Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Inégalités récurrentes face au logement, travail et revenus en 2004
de : gwel@n
mardi 17 février 2004 - 14h25 - Signaler aux modérateurs

INEGALITES au PAYS des DROITS DE l’HOMME
Conférence Musée de l’Homme (expo « Pauvres de nous »)

A l’occasion du nouvel appel du mouvement Emmaüs*, Alternatives économiques invitait à un débat axé sur l’ « insoutenable inégalité des êtres ?à travers les revenus, le travail, le logement ? » et les transformations structurelles.

Denis Clerc (AE) l’introduit en abordant l’échelle des salaires, un SMIG « ramasse-miettes » qui produit une impulsion pour les autres salaires, l’inégalité salariale ne s’est pas accrue pour autant voire a diminuée contrairement à ce qu’ont vécu les USA et le Royaume-Uni. L’irruption du chomâge de masse dans les années 1990-96 a conduit à une paupérisation et le développement des exclusions, un ressentiment des inégalités s’est manifesté dans une « société riche » qui participe à la distribution des revenus (RMI, CMU ?).
Les disparités des salaires au sein d’une catégorie professionnelle sont relevés avec une dispersion des salaires nouvelle et le phénomène de rupture de contrat qui met fin à une carrière salariale. Les conventions collectives en terme d’accords sur les salaires sont nivelées par le bas et s’alignent voire se situent en dessous du SMIG. Le capital humain est fragilisé et l’exploitation du travail se développe à nouveau à l’image du XIXème siècle. Les exemples de l’hôtellerie, le textile, la propreté et le nettoyage nous ramènent à des pratiques anciennes avec des salaires tirés vers le bas. La précarité remplace la carrière salariale dans un contexte de dispersion des normes collectives et salariales.

Le déclin du syndicalisme accentué par le phénomène d’individualisation met en avant un rapport de forces défavorable. Le seuil de pauvreté calculé en 2004 à 680 euros par personne fait apparaître l’émergence des travailleurs pauvres, de ceux qui vivent avec des salaires faibles et subissent l’exclusion au logement, tels les « working poors » aux USA.
Le mode de garde des enfants et les problèmes des familles monoparentales handicapent ces personnes exlues et par extension du monde du travail. La difficulté d’accès au travail, la menace de précarité et des revenus en dessous du seuil de pauvreté (temps partiels) mettent en relief une nouvelle population fragilisée par les difficultés socio-économiques qui n’ a accès qu’aux « bad jobs ».
JC Le Duigou (CGT) met en avant sa préoccupation de lutte contte les inégalités qui est le fondement de l’action syndicale. Problème social majeur, l’inégalité et notamment celle des revenus a été révélée dans les années 90 avec le rupture d’une partie de la population avec le monde du travail et notamment la difficulté structurelle de l’intégration dans le marché du travail pour les jeunes et les femmes et qui correspond dans le même temps à l’élargissement de l’électorat nationaliste(F.N). En 83-84 un ouvrier non qualifié était exposé à 6 ans de chomâge dans sa carrière. Parallèlement se développe une catégorie de salariés pauvres, sur 2,6 millions de création d’emplois en 10 ans, 50 % sont rémunérés en dessous du SMIG, des salariés sont sous-payés, une inégalité devant l’espérance de vie persiste (cf conditions de travail, stress ?) et une disparité à l’accès à la formation professionnelle est encore d’actualité.

Un défi nouveau se présente aux organisations syndicales dans cet environnement de rupture entre les emplois corrects et les autres. La prévention du travail (précarité, durabilité, contre les licenciements) met en avant l’intérêt d’offrir des droits à la personne du salarié et d’instituer une sécurité « sociale professionnelle ». La sécurité devant l’emploi est une réponse en présentant des garanties pour la conservation de l’emploi et notamment pour les précaires, un système de grantie sociale est avancé.

Le constat de l’insécurité sociale par rapport au travail est flagrant, 1/6 des salariés n’a pas de salaire décent, les contraintes de l’économie fragilisent le travailleur, 3/4 des emplois crées sont des CDD, une sécurité professionnelle est suggérée contre la précarité, 1/3 des SDF travaille ?

L’économiste Eric Maurin revient sur le problème de la stabilité de l’emploi et de la fragilité de la société en faisant le lien entre le problème du logement et le destin scolaire des enfants. L’urgence du logement masque en partie l’inégalité de logement, le mal logement et l’incidence sur l’enfant en terme d’éducation (retard scolaire). Le surpeuplement dans les logements annonce la ségrégation sociale, la ghettoïsation et l’échec scolaire (15 à 20% des ados vivent dans des chambres de 2 pers et +). La condition d’existence des enfants et des familles provoque un effet multiplicateur social.

JB Eyraud (DAL) invoque la nécessité de « construire » pour les familles en difficultés à l’heure ou l’on note une augmentation des loyers et des valeurs immobiliaires conséquentes. Le parc locatif bon marché est souvent dégradé et le déficit de logement sociaux criant. Le maintien des familles à revenus stables en ville est difficile (mouvement vers la banlieue) et les « marchands de sommeil » sont légion. La libéralisation du marché du logement est dommageable et pourtant la remise en cause du logement à vocation sociale est constante chez les libéraux, le mode de financement est fragilisé (cf livret A).

L’augmentation des expulsions (cf impayés de loyers, difficultés de relogement) interpelle les associations (qui réalisent un travail de convergence) qui perçoivent de mauvaises perspectives, les politiques annoncées ne limitant pour autant les inégalités bien au contraire. La loi SRU (20% de logement social dans les villes ) n’est pas appliquée et le droit d’attribution du préfet est menacé par la loi de décentralisation. La vente des logements sociaux et les problèmes récurrents d’attente traduisent la dégradation de la situation de l’égalité, la montée de la demande de logement social en est le thermomètre (300.000 logements sociaux sont nécessaires en 2004 en IDF). Les (gros) bailleurs privatifs doivent participer à la solidarité nationale.

Elargissement personnel
L’insécurité sociale ambiante traduit le désengagement de l’Etat et l’exclusion d’une partie de la population sacrifiée sur l’autel du libéralisme. L’exclusion peut être sociale, politique, économique ou tout à la fois. On est exclu du logement, de l’accès à l’emploi par exemple. L’exclusion introduit de surcroît l’idée d’une rupture dans un continuum protégé par des droits ou, du moins, des garanties sociales minimales.
Il peut être marqué par le cumul de plusieurs exclusions (travail, revenu, logement, santé...) et par l’impossibilité ou l’incapacité pendant une période plus ou moins longue de bénéficier de droits.L’accession au logement pour les travailleurs précaires, et les chômeurs est refusée, les ménages concernés sont souvent sollicités par des prêts à la consommation, avec des taux de remboursement beaucoup plus élevés, l’endettement caractérise les familles pauvres.

L’exclusion de l’indemnisation des intermittents annonce la déresponsabilisation des autorités publiques et la dérive anti-sociale opérée par nos gouvernants dans ce début de millénaire particulièrement régressif.

Les inégalités persistantes, les difficultés à les réduire dans les revenus, au travail et à l’accès au logement témoignent de ce constat d’insécurité sociale, l’exlusion se développe inexorablement aux yeux de tous et en particulier devant les ministères. Car c’est à l’Etat de manifester l’intérêt général et c’est la grandeur de l’Etat que de participer à la réduction des inégalités, la charité associative a ses limites et ne peut se pérenniser de par l’essence même de son urgence d’engagement.

*avec Amnesty international, Armée du Salut , ATD Quart Monde, Envie, Fédération Entraide protestante, France Bénévolat, les Restos du C ?ur, Médecins du monde, Secours Catholique, Secours Populaire, Solidarités nouvelles face au chômage

Gwel@n



Imprimer cet article





Cette grave affaire qui met en cause Emmanuel Macron !
lundi 22 - 19h10
de : JO
Les médias : ceux qui n’entendent qu’une cloche, n’entendent qu’un son !
lundi 22 - 17h49
de : JO
Gauche homard et gauche caviar : Débat pour en sortir !
dimanche 21 - 10h48
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Mort d’Adama Traoré : le « J’accuse ! » de sa sœur Assa (repris par le yéti blog)
samedi 20 - 17h52
de : nazairien
1 commentaire
les deux actions du 18 juillet
jeudi 18 - 23h19
de : Jean-Yves Peillard
À LA LIGNE - Feuillets d’usine
jeudi 18 - 19h09
de : Ernest London
Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
1 commentaire
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
1 commentaire
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
3 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
12 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
2 commentaires
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
3 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Notre tête est ronde pour permettre à la pensée de changer de direction. Francis Picabia
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite