Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Guadeloupe : qui a assassiné le syndicaliste Jacques Bino ?


de : FRédéric Gircour
mercredi 31 mars 2010 - 04h27 - Signaler aux modérateurs
5 commentaires

DES REVELATIONS FRACASSANTES AUTOUR DE LA MORT DE JACQUES BINO

Le site mediapart, dirigé par Edwy plennel, ancien directeur du Monde, vient de sortir un article qui va faire du bruit, sur les circonstances de la mort de Jacques Bino. Le reporter Erich Inciyan, a mené un véritable travail d’investigation sur ce sujet et a pu avoir accès au dossier de l’instruction.



On découvre pêle-mêle que Ruddy Alexis, le meurtrier présumé n’a jamais avoué le crime qu’on lui reproche et a même fait une grève de la faim pour protester de son innocence. Alors qu’on nous l’a présenté comme "un jeune", on apprend qu’il s’agit d’un père de famille, âgé de 35 ans qui, s’il a commis des erreurs de jeunesse, n’avait plus eu le moindre démêlé avec la justice depuis l’an 2000. Plus grave, le procureur jean-Michel Prêtre avait déclaré qu’on avait retrouvé des balles brennekes (les mêmes que celles qui ont tué Jacques Bino) à son domicile (cf : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/03/01/01016-20090301ARTFIG00019-guadeloupe-le-meurtrier-presume-de-bino-ecroue-.php) Inciyan nous apprend que les seules brennekes retrouvées n’avaient strictement rien à voir avec l’affaire en cours, puisqu’elles avaient été saisies il y a plus d’une douzaine d’années, qui plus est, dans les affaires d’un membre de sa famille, aujourd’hui décédé !

S’appuyant toujours sur le dossier d’instruction, le reporter de Mediapart démontre que les "témoignages précis et concordants", pour reprendre les propos du procureur, mettant en cause Ruddy Alexis, sont en fait un tissu d’approximations et de contradictions, exemples à l’appui, et sous-entend qu’il s’agissait avant tout, au moment de son arrestation, de "désamorcer la crise". Il dénonce l’orientation politique de l’enquête avec l’acharnement des enquêteurs à vouloir relier ce drame au LKP, sur la seule base d’un sms que des milliers de Guadeloupéens ont reçu à l’époque ! Pire, comme je l’avais dénoncé en mon temps (Erich Inciyan cite d’ailleurs Chien Créole et reprend certaines des interrogations et des pistes évoquées par votre serviteur, ainsi que certaines photos extraites du blog), ils font l’impasse sur d’autres pistes qui semblent pourtant beaucoup plus sérieuses, quand ils n’essayent pas purement et simplement de les étouffer... (cf http://chien-creole.blogspot.com/2009/04/contre-enquete.html)

Selon Mediapart, le seul élément vraiment accablant du dossier contre Ruddy Alexis réside dans un témoignage anonyme. Or, comme l’article le rappelle, c’est déjà sur la base de plusieurs témoignages anonymes concordants, toujours à en croire le procureur, que le jeune Patrice Prixam avait été arrêté et brutalisé par le RAID au début de l’enquête, avant d’être totalement innocenté... On sait ce que valent ce genre de témoignages, souvent le fait d’"indics" toujours prêts à rendre service à la police en échange de leur complaisance vis-à-vis de leurs petits trafics.

Au vu de ces révélations, on comprend mal au nom de quoi le juge d’instruction F. Terrier maintient Ruddy Alexis incarcéré à la prison de Baie-Mahault, d’autant que ça fait plus d’un an qu’il croupit à l’isolement, subissant par là-même une pression psychologique redoutable... Enfin, au-delà de la simple personne de R. Alexis, il est révoltant de constater que, comme on pouvait hélas le craindre, il semble se vérifier qu’aucune enquête sérieuse ne semble conduite pour découvrir qui a véritablement tué l’elkapiste Jacques Bino, un certain 17 février au soir...


FRédéric Gircour
(chien.creole@gmail.com)


Chien Créole reproduit ici l’intégralité de l’article de Mediapart :



Guadeloupe : qui a tué le syndicaliste Jacques Bino ?


Par Eric Inciyan


Dans la nuit du 17 au 18 février 2009, la mort de Jacques Bino s’est inscrite dans l’histoire antillaise. On se souvient que le syndicaliste a été tué par balle à proximité d’un barrage tenu par des émeutiers. Et que ce drame a marqué un tournant dans la grève générale, lancée par le collectif LKP, qui paralysait la Guadeloupe depuis un mois. D’autant plus que la justice a, très vite, fait état de preuves accablantes contre un Guadeloupéen de 35 ans, sympathisant du mouvement social, aussitôt présenté comme le meurtrier présumé.

Treize mois plus tard, l’enquête livre des éléments sensiblement éloignés de la thèse présentée quand il s’agissait de désamorcer la crise. Des zones d’ombre persistent sur les points forts (la balle meurtrière, les témoignages « concordants ») de la thèse privilégiée, depuis le début, par le parquet – en minorant d’autres pistes, dont celle d’un commando patronal... La mort du syndicaliste, membre de la CGT Guadeloupe et du LKP, conserve pourtant une forte charge symbolique. Dès le 26 février 2009, le militant donnait son nom de baptême à l’accord sur la revalorisation des salaires signé par les organisations syndicales et une partie du patronat local. Un accord qui conditionnait la fin de la grève générale et de ce mouvement d’une ampleur sans précédent : l’« Accord Jacques Bino ».

La nuit de sa mort, Jacques Bino assiste d’abord à un meeting du LKP (Collectif contre l’exploitation outrancière) à Pointe-à-Pitre. Au volant de sa Fiat Punto, il décide ensuite de rentrer chez lui en passant par la cité Henri IV, qu’il connaît bien, afin de contourner les barrages mis en place un peu partout. Arrivé aux abords de ce quartier populaire, il aperçoit une barricade et entreprend de faire demi-tour. Ces faits sont corroborés par le témoignage d’un ami de Jacques Bino, présent à son côté dans la voiture.

Deux coups de feu sont alors tirés en direction du véhicule, dans un secteur plongé dans l’obscurité. Les témoignages concordent pour établir que le tireur est posté près du barrage et à une centaine de mètres de la voiture. Jacques Bino, 48 ans, est mortellement atteint d’une balle à ailettes d’un type très spécial – une « brenneke » ordinairement destinée à la chasse au « gros gibier ». Ce fait est aussi établi : le projectile a traversé le corps du syndicaliste de part en part, selon l’expertise balistique, et les enquêteurs ont retrouvé la balle correspondante dans ses vêtements. Aux abords du barrage d’où le coup de feu est parti, ils ont saisi « un étui calibre 12 de marque FOB avec l’inscription “gros gibiers original brenneke” », selon le dossier judiciaire.

Les balles ont bien été saisies au domicile du « meurtrier présumé » mais... en 1996 !

Huit jours après le drame, le 26 février 2009, les policiers du RAID investissent la maison du principal suspect, Ruddy Alexis, que « la rumeur » (selon le témoignage d’un policier) impliquerait dans le meurtre. Sa femme et sa fille sont interpellées, mais l’intéressé échappe à l’arrestation. Se sachant recherché, il va prendre conseil auprès d’un syndicat local (la CTU) dont il est sympathisant. Puis, sur les recommandations des syndicalistes, il se rend spontanément au commissariat de police. A l’issue de sa garde à vue, il est déféré au tribunal de Pointe-à-Pitre, le 28 février, en même temps que quatre autres personnes qui l’impliquent, à des titres divers, dans l’homicide.

Ce même 28 février 2009, le procureur de la République de Pointe-à-Pitre tient une conférence de presse pour annoncer l’incarcération de Ruddy Alexis. L’homme a tout du « coupable idéal » : il a déjà été condamné à trois reprises pour des faits de violences avec arme. Surtout, selon les propos du procureur Jean-Michel Prêtre tels qu’ils sont rapportés par les journalistes présents, « des munitions du même type et de la même marque que la balle à ailettes de type Brenneke et de calibre 12 qui a mortellement atteint le syndicaliste ont été retrouvées “en grand nombre” au domicile du tireur présumé ».

Logiquement, une accusation aussi étayée convainc alors de la culpabilité du suspect que l’ensemble de la presse présente comme « le meurtrier présumé ». Affaire réglée ?

Non. La vérité des faits est sensiblement différente, à lire aujourd’hui le dossier instruit par le juge Fabien Terrier. Commençons par la preuve balistique. Les balles brenneke saisies « en grand nombre » chez le suspect principal l’ont en effet été... en 1996. Ce vieux dossier concernait Ruddy Alexis et son frère Didier (aujourd’hui décédé).

En 1996, donc, deux cartouches portant l’inscription « FOB spécial gros gibiers original brenneke » (selon l’enquête alors diligentée) avaient été trouvées lors d’une perquisition au domicile familial, dans les affaires de Didier et dans la chambre de ce dernier. Soit la référence exacte, à l’époque, des munitions qui ont servi à tué, treize ans plus tard, le syndicaliste du LKP. Dans cette vieille affaire, Ruddy Alexis avait d’ailleurs été innocenté, après quatre mois de détention provisoire ; il avait même obtenu des indemnités de la justice.

Autant dire que, en février 2009, la perquisition au domicile de Ruddy Alexis n’a pas donné le résultat accablant qui a été décrit par le procureur. Comme l’a déclaré Ruddy Alexis au juge d’instruction, les munitions saisies chez lui par les enquêteurs « ne contenaient que des plombs ». Aucune trace du type de balle à ailettes ayant tué Jacques Bino. Interrogé sur ce point par Mediapart, ces 26 et 29 mars, le procureur n’est pas formel. Il confirme avoir tenu les propos reproduits, lors de la conférence de presse, en étant « persuadé que des munitions, dont des balles à ailettes » avaient été trouvées chez Ruddy Alexis. Et aujourd’hui ? « Je ne sais pas si cette question a évolué depuis. »

A 200 mètres du drame et peu après, un autre homme blessé d’un tir de gros calibre

L’homme si vite présenté comme le « meurtrier présumé », Ruddy Alexis, est incarcéré dans la prison proche de Pointe-à-Pitre, où il est placé à l’isolement depuis plus d’un an. Il n’a jamais avoué et il a fait une grève de la faim pour clamer son innocence. Ajoutons que le « coupable idéal » a fondé une famille, en 2000, date à partir de laquelle il n’a plus connu de condamnation.

Continuons par la thèse officielle, avant d’en préciser d’autres – celle d’un commando patronal, notamment – qui n’ont guère été exploitées par la police. Avancée au début de l’enquête, la thèse principale n’a guère varié, en effet : « Des éléments concordants laissent à penser que celui qui a tiré était persuadé de le faire sur une voiture banalisée de patrouille de la brigade anti-criminalité », avait dit le représentant du parquet à la presse, en février 2009. « Cette hypothèse n’a pas été contredite, ni par les témoignages, ni par les déclarations », confirme le procureur, lundi 29 mars. « Monsieur Bino n’a pas été personnellement la cible d’un tir intentionnel. »

De fait, plusieurs témoins ont décrit un homme criant, en créole, « Messieurs voici la BAC » avant d’ouvrir le feu sur la voiture de Jacques Bino manœuvrant à une centaine de mètres. Mais les témoignages mettant en cause Ruddy Alexis sont peu précis et encore moins « concordants ». Tous décrivent, certes, que le tireur était masqué et portait une tenue de camouflage militaire cette nuit-là. Mais, selon les cas, le suspect a été reconnu à sa taille (variant de « 1,60 mètre » à « 1,75 mètre ») ou à « sa démarche ». Ou encore à « sa voix car il a dit en créole “O Yo”, ce qui signifie “où sont-ils” », ou à son t-shirt « gris » ou « vert » qui dépassait de la veste de camouflage.

Les témoignages des quatre hommes qui se trouvaient en compagnie de Ruddy Alexis, peu avant le drame, puis l’avaient perdu de vue, sont ainsi tissés de contradictions. Déférés en même temps que lui au parquet, ils avaient été vite libérés par le juge de la détention et des libertés. Parmi ces quatre témoignages, un seul affirme avoir assisté directement à la scène du crime. « J’ai vu Jumpy (surnom de Ruddy Alexis) se baisser, épauler son fusil de sorte que son arme était parallèle au sol et tirer à deux ou trois reprises. Je n’ai pas vu la cible. C’est après que j’ai vu le gars mort », a-t-il déclaré aux enquêteurs. Mais il a été beaucoup plus hésitant, lors d’un interrogatoire ultérieur : « Je pense que c’était Jumpy. Je ne peux être formel ».

La bijouterie du quartier Henri IV attaquée par les pillards
Au dossier figure enfin un témoignage anonyme qui est plus accablant. Ce témoin « sous X » (par peur des représailles) affirme avoir suivi Ruddy Alexis, du début à la fin (quand il aurait changé de tenue, quand il aurait tiré sur la voiture et quand il serait reparti dans son propre véhicule). Ce témoin anonyme affirme aussi avoir reconnu Ruddy Alexis parmi six photos qui lui ont été présentées.

Mais, bizarrement, une autre piste n’a pas été étudiée par les enquêteurs chargés de la mort de Jacques Bino. Quelques dizaines de minutes après le drame, de l’autre côté du barrage et à 200 mètres de là, un autre homme a été touché par une balle de gros calibre. Jimmy Lautric se trouvait alors dans la foule au moment où des pillards s’en prenaient à des magasins du secteur. Il a été grièvement blessé à la jambe, par un tir émanant d’un mystérieux commando de plusieurs hommes cagoulés et armés de fusils. Et des témoins ont indiqué que ce commando avait récupéré, sous la menace, le butin raflé par les pilleurs.

Exit l’hypothèse d’un commando patronal intervenant ce soir-là

Cette deuxième affaire de blessure par balle, révélée par RFO Guadeloupe quelques semaines plus tard, n’a pas davantage ébranlé la piste privilégiée par l’enquête sur la mort de Jacques Bino. Autre étrangeté : RFO a expliqué comment la première plainte déposée par Jimmy Lautric, à l’hôpital, avait été « déchirée » par des policiers (au motif que leur SRPJ n’était habilité à enquêter que sur l’affaire Bino). Le jeune homme a ensuite pu déposer plainte avec, on le verra, des suites pas forcément convaincantes.

Exit l’hypothèse d’un commando patronal intervenant ce soir-là dans la cité Henri IV ? Elle avait été publiquement pointée avant le drame, le 12 février 2009, par le porte-parole du LKP, Elie Domota, citant deux membres du patronat local : « Willy Angèle et Madame Koury ont déjà fait une annonce, disant qu’ils inviteraient les leurs à prendre leurs dispositions, avait-il déclaré, en créole, sur le plateau de la chaîne Canal 10. Nous savons qu’ils prennent des dispositions, pour tirer sur des gens. Ils ont monté un commando, une milice armée. Ils payent ces jeunes gars 200 euros, avec pour ordre de tirer si les manifestants viennent manifester dans leur magasin. C’est très clair : si une personne est blessée, un membre du LKP, un manifestant guadeloupéen, il y aura des morts. »

Entre ces deux affaires criminelles, Jacques Bino et Jimmy Lautric, les rapprochements restent tentants. « Comment ne pas faire de liaison entre ces deux événements ? déclare aujourd’hui Elie Domota à Mediapart. A ma connaissance, il n’y a pas eu d’autres blessures par balles pendant toute la durée du mouvement... » Au fait, le projectile ayant blessé Jimmy Lautric était-il une balle « brenneke » ? Impossible à dire : ce projectile n’a pas été retrouvé ; le vêtement perforé du jeune homme a été perdu, lui, ce qui n’a pas permis de procéder aux analyses habituelles (diamètre du trou, traces de poudre). A ce jour, selon le parquet, le tireur n’a pas davantage été identifié.
« Pourquoi le procureur a-t-il choisi d’emblée de dissocier l’enquête sur Bino et celle sur Lautric, alors que les similitudes sont plus que troublantes : deux personnes blessées, dans un cas mortellement, par des balles de gros calibre, probablement des brennekes, dans un même périmètre et quasiment dans le même temps ? », a questionné le blog d’information local Chien Créole. Tout en reconnaissant « des éléments de connexité entre les deux dossiers », le représentant du parquet a choisi d’en rester à une enquête préliminaire sur le dossier Lautric. Au final, cette enquête conduite par le ministère public a été versée au dossier d’instruction du juge chargé de l’affaire Bino afin, dit le procureur à Mediapart, d’éclairer « l’ambiance générale » qui pesait, cette nuit-là, sur les lieux de la mort du syndicaliste.
La cité Henri IV de Pointe-à-Pitre© blog Chien Créole

Sur l’esclavage, « les historiens exagèrent un petit peu les problèmes »

Une piste « politique », mettant en cause le LKP, semble avoir été explorée avec plus d’obstination. Il est question d’un SMS collectif reçu par de nombreux portables guadeloupéens, dont celui de Ruddy Alexis, le 17 février dans l’après-midi. Les enquêteurs se sont intéressés au fait que ce texto lui avait été transmis, entre autres destinataires, par Eric Nanette, président de l’association de quartier la Tyrolienne et proche du syndicat local CTU – deux organisations fréquentées par Ruddy Alexis.

Ce SMS largement diffusé reprenait des propos tenus par des « békés » dans un reportage diffusé quelques jours plus tôt sur Canal+ (Les derniers maîtres de la Martinique, dans lequel Alain Huygues-Despointes déclare : « Les historiens exagèrent un petit peu les problèmes. Ils parlent surtout des mauvais côtés de l’esclavage, mais il y a eu des bons côtés aussi »). Les enquêteurs ont visiblement cherché à vérifier si ce texto « politique » avait pu être interprété comme un appel au meurtre. Mais rien n’a permis d’étayer cette piste.

http://www.dailymotion.com/video/xblikv_extrait-les-derniers-maitres-de-la_news?start=1
(reportage Canal « Les derniers maîtres de la Martinique »)
L’hypothèse d’une « bavure » policière, elle, n’a pas résisté à l’examen des faits. Aucun témoignage ne va dans ce sens. Les policiers auditionnés ont indiqué que les munitions « gros gibier » avaient été retirés de la dotation policière par leur hiérarchie, au début de la grève générale, pour éviter tout dérapage catastrophique. Un seul fonctionnaire a expliqué que des balles « brenneke » avaient été placées « en réserve dans nos véhicules, conditionnées dans leurs boîtes ». Mais en certifiant : « Nous ne les avons pas utilisées. »
Des zones d’ombre demeurent donc, treize mois après la mort de Jacques Bino, alors que le dossier d’instruction est dans sa dernière ligne droite (selon le parquet). On rappellera enfin que, deux jours après le drame, un « jeune » de la cité Henri IV avait été arrêté par la police. Patrice Prixam, étudiant en droit, était mis en cause par des témoignages anonymes et soupçonné d’être l’auteur du meurtre. Aucune arme n’avait été trouvée et l’étudiant avait protesté de son innocence. Le soir en question, par chance, il était en conversation MSN avec des amis, pour lesquels il commentait ce qu’il voyait de sa fenêtre. Ouf ! L’expertise de son ordinateur a corroboré son alibi.

Deux points de vue assez différents, pour finir, sur l’impact qu’a eu la mort de Jacques Bino. Selon le procureur de Pointe-à-Pitre : « On ne peut que constater que cette mort a secoué profondément tout le monde. La semaine du 17 février, on était dans une ambiance insurrectionnelle. La mort de Jacques Bino, son enterrement (le 22 février 2009, en présence notamment de Olivier Besancenot, José Bové et Ségolène Royal), les arrestations... tout cela a constitué un virage évident. »
Selon Elie Domota, maintenant : « La mort de Jacques Bino a fait comprendre à tout le monde qu’il fallait arrêter de jouer. » Le porte-parole du LKP souligne qu’un accord avait été trouvé, le 8 février, et était sur le point d’être signé ; mais que le secrétaire d’Etat à l’outre-mer, Yves Jégo, avait quitté l’île précipitamment, le lendemain, pour se faire "recadrer" par Matignon. « Cela a ouvert une semaine d’incertitudes. On a compris, plus tard, que le Medef local ne voulait pas d’accord », ajoute Elie Domota. « C’est dans ce climat que Jacques Bino a été tué (...). Avec le recul, on peut dire que la négociation n’a été vraiment sérieuse qu’à la suite de la mort de Jacques Bino. » Avant d’égrener la liste des mouvements sociaux d’ampleur en Guadeloupe qui, « à chaque fois » (1910, 1925, 1952, 1967 et 2009), ont connu « des morts d’hommes ».
Manifestation pendant le mouvement de 2009© Site du collectif LKP

http://chien-creole2.blogspot.com/2...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Guadeloupe : qui a assassiné le syndicaliste Jacques Bino ?
31 mars 2010 - 04h47

Conserver la race dit le vieux : Ben moi, je commence a avoir des cheveux blancs des yeux bleux... Bref Breton d’origine, et je pensais quand j’avais 20 ans que ce genre de crevures racistes clamserait avant moi... Plus aussi sûr !!!

Une chose dont je suis sûr : BINO a été ASSASSINÉ !

A tous les salauds... UN JOUR, promis !!!

Carland



Guadeloupe : qui a assassiné le syndicaliste Jacques Bino ?
1er avril 2010 - 21h34 - Posté par

Juste un petit éclaircissement : les ailettes d’une balle breneke pour canon lisse ne servent pas a produire plus de dégât sur les chairs ou les os ni a y donner un sens gyroscopique : mais à s’écraser lors du passage de celle ci dans le choque d’un canon. Choque = retrécissement à la bouche d’un canon de fusil de chasse afin de concentrer une gerbe de plombs et pour que celle-ci ne se disperse pas trop lors de sa sortie. (explication sommaire)
Cordialement Alain 04 chasseur.


Guadeloupe : qui a assassiné le syndicaliste Jacques Bino ?
1er avril 2010 - 23h33 - Posté par FRédéric Gircour

Oui mais là on ne parle pas de plombs, ami Alain. Ce ne sont pas des plombs qui ont tué Bino.


Guadeloupe : qui a assassiné le syndicaliste Jacques Bino ?
2 avril 2010 - 06h26 - Posté par

Je ne parle pas de plomb mai de balle ou on laisse supposer que les ailettes comme l’on fait les journaliste et le représentant de l’état sont d’une gravité extrême. je voudrais savoir quel genre de gibier chasse on avec des balles pour canon lisse en Guadeloupe et qui en détient à par les représentant de l’ordre. Alain 04


Guadeloupe : qui a assassiné le syndicaliste Jacques Bino ?
20 février 2012 - 21h10 - Posté par Franoise

Si Ruddy Alexis est en prison alors qu’il est sensiblement innocent, que fait-il encore dans cette prison de Baie-Mahault ? Il n’y a pas de preuves tangibles qu’il soit le coupable, alors il faut qu’il retrouve sa famille et le plutôt possible. Nulle n’a le droit de priver un innocent de liberté ! Que fait donc la Justice Française ? Est-elle vraiment JUSTE ? Où se cache la VERITE sur la mort de Jacques BINO ?






Dictature sanitaire : qui manipule qui ?
samedi 26 - 17h53
de : Claude Janvier
lancement initiative citoyenne européenne pour des revenus de base - collecte de signatures
samedi 26 - 09h01
de : angela anaconda
1 commentaire
Badges, signes : brève position syndicale
vendredi 25 - 15h46
de : Christian Delarue
7 commentaires
Action-fête de soutien aux grévistes de l’Hôtel Ibis Batignolles
vendredi 25 - 14h41
de : Alain Collet
1 commentaire
COVID 19 : Des Municipalités sous l’oeil haineux de la macronnie !
jeudi 24 - 16h24
de : joclaude
1 commentaire
L’appel du vide - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 23 - 23h39
de : Hdm
Des grèves reconductibles inédites chez Labosud
mercredi 23 - 09h18
Femmes prises entre capitalo-patriarcat et hyperpatriarcat : alliances à former.
mercredi 23 - 08h37
de : Christian Delarue
7 commentaires
France : Tenue républicaine exigée par les Amish
mardi 22 - 10h37
de : Sanaga
1 commentaire
Grande fête du livre des éditions Noir et Rouge
lundi 21 - 23h28
de : Frank
BOLIVIE Perspectives avant les élections du 18 octobre
lundi 21 - 19h16
de : allain graux
APPEL AU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
lundi 21 - 17h44
de : Jean Clément
COVID 19 : Cuba vient de mettre au point un vaccin !
lundi 21 - 16h40
de : joclaude
Représentation syndicale avec son badge (ou pas) et rien d’autre !
lundi 21 - 12h11
de : Christian Delarue
2 commentaires
SEXYPHOBIE AU MUSEE d’ORSAY
lundi 21 - 01h28
de : Christian Delarue
4 commentaires
Premiers de corvée, premiers oubliés ! Des sans-papiers marchent vers l’Élysée
dimanche 20 - 17h03
CHILI/VENEZUELA : une superbe historique, afin que nul n’en ignore !
dimanche 20 - 16h31
de : joclaude
CUBA : courrier au Canard Enchaîné
dimanche 20 - 16h12
de : joclaude
Amérique Latine : Démocratie contre blocus !
dimanche 20 - 15h19
de : joclaude
1 commentaire
Racket sur les retraités et les personnes en perte d’autonomie : le rapport Vachey
dimanche 20 - 15h04
de : joclaude
1 commentaire
Entre droit de critique du voile et nécessaire respect des personnes
samedi 19 - 23h25
de : Christian Delarue
2 commentaires
Le néocolonialisme d’ENGIE au Brésil
samedi 19 - 21h53
de : Mr Mondialisation
SEXYPHILIE anodine d’Instagram et SEXYPHOBIES agressives ailleurs
samedi 19 - 17h02
1 commentaire
journée internationale pour la paix : visio-conf. ce 18 septembre 2020
jeudi 17 - 23h32
Le désempuissantement populaire participe de la perte de démocratie.
jeudi 17 - 20h50
de : Christian Delarue
4 commentaires
Pourquoi beaucoup de salariés ont la tête ailleurs
jeudi 17 - 12h16
1 commentaire
Des papiers pour tous ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 08h17
de : Hdm
De la lutte des masques à la lutte des classes
jeudi 17 - 07h58
de : Bruno Guigue
2 commentaires
Si à 5 ans un gosse n’as pas eu au moins deux leucémies, c’est qu’il a raté sa vie
mercredi 16 - 23h29
de : Dr Seguelasse de Santé publique rance
SEPARATISME
mercredi 16 - 19h48
de : Nemo3637
5 commentaires
l’Etat providence... ! Pour qui ?
mercredi 16 - 16h41
de : joclaude
VENEZUELA : On ne nous dit pas tout !
mercredi 16 - 10h37
de : joclaude
1 commentaire
La nouvelle grenade de désencerclement reste une arme de guerre
lundi 14 - 07h23
1 commentaire
Les trois secteurs de résistance du peuple-classe
dimanche 13 - 14h47
de : Christian Delarue
1 commentaire
Le séisme idéologique est plus important que le virus lui-même
dimanche 13 - 05h35
de : Michaël Verbauwhede et Seppe De Meulder - Solidaire
4 commentaires
MRAP : Droit et "séparatisme islamique" (lettre ouverte)
samedi 12 - 16h29
de : Christian Delarue (mrap)
Le MRAP assure le Maire de Stains de sa solidarité
samedi 12 - 10h48
de : Christian Delarue (mrap)
Agression antisémite à Aubervilliers
samedi 12 - 10h43
de : Christian Delarue (MRAP)
Génération désenchantée
vendredi 11 - 22h11
de : paris lutte info
Oussama et CIA copains comme cochon
vendredi 11 - 21h56
de : globalResearch

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite