23 mars 2007 - 12h12 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires
JPEG - 52.7 ko

de Patrick MIGNARD

Matière à réflexion

Les élections ne changeront rien, c’est une évidence, mais elles sont tout de même le révélateur de ce qui se passe dans notre société. S’il n’y a aucun intérêt à essayer de comprendre celles et ceux qui sont directement intéressées par la pérennité du système en place, il est par contre intéressant d’examiner le comportement de celles et ceux qui veulent le renverser.

Ce qui s’est passé à la « gauche de la gauche » c’est un peu comme si on avait voulu mélanger dans un récipient différents produits et, qu’à la suite de ce brassage laborieux, on retrouve les mêmes produits chacun de leur côté (?). Si cela se produit sur le plan physique, on en conclura simplement que les produits ne peuvent pas se mélanger, trop différents « de nature ». Toute schématisation est bien sur hasardeuse mais, la comparaison est-elle soutenable avec le brassage de la "gauche de la gauche" dans les fameux collectifs ? En partie oui.

LA FAUSSE THEORIE DU « DENOMINATEUR COMMUN »

Cette « théorie » se fonde, consciemment ou inconsciemment, sur une vision réductrice, et pour le coup schématique, de ce qu’est une conscience collective. Elle analyse celle-ci comme un ensemble inerte qui serait composé de strates différentes, d’où les différences des uns et des autres, reposant sur un socle qui constituerait ce fameux « dénominateur commun ». Ce serait effectivement facile si les êtres humains fonctionnaient comme cela. Le problème c’est que ce n’est pas du tout le cas.

Le « désir de changement » est à la fois quelque chose de concret et d’abstrait…

Concret, car il s’agit de remplacer un système par un autre système, et quand on regarde l’Histoire on voit concrètement ce que cela veut dire,… la fertilité de l’imagination permet de « voir » ce système en fonction de ses désirs, de ses valeur, de son éthique,…

Abstrait, parce que si l’on sait le « pourquoi ? », on ne sait par contre rien sur le « comment ? » et sur le « quoi ? »

Le « comment » fait intervenir des appréciations, des analyses, forcément divergentes, une ou des stratégies, elles aussi divergentes, des tactiques qui ne correspondent pas aux intérêts immédiats de toutes et tous… la discussion purement théorique ne peut que s’enliser, ou aboutir à un compromis stérile.

Le « quoi » reste toujours dans le vague, et pour cause, il est concrètement largement dépendant du « comment »…

Autrement dit le fameux « dénominateur commun » n’a de « commun » que le nom. C’est certes un dénominateur mais qui ne repose sur rien de concret, simplement sur des espoirs, des déclarations d’intention… Rien de concrètement sérieux pour établir une stratégie opérationnelle.

LE MARCHE ELECTORAL

Le champ électoral est particulièrement propice à cette abstraction des attitudes.

Le champ électoral est essentiellement abstrait, en effet, il est une espèce de vaste « marché » dans lequel il y a des « offres » et des « demandes ».

Les « demandeurs » ce sont bien sûr les électeurs qui formulent leurs besoins, leurs désirs et souhaitent, comme un consommateur, qu’ils soient satisfaits… chacune et chacun défendant ses intérêts, son petit domaine…

Les « offreurs » se sont les candidats qui, s’ils veulent être élus doivent plaire et promettre. Ils « démarchent » auprès des électeurs-demandeurs comme des représentants de commerce vantant la qualité de leur produit.

Et l’on s’étonne que les candidats fassent de la surenchère ? Mais c’est le contraire qui serait surprenant.

En fait, et concrètement, l’élection repose sur une transaction implicite entre l’offreur et le demandeur. Dans la mesure ou l’offreur arrive à convaincre le demandeur qu’il est le seul à pouvoir lui procurer ce dont il a besoin, ce dernier est de fait contraint de « passer le marché »… ceci est illustré par la remarque que l’on entend souvent : « De toute manière on n’a pas d’autre choix… » ou « Il vaut mieux ça que rien !... »

On a atteint là un degré de non conscience civique total. Notre réaction tient plus du réflexe pavlovien que de la réflexion….. Le réflexe nous est imposé par le choix que l’on a fait pour nous et qui nous explique que « c’est comme cela et pas autrement… et que c’est ça la démocratie(?) » et il est provoqué par la nécessité, dite « civique », de ne s’en tenir qu’à ce choix : « Voter est un droit, mais aussi un devoir ». A ce stade, le citoyen ne mérite même plus le qualificatif de « citoyen »

Cette maxime : « Voter est un droit, mais aussi un devoir » est, quand on y réfléchi un minimum, plus une injonction qu’un principe démocratique.

LES FAUX SEMBLANTS

Qu’un candidat, alternatif, altermondialiste, contestataire, qui sait « payer de sa personne », « ait une image médiatique », « ait du charisme »…., se présente aux élections présidentielles, ne change évidemment rien au raisonnement précédent… pas plus d’ailleurs, sur le fond, aux conséquences du résultat de l’élection.

Sur la forme c’est différent. Par exemple, un tel candidat va permettre à la multitude de celles et ceux qui, à juste titre, ne font plus confiance aux partis politiques, de s’exprimer en votant… mais que vont-ils réellement exprimer par ce vote ? La défiance envers les partis ? Le fait qu’« ils en ont marre » et qu’« ils voudraient que ça change« ? Bien ! Et alors ? C’est tout ? C’est vrai qu’ils vont pouvoir « se compter »… Et alors ? Que feront-ils de ce chiffre à valeur toute relative ?

Or c’est cette « forme » qui donne l’illusion que l’on modifie le « fond ».

Satisfaction éphémère qui garde closes les portes de l’avenir.

« Mais ça fait du bien de dire ce que l’on pense et de voir que l’on est nombreuses et nombreux à le penser !… »

Alors soit, si l’on pose le vote en terme de « plaisir » on peut comprendre, mais alors disons le tout de suite : l’élection est un défouloir et seulement un défouloir.

De même que le Carnaval était en plein Carême un moment où l’on pouvait s’éclater, transgresser la norme, dire, hurler,… et le lendemain tout redevenait comme avant, … l’élection apparaît comme un tel moment… une fois les feux de la rampe éteints… tout redevient comme avant, le carrosse électoral se transforme en citrouille de la quotidienneté.

RECONSTRUIRE LA CONSCIENCE

Cette véritable lobotomie politique que nous subissons aujourd’hui, qui transforme le citoyen en machine à reproduire le rapport social dominant n’est pas une fatalité. Tous les systèmes dans l’Histoire ont eu recours à cette méthode, la violence, la religion, le droit, la morale, la rhétorique,… en étaient les instruments, l’Etat, et ses valets, en était l’acteur.

Sommes nous éternellement condamnés à cette situation ? Si l’on s’y prend de cette manière, c’est-à-dire en nous contentant du dispositif officiel mis en place, très certainement…

Comment alors le dépasser ?

Si le système fonctionne selon sa propre logique politique, qu’il verrouille et contrôle et que nous mettions, de notre côté, en place une pratique sociale alternative, alors il y a tout lieu de penser que le dépassement du système est au « bout du chemin ». On peut même, éventuellement, contrairement à ce que pensent certains, utiliser tactiquement le système officiel, mais encore faut-il que nous ayons une pratique qui fonde la stratégie du mouvement et lui donne un sens historique.

La conscience critique si elle se construit à partir de l’analyse critique du système en place, devient une conscience politique opérationnelle lorsqu’elle s’enracine dans une pratique sociale qui prouve que les rapports sociaux que l’on souhaite existent et s’avèrent supérieur aux rapports dominants… Ce n’est pas autrement que la bourgeoisie commerçante a réussi à imposer son système de domination, et c’est à contrario par l’ignorance d’un tel principe que les expériences soviétiques et des gauches ont toutes échouées.

La puissance du discours ne saurait remplacer la puissance déterminante de la pratique. Les beaux parleurs qui nous vendent leur camelote progressiste ne nous proposent que du vent… c’est pour cela que chaque fois… nous nous enrhumons !

Patrick MIGNARD

Voir aussi les articles :

« VICTOIRE DE « LA » POLITIQUE, MORT « DU » POLITIQUE »

« SE REAPPROPRIER L’ECONOMIQUE ET LE SOCIAL »



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
LA CONSCIENCE EN MIETTES
23 mars 2007 - 14h25

L’analyse est brillante mais,comme tu le dis toi-même,elle reste théorique :"la puissance du discours ne saurait remplacer la puissance de la pratique".Et puis au delà du discours,s’agissant de cette gauche de la gauche,soit elle est trop organisée et souvent trop dans la forme et pas assez dans le fond,voire les différents partis:PC,LCR,Lo et autres groupuscules,soit elle est multiple mais innefficace,car trop hétéroclite et"bordélique",voire Bové and co.La contestation du système ressort plus de la protestation ponctuelle et affective que d’une remise en cause en profondeur du système.Ca semble sans issue,si un mouvement d’ampleur et probablement brutal n’en vient pas à casser la belle mécanique.Faut voir.Petit point d’histoire,Carnaval ne vient pas au beau milieu du Carême mais il l’initie avec Mardi Gras qui précède le Mercredi des Cendres,début du Carême.Dans le passé,on avait la Mi-Carême qui venait adoucir le jeûne et était prétexte à libations.Fraternellement.

vieil anar



LA CONSCIENCE EN MIETTES
23 mars 2007 - 22h35 - Posté par

oui, il y a du travail a gauche , peut etre apres cette election du nouveau, mais si la gauche reste comme au siecle dernier ! notre but pour 2 000- 2 100 est de rassembler la gauche dans un seul parti (cad a gauche du ps bien sur , le ps est au centre !)et cela avec seulement 5 partis de gauche pour les 5 continents, car si on reste comme au siecle dernier la droite va de nouveau nous ecraser , la gauche avec leur politique en saucisson CA SUFFIT. Anarcho (-coco car sans parti on est foutu), mais dans ce parti : " DIE LINKE-allemand communiste platte forme " (au point de vue syndicat, je suis chez verdi-gauche, et peut etre me mettre aussi au syndicat anarcho) bien a toi J-f d


LA CONSCIENCE EN MIETTES
11 avril 2007 - 10h29

Plus je lis ce mec, et je voudrais bien savoir s’il publie et quoi, plus il a raison. Cette campagne électorale, qui nous prend positivement et négativement pour des cons, ça dépend de quel côté on se place, détruit notre conscience et notre lucidité citoyenne.

Marc de Marseille






Mort d’Adama Traoré : le « J’accuse ! » de sa sœur Assa (repris par le yéti blog)
samedi 20 - 17h52
de : nazairien
les deux actions du 18 juillet
jeudi 18 - 23h19
de : Jean-Yves Peillard
À LA LIGNE - Feuillets d’usine
jeudi 18 - 19h09
de : Ernest London
Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
1 commentaire
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
1 commentaire
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
2 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
11 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
2 commentaires
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
3 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires
Week-end de résistance et d’occupation contre le projet de Surf Park de Saint Père en Retz (44) le 20 et 21 Juillet 2019
dimanche 7 - 11h02
de : Collectif Terres Communes

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Il n’existe pas d’activité humaine dont on puisse exclure tout-à-fait l’intervention intellectuelle, il n’est pas possible de séparer l’homo faber de l’homo sapiens. Antonio Gramsci
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite