Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
180 ans ? Ça se fête…
jeudi 21 mars
de Info’Com-CGT
Le syndicat Info’Com-CGT (prolongement de l’historique syndicat des typographes, la Chambre Syndicale Typographique Parisienne) est heureux de vous convier à fêter ses 180 ans. Une telle continuité syndicale unique est due, à son animation, des décennies durant, par des militantes et militants CGT qui ont à cœur de lutter pour l’émancipation sociale des travailleurs et travailleuses. Un tel anniversaire tombe à pic pour réaffirmer notre attachement à un syndicalisme (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Les trois types de petite-bourgeoisie.
de : CD
dimanche 15 janvier 2012 - 20h38 - Signaler aux modérateurs
15 commentaires

Il s’agit de donner la trame d’une conception hétérodoxe d’inspiration marxiste et altermondialiste à la question des classes sociales.

Reprenons la notion de "petite bourgeoisie". La tendance contemporaine tient à évoquer des couches moyennes et des couches modestes ou "populaires" comme composantes du peuple-classe. Le peuple-classe est le peuple résident moins la bourgeoisie.

Le terme de "petite-bourgeoisie" a longtemps fonctionné comme notion stigmatisante, à savoir une accusation portée sur un groupe social qui dans son mode de vie tendait beaucoup à copier le mode de vie "bourgeois". Ce n’est vrai que pour parti. Surtout cela empêche d’aller plus loin dans la réflexion. D’autant, qu’il existe de nos jours une fraction de la petite-bourgeoisie - grosso modo, celle proche des couches modestes - qui est nettement "progressiste" et qui lutte activement pour l’émancipation sous diverses formes.

Des distinctions sont donc à opérer. Dés lors, commençons par le début et entreprenons de donner à la "petite-bourgeoisie" une définition sérieuse. Quitte à constater ensuite que le pluriel est nécessaire.

La tentative de définition vaut pour la France de 2010 et les pays à développement économique et social similaire. Ailleurs des adaptations seraient nécessaires.

1) Localisation générale de la petite-bourgoisie.

 La petite-bourgeoisie est une fraction du peuple-classe.
 La petite-bourgeoisie est au-dessus des prolétaires.
 La petite-bourgeoisie est sous la classe dominante, sous la bourgeoisie.

Mais il importe de ne pas s’en tenir à une conception stratificationniste ou "par étage" et d’aller plus loin avec quelques distinctions supplémentaires. Il s’agira alors de croiser une conception verticale et une horizontale.

La première conception dite verticale distingue trois "petites bourgeoisies" en fonction de leur position par rapport au travail salarié mais vient ensuite immédiatement une seconde conception stratificationniste (dite horizontale) qui s’y ajoute. Cette dernière distingue les prolétaires (moins de 3000 euros net) des couches aisées juste au-dessus (plus de 3000 euros net par mois) . Elles sont aisées mais pas riches car loin de la richesse de la classe dominante.

2) Contenu : Trois petites-bourgeoisies.

 Le petit capital Les propriétaires du petit capital sont dominés par le capital financier ou "la finance" : la taille des entreprises concernées est de plus en plus grosse.

 Les travailleurs indépendants (ni prolétaires ni bourgeois) : les professions libérales aisées mais pas riches sont membres de la petite-bourgeoisie.

 Les travailleurs salariés aisés (ni prolétaire ni "salariés" bourgeois) du public ou du privé. Ce sont des travailleurs qualifiés disposant d’un bon salaire supérieur à 3000 euros net par mois. Ce sont aussi très souvent des cadres intermédiaires.

On notera qu’il existe :
 un petit patronat prolétarisé : moins de 3000 euros net mensuel
 des travailleurs indépendants prolétarisés (même raison)

3) Aspects subjectifs : Éléments de distinctions politiques.

 La petite-bourgeoisie non salariée : Le petit capital comme les travailleurs indépendants se disent majoritairement "de droite".

Ils sont en général contre la RTT, l’augmentation des salaires, les grèves et les manifestations des travailleurs salariés. Mais ces catégories sociales néanmoins dominées pourraient aujourd’hui se retrouver plus massivement en accord avec les travailleurs du rang pour revendiquer des TTF, une réglementation des banques et de la finance, une éradication des paradis fiscaux comme tous les "membres" du peuple-classe.

 La petite-bourgeoisie salariée  : Les travailleurs salariés aisés sont des dominés en position d’être des dominants pour l’encadrement.

De cette ambivalence on remarque qu’ils sont pour partie un groupe social solidaire des prolétaires mais aussi pour une autre fraction les relais de l’exploitation et de la domination de la bourgeoisie.

Certains défendent les couches, pauvres, modestes et moyennes y compris moyennes supérieures parfois mais contestent la classe dominante. C’est le cas de la fraction aisée des enseignants de l’Education nationale. A distinguer comme le fait JC Milner de la bourgeoisie d’Etat qui "pantoufle" dans le privé et réclame des privatisations, des mécanismes de gestion issus du privé, des dispositifs de "marchandisation", etc... Et qui veulent surtout plus de traitement alors qu’ils sont déjà "pétés de thunes" pour le dire enfin comme je l’entends très souvent !

Une vision dynamique et non statique amène à remarquer aussi que les travailleurs qualifiés qui sortent du prolétariat en fin de carrière peuvent aisément se montrer solidaire de leurs semblables ’plus modestes". Remarque à moduler car le souci de conserver les acquis a eu pour résultat paradoxal de voir d’autres aller vers le FN pour empêcher la montée des couches inférieures dangereuses françaises ou non.

Christian DELARUE



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Les trois types de petite-bourgeoisie.
16 janvier 2012 - 07h59

Je ne suis pas un spécialiste de ce genre de questions théoriques, mais certains trucs m’étonnent.

On serait prolétaire sous 3000 euros nets par mois, petit-bourgeois au-dessus ? Je pensais que prolétaire signifiait n’avoir que sa force de travail à vendre pour gagner sa vie...

Un salarié payé au-dessus de 3000 euros aurait plus tendance à être "relai de l’exploitation" qu’un salarié moins payé ? J’ai comme un doute...

Sur quoi repose cette analyse ? A-t-elle une "caution scientifique", est-ce une étude sociologique rigoureuse ou un point de vue comme ça ?

Chico



Les trois types de petite-bourgeoisie.
16 janvier 2012 - 08h29 - Posté par CD

C’est l’ensemble des travailleurs salariés qui, à la différence des travailleurs indépendants, vendent leur force de travail pour vivre. Mais il n’y a pas que ce volet "côté production" à prendre en considération, il y a aussi celui "côté circulation".

C’est là qu’une autre différence apparait : il y a ceux qui épuisent leur salaire en fin de mois - les prolétaires - et les autres qui ont des capacités d’épargne. Mais il faut distinguer celui qui place 100 euros et celui qui en place 1000 ; Ici il faut distinguer ceux qui ont une très faible capacité d’épargne en fin de mois (ceux qui mettent un peu sur un livret A) de ceux qui en ont une plus importante et qui sont "petits porteurs" et placent en bourse. Les premiers sont prolétaires - à mon avis (c’est une position) alors que les seconds ne le sont pas. S’ils sont aisés ils seront dans la petite-bourgeoisie, s’ils sont de grands possédants ce sera la bourgeoisie.

Ce qui est moins rigoureux c’est le chiffre proposé. C’est issu d’un rapport du conseil des impôts qui remarquait qu’au-delà de 2800 euros net par mois l’argent était épargné. En fait cela dépend de la composition de la famille et du lieu de vie. Un célibataire n’est pas un travailleur avec une famille et un parisien n’est pas un creusois. 3000 euros est arbitraire. Ce peut être bcp moins : 2600 par exemple. Ce qui est certain c’est que l’on quitte le prolétariat au-dessus d’une certaine somme. On ne l’est plus à 3500 euros. Pour autant on n’est pas riche mais aisé. C’est F Hollande qui disait que les riches débutait à 4000 euros net par mois. Il proposait de taxer la petite-bourgeoisie aisée. Ce qui est juste si cela n’est pas prétexte pour ne pas ponctionner la classe dominante.

Cette façon de voir tient compte de l’évolution du salariat. On a même un salariat de "faisant fonction" qui perçoivent de très hauts salaires, qui ne sont plus de vrais salaires. On retrouve cette évolution dans le public, en Grande Bretagne comme en Europe mais aussi moindrement en France ou une sorte de bourgeoisie d’ Etat apparait.


Les trois types de petite-bourgeoisie.
16 janvier 2012 - 10h05 - Posté par A.C

j’suis comme toi, CHICO....

On confond tout : prolétaisation decouches de salariés, et appartenance de CLASSE.

Les" petits bourgeois", voilà une expression qui repose sur le langage courant, mais sur aucune analyse du salariat, de s exploiteurs, de la propriéte des M.P.et d’échanges

Jren veux à personne : je déclarais "bourge" les pratiquants du tennis et ceux qui allaient au Grand théatre deBordeaux quand j’avais 20 ans !

Chez les employés, c’est très confus et cela m’amusait quand on s’inventait dans les milieux de la Banque, de curieuses"classifications"

Une question, CHICO, qu’ai je été 40 ans ?

Est ilbasurde de dire que si le matin , "techicien bancaire" (genreICTAM, dernier niveau avant les"cadres") je passais 6h sur un dossier complexe de crédit pour une entreprise..qui allait donc renforcer son outil d’exploitation.., j’étais cependant partie intégrante de la C.O..puisque vendant ma FDT à un Capitaliste (via son outil banciare) mais en faisant bouger l’état antérieur de l’appareil d’exploitation ?

Par contre si l’"après midi" , je rendaisvisite à des"rentiers" pour qu’il suive les conseils bancaires de "placement"( clous dans le cercueil dee l’appareil productif par financiarisatio accrue desl’économie, boursicotage)..j’étais , objectivement aussi peu ouvrier que le flic salarié qui matraque la manif ?
Même si j’étais un peu mieux rémunéré ,à la banque q’un CRS débutant.. ?

 :)))

Il faut, certes prendre en compte ce qu’est l’évolution du "salariat", mais , selon moi, pas que pour des raisons de "principe" !!

Rester strict sur la notion des contours de la nouvelle classe ouvrière , toujours en augmentation malgré la casse...et en "brisant" en m^me temps les réflexes"ouvriéristes" ??)qui font, par exemple, du prolétaire en blouse blanche , de l’ingénieur dans l’automobile ou dt...un" étranger" à laclasse..pour pas mal de camarades militants !

Mais, bof bof..
pour l’instant, qu’un p’tit employé desi mpots -carlà aussi rien n’est simple..-comprenne surtout que nous sommes, hormis des gavés du système, des"compahgnons demisère" et on aura avancé !

Cela sera un garnd pas qund, -ce qui n’est pas du TOUT le cas-..la majorité des ouvriers payés au SMIC dans des milliers dePME, ne répêteront que le"patron peut pas payer plus !"

Ou que la caissièrede Carrefour en CDD..et smicarde ne traitera plus traitera de"nanti" le cheminot..

NON ?

Amitiés

A.C


Les trois types de petite-bourgeoisie.
16 janvier 2012 - 14h24 - Posté par

Cela sera un garnd pas qund, -ce qui n’est pas du TOUT le cas-..la majorité des ouvriers payés au SMIC dans des milliers dePME, ne répêteront que le"patron peut pas payer plus !"

Ou que la caissièrede Carrefour en CDD..et smicarde ne traitera plus traitera de"nanti" le cheminot..

NON ?

Si ... mais je suis assez pessimiste pour le moment, avec un Hollande qui voit des riches à 4000 euros par mois et d’autres qui ne pensent plus qu’en termes de "riches et pauvres" et ont complètement fini d’évacuer les dichotomies de classe....on est mal :-(

LL


Les trois types de petite-bourgeoisie.
16 janvier 2012 - 09h17 - Posté par Jean-Louis

Un autre éclairage ?

Les salariéEs - c’est à dire la classe ouvrière au sens historique du terme qui regroupe non seulement les ouvrier(e)s mais aussi les employé(e)s, les fonctionnaires, les cadres et techniciens etc. - représentent plus de 90 % de la population active alors que la véritable classe moyenne (ou petite bourgeoisie) atteint péniblement les 7 % (dont 5 % pour les artisans, petits commerçants, professions libérales, patrons de P.M.E./P.M.I. et 2 % pour les exploitants agricoles).

Il y a dans ce constat à la fois des motifs d’optimisme et des motifs de pessimisme. C’est à nous de choisir, non ?



Les trois types de petite-bourgeoisie.
16 janvier 2012 - 21h03 - Posté par CD

Jean-Louis je partage assez ton "éclairage".

Les employés de base et les ouvriers de base ainsi que, au-dessus, les techniciens et les petits cadres - les A de base chez les fonctionnaires - forment les prolétaires et ils sont effectivement nombreux. Plus 85 % que 90% mais peu importe.

Au-dessus il y a l’encadrement supérieur salarié - les A+ chez les fonctionnaires - en général nettement mieux payé, souvent au-dessus de 3000 euros net . Ceux-là forment une composante de la petite-bourgeoisie. On dit que la bourgeoisie est a 1 % (c’est peu à mon avis). Dans ce cas les petites-bourgeoisies toutes confondues formeraient, si l’on prend 90% de prolétaires, les 9% restant.

Dans ces 9 ou 10 % il y a une fraction aisée mais proche du haut des prolétaires car payée de 2800 à 4000 euros net. Et une autre, plus proche de la bourgeoisie du fait d’une part de salaires très éloignés des prolétaires (avec une consommation, une épargne et surtout des biens immobiliers sans rapport avec ce que possède les prolétaires) et d’autre part une capacité de commandement et d’imposition de la domination de classe qui les éloigne des prolétaires.


Les trois types de petite-bourgeoisie.
16 janvier 2012 - 14h22

Euuuhhhh...

Y’a effectivement des choses extrêmement étonnantes dans cet essai d’analyse...

Je renvoie au texte de Poulantzas ici qui me semble une meilleure base si on veut parler "petite bourgeoisie" avec les sujets de la détermination de classe de la PB, et son idéologie, place dans les rapports de production (très important ça), place dans les échanges économiques, sous-ensemble idéologique, etc. C’est pas un sujet que tu peux traiter avec des catégories style "+ ou - 3000 euros nets/ mois", enfin je ne pense pas.

http://bellaciao.org/fr/IMG/pdf/ext...

LL



Les trois types de petite-bourgeoisie.
16 janvier 2012 - 14h48

C’est du bla bla de quelqu’un (CD) qui se prend pour un grand intelectuel.

Il se prend pour qui ce "génial" inventeur de la notion de "peuple classe", pour Marx ?



Les trois types de petite-bourgeoisie.
16 janvier 2012 - 19h07 - Posté par clem

Sur la petite-bourgeoisie on peut lire ce qu’en dit Alain BIHR à propos de l’encadrement capitaliste ainsi que sa critique des notions de couche moyenne ou pire de classe moyenne.

Lire ci-dessous

http://www.le-militant.org/praxis/e...

Il y a aussi la petite-bourgeoisie dite traditionnelle - artisans et paysans - et la petite-bourgeoisie libérale - notaires, avocats et médecins etc - mais les premiers connaissent des conditions de vie modestes pour du travail dur alors que les seconds sont très bien rémunérés (beaucoup plus que 3000 euros net par mois). Ils sont souvent abonnée à l’Impôt sur les grandes fortunes.

Avec N Poulantzas il faut compter avec la nouvelle petite-bourgeoisie. La théorisation est complexe.


Les trois types de petite-bourgeoisie.
16 janvier 2012 - 23h08 - Posté par

alors que les seconds sont très bien rémunérés (beaucoup plus que 3000 euros net par mois).

Si je puis me permettre, ça c’est ce que colportent complaisamment certains ;-) je crois que t’as même pas idée du nombre d’avocats , notamment des moins de 50 ans, qui émargent aujourd’hui ... au SMIC (oui oui au SMIC) ou à maxi 3000e / mois...en travaillant 80 heures par semaine ....et sans avoir 5 semaines de congés payés ni de chômage ni rien de tout cela...et avec l’augmentation de la TVA pour les petits cabinets qui n’ont qu’une clientèle de particuliers de moins en moins fortunés, ces joyeux nantis passeront probablement du SMIC au RSA. La belle vie quoi.

mais bon c’est pas grave, manifestement raconter n’importe quoi et parler de ce qu’on ne connaît pas, c’est devenu carrément un sport national....


Les trois types de petite-bourgeoisie.
16 janvier 2012 - 23h21 - Posté par

et bien sûr, tous les avocats sont des gros bons à rien qui n’en foutent pas une ramée :-D cf la comparaison avec les artisans et les paysans qui eux "bossent dur".

J’adore ce genre d’images d’Epinal.

quelqu’un plus haut (je ne sais plus qui) a parlé de "prolétarisation".

personnellement, je vois très bien de quoi il s’agit.

Je dirais même prolétarisation ET paupérisation (et encore une fois quand je dis "paupérisation" je ne parle vraiment pas de gagner 5000 e/nets/mois !!!)

A nous aussi le Capital nous mord les miches et nous défait la gueule. Et nous sommes de plus en plus nombreux à nous en rendre compte.


Les trois types de petite-bourgeoisie.
17 janvier 2012 - 07h46 - Posté par Copas

Il y a une grande importance à établir des données objectives pour déterminer des classes.

C’est à dire à déterminer des classes en soi.

Sinon après on part dans l’impressionnisme et des dérives vers des concepts à géométrie variable qui n’ont pas d’utilité autre que le brouillage.

Ca ne signifie pas que les pour-soi soient inutiles, mais que c’est un autre débat.



Les trois types de petite-bourgeoisie.
17 janvier 2012 - 15h09 - Posté par 21 janvier 93

1. C’est quoi, TTF ?

2. Merci à tous pour le débat.



Les trois types de petite-bourgeoisie.
17 janvier 2012 - 22h20 - Posté par CD

TTF = taxe sur les transactions financières.
Même certains patrons pourraient les juger utiles.


Les trois types de petite-bourgeoisie.
18 janvier 2012 - 11h25 - Posté par 21 janvier 93

merci

oui, on peut les juger utiles, mais c’est encore une mesure libérale d’incitation. Mieux vaut les abolir pour l’essentiel, et ne conserver que le strict minimum : flux d’investissement initial à la création d’entreprise, réinvestissement (limité à un par an), etc.





Bonne nuit les petits
samedi 23 - 11h09
Dans une démocratie on parle d’élection pas de répression !!!
vendredi 22 - 20h41
de : JO
2 commentaires
Café d’histoire critique et d’études marxistes, 23 mars 2019 : mouvement syndical et moyens d’action …
vendredi 22 - 17h19
de : Jo.dez
Podemos, Podemos, qui t’a vu et ne te reconnaît plus ...
vendredi 22 - 17h07
de : Antoine (Montpellier)
L’ARMÉE MANIPULÉE PAR UN POUVOIR À LA DÉRIVE !
vendredi 22 - 16h43
de : Info’Com-CGT
Et bientôt grâce à l’Europe qui protége la précarité énergétique
vendredi 22 - 13h17
de : Irae
Sentinelle pour l’acte 19 : pas d’accord, « mon fils militaire se mettra en maladie » (video)
vendredi 22 - 10h56
de : JO
Omnes vulnerant , ultima necat.
vendredi 22 - 10h55
de : L’iena rabbioso
François RUFFIN : Je ne viendrai pas à l’Elysée !
vendredi 22 - 10h40
de : JO
Gilets jaunes : a Montpellier, les policiers détestent être surveillés
vendredi 22 - 07h48
La bande des faux monnayeurs de la République
jeudi 21 - 21h19
de : Alina Reyes
1 commentaire
Intervention militaire : C’est en un mois de mars 1871 que la Commune de Paris y vit se rallier la Garde Nationale
jeudi 21 - 17h18
de : JO
La monarchie absolue, les sondages semblent bien dire : ça suffit !
jeudi 21 - 16h52
de : JO
Casino : quand des syndicats font le jeu du capitalisme sauvage
jeudi 21 - 15h29
de : François
180 ans ? Ça se fête…
jeudi 21 - 12h10
de : Info’Com-CGT
JACOU : UN PROJET DE BUDGET SANS AMBITION ET DANGEREUX POUR LA VIE DÉMOCRATIQUE DE LA COMMUNE
jeudi 21 - 12h01
GILETS JAUNES : ACTE 19 SAMEDI 23 MARS
jeudi 21 - 11h44
de : JO
7 commentaires
La presse porte parole du pouvoir - instauration de la loi martiale ? (video)
jeudi 21 - 08h17
de : Irae
1 commentaire
Chiens de garde aux basques d’une gilets jaune (video)
jeudi 21 - 00h08
de : Irae
Le "Sanglier Jaune" , qui va à la rencontre de la France en jaune, était à Paris pour sa 12 ème étape, acte 18 (video)
mercredi 20 - 23h20
de : nazairien
1 commentaire
Les Faucheurs OGM de Colmar Acte 2
mercredi 20 - 22h42
de : Jean-Yves Peillard
Pensée émue pour la famille des vitrines... / C’est l’heure de l’mettre
mercredi 20 - 22h32
de : Hdm
0%.
mercredi 20 - 18h39
de : L’iena rabbioso
Verdi, lance, un nouveau "coup de gueule" salutaire, Violence d’Etat, merdias infâmes : la révolte jaune s’enracine (video)
mercredi 20 - 16h23
de : nazairien
2 commentaires
Amandine : « Passée à tabac par les flics, j’ai une commotion cérébrale mais ils ne me feront pas taire ! »
mercredi 20 - 13h48
de : nazairien
3 commentaires
APPEL PROPOSE PAR LES ELU-E-S FRONT DE GAUCHE ET ADOPTE A L’UNANIMITÉ DU CONSEIL MUNICIPAL
mercredi 20 - 12h00
de : BERNARD DUPIN
2 commentaires
19 mars : une grève interprofessionnelle très forte dans les écoles
mardi 19 - 20h29
de : Stéphane Ortega
1 commentaire
Acte 18, Le "Média" donne la parole à ceux à qui on l’a confisquée : Paroles de "gilets jaunes" (video)
mardi 19 - 20h21
de : nazairien
1 commentaire
Les enseignants sont-ils des frelons asiatiques ? Honte à la police ! (video)
mardi 19 - 19h42
de : jean 1
l’Algérie est libre.
mardi 19 - 19h06
de : L’iena rabbioso
JACOU : UN PROJET DE BUDGET SANS AMBITION ET DANGEREUX POUR LA VIE DÉMOCRATIQUE DE LA COMMUNE
mardi 19 - 15h59
de : BERNARD DUPIN
Lettre aux gentils de la République
mardi 19 - 13h20
de : jean 1
Le 18 mars 1871 : Le peuple et la Garde nationale fraternisent contre la République bourgeoise
mardi 19 - 11h55
de : jean 1
Acte XVIII mis en musique (video)
mardi 19 - 07h58
Maxime Nicolle, une figure des "gilets jaunes" , répond au KéKé de Marselle
mardi 19 - 00h19
de : nazairien
Dans les medias on se rassure comme on peut
mardi 19 - 00h07
de : Irae
« oeil pour oeil » : Admettre et valider la guerre des barbaries racistes est irresponsable !
lundi 18 - 23h48
de : Christian DELARUE
Nouvelle-Zélande : les fantasmes et la haine tuent - MRAP
lundi 18 - 23h16
de : Christian DELARUE
Les "marcheurs en folie" Agnès Buzyn souhaite rehausser l’âge de la retraite, les syndicats appellent à une grève généra (video)
lundi 18 - 19h48
de : nazairien
3 commentaires
Un 16 mars et ça repart ! (video)
lundi 18 - 16h02
de : Le Cercle 49

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Les fruits sont à tous, et la terre n'est à personne. Jean-Jacques Rousseau
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite