Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Extradition de la militante basque Aurore Martin : réunion unitaire 30/11 MRES Lille 19h
de : via Patrice Bardet
lundi 29 novembre 2010 - 06h23 - Signaler aux modérateurs

Comité Solidarité Basque Lille – csblille@aol.com le 25 novembre 2010

Objet : Extradition de la militante basque Aurore Martin

Appel à une réunion unitaire le mardi 30 novembre 19h

à la MRES rue Gosselet LILLE

Aux organisations, aux militants(es) : appel URGENT

Le 23 novembre, le Tribunal de Pau a accepté le mandat d’arrêt européen émis par l’Audience Nationale de Madrid contre la militante de Batasuna, Aurore Martin.

Aurore Martin, agée de 31 ans, de nationalité française, est militante, et elle a été porte- parole d’une organisation interdite en espagne mais « encore » légale en france, Batasuna.

L’espagne lui reproche sa participation aux activités publiques de cette organisation, d’avoir participé à des conférences de presse en 2006 et 2007 à Pampelune, d’avoir été salariée du groupe parlementaire d’Ehak, le Parti communiste des terres basques, interdit en 2008 et d’avoir publié un article dans le quotidien indépendantiste basque GARA .

Pour ces faits, l’espagne prétend pouvoir l’inculper pour « participation à une organisation terroriste ». Oui, pour ces faits et rien d’autre, Aurore peut être condamnée à une peine de 12 ans de prison.

L’organisation Batasuna est interdite en Pays basque depuis 2001 par la volonté et l’acharnement répressif de l’Etat espagnol, ses dirigeants ont été à plusieurs reprises emprisonnés ; Arnaldo Otegi, l’un des ses porte-parole, est toujours incarcéré. Un procès se déroule d’ailleurs actuellement à Madrid, un autre est programmé en 2011.

Comme vous le savez aussi, les différentes forces de police qui sévissent au Pays basque font l’objet de dénonciations répétées de militant(es) basques ayant subi des mauvais traitements, la torture ; accusations graves reconnues et dénoncées aussi par de nombreux organismes de défense des droits humains.

Suite à cette décision du tribunal de Pau contre Aurore, un recours a été déposé devant la cour de cassation, la décision sera connue dans le délai maximun d’un mois.

En pays basque, la décision du tribunal de Pau a provoqué un important mouvement de dénonciation et de très nombreuses protestations. Le samedi 20 novembre à Bayonne une manifestation a rassemblé plus d’un millier de personnes.

A ce jour, ce mouvement de solidarité s’amplifie en pays basque, des organisations politiques et syndicats français ont rejoint les mouvements basques et s’engagent publiquement à leur côté, NPA, PCF, Parti de Gauche, Europe Ecologie, Sud solidaires, PS etc..

Les organisations des droits de l’homme LDH, FIDH, AEDH sont particulièrement actives dans cette dénonciation de la collaboration répressive intolérable, et ancienne, de l’Etat français contre les militants(es) basques.

Une liste importante d’élu(es) s’est prononcée contre la menace d’extradition d’Aurore Martin. Hier 24 novembre, la sénatrice communiste Nicole Borvo Cohen-Seat a d’ailleurs interpelé au Sénat le groupe UMP sur le cas d’Aurore Martin. L’UMP n’a pas daigné répondre.

La presse quotidienne nationale a publié plusieurs articles : Libération et l’Humanité le 24 novembre.

Oui, il serait grave de « banaliser », une fois de plus, ce nouvel acte répressif contre une personne membre d’un mouvement basque ayant une activité politique publique et visible, dont le seul tort est de maintenir une légitime revendication partagée des deux cotés des pyrenées : le droit des basques à décider de leur destin, option que partage notre comité depuis sa création en 1996.

Comptons sur votre présence ce 30 novembre afin de décider d’initiatives communes dans les jours à venir...avec nos remerciements à la LDH de Lille qui nous permet d’organiser si rapidement cette réunion unitaire.

Pour csb Lille - Stéphane


 Urgent, aurore martin

 Aurore Martin : quelques éléments pour comprendre et se mobiliser

 Aurore Martin : ’’Un précédent historique grave’’
 le NPA contre l’extradition d’Aurore Martin
 le PCF contre la remise d’Aurore Martin

 Aurore Martin : Affaire d’états

 Elle s’appelle Aurore Martin, et risque 12 ans de prison en Espagne


 ENTRETIEN/ Aurore Martin / militante de Batasuna

"Je risque d’être jugée dans un pays dont je maîtrise à peine la langue"

l

19/11/2010

ENTRETIEN/ Aurore Martin / militante de Batasuna

Aurore Martin s’était vue remettre lundi 8 novembre, une convocation à la gendarmerie de Saint-Jean-Pied-de-Port pour le lendemain. Transférée à Pau, le procureur y a finalement ordonné le jour même, son incarcération à la prison de Seysses en attendant l’étude du mandat d’arrêt européen déposé par l’Etat espagnol à son encontre. En mai dernier, Aurore Martin avait déjà fait l’objet d’un mandat d’arrêt, alors rejeté par le tribunal de Pau. Finalement relâchée au bout d’une semaine de détention, elle attend aujourd’hui le verdict, qui sera prononcé mardi prochain.

C’est la deuxième fois que vous passez devant le tribunal de Pau en 6 mois. En mai dernier, le mandat d’arrêt avait été rejeté, qu’est-ce qui a changé depuis ?

Le premier mandat d’arrêt européen (MAE) posé par le juge a été rejeté au motif qu’il était « peu clair et précis ». Cette fois-ci, le juge a repris exactement le même dossier, avec la même affaire, mais il a ajouté les détails. Il y a six dates, les lieux, et des faits précis, qui concernent tous ma participation à des meetings ou à des conférences de presse des deux côtés du Pays Basque. Ce que l’on me reproche en clair, c’est mon appartenance au bureau de Batasuna et d’avoir été salariée du parti communiste EHAK, Euskal Herrialdeetako Alderdi Komunista, avant même que celui-ci ne soit interdit.

Avez-vous l’impression que l’on veut vous faire payer votre militance ?

En partie, oui. Je pense aussi que l’Espagne fait fortement pression sur la France pour qu’elle se positionne vis-à-vis de la question de l’illégalisation de certains partis. En acceptant le mandat d’arrêt européen, ce serait une manière de ne pas prendre position officiellement et de donner satisfaction à l’Espagne en envoyant les personnes être jugées là-bas. En tout cas la France va devoir avancer sur cette problématique.

Et si ce devait être dans un sens qui vous est défavorable ?

Alors ce serait la porte ouverte à de grosses dérives. Le droit à l’expression me paraît légitime. Je refuse d’être jugée par un pays qui n’accepte pas Batasuna en tant que parti et qui censure notre liberté d’expression. Il est déjà très inquiétant de voir que l’Espagne peut mettre une telle pression sur des militants ici alors que les codes juridiques diffèrent ! C’est hallucinant ! D’autant plus dans le contexte actuel : une résolution politique du conflit armé ne se fera jamais sans la gauche abertzale et Batasuna.

Vous êtes-vous posé la question de savoir pourquoi vous ?

Comme je l’ai dit, la France doit faire un geste envers nous. Ce second mandat d’arrêt est donc un test pour l’Espagne : si ça passe avec moi, ça passera avec les autres. Je ne suis pas la seule sous cette menace. Pourquoi y a-t-il eu un ordre d’interpellation cette fois-ci et pas la dernière fois ? Qu’est-ce qui a changé ? Rien du tout. Rien a changé depuis mai. J’ai une famille et un travail. Il m’a fallu du temps pour réaliser, comprendre que les règles juridiques des MAE étaient différentes. Je ne m’attendais pas du tout à ce retour de flamme.

Que vous a-t-on dit ?

J’ai reçu une convocation la veille qui m’invitait à me rendre au commissariat de Saint-Jean-Pied-de-Port pour accepter ou refuser le mandat d’arrêt européen. Je ne savais pas, alors, ce qui m’attendait : ils avaient décidé de m’envoyer directement en prison. Avant mon incarcération, le procureur m’a simplement dit que j’étais stupide de ne pas m’être présentée aux autorités espagnoles. J’avais mes raisons de refuser et j’ai trouvé son appréciation très personnelle. Ça ne représentait pas non plus un réel motif d’incarcération.

Comment avez-vous vécu cette semaine d’incarcération ?

C’est l’entrée en prison qui est très dure. Vous n’avez plus de moyen de communiquer avec l’extérieur. Vous ne savez pas si votre famille est au courant et vous n’avez pas non plus de courrier. Attendre complètement coupée du monde, ça rallonge les journées. Il faut aussi comprendre pourquoi on est là. Pour moi, puisqu’on m’avait incarcéré, c’était qu’ils comptaient aller jusqu’au bout de la procédure d’extradition. Je ne m’attendais même pas à être libérée mardi. Je croyais que c’était fini.

Cela doit aussi avoir beaucoup d’impact sur votre entourage...

C’est très difficile pour la famille de subir ça. Il y a beaucoup d’incompréhension. Ce qui ressort le plus je crois, c’est une sensation d’injustice. Nous prenons le temps de discuter. Il est vrai qu’en tant que militante, je sais que c’est contraire à un certain cadre. Que ce soit politique, agricole ou autre, le mode choisi par la France et l’Espagne pour traiter le militantisme est répressif. Aujourd’hui, le droit de militer fini souvent par la case justice.

Le verdict est attendu mardi. Vous avez peur ?

Oui. Très. Quand on sait ce que c’est que l’audience nationale et qu’on lit le compte rendu de certains procès, c’est effrayant. On risque 12 ans de prison pour de simples déclarations publiques. Alors oui, je suis terrifiée. Je ne peux pas m’imaginer être jugée par un pays dont je maîtrise à peine la langue. Et puis je vais aller me défendre de quoi là-bas, alors qu’il ne légitime pas Batasuna ? Je vais me livrer, simplement. Je ne comprends pas pourquoi je serai jugée sur mes opinions politiques. Je n’ai influé que par le biais d’une campagne politique et agis par le vote. Je me demande : qui terrorise qui ? J’ai l’impression de devenir un point d’acharnement. La stigmatisation et la médiatisation juridique doivent sûrement servir à me criminaliser et à me faire entrer dans un stéréotype. Si ce n’est pas moi, ce sera quelqu’un d’autre. Si le MAE est refusé, je vivrai dans la crainte qu’il y en ait un troisième qui suive. S’il est accepté, il ne me restera qu’un recours. Mais quel avenir pour nos droits ? On veut me juger sur des idées.

Vous avez pris connaissance de la pétition de soutien des élus, j’imagine...

Oui, c’est incroyable le travail qui a été réalisé en une semaine ! Je sais que ça m’arrive à moi, mais le fait est que c’est une question primordiale pour l’avenir de Batasuna en Pays Basque Nord, mais aussi les citoyens en général. Ces signatures montrent que ce qui se passe n’est pas un événement normal. La liberté d’expression et de parole est un droit. Celle d’émettre une opinion et de proposer un projet politique aussi. Ça n’est pas notre affaire, mais celle des droits civiques pour le futur.

Cyrielle Balerdi

De très nombreux élus contre le MAE

De nombreux élus se sont d’ores et déjà prononcés contre le MAE à l’encontre d’Aurore Martin. Parmi les premiers signataires, il y a les députés européens (Europe Ecologie) C. Grèze, J. Bové et F. Alfonsi, le député J. Lassalle (MoDem). On compte aussi les conseillers régionaux (Europe Ecologie) A. Leiciaguezahar, M. De Marco, D. Grosclaude, B. Péré et B. Vincent. Les conseillers généraux K. Ezenaro (PS) et A. Iriart (maire de Saint-Pierre-d’Irube). Les maires M. Etcheveste (Mauléon), R. Etchemendy (Suhescun), J.-M. Galant (Ascarat), P. Guilletmotonia, (Lahonce), F. Graxi (Espelette), F. Lambert (Ispoure), P. Eyerhabide (Saint-Jean-le-Vieux), F. Goni (Mendive), J. Goyehenetx (Lecumberry), J.-C. Ibargarray (Lacarre), E. Minondo (Saint-Michel), J.-B. Loyatho (Gamarthe), Anne-Marie Ibanez (Behorléguy), B. Arrabit (Saint-Martin-d’Arberoue), J. Etchandi (Anhaux), D. Olçomendi (Ostabat), R. Gomez (Laguinge-Restoue), B. Laborde (Sare), C. Bessonart (Saint-Pée-sur-Nivelle), L. Bedbedere (Mendionde). A ces élus il faut ajouter plus d’une centaine de conseillers municipaux du Pays Basque Nord, dont 13 adjoints au maire.

Les appels à manifester se multiplient

Le mouvement occitan Libertat rappelle qu’Aurore Martin est “menacée d’extradition pour le simple fait d’avoir participé à des réunions detravail et à des conférences de presse ” et se demande “dans quelle société vivons-nous ?!” L’organisation appelle, outre à la manifestation de Bayonne, à se rassembler devant le tribunal de Pau mardi 23. Pour le comité d’Anglet du NPA “il s’agit d’un véritable acharnement [...] à l’encontre d’Aurore Martin”. La section angloye du NPA “affirme sa solidarité avec Aurore Martin, s’oppose à l’application du MAE, procédure dont le NPA revendique l’abrogation.” AB, les syndicats Lab, Solidaires et ELB, Segi et la LDH entre autres appellent à manifester également.

Publié par Askatasuna Baiona



Imprimer cet article





La France n’a pas de leçons à donner à la Russie
vendredi 23 - 14h33
de : JO
G7 : Biarritz occupée par l’état-major du néolibéralisme
jeudi 22 - 18h05
de : joclaude
1 commentaire
Nous accusons !
jeudi 22 - 17h07
Qu’a vraiment dit Vladimir Poutine sur les Gilets Jaunes à Brégançon ?
jeudi 22 - 16h58
de : JO
Urgences, femmes de chambre, travailleurs sans-papiers : trois grèves qui n’ont pas pris de vacances
jeudi 22 - 16h21
VENEZUELA : Témoignage sur la reconnaissance des droits des Indiens !
jeudi 22 - 11h50
de : JO
GILETS JAUNES :L’enquête sur la mort de Mme. Zineb Redouane à Marseille !
mercredi 21 - 19h37
de : joclaude
MANIFESTATION POUR EXIGER LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
mercredi 21 - 17h51
de : Jean Clément
La "guerre en syrie, qui n’en finit pas de finir" : Les raids pro-Résistance de l’aviation russe
mercredi 21 - 17h25
de : nazairien
1 commentaire
Biarritz : Ville fermée.
mardi 20 - 21h39
de : L’iena rabbioso
Contre-G7 : la Confédération paysanne appelle à une forte mobilisation
mardi 20 - 16h16
de : jean 1
3 commentaires
À MES FRÈRES - Anthologies de textes poétiques et politiques
mardi 20 - 10h44
de : Ernest London
Féminisme : choisir un courant.
mardi 20 - 10h15
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Depuis le 8 Aout 2019 énième accident nucléaire Nionoska Russie
lundi 19 - 22h32
de : savoie antinucléaire ACDN Next-up
L’île aux enfants.
lundi 19 - 18h24
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Trump décrète un blocus total du VENEZUELA !
lundi 19 - 18h02
de : JOclaude
1 commentaire
Comité Chômeurs et Précaires CGT Strasbourg : Les nouveaux Esclaves !
lundi 19 - 16h23
de : JOclaude
Montpellier : 150 gilets jaunes font fermer le Polygone et un « village jaune » au rond point de Près d’Arènes.
lundi 19 - 16h06
de : jean 1
1 commentaire
ARGENTINE : le spectre d’un retour du péronisme fait plonger la Bourse !
lundi 19 - 15h53
de : joclaude
1 commentaire
Contre-sommet : « Ce G7 n’est pas un point d’arrivée, c’est un point de départ »
lundi 19 - 10h26
3 commentaires
Féminisme hypertextile et féminisme hypotextile
lundi 19 - 01h00
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Voiler sans tarder les jeunes filles de 2 à 12 ans ?
dimanche 18 - 22h09
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Suite des oeuvres des brutes de Macron ! Mes observations !
dimanche 18 - 21h25
de : JO
2 commentaires
Pudeur pour soi ou pudeur pour autrui.
dimanche 18 - 21h13
de : Christian DELARUE
5 commentaires
ADIEUX AU CAPITALISME Autonomie, société du bien être et multiplicité des mondes
dimanche 18 - 07h31
de : Ernest London
1 commentaire
G7EZ BLOKATU Deuxième communiqué/Bigarren agiria
samedi 17 - 12h06
de : g7blokatu
Théorie de la consience du monde ; aujourd’hui la Palestine
vendredi 16 - 22h54
de : Agence media palestine
ÇA GRÉSILLE DANS LE POTEAU - Histoires de la lutte contre la T.H.T Cotentin-Maine – 2005-2013
vendredi 16 - 11h04
de : Ernest London
Santé de la population : les connivences de l’aristocratie médicale avec le nucléaire, le pétrole, la téléphonie,...
jeudi 15 - 22h49
de : coordi sud-est
2 commentaires
Grèce. La chasse aux jeunes rebelles est ouverte.
mercredi 14 - 23h02
de : Ne vivons plus comme des esclaves - Yannis Youlountas
Tournesol OGM fauché dans l’Hérault
mercredi 14 - 22h44
de : faucheur de chimères
Chez Castagner le nucléaire
mardi 13 - 22h51
de : Intercollectif contre les projets nucléaires et imposés
G7 BLOKATU : Bloquons le G7 et son monde !
mardi 13 - 21h04
de : jean 1
Rassemblement de soutien aux mobilisations du 13 août au Brésil contre l’extrême droite de Bolsonaro
mardi 13 - 08h43
de : jean 1
1 commentaire
Quand Castaner diffusait une BD porno contre ses adversaires politiques
lundi 12 - 22h25
de : Les Crises
Selon l’IGPN
lundi 12 - 22h21
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Bulletin du 8 aout 2019
lundi 12 - 22h17
de : CADTM
NathalieLoiseau dans ses oeuvres.
lundi 12 - 09h18
de : jean 1
La SCOPTI 1336 a besoin de vous !
vendredi 9 - 08h10
de : Frérot
Festival « Les Bure’lesques 2019 »
jeudi 8 - 22h43
de : jean 1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

N'essayez pas de devenir un homme qui a du succès. Essayez de devenir un homme qui a de la valeur. Albert Einstein
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite