Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

dans l’action le 13 décembre


de : 5 ULs CGT
mercredi 7 décembre 2011 - 11h55 - Signaler aux modérateurs
8 commentaires

Front de luttes des Unions Locales CGT de : AUCHEL-BÉTHUNE-BRUAY-LILLERS-LIÉVIN

Mardi 13 décembre

EN AVANT DANS la GRÉVE et l’ACTION !

Manif’ActionS…

RENDEZ-VOUS À 4h30 DANS LES UNIONS LOCALES

OUVRIERS ET EMPLOYÉS DU PRIVÉ ET DES SERVICES PUBLICS, PRIVÉS DE DROITS, CHÔMEURS ET PRÉCAIRES, CRIONS HAUT ET FORT NOTRE BESOIN D’UN SALAIRE DÉCENT, NOTRE DROIT AU TRAVAIL DÉCENT, NOTRE DROIT DE VIVRE LIBRES ET DIGNES DANS CE PAYS.

Le capitalisme traverse encore une crise mondiale avec son cortège de licenciés, d’entreprises qui délocalisent, de privatisations et de pays qui paient les magouilles des diables de la finance et qui se voient mis sous tutelle par les banquiers… Les gouvernements des pays européens ont mis leurs peuples au régime sec pendant que les riches se goinfrent de caviar et de champagne. Partout, les mots « récessions et austérité » sont dans les dis-cours des technocrates arrivés au pouvoir !

 quelle austérité… ? Moins de droits sociaux, moins de remboursements de médicaments et d’accès aux soins, augmentation de la TVA, mise en place d’un timbre fiscal de 35 euro pour les procédures en justice... des reculs qui font suite à la réforme calamiteuse des retraites mise en place au pas-de-charge en 2010 et de nouveau visée par une augmentation des années de cotisations et de l’âge de départ.

 quelles récessions… ? Blocage des salaires, une deuxième journée de travail gratuite, fin des 35h00 vers plus de flexibilité dans des semaines à 52 heures selon les « commandes » , gel des embauches dans le public, projet de suppression des droits d’alerte et d’expertise pour les CE, réforme des statuts et des conventions collectives, nouvel allégement du code du travail, réforme des droits des congés payés, le Service du Travail Obligatoire (instauré par Pétain) pour ceux qui touchent le RSA…

Ce n’est plus de l’austérité ou de la récession, c’est un recul de société dans les pays les plus riches de la planète….Et ce n’est pas fini !

Si nous ne rebellons pas contre les banksters et les patrons, voyous appuyés sur un gouvernement aux attitudes mafieuses et réactionnaires, ils n’arrête-ront pas le ravage de nos vies, ils iront jusqu’au bout, jusqu’aux camps.

Nous devons passer à l’offensive.

De l’argent, il y en a, dans les banques et dans les poches du patronat. Cet argent, c’est le nôtre, ils nous l’ont volé depuis des décennies au nom de la prospérité et de la cohésion sociale à la française, mais les seuls qui ont prospérés, ce sont les plus riches, ceux qui profitent des lois faites pour eux mais contre nous le Peuple. On n’est pas des nantis, on n’est pas des pourris, on n’est pas des fraudeurs, on n’est pas « le cancer de la société » ni des « fainéants profiteurs », quoi qu’en disent Laurent Wauquiez, le porte-valise bourgeois de l’UMP et des fonds de pensions anglo-saxons, Hervé Mariton ou Didier Mariani de l’ultra droite UMP… aux ordres des multinationales…

Les salariés exploités du public et du privé, les chômeurs, les précaires, les retraités, les jeunes… sont en colère

On rogne leur salaire et leurs droits : même en tra-vaillant jours de fêtes et dimanche c’est la dèche à partir du 15 du mois, et pour celles et ceux qui n’ont pas de travail fixe ou à plein temps, c’est la misère qui s’installe et les « restos du cœur, le secours po-pulaire, le secours catholique » qui n’en peuvent plus !

Partout nous allons devoir faire face aux banksters flanqués de leurs actionnaires qui ont mis en place des mercenaires, des flics, des mouchards, des divi-seurs manipulateurs… pour rassembler la droite jusqu’à son extrême qui a un seul but, encore plus nous presser, nous exploiter, nous précariser, nous diviser

Pour faire face au gouvernement et au patronat, aux plans d’austérité, au recul de la société, à la répression morale et physique, à la montée des idées racistes…

Nous sonnons l’alarme dans toutes les entreprises, tous les services publics et toutes les usines, dans les quartiers et les cités et nous appelons les « fauchés » salariés, les « sans argent » précarisés, les travailleurs sans tra-vail, les diplômés exploités ou sans emploi, les jeunes, les femmes, les re-traités… à se mettre Debout et à faire la guerre à la misère et à la répression contre les pauvres et les droits !

POUR LES SALAIRES - POUR L’EMPLOI – CONTRE LES BANKSTERS DES PLANS DE RIGUEUR.

NOUS, chômeurs, travailleurs précaires, travailleurs pauvres et moins pauvres, retraités, jeunes, étudiants et lycéens… DENONÇONS :

  les licenciements, les injustices, les sanc-tions, les radiations, les fins des droits, la précarité, le chômage, la misère, la per-fusion de misère du RSA et le travail obligatoire gratuit qui vise le retour à l’esclavage, l’augmentation du coût du logement, de l’énergie, de l’eau, de l’ali-mentation, les expulsions, les coupures d’énergie, les restrictions, les culpabilisa-tions, la stigmatisation et le racisme, la pression pour se justifier en permanence pour conserver le peu d’indemnités aux-quelles nous avons droit, les privatisa-tions, les lois xénophobes… tous les re-culs sociaux et sociétaux tous azimuts...

NOUS, chômeurs, travailleurs précaires, travailleurs pauvres et moins pauvres, retraités, jeunes, étudiants et lycéens … N’ATTENDRONS MAI 2012 POUR EXIGER :

  une prime de Noël de 500 euros pour les chômeurs, les travailleurs précaires, les travailleurs pauvres dont les revenus sont inférieurs à 1500 euros nets hors primes, le smic à 1700 euro nets, un travail digne - maintien des droits et des revenus jusqu’au retour à l’emploi avec des minima qui ne peuvent être inférieurs à 1500 euro à partir de 21 ans - interdiction des radiations, des expulsions et des coupures - factures d’électricité, de gaz, d’eau, de loyer… qui ne doivent pas dépasser 10% des revenus - nationalisation des banques et des multinationales de l’alimentation et du pétrole - interdiction des licenciements boursiers ou en cas de délocalisations - arrêt des privatisations et le retour des services privatisés dans l’Etat - accès gratuits aux soins et à l’éducation et gratuité des transports publics pour les sans emploi, les travailleurs précaires et travailleurs pauvres (retour des auto-routes dans les caisses de l’Etat –justice gratuite - interdiction des mouvements racistes et xénophobes, régularisation de tous les sans-papiers…



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
dans l’action le 13 décembre
7 décembre 2011 - 12h58

s’il vous plait, la liste des rassemblemnts
pour la toute la france, merci.



dans l’action le 13 décembre
7 décembre 2011 - 13h41 - Posté par D

Tu la trouveras en allant sur le lien ci-dessous

http://www.carte.cgt.fr/index.php


dans l’action le 13 décembre
7 décembre 2011 - 21h25 - Posté par Patrice Bardet

la carte sur le site cgt est très incomplète, on a rarement vu aussi "pauvre" : pour le Nord, par exemple, rien de plus que le 1° décembre....

D’ailleurs, elle ne répertorie que ce qui vient de l’intersyndicale avec la CFDT collabo, c’est à dire le plus souvent.... rien !

Un bon exemple est le département du Nord

Ville : LILLE
Lieu : Rassemblement rue de IENA devant la CPAM suivi d’une manifestation CGT à 14h30 jusqu’à la Préfecture
Heure : 10h00
Organisation : CGT, CFDT, UNSA, SOLIDAIRES

Seule l’UD CGT (et les UL’) dans le 59 appelle à la grève

L’autre exemple est celui du Pas de Calais (62) : à part les 5 UL, qui est dans l’action et la grève ????? mystère....

Les camarades CGT de Lille vont faire le matin les porte coton de la CFdT, UNSA ( qui fera banderole commune avec la CFDT ?) , "Solidaires" ( la grève générale le lendemain de la veille du matin du grand soir) qui ont mis tous les obstacles possibles à la grève, pour distribuer le tracts de l’intersyndicale devant la CPAM et au marché de Wazemmes

Sinon, des rassemblements/manifestations locaux organisés par les seules UL CGT du nord un peu partout (armentières, maubeuge, Rx, Tourcoing, Seclin , Maubeuge, Dunkerque, etc...)


L’intersyndicale au sommet a bien rempli son rôle : étouffer, comme à son habitude, toute velléité de lutte


Mieux, on a vu la CFDT/FGACC faire semblant d’une grève des seuls conducteurs à la SNCF, après avoir signé un accord scélérat pour tous les cheminots : comme faire valoir du PDG de la SNCF et pour saboter la lutte contre la casse du frêt, la "libéralisation", le cadencement ( avec Notat à la manoeuvre ).....


On n’arrête pas la connerie en si bon chemin : on est sûr de perdre (sauf pour la lutte des places, où c’est le jackpot) , alors qui si on se bat, on n’est pas certain de gagner !!!!


dans l’action le 13 décembre
7 décembre 2011 - 21h20 - Posté par laso

c’est n’est pas un appel a la greve ? mais a un rassemblement ???



dans l’action le 13 décembre
7 décembre 2011 - 21h26 - Posté par Patrice Bardet

oh, c’est écrit

EN AVANT DANS la GRÉVE et l’ACTION !


dans l’action le 13 décembre
13 décembre 2011 - 12h25 - Posté par

Afin de poursuivre la réflexion je vous propose ce texte de Patrick Mignard qui pose bien le problème.

Travail salarié et travail gratuit
Patrick MIGNARD

Faire travailler les chômeurs et /ou celles et ceux qui, sans emplois, bénéficient d’aides est devenu la véritable obsession des gouvernants.
La mesure – qui vient d’être prise par le « Président des Riches » en imposant un travail aux allocataires du RSA – apparaît à la fois comme logique et scandaleuse et, de la même manière, les défenseurs d’une telle mesure hésitaient à l’appliquer par crainte de désapprobation, les adversaires peinant à en démonter le mécanisme.
Pour y voir clair dans cette affaire, revenons à quelques fondamentaux du système marchand.
TRAVAIL ET SALARIAT
Deux concepts sont fondamentaux :
le travail ;
la force de travail.
Le travail est l’acte par lequel il y a création de la valeur, de la richesse.
Son statut, eu égard à l’individu qui l’accomplit, est déterminé par les relations sociales qui constituent le système de production à un moment donné. Par exemple, le statut social du travail dans le système esclavagiste est différent du statut social du travail dans le système du salariat (capitalisme).
L’évolution de ces différents statuts constitue l’essentiel de ce que l’on appelle, l’Histoire ;
Dans le cas du salariat, le travail est l’acte par lequel il y a la création de la richesse dans des conditions sociales qui sont spécifiquement les siennes. La mise au travail de l’activité humaine crée de la richesse, mais l’on sait que cette richesse créée n’appartient pas à celui, le salarié, qui la crée. D’où l’origine du profit qui est en gros la différence entre la valeur réellement produite et la part (salaire) accordée au salarié.
D’où une 1er remarque essentielle : le salaire n’est pas l’intégralité de la valeur produite par l’activité du salarié. Le salaire n’est que la part de valeur créée, accordée par l’employeur afin que le salarié puisse reproduire sa capacité de travail afin de demeurer producteur de richesses, autrement dit sa capacité de travail.
Ce que reçoit le salarié, n’est donc pas la valeur qu’il a produit mais l’équivalent valeur de ce dont il a besoin pour, économiquement et socialement, exister.
Il faut noter que cette réalité a été remplacée, dans le discours officiel, par une explication totalement mystificatrice, qui consiste à dire que le salaire est la valeur équivalente au travail fourni… Or ceci est complètement faux. S’il en était ainsi on se demande bien où serait le profit que le propriétaire du Capital met dans sa poche.
La force de travail – mis à la disposition, moyennant salaire, de l’employeur, n’est donc qu’un moyen entre les mains de celui-ci pour créer et accumuler de la richesse. Elle n’a pas d’autre fonction… ce qui explique que, ayant un statut de marchandise, elle fait l’objet, sur le marché dit « du travail » – en fait de « la force de travail » – d’une transaction commerciale, l’acheteur (le chef d’entreprise) ne l’achète que s’il en a besoin.
D’où une 2e remarque tout aussi essentielle que la première : l’emploi de la force de travail n’est pas liée au fait quelle procure un emploi au salarié, mais uniquement à l’utilité économique que lui reconnaît l’employeur.
Autrement dit, le fameux « Droit au Travail » n’est qu’une mystification.
FORCE DE TRAVAIL ET CHOMAGE
La situation de chômage, de sous emploi n’est donc pas un dysfonctionnement du système salarial, mais bien une conséquence inéluctable de son principe de fonctionnement.
Ce n’est pas le chômeur, le sans emploi, qui est responsable de sa situation, mais l’état du marché de la force de travail.
On peut être formé, disponible, avoir de l’expérience et… chômeur. C’est le cas de millions de salariés.
Cette situation de chômage présente pour le système, à la fois, un avantage et un inconvénient :
l’avantage, il est double : avoir à disposition, et en fonction des besoins, de la production marchande, un potentiel de travail, mais aussi de pouvoir agir, à la baisse, sur les salaires … les offreurs de force de travail se faisant concurrence ;
l’inconvénient : cette situation révèle, si elle est comprise, toute la perfidie sociale du système marchand qui instrumentalise la force de travail à son seul profit. Le système arrive à faire croire, avec un certain succès, idéologiquement, que cette situation est « naturelle », « indépassable »,… et que seuls les chômeurs, et autres sans emploi sont responsables de leur situation. (« Tous des fainéants ! » ou des « fraudeurs » !
C’est entre ces deux positions contradictoires que naviguent les gestionnaires du système. Il reste cependant à trouver un cadre acceptable pour gérer le sous emploi qui devient massif et donc socialement et politiquement à terme déstabilisant.
CHOMAGE ET TRAVAIL GRATUIT
Une fois admise la fable fondée sur :
compétitivité et rentabilité sont indispensables ;
les chômeurs sont des fainéants ;
il est facile au système de faire admettre qu’il est immoral d’accepter une situation dans laquelle les sans emploi recevraient une aide.
On pourrait certes imaginer une suppression de ces aides,… c’est une tentation permanente. Mais là se pose un problème à la fois politique et social : ces aides assurent une relative paix sociale et leur suppression serait vécue comme une nouvelle atteinte à des « acquis sociaux ». Il faut noter que les associations caritatives qui, en dehors de l’Etat, fournissent une aide, permettent à ce même Etat de se désengager…. Transformant une solidarité nationale en charité privée.
Il faut donc agir à un autre niveau.
« Puisque celles et ceux qui travaillent reçoivent un revenu,… celles et ceux qui reçoivent un revenu (les aides) doivent fournir un travail ».
Dis comme cela, le raisonnement parait imparable. Mais un problème demeure.
En effet, celles et ceux qui sont privés de travail ne le sont pas de leur propre volonté, mais, nous l’avons vu, du fait des conséquences du fonctionnement du système marchand.
Si l’on oblige ces personnes à travailler, si on leur impose un type de travail, on entre dans une logique de relation sociale, autre que le salariat. Le choix du travail n’est alors plus libre, or le système salarial fait de la liberté du salarié un principe intangible.
Et quel emploi ?
Qui va décider de la nature de l’emploi ? Quel choix ? Quel lien entre le travail proposé et la formation, les compétences de la personne ?
Devant l’amplitude du sous emploi actuel, on risque, à terme, d’avoir une catégorie de citoyens, contraints, pour survivre, d’accepter un emploi – évidemment déqualifié – soumis à des conditions de travail/rémunération parfaitement dérogatoire par rapport au droit du travail,… entraînant à terme son abolition… Ce que souhaite explicitement le MEDEF.
Accepter un telle situation, c’est accepter une dégradation gravissime des conditions de travail et donc de vie. Au rapport salarial, source déjà d’exploitation et d’inégalités, va se substituer un rapport encore plus défavorable, ouvrant la voie à des rapports sociaux d’une autre nature.
Si cette logique se met en place, on peut faire raisonnablement l’hypothèse qu’elle va faire dans les rapports capital/travail, une forme de jurisprudence, et que la volonté du patronat de liquider une bonne fois pour toute le code du travail et toute législation sociale, trouvera là une perspective prometteuse pour accomplir ce dont il a toujours rêvé.
En l’absence de rapport de forces favorable à la force de travail, absence due essentiellement à une mondialisation marchande qui a relativisé l’importance de la force de travail locale (trop chère au regard du marché mondial), aux délocalisations qui ont entraîné une liquidation d’innombrables secteurs de production, une déliquescence totale des syndicats de salariés,… la porte est grande ouverte à une mutation du rapport capital/travail.
Le combat idéologique, entre autres, est à mener pour éviter une véritable capitulation face à la pression du capital qui ne reculera devant rien pour assurer sa pérennité.
Patrick MIGNARD
Novembre 2011
URL de cet article 15189
http://www.legrandsoir.info/travail...


dans l’action le 13 décembre
13 décembre 2011 - 12h38 - Posté par Atzo

CRISE DU TRAVAIL OU CRISE DU CAPITAL ?
René Berthier
Article paru dans Temps Maudits N° 2
Janvier 1998

"Que le capitalisme ait trouvé des moyens de plus en plus sophistiqués pour réaliser des profits est une réalité qui ne saurait en aucun cas évacuer cette autre réalité que tout l’échafaudage repose sur l’appropriation de la plus-value réalisée par l’exploitation du travail. Le fait que, augmentation de la productivité du travail aidant, moins d’ouvriers sont nécessaires ne doit pas évacuer le fait que les exclus du travail contribuent d’une certaine façon à la réalisation de la plus-value par leur seule présence, qui fait pression sur le niveau des salaires."


dans l’action le 13 décembre
13 décembre 2011 - 14h47 - Posté par Atzo

Le workfare. Néolibéralisme et contrats de travail dans le secteur public aux États-Unis

John Krinsky

Apparus aux États-Unis dans les années 1970, les programmes de workfare, qui posent comme principe que les bénéficiaires de l’aide sociale doivent travailler pour toucher leur allocation, se sont largement diffusés par la suite. L’histoire de ces programmes et de leurs évolutions aux États-Unis montre que loin des visées de réinsertion que certains ont pu lui prêter, le workfare a servi, et continue de servir aujourd’hui, de tout autre objectif. D’abord en ce qu’il vise à restreindre le nombre d’allocataires de l’aide sociale ou au mieux à conditionner l’accès à celle-ci à un travail dévalorisé, ce qui en fait davantage un programme anti-assistance qu’un aménagement de celle-ci. Mais aussi en ce que le recours au travail des allocataires du workfare a largement participé aux entreprises de flexibilisation et de dégradation des conditions de travail du salariat américain. Loin de chercher à établir des passerelles entre le welfare et le salariat, le workfare attaque simultanément ces deux institutions de l’État social.

http://www.ies-salariat.org/IMG/pdf...





NICE : 19 mosquées pour combien d’islamistes en cette ville ?
vendredi 30 - 10h25
de : joclaude
1 commentaire
« Tête nue sauf »(religion) : Retrait de voile et kippa en salle d’audience des tribunaux de France !
vendredi 30 - 08h50
de : Christian Delarue
1948 : La famille humaine et la dignité humaine.
vendredi 30 - 08h23
de : Christian Delarue
André Comte-Sponville et les valeurs abrahamiques.
jeudi 29 - 20h57
de : Christian Delarue
4 commentaires
Un confinement allégé comme ligne Maginot d’une 2e vague violente
jeudi 29 - 14h38
7 commentaires
rois d’égout - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 28 - 18h38
de : Hdm
PANORAMA SUR MADAGASCAR Pays d’avenir ou d’infortune
mercredi 28 - 18h21
de : allain graux
BOLIVIE Les élections du 18 octobre 2020
mercredi 28 - 18h17
Evo Morales, "l’homme intègre" , défenseur du peuple, retrouve son honneur
mercredi 28 - 13h03
de : nazairien
3 commentaires
C’est tellement vrai que ça finira peut-être par être entendu.
mercredi 28 - 09h32
de : jean1
2 commentaires
NI RACISME, NI INTEGRISME, NI ISLAMISME : Pour une meilleure critique
mercredi 28 - 08h36
de : Christian Delarue
6 commentaires
silence des ouvriers meurent
mardi 27 - 16h32
de : jean1
CHILI:Le peuple démolit la Constitution de Pinochet
mardi 27 - 10h37
de : joclaude
André Compte-Sponville et les valeurs abrahamiques.
lundi 26 - 20h49
de : Christian Delarue
1 commentaire
La réforme de l’assurance chômage reportée mais pas annulée
lundi 26 - 17h41
LA MARTINIQUE : Un des déserts médicaux Français a reçu l’aide de médecins Cubains !
lundi 26 - 16h21
de : joclaude
4 commentaires
La fortune de Bernard Arnault a augmenté de 8 milliards de dollars en une semaine
lundi 26 - 15h17
de : joclaude
Référendum constitutionnel au Chili : écrasante victoire du « OUI »
lundi 26 - 11h46
de : jean1
Stop stigmatisation des gauches
lundi 26 - 10h23
de : Christian Delarue
5 commentaires
Coexistence : Promotion des valeurs abrahamiques
dimanche 25 - 23h23
4 commentaires
L’épidémie sans fin : la stratégie de Macron afin d’éviter la destitution et un procès pour haute trahison
dimanche 25 - 19h19
de : jean1
1 commentaire
BOLIVIE : Le Mouvement vers le Socialisme obtient la majorité aux 2 Chambres !
dimanche 25 - 10h22
de : joclaude
Critique des PRIERES DE RUE SEXOSEPARATISTES
samedi 24 - 23h54
1 commentaire
CCIF : deux faces
samedi 24 - 23h36
de : Christian Delarue
Pourquoi sommes-nous silencieux ?
samedi 24 - 21h26
de : Fath Allah Meziane
2 commentaires
Claude Posternak
vendredi 23 - 16h06
de : jean1
2 commentaires
Côte d’Ivoire : le néo-colonialisme dans ses oeuvres moribondes !
vendredi 23 - 16h01
de : joclaude
La Russie et la Tchétchénie en gros répondent “Vous voulez des terroristes et bien gardez-les…
jeudi 22 - 16h07
de : joclaude
Notre éviction de Facebook pourrait signer la fin prochaine de Rapports de force
jeudi 22 - 15h11
5 commentaires
Ne trahissons pas la mémoire de Samuel Paty
jeudi 22 - 11h26
de : Hervé Fuyet
2 commentaires
BOLIVIE : Analyse de l’élection de Luis ARCE nouveau Président.
jeudi 22 - 11h17
de : joclaude
2 commentaires
Deux heures moins le quart avant le couvre-feu - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 21 - 21h49
de : Hdm
Sgunfu di talwit a Samuel Paty
mercredi 21 - 00h16
de : ACB
1 commentaire
BOLIVIE : Luis ARCE candidat du Mouvement pour le Socialisme élu !
mardi 20 - 16h56
de : joclaude
2 commentaires
En Espagne, un hôpital face à la deuxième vague du coronavirus
mardi 20 - 16h24
de : nazairien
propos raciste de Jean Luc Mélenchon ,saisine du procureur
mardi 20 - 07h37
de : sôs Soutien ô Sans papiers
8 commentaires
Les rapports sociaux imbriqués rendent difficile l’émancipation totale
mardi 20 - 00h44
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Pour se souvenir:Ernesto « Che » Guevara (1928-1967), combattant internationaliste
lundi 19 - 17h26
de : joclaude
Sortir de toute barbarie par le haut suppose de promouvoir la civilisation
lundi 19 - 00h21
de : Christian Delarue
3 commentaires
Remember (pour se souvenir)Thomas Sankara...
dimanche 18 - 15h56
de : joclaude

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite