Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Le scandale du siècle au coeur du grand patronat français
de : Liberté 62
lundi 25 août 2008 - 17h54 - Signaler aux modérateurs
10 commentaires
PNG - 51.2 ko

« A quoi servent les 600 millions d’euros des caisses noires du patronat et où vont les 2 millions d’euros distribués chaque année en liquide par l’UIMM et le MEDEF ? » C’est à répondre à ces deux questions que s’emploie Gérard Filoche, inspecteur du travail, militant syndical et politique dans son ouvrage sur Les caisses noires du patronat publié en mai dernier aux éditions Jean-Claude Gawsewitch.

Dédié à « Cathy, caissière chez Carrefour à Port-de-Bouc », son ouvrage est une prise de parole sérieuse et documentée destinée à faire la lumière sur un « scandale qui soulève le coeur ». Un livre de combat aussi : pour que s’engage au plus vite une véritable action des pouvoirs publics contre ceux qui en sont les protagonistes.

Un « scandale qui soulève le coeur »

Gérard Filoche rappelle tout d’abord le début et le contexte de l’« affaire ». Sous la pression des fonctionnaires de Tracfin, service relevant du ministère de l’Economie, des Finances et de l’Industrie créé en 1990 « pour combattre le recyclage de l’argent sale » s’ouvre, fin septembre 2007, une « enquête préliminaire » sur des retraits de fonds suspects opéré par Denis Gautier-Sauvagnac, haut responsable de l’UIMM – Union des Indutries et des Métiers de la Métallurgie, « pivot du MEDEF ». « En fait, rappelle Gérard Filoche, ces manoeuvres étaient sous surveillance depuis de nombreuses années : Tracfin avait déjà signalé en 2004 de tels retraits en liquide au ministère des Finances, tenu à l’époque par Nicolas Sarkozy, qui aurait mis le dossier « en attente » ».

Un dossier mis « en attente »

Cette « attente » durera trois ans. Face à une rumeur et à une série de « bruits » se développant depuis les services ministériels, l’« affaire » finit cependant par éclater. Le 26 septembre, c’est Le Figaro qui allume la mèche. A partir de là, les informations commencent à percer dans la presse. Début octobre, une perquisition au domicile de Denis Gautier-Sauvagnac a lieu. « Trois jours plus tard, les policiers saisissent, sur les indications de l’IUMM, 2 millions d’euros dans un coffre loué par l’association patronale. »« « Tous les jours, on en découvre un peu plus et ça monte doucement » dit le 11 octobre un policier à l’agence Reuters » rapporte Gérard Filoche. Bientôt, les images d’une « caisse noire » de 600 000 millions d’euros, de « mallettes de 24 à 32 kg, contenant 150 000 ou 250 000 euros » qui circulent « plusieurs fois par an » et de près de « 2 millions d’euros distribués chaque année en liquide par l’IUMM et le MEDEF » s’imposent.

JPEG - 31.4 ko

Opérations de « diversion »

Comment les dirigeants du MEDEF et de l’IUMM vont-il faire pour légitimer l’existence de cette « caisse noire » issue de cotisations pas « ordinaires », sans véritable comptabilité et dont la « gestion était discrétionnaire, en liquide et en secret » ? Par diverses opérations de « diversion » explique Gérard Filoche. Tout d’abord, Denis Gautier-Sauvagnac nie les faits : « « Nous n’avons rien à voir avec , ni de près ni de loin avec des malversations qui relèvent de Tracfin » affirme à la presse M.Denis Gautier-Sauvagnac en marge d’une réunion sur la pénibilité du travail » rappelle Gérard Filoche. Contraint de les reconnaître, Denis Gautier-Sauvagnac se dédouane : « DGS admet, souligne Gérard Filoche : « Sur cette caisse, nous avons effectué des opérations de retrait en espèces, environ 2 millions d’euros par an, pour participer au financement de diverses organisations de notre vie sociale. » Mais il refuse catégoriquement de fournir l’identité des bénéficiaires de ces largesses secrètes. « Il n’y a jamais eu de corruption, de financement politique, d’achat de parlementaires, ou de signatures lors d’un accord syndical, jamais » affirme-t-il pour essayer de couper court aux recherches. » Bientôt, certains représentants historiques du MEDEF et de l’IUMM venant à la rescousse de Denis Gautier-Sauvagnac tentent de « banaliser » l’existence de cette caisse. D’abord en soulignant le fait qu’elle existe depuis longtemps et donc que Denis Gautier-Sauvagnac, « homme d’une parfaite honnêteté », n’est que l’héritier d’un « système ».

« Pour blanchir Denis Gautier-Sauvagnac, ils expliquent que tous se sont salis depuis des décennies »

« Pour blanchir Denis Gautier-Sauvagnac résume Gérard Filoche, ils expliquent que tous se sont salis depuis des décennies. Mais l’aveu n’excuse pas le crime. Son ancienneté non plus. Persévérer dans la turpitude ne l’atténue pas. On va d’ailleurs entendre des sons de cloches et des dates différentes ; certains disent que cette caisse noire dure depuis 1901, d’autres depuis 1947, d’autres depuis 1968. Curieuses dates : elles correspondent toutes à des avancées de la gauche et des luttes sociales, comme si c’était en réaction à un développement des mouvements du salariat. » Ensuite, en niant qu’elle soit de « l’argent sale » ou qu’elle résulte de « quoi que ce soit d’illégal ». Mais « c’est contradictoire souligne Gérard Filoche, : car soit c’est banal, légitime et on l’explique. Soit ce n’est pas racontable, et le silence encourage à soupçonner tous les coups fourrés, combines et corruptions les plus « glauques » ».

« Le plus sale mensonge, le plus immoral, des tenants de la caisse noire »

Autres opérations de "diversion" décrites dans le détail par Gérard Filoche : la mise en scène de la querelle des « anciens » du MEDEF et des « moderne », ou encore le conte de Clochemerle de Madame Propre et des « fieffés menteurs » avec annonce retentissante par Laurence Parisot, l’actuelle patronne du MEDEF, d’un procès qui fait « pchiiitttt » et d’un coup de pied dans la fourmilière qui se fait toujours attendre... Ou encore , pourquoi pas, d’un « complot » ourdi par le gouvernement Fillon-Sarkozy contre...Denis Gautier-Sauvagnac ! Mais le « must » est atteint par un biais où il est suggéré que cette « caisse noire », servait à « fluidifier les relations sociales ». « Vieille histoire de testament, semble ironiser Gérard Filoche, : à ma mort, je te lègue trois lettres. Tu ne les ouvres que si tu as des problèmes. Au premier problème, la première lettre dit : « Tu nie tout » Au second problème, la deuxième lettre dit : « Tu reconnais les faits, mais tu dis que ce n’est pas grave. » Au troisième problème, la lettre dit : « Tu mets tout sur le dos des syndicats. »

Alors ils essaient de tout mettre sur le dos des syndicats. Ils vont faire croire dans toute la presse que, s’ils ne peuvent pas parler, c’est par gentillesse pour les syndicats de salariés, car c’est à eux qu’ils ont donné de l’argent ! En Fait, notre patronat serait trop bon : ils seraient tous la main dans la main , copains et coquins, faux adversaires, ils s’entendraient et les patrons paieraient pour les salariés syndiqués. » Mais sous l’ironie, l’auteur des Caisses noires du patronat est ferme et démontre, preuves à l’appui, la construction du « plus sale mensonge », « des tenants de la caisse noire ». Loin d’alimenter les syndicats et donc la lutte sociale des salariés, « cette caisse noire de 600 millions d’euros, souligne Gérard Filoche, a pour fonction essentielle de mener le combat secrètement, puissamment, par la corruption, par tous les moyens, pour faire passer le programme du MEDEF. Les vraies victimes de cette caisse noire, ce sont les salariés, les smicards, les plus concernés : ce sont eux, c’est vous, c’est nous qui sommes visés. L’argent de la corruption a pour fonction, d’une part d’empêcher les travailleurs de faire grève, de résister, et, d’autre part, de faire passer des lois et des décisions qui affaiblissent leurs droits. »

« C’est le moment de dire « stop » »

« Dans un pays où il y aurait une même justice pour tous, conclue Gérard Filoche, DGS, Laurence Parisot, de Calan et quelques-uns de leurs compères seraient en prison préventive et fortement contraint de révéler l’étendue de l’immense corruption qu’ils ont alimentée pendant si longtemps. Pour l’instant, ils jouent encore, ils échappent, ils trompent, mentent, dissimulent, mais l’opinion va s’informer de plus en plus, des rebondissements sont inévitables et c’est le rôle des syndicats, de la gauche que de mener une véritable campagne en ce sens. Depuis dix ans que le MEDEF mène une vraie « guerre » contre tous les droits sociaux, les droits du travail, les salaires, la Sécurité sociale, c’est le moment de dire « stop », de démasquer ces intégristes néo-libéraux, de les contraindre à rendre des comptes. Ils ne sont pas au dessus des lois des citoyens. Ils n’imposeront pas leur agenda. Les enquêtes doivent aller jusqu’au bout et les sanctions d’autant plus fortes qu’ils sont plus responsables. »

Jérôme Skalski

Gérard filoche, Les caisses noires du patronat, collection « Coup de gueule », Jean-Claude Gawsewitch Editeur, 2008. 14,90 euros.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Le scandale du siècle au coeur du grand patronat français
25 août 2008 - 18h22 - Posté par momo11

La seule question que je me pose:Pourquoi les syndicats incriminés ne portent-ils pas plainte au moins pour la diffamation.Les syndicats auraient_ils peur de s’attaquer en justice aux patrons.Fraternellement.momo11



Le scandale du siècle au coeur du grand patronat français
25 août 2008 - 19h11 - Posté par oeil de bison

TU POSES LES BONNES QUESTIONS MOMO ATTENDONS LES REPONSES

POUR SE MARRER UN BON COUP ,ça devient tellement rare salut



Le scandale du siècle au coeur du grand patronat français
25 août 2008 - 19h41

excellente proposition de Momo 11



Le scandale du siècle au coeur du grand patronat français
25 août 2008 - 20h34 - Posté par pierre georges dit Fredo alias Colonel Fabien

Plus que jamais la pensée marxiste est nécessaire et pourtant le monde ne va pas dans ce sens.
Pour construire l’alternative lisez l’essai politique que nous publions en intégralité dans notre blog http://www.les-dizygotes.com/ "Sarkozy, Frêche : les dizygotes".

A lire sans modération pour préparer la fête de l’Huma et les congrès de l’automne et de l’hiver.



Le scandale du siècle au coeur du grand patronat français
26 août 2008 - 00h32 - Posté par la révoltée permanente

Il n’y a pas que la pensée Marxiste qui est nécessaire.
On ne va pas sans cesse retomber dans il y a " le capitalisme ou le communisme " comme seuls modèles de société.

Et l’anarchisme, cette chose utopique ?

J’aime cette citation émanant d’un communard " l’anarchie est un rêve non réalisé, mais qui peut devenir réalisable "


Le scandale du siècle au coeur du grand patronat français
25 août 2008 - 20h55

Merci Jérôme pour cet article qui fait honneur à Liberté 62
Xav



Le scandale du siècle au coeur du grand patronat français
26 août 2008 - 10h22

Porter plainte contre une campagne de presse dans un pays où la liberté de la presse existe encore (bien que, quoique...qui possède cette presse, est-elle vraiment si libre que cela ?!!!), porter plainte donc dans une procèdure judiciare en cours, cela serait vouloir nommer un juge qui instruirait une procèdure judiciaire sur un juge qui instruit une affaire judiciaire dans laquelle il n’y a encore rien d’établit !!!

Les syndicats iraient "à la ramasse" dans les grandes longueurs !!!

Il faut s’intéresser aux règles d’instruction pour mieux comprendre...et rien n’est exclus au moment où cela sera possible !!!



Le scandale du siècle au coeur du grand patronat français
26 août 2008 - 17h13 - Posté par momo11

Accès a l’instruction permettant de vérifier les propos des patrons et ainsi aller plus loin. Cela n’est pas impossible.momo11


Le scandale du siècle au coeur du grand patronat français
27 août 2008 - 21h10 - Posté par

Rappel, FO officiellement et financièrement aidé au moment de la scission avec la CGT en 1947 par l’AFL-CIO (syndicat US) en réalité la CIA ; plus tard la CFDT se détache de la CFTC trop voyante dans son attachement au Vatican et au Patronat, juste avant le programme Commun de la Gauche. Que de contrefeux déployés contre le "Communisme" tapi dans le premier syndicat de France et qui est resté le premier malgré tout.
Le scandale de l’UIFM n’en est pas un, sauf dans la mesure où le MEDEF est parvenu à acheter des lignes syndicales ; mais cela le saura-t-on un jour ? Enfin, nous ne devons pas nous voiler la face : les travailleurs représentés dans les directions syndicales, sentaient-ils l’intérêt à faire la Révolution ?
Les demi-révélations du Pouvoir ne visent-elles pas à semer le doute sur l’action syndicale, pour étouffer ce qui reste de contestation à l’échelle nationale organisée, malgré toutes les tentatives de divisions : le "tous contre tous" de Sarkozy ne suffisant pas ? JdesP


Le scandale du siècle au coeur du grand patronat français
27 août 2008 - 21h59

"cette caisse noire de 600 millions d’euros, souligne Gérard Filoche, a pour fonction essentielle de mener le combat secrètement, puissamment, par la corruption, par tous les moyens, pour faire passer le programme du MEDEF."

Bravo à Filoche qui aura besoin de soutien sous peu sans doute, tant il va se faire des amis parmi ces gentils patrons tous propres dans leurs costumes de faiseurs...

La question que pose cette phrase que j’ai retenue est la suivante : qui est le mieux à même de faire passer par voie la plus décisive les caprices du MEDEF ?..

Je crois que la réponse s’impose d’elle-même.

Nous exigeons, naturellement, de la Justice, des noms.

Soleil Sombre






les deux actions du 18 juillet
jeudi 18 - 23h19
de : Jean-Yves Peillard
À LA LIGNE - Feuillets d’usine
jeudi 18 - 19h09
de : Ernest London
Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
1 commentaire
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
1 commentaire
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
2 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
9 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
1 commentaire
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires
Week-end de résistance et d’occupation contre le projet de Surf Park de Saint Père en Retz (44) le 20 et 21 Juillet 2019
dimanche 7 - 11h02
de : Collectif Terres Communes
POINTS DE NON-RETOUR [THIAROYE]
vendredi 5 - 20h16
de : Ernest London
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Jamais on ne corrompt le peuple, mais souvent on le trompe. Jean-Jacques Rousseau
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite