Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Suites du G20 à Toronto - Saisir l’anarchisme à travers les nuages opaques de la désinformation
mardi 24 août 2010 - 20h30 - Signaler aux modérateurs

En tant que membres du Collectif de recherche sur l’autonomie collective (CRAC), nous joignons notre voix à celles des nombreux groupes et individus qui ont vigoureusement dénoncé la violence étatique et la répression policière sans précédent auxquelles nous avons assisté lors du Sommet du G20 à Toronto. Ces violences ont affecté nos amis et amies, nos collègues, nos camarades, nos partenaires, nos communautés.

Par la même voix, nous tenons également à dénoncer les discours sensationnalistes et désinformés qui ont surgi dans les médias à l’occasion de ces événements.

La répression a ciblé délibérément des militants qui n’avaient commis pour unique délit que celui d’être vêtus de noir. Les médias, s’intéressant également à la mode vestimentaire des anarchistes, font la une avec des images de « jeunes » casseurs et s’acharnent sur le fameux « black bloc » dont on répète le nom ad nauseam, prétendant ainsi cerner le phénomène. Comme s’il n’y avait pas de contenu politique derrière les diverses tactiques utilisées...

Des valeurs qui dérangent

Méconnaissance du terrain, paresse intellectuelle ou primauté de la vocation marchande des médias ? Peut-être. Cependant, il appert de façon évidente qu’une des raisons principales pour laquelle on cherche à criminaliser et à intimider ceux et celles qui s’identifient à l’anarchisme est le fait que ces personnes composent un mouvement toujours grandissant qui véhicule des valeurs contraires à celles des tenants du projet capitaliste. Coopération au lieu de compétition ; aide mutuelle au lieu d’individualisme ; autogestion au lieu de hiérarchie ; respect au lieu de racisme, (hétéro)sexisme, âgisme ; liberté au lieu de contrôle.

La liberté, pour les anarchistes, est au coeur de l’humanité, et ne peut exister sans égalité. Cette liberté, bien loin de celle conçue par la société libérale, vise en fait un épanouissement personnel indissociable du bien-être collectif. L’égalité, quant à elle, devient possible quand les personnes directement concernées prennent en charge tous les aspects qui touchent leurs vies : les décisions politiques, l’offre de services, la production de biens, l’aménagement du territoire.

Or l’État, proche allié du monde capitaliste, semble déterminé à empêcher les idées et pratiques anarchistes, fondées sur ces valeurs positives, de se répandre plus largement dans la société. Sachant qu’un grand pan de la population se sent écrasé par un sentiment toujours grandissant d’impuissance face aux injustices de ce monde, l’État emploie tous les moyens à sa disposition pour faire taire les dissidents qui proposent des chemins alternatifs vers un monde meilleur. Afin de maintenir sa légitimité, il cherche donc à interférer avec la construction d’un mouvement de masse basé sur les valeurs anarchistes.

Un mouvement fort

C’est la mise en pratique de ces valeurs qui est au coeur des travaux du CRAC, groupe de recherche affilié à l’Université Concordia. Depuis cinq ans déjà, le CRAC mène un patient travail de terrain, en collaboration avec des réseaux et collectifs du Québec qui sont fondés sur les valeurs anarchistes, pour documenter leurs idéaux, leurs pratiques, leurs modes d’action et d’organisation.

Ce qui se dégage de nos travaux, c’est qu’il s’agit d’un mouvement qui existe bien au-delà des manifestations fracassantes auxquelles on voudrait le réduire. Ici au Québec, ce mouvement est en effet fort de plusieurs centaines de personnes, qui bénévolement, avec leurs tripes et leurs révoltes, animent un espace de réflexion et d’action politiques dans les marges d’un système institutionnel qui est dans l’impasse.

Ces personnes cherchent à appliquer les valeurs qui les inspirent dans leurs luttes de tous les jours dans des domaines d’activité aussi variés que ceux de la défense des droits des immigrants et des réfugiés, des gais, lesbiennes et queers, contre la guerre, l’impérialisme, la colonisation, la destruction écologique, la gentrification, le sexisme, la malbouffe ou la répression policière, pour ne nommer que ceux-ci.

Créer un monde meilleur ici et maintenant

Ces anarchistes, traités comme des terroristes dans les rues de Toronto, étudient dans nos collèges et universités, s’impliquent dans les comités d’école de leurs enfants, s’occupent de leurs proches, travaillent dans des groupes communautaires, vous vendent votre pain ou servent votre café dans des quartiers qu’ils et elles contribuent à transformer.

Ces personnes créent des cafés-bars militants, des librairies et des bibliothèques indépendantes, des médias alternatifs, des comités de quartier, des coopératives autogérées, des fanzines libertaires... Elles proposent le recyclage de vieux vélos, diffusent des logiciels libres, forment des groupes se vouant à l’autosuffisance alimentaire biologique (par l’entremise de groupes d’achats, de partage de semis, de l’agriculture)... Elles se réapproprient des espaces laissés à l’abandon pour y faire vivre des coopératives d’habitation, des parcs, des soirées de cinéma et des fêtes de quartier. Elles organisent des espaces d’échange de connaissance et des écoles libres pour enfants...

Les militants de la mouvance anarchiste expérimentent, au sein de ces projets, des modes d’organisation et de fonctionnement basés sur la démocratie directe et l’autonomie. Toutes les personnes impliquées dans un projet participent aux prises de décisions, à la gestion et à la réalisation des tâches. Il n’y a ni chef, ni patron, ni représentant. Des mécanismes sont mis en place pour faciliter les discussions, l’apprentissage d’habiletés, la participation aux réunions, la création de rapports sociaux égalitaires.

Refusant les subventions gouvernementales, ces groupes se tournent vers le fais-le-toi-même (Do-It-Yourself), la récupération de matériaux et de nourriture et le troc afin de réduire leur dépendance aux échanges capitalistes.

Enracinés dans leurs communautés, ces groupes cherchent donc à mettre sur pied des projets politiques, sociaux, économiques et culturels autonomes qui rompent avec la logique de domination qui motive l’intérêt capitaliste. Ces initiatives véhiculent une autre forme de lien politique, de « vivre ensemble », fondé sur des valeurs anarchistes et des liens de proximité.

En mettant en pratique leurs valeurs et leurs visions dans le moment présent, ces groupes tentent de faire des « révolutions minuscules de tous les jours », bien souvent dans l’ombre des projecteurs. Ce faisant, ils démontrent à leurs voisins et voisines qu’ils sont en mesure de s’organiser de manière autonome, sans dépendre des élites politiques et économiques. Et chaque fois qu’une voisine, qu’un voisin décide de s’impliquer, elle ou il participe à la construction d’institutions et de projets alternatifs, qui un jour, on ne peut que l’espérer, rendront redondants et désuets ceux du système dominant.

Interférer avec le bon fonctionnement du système dominant

Mais les porteurs de ce système dominant ne se laisseront pas faire. C’est pour ça qu’à ce travail de longue haleine s’ajoutent, comme ce fut le cas lors du G20, des actions d’éclat qui visent les symboles du capitalisme mondial. Ces actions contribuent à révéler au grand jour les conséquences d’un système injuste et à freiner la consolidation des projets des élites.

L’histoire nous démontre que les mouvements qui ont contribué au changement social ont utilisé un éventail de tactiques allant de l’éducation populaire au sabotage en passant par la désobéissance civile. Ces dernières tactiques se veulent donc complémentaires à un éventail d’initiatives ancrées dans des valeurs communes qui, dans leur ensemble, constituent le terrain de lutte des anarchistes contemporains au Québec.

Ainsi, l’approche médiatique qui réduit le mouvement à ses coups d’éclat sans en relever le contenu repose sur une bien étroite conception du politique. Ce qui est proposé dans les médias ne décèle que la partie visible de l’iceberg d’un phénomène beaucoup plus important.

Aussi, en réprimant massivement la dissidence sous prétexte du danger de quelques actions musclées, l’attitude des autorités traduit la volonté de réduire au silence un mouvement qui dérange, surtout par la force de ses idées et la profondeur de son enracinement. Mais le passé nous démontre aussi que ceux et celles qu’on écrase trouvent toujours la force de se relever...

***

Émilie Breton, Anna Kruzynski, Magaly Pirotte et Rachel Sarrasin - Collectif de recherche sur l’autonomie collective



Imprimer cet article





G7EZ BLOKATU Deuxième communiqué/Bigarren agiria
samedi 17 - 12h06
de : g7blokatu
Théorie de la consience du monde ; aujourd’hui la Palestine
vendredi 16 - 22h54
de : Agence media palestine
ÇA GRÉSILLE DANS LE POTEAU - Histoires de la lutte contre la T.H.T Cotentin-Maine – 2005-2013
vendredi 16 - 11h04
de : Ernest London
Santé de la population : les connivences de l’aristocratie médicale avec le nucléaire, le pétrole, la téléphonie,...
jeudi 15 - 22h49
de : coordi sud-est
2 commentaires
Grèce. La chasse aux jeunes rebelles est ouverte.
mercredi 14 - 23h02
de : Ne vivons plus comme des esclaves - Yannis Youlountas
Tournesol OGM fauché dans l’Hérault
mercredi 14 - 22h44
de : faucheur de chimères
Chez Castagner le nucléaire
mardi 13 - 22h51
de : Intercollectif contre les projets nucléaires et imposés
G7 BLOKATU : Bloquons le G7 et son monde !
mardi 13 - 21h04
de : jean 1
Rassemblement de soutien aux mobilisations du 13 août au Brésil contre l’extrême droite de Bolsonaro
mardi 13 - 08h43
de : jean 1
1 commentaire
Quand Castaner diffusait une BD porno contre ses adversaires politiques
lundi 12 - 22h25
de : Les Crises
Selon l’IGPN
lundi 12 - 22h21
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Bulletin du 8 aout 2019
lundi 12 - 22h17
de : CADTM
NathalieLoiseau dans ses oeuvres.
lundi 12 - 09h18
de : jean 1
La SCOPTI 1336 a besoin de vous !
vendredi 9 - 08h10
de : Frérot
Festival « Les Bure’lesques 2019 »
jeudi 8 - 22h43
de : jean 1
Acte 42 : Appel à passage de la frontière Suisse le 31 aout 2019
mercredi 7 - 22h09
de : JOJO
Mort de Toni Morrison
mercredi 7 - 11h51
de : Cyclo 33
3 commentaires
Il y a dix jours, trois jeunes hommes étrangers à la rue sont morts à Paris »
mardi 6 - 07h41
de : jean 1
1 commentaire
"Sans haine et sans violence" , Geneviève Legay, s’adresse, aux forces de l’ordre encore dignes de leurs fonctions
mardi 6 - 00h35
de : nazairien
3 commentaires
final atomik tour à Dijon puis Burelesque en meuse
lundi 5 - 21h56
de : burelesque
LA REPUBLIQUE DES RABUTCHIKS
lundi 5 - 20h21
de : Nemo3637
L’abolition des privilèges : il paraît que c’était le 4 août 1789...
dimanche 4 - 22h32
de : Rebellyon
1 commentaire
Vénézuela, La Via Campesina condamne le massacre de Barinas
dimanche 4 - 22h12
de : via campesina
IGNOBLE MENTALITE REACTIONNAIRE : Homophobie archaïque, homophobie fasciste, homophobie viriliste et patriarcale, etc
dimanche 4 - 11h10
de : Christian DELARUE
2 commentaires
mort de Steve : prolongement de la répression et des affaires d’Etat
samedi 3 - 23h26
de : Olivier LONG et Pascal Maillard
3 commentaires
Services publics supprimés et injustice territoriale
samedi 3 - 20h50
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Les médias se taisent sur le rejet de la plainte déposée par le DNC contre Julian Assange
samedi 3 - 14h03
de : Oscar Grenfell
Mort de Steve Alexandre Cervantes : « Dans l’eau, je me suis dit que j’étais perdu… »
samedi 3 - 13h31
de : nazairien
3 commentaires
Continuum de trois violences : politique, policière, pénale plus celle médiatique.
vendredi 2 - 23h52
de : Christian DELARUE
Ballade au pays des Broient de l’homme
vendredi 2 - 19h04
de : azenon
Mort de Steve Caniço : les deux juges d’instruction nantais demandent à être dessaisis
vendredi 2 - 17h37
de : nazairien
4 commentaires
25ème FORUM de Sao Paulo
vendredi 2 - 12h31
de : JO
LE TOTALITARISME INDUSTRIEL
vendredi 2 - 06h55
de : Ernest London
mieux vaut ne rirn faire que d’être payé à faire de la merde.
jeudi 1er - 23h03
de : irae
Grèce : la chasse aux anarchistes est ouverte !
jeudi 1er - 21h49
de : jean 1
2 commentaires
Un cadre d’HSBC démissionne publiquement avec une lettre ouverte à l’humanité
jeudi 1er - 21h34
de : nazairien
3 commentaires
Jean-Luc Mélenchon : Sur le décès de STEVE
jeudi 1er - 20h46
De l’Internet et du Pain.
mercredi 31 - 22h06
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
L’humanité-classe à Hendaye contre le G7 et le capitalocène !
mercredi 31 - 20h11
de : Christian DELARUE
Les "Gilets Jaunes" en Juillet, sur le "Tour" et ailleurs (reportage photos, blog Médiapart)
mercredi 31 - 18h35
de : nazairien
4 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Dans la bataille de l'homme et du monde, ce n'est pas le monde qui a commencé. Gaston Bachelard
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite