Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

La critique du fleuve, de l’arbre fruitier et de l’État


de : Vladimir Acosta
lundi 4 février 2013 - 19h50 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

La conscience latino-américaine est une lame de fond. Tout ne fait que commencer. Ainsi, les vénézuéliens n’attendent pas la critique « de gauche » extérieure pour la produire eux-mêmes. Ils ont l’avantage de vivre la réalité, de la connaître, de la comprendre et de savoir ce que cache chaque pierre, depuis longtemps. Toute discussion sur l’avenir du processus révolutionnaire suscite ici un flot d’inquiétudes fébriles, d’analyses critiques, de propositions. La conviction majoritaire est que la révolution est le moyen de faire passer ces critiques dans le réel. « Canaliser un fleuve, greffer un arbre fruitier, instruire une personne, transformer un État, sont des exemples de la critique fructueuse et en même temps des exemples d’art » (Bertolt Brecht). 

L’historien Vladimir Acosta qui pense et parle depuis Bolivar, Rodriguez et Zamora (trois racines que le vénézuélien connaît mieux que Marx ou Lénine) avait été invité ce samedi 2 février à l’inauguration du nouveau cinéma « Aquiles Nazoa », l’ex-cinéma Urdaneta, dans l’ouest populaire de la capitale. Depuis un an se multiplient les récupérations de théâtres, de cinémas, hier encore aux mains des sectes et du commerce, souvent reconstruits moitié par le gouvernement, moitié par les conseils communaux. C’est de cette tribune, face au peuple, au vice-président de la république, au ministre de la culture et à d’autres dirigeants, lors d’un discours retransmis par les radio et télévision publiques, qu’Acosta a amplifié la critique que portent beaucoup de citoyens et que le président Chavez a souvent émise, énervé par la lenteur ou l’indifférence de certains fonctionnaires. Tous ceux qui ont vécu les manifestations populaires de janvier 2013 savent que le serment du peuple (« nous sommes tous Chávez ») avait un fond de « mais attention, ne nous trahissez pas, on vous tient à l’oeil ».

local/cache-vignettes/L251xH167/IMG_6293png-61c5-e357d.png

Acosta : « Nous avons une participation populaire mais elle est devenue passive. Ce n’est pas la même chose de mobiliser dans des marches et des défilés – qui ont été extraordinaires – que de fixer le peuple comme l’objectif. Nous devons discuter, critiquer, proposer des idées, des tâches, et agir sur elles. Il y a eu une certaine bureaucratisation qui n’est pas condamnable à priori, car tout ce qui surgit comme force spontanée, à mesure de son organisation, se bureaucratise, c’est normal. Le problème survient quand la bureaucratie commence à dépasser et à freiner l’essor du mouvement populaire, et il y a des indices de cela, il est important d’en tenir compte (applaudissements nourris). Et cela n’est pas le plus préoccupant car la bureaucratisation, l’arrogance et la corruption, nous les voyons, nous pouvons les combattre. Le plus préoccupant c’est ce qui ne se voit pas. Malgré toutes les statistiques qui montrent les avancées sociales extraordinaires, toute les politiques de solidarité, malgré tout ce que signifie le processus unitaire du continent sud-américain né en grande partie ici, nous sommes en train de glisser vers des positions plus modérées. Pourquoi ? Peut-être parce que Venezuela reste une exception et que le reste des nations, le monde qui nous entoure et qui exerce des pressions sur nous, reste de droite, reste dans sa quasi totalité néo-libéral.

« Nous, nous devons mettre nos discours en accord avec notre pratique, une révolution ne peut cesser d’être radicale, Chavez l’a dit très souvent, il s’agit d’aller à la racine. Notre objectif n’est pas un capitalisme d’État ni un « État de bien-être » qu’une déroute électorale suffirait à supprimer. L’objectif de notre révolution est de défaire le capitalisme et de marcher vers le socialisme. On a avancé mais peu, le rythme est lent. Le socialisme implique davantage que de changer des noms. Nous ne pouvons déguiser les choses mais travailler pour qu’elles soient vraiment socialistes. Ce qui signifie changer les relations sociales de production. »

Pour Acosta, il faut user des instruments qui permettent l’organisation populaire et révolutionnaire. Comme Jesse Chacón ou Manuel Vadell entre autres (1), Acosta critique le Parti Socialiste Unifié du Venezuela (Psuv), en l’exhortant à redéfinir ses critères sur la base de l’audace, et à surmonter les erreurs pour fortifier la démocratie interne du parti. Acosta reprend les mots du président Chávez : « Le pouvoir pour le peuple est la commune, sans elle il n’y aura ni démocratie, ni révolution, ni socialisme ». L’historien poursuit : « Sans le pouvoir populaire nous n’avancerons pas. Si Chavez est l’âme de ce processus, la participation et l’action du peuple en sont le muscle irremplaçable ». Acosta se réfère à deux textes fondamentaux selon lui : le plan socialiste sorti vainqueur des urnes du 6 octobre et le rappel à l’ordre adressé au gouvernement par le président pour son incapacité à construire le pouvoir communal. (2)

L’historien Vladmir Acosta.

Autre critique, déjà exprimée par d’autres intellectuels tels que Reinaldo Iturizza, Iraida Vargas, Luis Britto García… ou Hugo Chavez lorsqu’il a démis de ses fonctions le ministre Andrés Izarra : le modèle dominant du journalisme et de la télévision reste, au bout de quatorze ans, très en retard dans la construction d’une conscience, d’une formation, d’une transmission « de peuple à peuple ».

« Pour atteindre cette conscience il est nécessaire de travailler à travers la formation idéologique et politique. Nous devons faire en sorte que nos médias changent. Cesser de copier le modèle qu’ont imposé les États-Unis et apprendre à construire nos propres informations. Je suis frappé de voir que dans nos journaux télévisés on parle de tout et s’il reste une minute on parle de la culture. C’est un modèle états-unien, il faut donner plus de place à la culture populaire qui est en train de se développer au Venezuela ».

Dernier point : la disposition de lutter. »Nous avons payé la dette sociale mais cela ne peut être compris comme un assistanat ou comme un paternalisme. La manière de le faire sentir à celui qui reçoit une chose est de lui montrer ce que cette chose coûte à la société et à la révolution, et une fois qu’il comprendra que cette chose est une valeur qui a eu un coût, il pourra la défendre ».

“Modestement, en 200 ans d’indépendance, nous sommes en train d’achever l’oeuvre que Simón Bolívar n’a pu finir à cause de la trahison de l’oligarchie ». Et d’insister sur le fait que chaque pas doit être mûri.

« Avancer avec les lois déjà approuvées, sans nous affoler, parce que nous avons la majorité du peuple et une Force Armée Bolivarienne consciente et anti-impérialiste. Nous sommes majoritaires et nous ne pouvons pas permettre qu’une minorité puissante nous contrôle parce qu’elle contrôle les médias. Nous devons tous oeuvrer depuis nos espaces de travail, assumer les responsabilités qui nous incombent. Nous avons le leadership de Chávez, qui est fondamental mais qui ne suffit pas. Le président a appelé le peuple à « être Chávez ». Il l’a fait pour répartir les responsabilités. Que cette année soit victorieuse car nous ne pouvons perdre aucune bataille ».

Les habitants du secteur San Juan (Caracas) découvrent la nouvelle salle de cinéma (500 places) consruite par l’e gouvernement de Caracas et par le Ministère de la Culture.

Traduction de l’espagnol : Thierry Deronne

Notes :

(1) « Le meilleur livre d’un dirigeant est dans les yeux, la voix des citoyens », http://venezuelainfos.wordpress.com/2012/12/22/manuel-vadell-le-meilleur-livre-dun-dirigeant-est-dans-les-yeux-dans-la-voix-des-citoyens/

(2) Programme soumis par le président Chavez aux électeurs : http://venezuelainfos.files.wordpress.com/2012/10/programme-de-chavez-2013-2019-texte-integral1.pdf et critique de l’action gouvernementale par Chávez : http://venezuelainfos.wordpress.com/2012/10/21/le-president-chavez-exige-davancer-vers-une-communication-plus-profonde-et-plus-populaire-avec-les-travailleurs-depuis-les-usines/

URL de cet article : http://venezuelainfos.wordpress.com/2013/02/04/vladimir-acosta-la-critique-du-fleuve-de-larbre-fruitier-et-de-letat/



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
La critique du fleuve, de l’arbre fruitier et de l’État
4 février 2013 - 20h47 - Posté par Joannès

Je relève :

Nous sommes majoritaires et nous ne pouvons pas permettre qu’une minorité puissante nous contrôle parce qu’elle contrôle les médias.

Ces mêmes médias qui appelèrent au meurtre à la subversion lors des deux coups d’Etat avortés grâce à la vigilance du Peuple descendu dans la rue !

Je trouve que la Révolution fit preuve de beaucoup de clémence à l’égard de ces médias privés. Les coupables furent-ils seulement sévèrement punis ? Enfin ceux qui ont pu être arrêtés car quelques uns s’enfuirent comme des lâches aux Etats-Unis repère de tous les terroristes d’Etat dans le monde . Je rappelle chez nous l’arrestation des auteurs de la rébellion d’Alger à l’époque

Le Peuple Venezuelien va poursuivre la marche en avant de sa Révolution Bolivarienne dans la démocratie participative, vers le Socialisme qu’il décidera de vivre dans la justice sociale et la Solidarité .

Sa victoire est pour nous d’un grand réconfort moral . Elle nous apporte la preuve qu’il n’est pas vrai que le régime capitaliste soit l’idéal de l’Humanité . La seule valeur qu’il porte est celle du "fric" à tout prix ! On peut comprendre la furie médiatique mondiale à la solde du capitalisme contre la marche en avant du Venezuela avec les autres pays de l’ALBA. qui démontre la réalité bestiale du régime des nantis privilégiés ! Dans l’opposition ce pouvoir économique a cessé d’être démocrate, il conspire prêt à tout pour récupérer ses privilèges ! Le Peuple uni jamais ne sera vaincu !!!






Entre droit de critique du voile et nécessaire respect des personnes
samedi 19 - 23h25
de : Christian Delarue
1 commentaire
Le néocolonialisme d’ENGIE au Brésil
samedi 19 - 21h53
de : Mr Mondialisation
SEXYPHILIE anodine d’Instagram et SEXYPHOBIES agressives ailleurs
samedi 19 - 17h02
journée internationale pour la paix : visio-conf. ce 18 septembre 2020
jeudi 17 - 23h32
Le désempuissantement populaire participe de la perte de démocratie.
jeudi 17 - 20h50
de : Christian Delarue
4 commentaires
Pourquoi beaucoup de salariés ont la tête ailleurs
jeudi 17 - 12h16
1 commentaire
Des papiers pour tous ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 08h17
de : Hdm
De la lutte des masques à la lutte des classes
jeudi 17 - 07h58
de : Bruno Guigue
2 commentaires
Si à 5 ans un gosse n’as pas eu au moins deux leucémies, c’est qu’il a raté sa vie
mercredi 16 - 23h29
de : Dr Seguelasse de Santé publique rance
SEPARATISME
mercredi 16 - 19h48
de : Nemo3637
5 commentaires
l’Etat providence... ! Pour qui ?
mercredi 16 - 16h41
de : joclaude
VENEZUELA : On ne nous dit pas tout !
mercredi 16 - 10h37
de : joclaude
1 commentaire
La nouvelle grenade de désencerclement reste une arme de guerre
lundi 14 - 07h23
1 commentaire
Les trois secteurs de résistance du peuple-classe
dimanche 13 - 14h47
de : Christian Delarue
1 commentaire
Le séisme idéologique est plus important que le virus lui-même
dimanche 13 - 05h35
de : Michaël Verbauwhede et Seppe De Meulder - Solidaire
4 commentaires
MRAP : Droit et "séparatisme islamique" (lettre ouverte)
samedi 12 - 16h29
de : Christian Delarue (mrap)
Le MRAP assure le Maire de Stains de sa solidarité
samedi 12 - 10h48
de : Christian Delarue (mrap)
Agression antisémite à Aubervilliers
samedi 12 - 10h43
de : Christian Delarue (MRAP)
Génération désenchantée
vendredi 11 - 22h11
de : paris lutte info
Oussama et CIA copains comme cochon
vendredi 11 - 21h56
de : globalResearch
quel "homme" de petite taille ce darmanin
vendredi 11 - 18h14
1 commentaire
Le moment paranoïaque (le déferlement totalitaire) face à la dialectique du maître et de l’esclave Par Ariane Bilheran,
vendredi 11 - 11h21
de : pierrot
2 commentaires
CHRONIQUES NOIR & ROUGE N° 2 Septembre 2020
mercredi 9 - 22h26
de : frank
ELEVES ET PROFS A L’ABANDON
mercredi 9 - 18h16
de : Nemo3637
Séance de déplacement collectif
mercredi 9 - 12h43
de : jean1
République et démocratie : dérives et instrumentalisations
mercredi 9 - 00h08
de : Christian Delarue (Fondation Copernic)
1 commentaire
Rentrée scolaire "bleu marine" !
dimanche 6 - 16h33
de : joclaude
Mali : une solution est-elle possible sans remise cause des règles du jeu ?
samedi 5 - 16h57
de : Eve76
Rentrée, plan de relance, luttes…
samedi 5 - 09h40
Regard marxiste sur la catastrophe écologique et perspectives - Chrismondial
samedi 5 - 08h38
de : Christian Delarue
1 commentaire
RÉUNION ET REPAS DE SOLIDARITÉ ORGANISÉS PAR LA CAMPAGNE UNITAIRE POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH - 12/09/20
vendredi 4 - 17h40
de : Jean Clément
RÉUNION ET REPAS DE SOLIDARITÉ ORGANISÉS PAR LA CAMPAGNE UNITAIRE POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH - SAMEDI 12 SEP
vendredi 4 - 17h37
de : Jean Clément
Mali : Dans quel but s’y maintient l’Armée Française ?
vendredi 4 - 17h29
de : joclaude
Guy KONOPNICKI : 2005 - 2020 . Christian DELARUE
vendredi 4 - 17h14
de : Christian.Delarue
3 commentaires
Etats-Unis : Daniel Prude asphyxié par des policiers dans l’Etat de New York (video, photos)
vendredi 4 - 10h58
Des tags islamophobes sur la mosquée de Tarbes - MRAP
jeudi 3 - 21h34
de : Christian DELARUE (MRAP)
3 commentaires
Le plan de relance enchante le patronat sans trop convaincre les syndicats de salariés
jeudi 3 - 17h38
A LA RENTREE FAIS GAFFE A LA RECRE
jeudi 3 - 10h02
de : Nemo3637
La grande descente - Si c’est pas l’heure de l’mettre, ça y ressemble !
mercredi 2 - 22h37
de : Hdm
1 commentaire
Tita Nzebi, femme de parole et de chant
mercredi 2 - 17h28

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite