Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Les retraites comme "salaire continué" - Entretien avec Bernard Friot
de : IES
jeudi 26 janvier 2012 - 10h17 - Signaler aux modérateurs

 Vous défendez l’idée selon laquelle les réformes successives de la retraite, depuis une vingtaine d’années, visent à rompre avec le principe au cœur du système construit après la guerre, celui d’une retraite considérée comme le « salaire continué ». Pouvez-vous tout d’abord préciser cette notion ?

Bernard Friot. En effet, nos pensions ont été construites comme du salaire continué, socialisé, et non comme du salaire différé. Le salaire différé signifie une logique d’épargne : « J’ai cotisé, j’ai droit. J’ai droit au différé de la cotisation ». Comme si j’étais dans de la prévoyance. La retraite comme salaire continué, c’est le cas de la Fonction publique, et ce depuis 1853 : les agents sont payés pour leur grade, et non pour leur poste, et lorsqu’ils entrent en retraite, ils continuent à être payés pour leur grade. Il y a bien continuation du traitement.

A partir du lendemain de la guerre, ce modèle s’est largement diffusé dans le secteur privé, qui a renoncé à l’épargne. Jusqu’en 1941, c’était des livrets individuels d’épargne qui assuraient la pension. A la Libération, les cadres sont les premiers à entrer dans la logique des fonctionnaires : dès 1947, avec l’Agirc (leur caisse spécifique, Ndr), ceux qui partent en retraite, partent avec une pension pleine s’ils ont eu une carrière complète, alors même que, par définition, ils n’ont jamais cotisé pour un système de retraite qui n’existait pas encore. Il suffit tout simplement que les actifs cotisent à un taux suffisant pour payer toutes les retraites au fur et à mesure. On voit bien que la retraite n’est pas la contrepartie des cotisations passées, mais fondamentalement d’abord la continuation du salaire, qui est certes financée par des cotisations actuelles. De même, dans les entreprises publiques, le dispositif mis en place au lendemain de la guerre copie celui des fonctionnaires. Au point qu’à EDF, on appelle la retraite, le « salaire d’inactivité ».

Dans le privé même, deux mouvements vont accentuer cette tendance. D’abord, l’indexation des retraites sur les salaires, au lieu de l’indexation sur les prix : on affirme ainsi que la pension est totalement liée au mouvement des salaires. Puis les lois Boulin, de 1971-1972, améliorent nettement le taux de remplacement (du salaire par la pension). La génération 1930, la dernière à partir en retraite dans les conditions d’avant la réforme (1993), a bénéficié d’un taux de remplacement, en moyenne, de 84% du dernier salaire dans le privé pour une carrière complète. A comparer à l’objectif de 66% à l’horizon de la réforme Fillon de 2003.

 Comment ce mouvement vers une retraite, continuation du salaire, a-t-il été rompu ?

Bernard Friot. En 1987, Philippe Seguin (ministre des Affaires sociales dans le gouvernement Chirac, Ndr), maître à penser de François Fillon, décide l’indexation sur les prix. Une rupture majeure, sur le plan quantitatif : l’essentiel de la baisse du taux de remplacement est dû à cette mesure. Et du point de vue symbolique, la pension est clairement coupée du salaire. La deuxième étape, c’est le gel des cotisations, à partir de 1991 dans le régime général, de 1996 dans les régimes complémentaires : là encore, on rompt avec la logique salariale qui, jusqu’ici, accompagnait par une hausse du taux de cotisation la croissance de la place des retraités dans la vie sociale. Compte tenu de la montée des besoins, cela génère un espace pour la capitalisation. Troisième étape, c’est la distinction entre le contributif et le non-contributif (1), avec la mise en place, en 1993, du Fonds de solidarité vieillesse (FSV, financé par la CSG, qui prend en charge les cotisations retraite des chômeurs, Ndr). Jusque là, les aléas de carrière étaient couverts par la cotisation socialisée. On ne stigmatisait pas, comme non-contributifs, des populations ou des avantages, comme on le fait pour les avantages familiaux maintenant. En distinguant le contributif du non-contributif, on sort du salaire et on va du côté de la prévoyance. Le FSV, c’est de la solidarité nationale, pas de la solidarité salariale.

Dernière étape, en date, du changement de logique : la loi Fillon de 2003 substitue la durée de cotisation à l’âge comme critère fondamental du droit à la retraite. Ce n’est pas le salarié qui, à tel âge, continue à toucher son salaire alors qu’il n’a plus de poste, c’est l’individu qui a cotisé pendant tant d’années et qui a droit à une pension strictement contributive. Le projet de ces réformes, c’est que le mouvement de la pension ne soit plus celui du salaire.

 Selon vous, la suite de la réforme est déjà annoncée.

Bernard Friot. Oui, c’est l’adoption du modèle suédois.

 Comment fonctionne le système suédois ?

Bernard Friot. Chaque salarié se voit affecter un compte dans lequel sont comptabilisées toutes ses cotisations. Il n’y a plus d’âge légal de départ. Lorsque le salarié liquide sa pension, on divise le compte, dit virtuel ou notionnel, par l’espérance de vie de la cohorte à laquelle il appartient, ceux qui, cette années-là, ont 60 ans, par exemple : s’ils ont en moyenne 23 ans d’espérance de vie, on divise le montant du compte par 23 pour obtenir la rente annuelle. Avec ce système, toute hausse de l’espérance de vie pousse les intéressés à retarder la liquidation de leur pension pour en conserver le montant. Le lien entre espérance de vie et durée de vie professionnelle est assuré de façon systémique. On est dans la stricte contributivité. L’objectif est que la somme des pensions soit strictement proportionnelle à la somme des cotisations.

En France, il y a déjà une proposition de réforme, avancée par Thomas Piketty, qui reprend cet exemple suédois. Tous les régimes actuels obligatoires en répartition (privé, public, indépendants, agriculteurs) seraient remplacés par un « système public en répartition ». Avec un taux de cotisation fixé définitivement à 25%, ce qui entraînerait à terme une baisse du taux de remplacement et ouvrirait peu à peu de l’espace pour la capitalisation. Les cotisations versées seraient actualisées chaque année en fonction de la hausse moyenne des salaires, un rendement garanti par l’Etat. Lorsque l’assuré liquiderait son compte, son « capital » ainsi accumulé serait divisé par l’espérance de vie de son groupe social pour établir sa pension annuelle.

 Quelle est la principale différence avec le système que nous connaissons actuellement ?

Bernard Friot. C’est la disparition de la référence au salaire. Alors que nous étions dans un mouvement qui rapprochait de plus en plus la pension du salaire, le projet Piketty parachève une réforme qui veut rompre avec l’idée de salaire continué. On basculerait dans un système de prévoyance individuelle, garanti par l’Etat. Piketty parle de « mécanisme d’épargne obligatoire garanti par l’Etat ». Certes, ce n’est pas de l’épargne rentière, on reste en répartition et ce sont toujours les cotisations qui financent les pensions, sans accumulation financière. Mais on est bien dans une logique de patrimoine ; la pension ne s’inscrit plus dans le flux courant du salaire, mais comme un stock converti en rente. Les ménages sont titulaires d’actifs, au titre du compte notionnel ; c’est un actif des ménages sur l’Etat.

Le but est de bâtir ainsi un « premier pilier » de retraite, public, assurant aux individus un revenu différé certes insuffisant mais assez élevé pour qu’ils se portent sur le marché financier pour le « deuxième pilier ». Les projets européens, et le projet français qui s’inscrit dans ce cadre, ont tiré les leçons de l’échec du modèle anglais, celui d’un financement massif de la pension par l’épargne financière. Les Britanniques ont constaté qu’avec une pension publique trop faible, les individus n’osent pas affronter le marché des capitaux. Donc, si l’on veut –et c’est l’obsession des réformateurs- une large pratique de l’épargne financière par la partie la plus payée des salariés (12 à 15 millions de personnes en France), il faut leur garantir une pension publique dont l’horizon est clair, le niveau assuré, qui leur permet d’oser affronter le marché financier.

 Face à cette menace, vous préconisez un prolongement du système de retraite comme salaire continué, en avançant l’idée d’un « salaire à la qualification à vie ». Pouvez-vous vous expliquer ?

Bernard Friot. Il s’agit de faire un pas de plus dans la sécurité sociale, comme le propose la CGT avec son projet de sécurité sociale professionnelle, en disant que la qualification est un droit du travailleur, opposable en toutes circonstances, avec le salaire qui l’accompagne, et non un droit lié au poste. Les aléas du poste ne doivent pas avoir d’incidence sur ce droit à la qualification. Dans l’immédiat, cela signifie qu’on ne passe pas par une période de chômage, qui est disqualifiante. On justifie ainsi le maintien du salaire aux chômeurs. Cela signifie aussi qu’à 60 ans, on se voit attribuer la qualification à laquelle on est parvenu. C’est la qualification, et non l’emploi, qui est le cœur des droits sociaux. Il reviendrait à la caisse de sécurité sociale professionnelle, financée par une cotisation sociale nouvelle, d’assurer l’effectivité de ce droit d’amélioration constante, sans les aléas de l’emploi, de la qualification et donc du salaire.

 Pour vous, le retraité reste un salarié qualifié pendant toute sa retraite …

Bernard Friot. Oui, et c’est pour cela que plus il y a de retraités, plus leur part dans la production de richesse est importante. L’argument démographique n’a strictement aucun fondement de ce point de vue. La retraite n’est pas un moment de repos après le travail, comme on a pu l’appréhender au départ. C’est du travail libre payé, même s’il est vrai qu’aujourd’hui cela vaut surtout pour les cadres, qui formalisent dans la sphère publique une poursuite de travail libre ; dans les catégories populaires, c’est plus dans la sphère privée que cela s’opère. La retraite, c’est du temps conquis sur le capital, pas sur le travail. La responsabilité – énorme – des retraités, c’est de contribuer à inventer des rapports nouveaux au travail, qui n’identifient pas discipline collective et subordination au capital. Et je ne vois pas pourquoi le retraité n’aurait pas, pendant sa retraite (aujourd’hui deux décennies, demain trois), l’occasion d’améliorer sa qualification.

 Le « salaire à la qualification à vie », cela coûterait cher…

Bernard Friot. Nos capacités de travail ne doivent plus être des marchandises. Nous nous battons pour que l’eau ou la santé ne soient pas des marchandises, et nous aurions des doutes sur l’urgence d’une bataille pour la qualification et le salaire comme droits de la personne ? Evidemment, le financement de tels droits pose avec acuité la question de la répartition de la monnaie (récupérer les dix points de PIB perdus du fait de la « modération salariale » donnerait au salaire près de 200 milliards de plus par an). Mais elle pose surtout la question de la création de la monnaie. Actuellement, celle-ci est totalement liée à l’anticipation par les banques du prix qui va être attribué aux marchandises capitalistes. Il faut engager une bataille politique sur la création monétaire explicitement liée à la reconnaissance des qualifications. Un travail politique sur le lien entre travail et création monétaire. Et non une création monétaire pour sauver la mise des actionnaires des banques, comme aujourd’hui. Alors qu’on nous rabâche qu’on ne peut pas créer de monnaie, les centaines de milliards créés depuis août dernier par les banques centrales, qui provoquent aujourd’hui l’inflation financière des prix du pétrole et de l’agro-alimentaire, auraient été infiniment plus utilement, et sans inflation, consacrés à l’attribution à chacun d’une qualification et du salaire qui va avec. Car le travail est aujourd’hui considérablement sous-évalué.

http://www.ies-salariat.org/spip.ph...



Imprimer cet article





Didier Maisto, directeur de "sud radio" , mais aussi, journaliste de terrain, témoigne sur l’acte 53 à Paris (vidéo)
lundi 18 - 23h02
de : nazairien
1 commentaire
3 Médias indépendants, au coeur de l’acte 53 à Paris, article de pierrick tillet (vidéos)
lundi 18 - 19h12
de : nazairien
Le peuple désarmé sera toujours vaincu ! Analyse à méditer en tout cas !
lundi 18 - 16h54
de : JO
1 commentaire
Le Préfet de police a « transformé par un tour de passe-passe bureaucratique des manifestants en délinquants »
lundi 18 - 16h40
de : JO
4 commentaires
Mémoire historique : Information et mise au point sur l’association « 24 août 1944 »
lundi 18 - 15h24
de : Miguel Campos
Dimanche 17 Novembre, Paris, Acte 53 suite, Pas de repos pour les GJ ! (vidéo)
dimanche 17 - 21h16
de : nazairien
1er anniversaire, du combat des "gilets jaunes" AN II reprise des "ronds points" (vidéo)
dimanche 17 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
16 et 17 novembre : pas de cadeaux pour l’anniversaire des gilets jaunes
dimanche 17 - 19h32
2 commentaires
Les Forces de l’Ordre (quoique) ne devraient-t-elle nettoyer plus souvent la visière de leur casque
dimanche 17 - 18h34
de : jean-marie Défossé
Acte 53 Gilets Jaunes : Dissuasion ou interdiction perfide des manifs ; ?
dimanche 17 - 18h01
de : JO
Acte 53 Gilets Jaunes :Des policiers se font-ils passer pour des black blocs
dimanche 17 - 17h54
de : JO
Les réformes de Macron sont les vraies armes par destination
samedi 16 - 20h54
de : Xavier Marchand
1 commentaire
Une Transition Anticapitaliste est-elle encore possible ?
samedi 16 - 14h02
de : Lepotier
9 commentaires
Damien Saez, un artiste, qui n’a jamais renié ses engagements, chante l’anniversaire du combat des "gilets jaunes"
vendredi 15 - 23h13
de : nazairien
Pour revenir sur la 4e Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes à Montpellier avec Demos Kratos (vidéo)
vendredi 15 - 19h35
de : nazairien
Reviens vite Evo, ton peuple a besoin de toi : Roger Waters (vidéo str fr)
vendredi 15 - 11h50
de : nazairien
2 commentaires
LES « PÉTROLEUSES »
vendredi 15 - 10h48
de : Ernest London
LA LUTTE FINALE
jeudi 14 - 20h36
de : Nemo3637
2 commentaires
Hôpital : tout le monde déteste l’austérité
jeudi 14 - 18h11
Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
2 commentaires
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat
ISLAMOPHOBIE : du SENS STRICT au SENS LARGE
dimanche 10 - 17h42
de : Christian DELARUE
8 commentaires
Le voile est-il une obligation religieuse ?
dimanche 10 - 17h22
de : Mohammed Chirani
5 commentaires
Comprendre l’instrumentalisation du féminisme à des fins racistes pour résister
dimanche 10 - 17h07
de : Lisbeth Sal et Capucine Larzillière 15 septembre 2011
3 commentaires
MRAP : La lutte contre la haine doit être unitaire
dimanche 10 - 00h01
de : Christian D (CN - MRAP)
4 commentaires
Riposte populaire face à l’islamophobie
samedi 9 - 19h00
de : jean1
8 commentaires
Montpellier : Un Acte 52 des Gilets Jaunes marqué par plusieurs blessés et de nombreuses interpellations
samedi 9 - 17h42
de : jean1
PECO : Hypocrisie du bloc pro-capitaliste
samedi 9 - 16h06
de : Christian DELARUE
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La question est de savoir dans quels cas et jusqu'à quel point nous sommes obligés d'obéir à un système injuste. John Rawls
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite