Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Les procédés du oui et les raisons du non


de : Michel Husson
mardi 19 avril 2005 - 14h34 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires
JPEG - 17.4 ko

de Michel Husson article pour L’Ecole Emancipée

Le principal argument du « oui de gauche » consiste à dire que le rejet du projet de traité constitutionnel (TCE) nous ramènerait à Nice, qui est moins bien. Comme la partie III du TCE n’est qu’une compilation des traités précédents, il ne faudrait s’intéresser qu’aux supposées améliorations contenues dans les parties I et IV (objectifs et institutions de l’Union) et dans la partie IV (Charte des droits fondamentaux).

Plus social ?

L’insertion de la Charte des droits ne peut être considérée comme un pas en avant significatif, justement parce qu’elle est encadrée par la partie III où sont définies les politiques de l’Union.

L’article I-12 annonce d’emblée que « dans certains domaines (...) les actes juridiquement contraignants de l’Union adoptés sur la base des dispositions de la partie III (...) ne peuvent pas comporter d’harmonisation ». Or, les domaines en question concernent les politiques sociales et la clause « à l’exclusion de toute harmonisation » est à chaque fois rappelée dans la partie III.

Le fonctionnement du texte est donc le suivant : des intentions généreuses sont annoncées dans la partie I, des droits minimaux sont invoqués dans la partie II, mais la partie III exclut toute harmonisation.

Prenons l’exemple de l’emploi. L’article I-2 annonce fièrement que « l’Union œuvre pour (...) une économie sociale de marché hautement compétitive, qui tend au plein emploi ». Mais le « plein emploi » disparaît du reste du texte. Le droit à l’emploi ne figure nulle part, et est remplacé par un « droit de travailler » minimaliste (article II-75).

Il faut se reporter à l’article III-207 pour découvrir que la loi européenne « peut établir des actions d’encouragement (...) dans le domaine de l’emploi » mais qu’elle « ne comporte pas d’harmonisation des dispositions législatives et réglementaires ». Enfin, l’article II-111 précise clairement que « la présente Charte (...) ne crée aucune compétence ni aucune tâche nouvelles pour l’Union ».

Le même dispositif vaut pour les services publics, rebaptisés services d’intérêt économique général (SIEG) », même si un Livre blanc récent précise que ces deux termes « ne doivent pas être confondus ». Les partisans du oui mettent en avant l’article II-96 où « l’Union reconnaît et respecte l’accès » aux SIEG, pour affirmer que les services publics sont ainsi reconnus. Pour apprécier la portée réelle de cet article, il faut se reporter à l’une des déclarations annexées au projet, mais qui en font « partie intégrante » (article IV-442).

On y apprend que le fameux article II-96 « ne crée pas de droit nouveau ». Au total, la partie III se borne à recopier les formulations antérieures soumettant les SIEG aux « principes de la concurrence » (article III-166).

Il faut au passage insister sur l’ambiguïté du terme « accès ». On sait que la Charte ne mentionne pas (entre autres) le droit à la retraite, à la santé ou aux indemnités de chômage. Mais les partisans du oui renvoient à l’article II-94 qui dit que « l’Union reconnaît et respecte le droit d’accès aux prestations (...) dans des cas tels que la maternité, la maladie, les accidents du travail, la dépendance ou la vieillesse, ainsi qu’en cas de perte d’emploi ».

La différence entre « droit d’accès » et « droit à » peut paraître subtile. Elle est pourtant essentielle : le droit d’accès à la retraite signifie par exemple qu’on a « le droit » de s’inscrire à un fonds de pension si la couverture publique est insuffisante.

C’est l’interprétation explicite de l’un des rédacteurs de la Charte (1), qui vient d’ailleurs de déplorer que sa nouvelle rédaction fait que « les droits sociaux sont fragilisés », et qu’un citoyen s’estimant lésé « pourra difficilement faire valoir ceux-ci devant un juge » (2).

Plus démocratique ?

Le TCE serait plus démocratique, parce qu’il permettrait de prendre davantage de décisions à la majorité qualifiée. Ce n’est vrai que dans les domaines qui intéressent les libéraux, comme le souligne très clairement l’Unice. Dans un document de synthèse (3), l’organisation patronale européenne se félicite qu’en matière sociale, le TCE « n’augmente pas les compétences de l’Union européenne et n’élargit pas le champ de la majorité qualifiée ». En matière fiscale aussi, l’Unice « est satisfaite de constater que la règle de l’unanimité est maintenue ».

L’essentiel, de son point de vue, est préservé, et l’Europe continuera à avancer en crabe : plus vite pour tout ce qui concerne la liberté des échanges et moins vite pour le social.

Le Parlement reste quant à lui privé des prérogatives essentielles d’un Parlement démocratique : il ne peut ni prendre l’initiative d’une loi, ni décider de nouveaux impôts. L’article I-34 stipule que « les lois et loiscadres européennes sont adoptées sur proposition de la Commission » et l’Unice y retrouve son exigence d’une « Commission forte, qui conserve le droit exclusif d’initiative ». Elle est également rassurée par l’impossibilité pour le Parlement d’instaurer un « impôt européen ».

Libéralisme forever

Les partisans du oui nous disent que le rejet de la Constitution plongerait l’Union dans le chaos et nous ferait revenir au calamiteux traité de Nice. Or ce traité est en vigueur jusqu’en 2006, à la différence de la Constitution qui serait conclue « pour une durée illimitée » (article IV-446). Nous serions donc, sans le savoir, plongés dans le chaos. Mais qui, parmi les partisans du oui, nous a avertis de cette situation alarmante lors de la négociation du traité de Nice ?

Il y a d’ailleurs une contradiction manifeste à affirmer que le traité de Nice est une horreur, puis à mettre sous le boisseau les prescriptions de la partie III qui pourtant reprennent les termes de ce même traité.

C’est pourtant l’innovation essentielle du TCE que de conférer valeur constitutionnelle aux préceptes libéraux qu’il énumère à longueur d’articles. L’irresponsabilité de la Banque centrale européenne, le Pacte de stabilité « stupide », les politiques de flexibilisation des marches du travail, etc. : tout y est. Et il faut un sacré culot pour décréter que la fameuse directive Bolkestein n’a rien à voir avec ce projet.

José Manuel Barroso, le président de la Commission, vient pourtant de la mettre très clairement en perspective : « ce principe [du pays d’origine] et son corollaire, la reconnaissance mutuelle [sont] des attributs fondamentaux du marché unique, au moins depuis le fameux Livre blanc de la Commission de 1985 ».

Comment d’ailleurs nier l’évidence ? La directive ne fait rien d’autre que mettre en musique diverses dispositions du projet de Constitution, comme l’article 144 : « les restrictions à la libre prestation des services sont interdites à l’égard des ressortissants des Etats membres établis dans un Etat membre autre que celui du destinataire de la prestation » ou encore l’article 148 : « les Etats membres s’efforcent de procéder à la libéralisation des services au-delà de la mesure qui est obligatoire en vertu de la loi-cadre européenne ».

Poussés dans leurs retranchements, les partisans du oui concèdent alors que le projet n’est pas fameux, mais promettent de l’améliorer. A ce nouveau sophisme, on opposera quelques lapalissades : si le projet n’est pas bon, alors il en faut un autre ; et il n’y en aura d’autre que si celui-ci n’est pas adopté. S’il l’était, comment ne pas voir que cette sanction populaire - même si la procédure référendaire est limitée à quelques pays - lui conférerait une légitimité particulière qui éloignerait durablement toute perspective de révision ?

Certains mettent alors l’accent sur la pétition prévue par l’article I-47 qui établirait une « démocratie participative ». Mais il suffit de s’y reporter pour découvrir qu’une telle initiative devrait se cantonner « aux fins de l’application de la Constitution ». Imaginons qu’un million de citoyens (qui n’auraient que l’embarras du choix) demande à y inscrire l’un de ces nombreux droits oubliés par la partie II : à la retraite, au divorce, à l’indemnisation du chômage, à un revenu minimum, etc.

Dans la mesure où une telle démarche viserait à changer la Constitution, et non à mieux l’appliquer, elle serait immédiatement déclarée hors sujet. Le plus grand paradoxe de cette campagne est en fin de compte que le plaidoyer en faveur de la Constitution consiste, pour l’essentiel, à dire ce qu’elle n’est pas : elle n’est pas libérale (quelle idée !) ; elle n’a rien à voir avec les projets de directive en discussion - sur les services ou le temps de travail et, d’ailleurs, ce n’est pas vraiment une constitution.

Les partisans du oui ont donc besoin de mentir, au moins par omission, car le projet n’est « vendable » qu’à la condition de détourner l’attention des citoyens de son noyau dur opérationnel. L’ultime ligne de défense des partisans du oui consiste à dissocier le débat sur le texte et le bilan de la construction européenne depuis le référendum de 1992. Or, c’est impossible, puisqu’il constitutionnalise tous les principes qui ont guidé les politiques menées depuis treize ans.

C’est le procédé Bolkestein (« rien à voir avec le traité ») qui est ainsi généralisé : en décrétant que le jugement porté sur la Constitution devrait être déconnecté de l’évaluation des politiques réellement existantes, on cherche à déposséder les électeurs d’un débat légitime.

Après le non La campagne pour le non de gauche donne donc à voir ce que l’on voudrait tenir caché, et refuse de discuter le projet indépendamment de tout bilan de l’euro-libéralisme. Elle apparaît alors comme un véritable appel à la raison citoyenne. Mais les partisans du non de gauche sont aussitôt sommés de dire au nom de quoi ils votent non, et ce qui se passerait après sa victoire éventuelle. Il faut un certain culot pour leur reprocher que les rédacteurs du TCE n’aient pas prévu ce cas de figure ! Et d’ailleurs, la France n’est pas le seul pays où le non peut l’emporter : il est majoritaire dans les sondages aux Pays-Bas, où le référendum aura lieu le 1er juin, trois jours après la France.

La réponse à ces deux questions est pourtant simple : c’est précisément au nom de tout ce que le TCE rend impossible - en résumé une politique d’harmonisation sociale - qu’une majorité est en train de se dégager pour le non. Si le non l’emporte, le message sera clair et pourrait être résumé en trois points : nous ne donnons pas quitus à tout ce qui a été fait depuis la dernière fois où nous avons été directement consultés ; nous récusons le travail anti-démocratique de la Convention ; nous demandons une autre construction européenne fondée sur un véritable processus constituant.

(1) Guy Braibant, La Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, Le Seuil, 2001.

(2) « L’un des pères fondateurs de la Charte hésite encore à voter oui », La Croix, 16 avril 2005 http://hussonet.free.fr/braibanc.pdf

(3) http://ecocritique.free.fr/tceunice.pdf

● pour en savoir plus : pour une autre Europe

http://hussonet.free.fr/autreuro.htm



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Les procédés du oui et les raisons du non
20 avril 2005 - 00h12

Même si je suis d’accord avec cet article, il m’est toujours difficile de voir le journal et courant "l’école émancipée".... Celle de célestin Freinet, du syndicalisme révolutionnaire.... Odieusement confisqué par un parti politique à savoir la LCR.



> Les procédés du oui et les raisons du non
20 avril 2005 - 08h02

Les procédés du oui

Journal l’Humanité
Rubrique Politique
Article paru dans l’édition du 19 avril 2005.

L’Humanité censurée sur le Net

Sur le site officiel « d’info » sur la constitution, les partisans du « non » de gauche sont systématiquement écartés par les éditeurs. « Faute de moyens », disent-ils...

C’est le site « d’information » sur le projet de constitution européenne, mis en place par le gouvernement Raffarin. Des spots télévisés en ont fait la publicité ces dernières semaines et il sert de base de données aux opérateurs sollicités, via un numéro gratuit, pour des questions sur le texte soumis à référendum. Le site Internet constitution-europeenne.fr vaut le détour : depuis quelques semaines, on y corrige les voix du « non » de gauche, quand on ne les censure pas purement et simplement. Parmi les liens disponibles, les gestionnaires
de constitution-europeenne.fr viennent de retirer la référence au site de l’appel des 200 (appeldes200.net), fort de 530 comités unitaires locaux soutenus par près de 130 000 signataires dans toute la France. « Ne pas rétablir ce lien constituerait un acte de censure à l’endroit de notre site, mais aussi de responsables politiques (signataires de l’appel des 200), dont beaucoup sont des élus de la République », fait valoir Jean-Robert Velveth, pour le collectif national.

Autre exemple, la « revue de presse » cite, chaque jour, tous les articles parus dans Libération, le Figaro, le Monde, le Parisien-Aujourd’hui en France, la Croix, les Échos, la Tribune, mais aussi les Dernières Nouvelles d’Alsace ou encore le Courrier picard. Il manque un journal, non ? Des internautes posent la question sur le « forum de discussion ». Comme celui-ci : « Pourquoi, dans la revue de presse, le journal l’Huma n’est pas cité ? Un oubli, bien sûr, qui n’a rien à voir au fait qu’il est le seul à soutenir le "non" et je ne doute pas que vous allez réparer ce qui pourrait ressembler à de la censure. » Ou cet autre : « Pourquoi la revue de presse du site couvrant les 15 et 16 avril 2005 ne cite pas l’Humanité ? Au lendemain du succès populaire du meeting du Zénith pour le "non" de gauche, auriez-vous peur du débat démocratique ? » À chaque fois, le « modérateur » du site gouvernemental se paie le luxe d’avancer comme prétexte le « manque de moyens et de ressources » : « Malheureusement, nous ne disposons pas de moyens supplémentaires pour traiter davantage de journaux. Croyez bien que nous regrettons... » ; « Concernant l’événement indiqué (le Zénith du "non" de gauche), il a été repris dans notre revue de presse (articles du Figaro, des Échos, d’Aujourd’hui en France...). Il n’y a pas de censure à l’attention du journal l’Humanité. » Rappelons à ce « modérateur » zélé que l’Humanité coûte 1,20 euro.

Thomas Lemahieu

 ;



> Les procédés du oui et les raisons du non
24 avril 2005 - 12h18

Oui tout à fait, notre NON va exprimer notre refus d’un nouveau cheque en blanc car nous ne sommes pas satisfait du dernier.

Les consultatioons directes sont tellement rares que nous ne devons pas rater l’occasion de leur dire (à nos politiques) qu’ils doivent nous prendre en compte et arrêter de vivre dans leur monde de pouvoir, d’intrigue et de pognon.

Nous nous sommes dans la vraie vie........






LE COVID-19 RÉVÈLE LA FOLIE DU CAPITALISME.
lundi 25 - 17h24
de : joclaude
Gifle énorme dans l’escarcelle de l’impérialisme : Les Tankers Iraniens sont arrivés au Venezuela !
lundi 25 - 17h16
de : joclaude
Pour comprendre le nouveau pouvoir des Banques Centrales
lundi 25 - 14h20
de : Lepotier
1 commentaire
Bagnols sur cèze (30 Gard) : les raisons d’un incendie.
lundi 25 - 04h24
de : L’iena rabbioso
Fier d’être un minimaliste vaincu !
dimanche 24 - 18h05
de : Claude Janvier
1 commentaire
Violences policières : nier, nier, il en restera toujours quelque chose
dimanche 24 - 18h04
ACHÈVEMENT D’UN MONDE INVIVABLE
dimanche 24 - 17h24
1 commentaire
La liberté d’expression en net progrès aujourd’hui à Angers
samedi 23 - 21h36
de : Le CERCLE 49
Que sait-on des navires iraniens qui arriveront au Venezuela ?
samedi 23 - 17h50
de : joclaude
1 commentaire
Un monarque s’en inspire d’un autre ! Des accusations fusent !
samedi 23 - 16h17
de : joclaude
La chenille qui redémarre.
vendredi 22 - 16h14
de : L’iena rabbioso
Le concept de peuple-classe dans ATTAC Démocratie
vendredi 22 - 11h59
de : Christian DELARUE (ATTAC Démo)
1 commentaire
TRUMP, président ou gangster : La paix du monde en danger ?
vendredi 22 - 11h30
de : joclaude
Licenciements, où en est-on ?
vendredi 22 - 10h41
Urgence sociale
vendredi 22 - 02h09
de : Martine lozano
Le 21 mai 1871 débutait la Semaine sanglante
jeudi 21 - 22h00
de : Le pouvoir est maudit
2 commentaires
Appel à agir contre la réintoxication du monde !
jeudi 21 - 16h41
de : jean1
1 commentaire
Pas la haine du voleur de vélo.
mercredi 20 - 23h17
de : Christian DELARUE
Opération mangouste - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 20 - 18h38
de : Hdm
Astuces patronales pour un monde d’après, pire qu’avant !
mardi 19 - 07h48
2 commentaires
La contestation mise au ban
lundi 18 - 23h02
de : Le CERCLE 49
la macronie en dessin
lundi 18 - 12h19
de : jean1
CONVERGENCE DES LUTTES : Vers une fusion des syndicats patronaux CFDT MEDEF ?
dimanche 17 - 23h03
de : Viktor Yugov
4 commentaires
Même pas mort.
dimanche 17 - 11h06
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
Dans l’ESS, RTT et autres progrès
dimanche 17 - 00h08
de : Christian DELARUE
Et si on essayait la démocratie... pour voir ?
samedi 16 - 19h43
de : Le Cercle 49
15 mai 1948 / 15 mai 2020 : 72 ans de résistance jusqu’à la libération !
samedi 16 - 18h21
de : Jean Clément
Arrestations à Bologne
samedi 16 - 17h24
de : jean1
1 commentaire
Déconfiture - C’est l’heure de l’mettre !
samedi 16 - 10h02
de : Hdm
Entre deux flics, la lutte s’est déconfinée dès le 11 mai un peu partout en France
vendredi 15 - 23h56
de : La Gazette des confiné·es
1 commentaire
Coronavirus dans les abatoirs
vendredi 15 - 23h13
de : azard
1 commentaire
Lettre ouverte de Léon Landini à François Ruffin.
vendredi 15 - 17h11
de : jodez
Philippe Martinez : « Gouvernement et patronat confondent la solidarité avec la charité.
vendredi 15 - 16h19
de : JO
Ce n’est pas avec des médailles qu’on résoudra les problèmes de l’hôpital
vendredi 15 - 11h23
de : JO
Création du CNNR : Conseil National de la Nouvelle Résistance
jeudi 14 - 22h12
Le capitalisme ne va pas s’effondrer tout seul, il faut s’en préoccuper !
jeudi 14 - 15h22
de : Eve76
2 commentaires
32 HEURES : ET SI C’ÉTAIT LE MOMENT ?
mercredi 13 - 20h56
de : Ch Delarue
Crise sanitaire sous contrôle ouvrier à la coopérative Scop-Ti
mercredi 13 - 10h11
1 commentaire
AU NORD DE L’ÉCONOMIE - Des Corons au coworking
mercredi 13 - 07h47
de : Ernest London
1 commentaire
Italie : 12 mai 1977, l’assassinat de Giorgiana Masi (videos)
mardi 12 - 23h36
de : Roberto Ferrario
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
Christophe nous a quittés (video)
vendredi 17 avril
de Roberto Ferrario
Je me rappelle de cet soirée moi et Thom juste derrière a gauche entrain de manger du couscous vapeur... Le musicien et chanteur Christophe nous a quittés hier soir. Il collaborait encore récemment avec les musiciens de Ménilmontant Hakim Hamadouche, Mirabelle Gilis etc. et l’association Ménil Mon Temps souhaitait lui proposer d’être le parrain de la prochaine édition du Gala des Artistes de Ménilmontant. Nous le croisions au restaurant La Cantine de Ménilmontant. Il y (...)
Lire la suite
« Vous paierez tout et vous paierez cher, vous les capitalistes ! » Milan, 16 avril 1975, très sombre souvenir... (vidéo)
jeudi 16 avril
de Roberto Ferrario
Une soirée mémorable dans une trattoria a coté d’un canaux de Milan (Naviglio) Claudio, moi et d’autres camarades on mange ensemble pour fêter nôtres élections comme représentants des étudiants dans nôtres respectif instituts technique, lui dans ITIS du Tourisme, moi dans l’ITIS Molinari (XI ITIS). Une semaine après le 16 avril 1975 tard dans la soirée un coup de téléphone d’un camarade de mon organisation politique (A.O.)... J’arrête de manger avec mes parents (...)
Lire la suite
Scoop Bellaciao : scandale, un rapport de Santé Publique France de mai 2019 réclamait 1 milliard de masques !
jeudi 26 mars
de Roberto Ferrario
6 commentaires
La date est importante (mai 2019), le gouvernement de Macron ne peut donc pas continuer à dire que les responsables sont les anciens gouvernements... Deuxièmement, c’est cette phrase dans le rapport qui est très importante et qui détermine le milliard de masque demandé : "En cas de pandémie, le besoin en masques est d’une boîte de 50 masques par foyer, à raison de 20 millions de boîtes en cas d’atteinte de 30% de la population..." Il est extrêmement "bizarre" (...)
Lire la suite
Projection-soutien aux grévistes "Soigne et tais-toi" Mardi 4 février à 19h30
jeudi 30 janvier
de Info’Com-CGT
2 commentaires
Pour soutenir les grévistes qui luttent actuellement contre la réforme des retraites, "Les rencontres Info’Com" organisent une soirée projection-soutien du film ’’Soigne et tais-toi". • Date : 4 février à 19h30 • Lieu : Salle Colonne au 94 bd Auguste-Blanqui 75013 Paris • Participation libre reversée à la Caisse de grève. "Les rencontres Info’Com" est un rendez-vous culturel organisé par le syndicat Info’Com-CGT. Son objectif est de vous (...)
Lire la suite
REMISE DE LA SOLIDARITÉ FINANCIÈRE À L’OPERA DE PARIS MARDI 31 DÉCEMBRE 14H
mardi 31 décembre
de Info’Com-CGT
6 commentaires
Donnez, partagez, investissez dans la lutte… c’est déterminant ! Faire un don en ligne https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... #CaisseDeGreve : remise solidarité financière pour salariés de l’Opéra de Paris mardi 31 décembre 2019 à 14h, dernier jour de l’année en symbole de lutte artistique vs #reformesdesretraites de #macron. Participation 13h à l’AG et remise publique du chèque sur les marches de l’Opéra Bastille à (...)
Lire la suite
POUR DÉFENDRE MA RETRAITE ET CELLE DE MES ENFANTS, JE VERSE À LA CAISSE DE GRÈVE (VIDEOS)
vendredi 27 décembre
de Info’Com-CGT
https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... Nous sommes des millions à être opposés à la réforme des retraites que veut imposer le gouvernement. Cette "réforme" a pour objectif de nous faire travailler encore plus longtemps et mettre en place une retraite à points qui baissera inéluctablement le montant nos futures pensions ! Ne laissons pas faire. Agissons ensemble en participant aux mobilisations ou en alimentant la caisse de grève afin d’aider celles et ceux qui sont en grève et se (...)
Lire la suite
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite