Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Malala, plus jeune prix Nobel de la paix : martyr ou marionette médiatique ?
de : Chien Guevara
lundi 13 octobre 2014 - 00h51 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires
JPEG - 168.4 ko

A seulement 17 ans, la Pakistanaise Malala Yousafzaï a été couronnée vendredi 10 octobre 2014 du prix Nobel de la Paix. Cette militante pour le droit à l’éducation se voit propulsée symbole mondial de la lutte contre l’extrémisme après avoir survécu par miracle à une attaque des talibans.

Cette actualité m’oblige à republier, le débat/questionnement que j’avais diffusé il y a un an jour pour jour, alors que Malala venait de décrocher le prix Sakharov, et qu’elle était déjà fortement pressentie, pour le Nobel ...

Malala, talibans et prix nobel

10 / 10 / 2013

La jeune Malala obtient le prestigieux prix Sakharov

Par Chloé Woitier

Militante depuis son plus jeune âge, cette Pakistanaise de 16 ans est devenue mondialement célèbre lorsque les talibans l’ont pris pour cible alors qu’elle rentrait de l’école. Elle pourrait devenir vendredi prix Nobel de la paix.
Le prochain prix Nobel de la paix pourrait bien revenir à une jeune adolescente. Malala Yousafzai, une Pakistanaise de 16 ans, est favorite pour remporter la prestigieuse récompense vendredi à Oslo. Jeudi, elle a déjà obtenu le Prix Sakharov du Parlement européen, qui récompense chaque année un défenseur des droits de l’Homme et de la démocratie.

Son combat pour l’éducation des filles et la lutte contre l’obscurantisme religieux a pris une autre dimension lorsque, le 9 octobre 2012, des talibans lui ont tiré une balle en pleine tête. Née en juillet 1997, Malala grandit en compagnie de ses deux jeunes frères dans la vallée du Swat, près de la frontière afghane. Son père, directeur d’école et farouche activiste pour le droit à l’éducation, lui transmet son engagement militant. Dès la fin 2007, un journaliste pakistanais, Syed Irfan Ashraf, repère Malala alors qu’il effectue un reportage télévisé sur la montée en puissance des talibans dans la région. « C’était une petite fille ordinaire, mais devant la caméra elle crevait l’écran », explique-t-il à Vanity Fair. L’enfant, qui parle parfaitement anglais, lui confiait « être terrifiée » au vu de la situation dans le Swat, « qui empire de jour en jour ».

Malala avait vu juste. Quelques mois plus tard, les talibans prennent le pouvoir dans la vallée de Swat, et imposent la charia. Des centaines d’écoles sont détruites, et Malala craint, à raison, que la sienne subisse le même sort. En septembre, son père, Ziauddin Yousafzai, l’emmène à une conférence de presse à Peshawar. À peine âgée de 11 ans, Malala s’exclame devant les journalistes : « De quel droit les talibans m’empêchent d’aller à l’école ? ». Les mots de la jeune enfant font le tour de la presse pakistanaise.

Le journaliste pakistanais reprend contact avec les Yousafzai, et les convainc de participer à un documentaire sur la fermeture des écoles de leur région pour le New York Times. En parallèle, le père de Malala accepte que sa fille tienne un blog narrant sa vie quotidienne sur le site de la BBC, sous le pseudonyme de Gul Makai, héroïne d’une légende locale. Ses articles sont publiés durant trois mois en pachtoune, en ourdou et en anglais. Quelques mois plus tard, la réelle identité de « Gul Makai » est révélée. Malala multiplie les interventions dans la presse et dans des colloques, et est récompensée en décembre 2011 du premier prix de la paix de la jeunesse décerné par le Pakistan.

Choc culturel

Le nom et le visage de Malala Yousafzai sont de plus en plus connus au Pakistan, et la jeune fille devient l’objet de menaces de la part des talibans, qui voient d’un très mauvais œil son combat. « Les talibans estiment que tu écrivais délibérément contre eux et tentais de déjouer leurs efforts pour établir un système islamique à Swat », a expliqué en juillet 2013 un combattant taliban dans une lettre destinée à la jeune fille. Le 9 octobre 2012, trois hommes pénètrent dans le bus scolaire où se trouve l’adolescente. « Qui est Malala ? », demande l’un d’entre eux, avant de tirer sur elle. Malala reçoit une balle en pleine tête, qui par miracle n’endommage pas son cerveau.
L’adolescente, dans le coma, est transférée en soins intensifs dans un hôpital britannique. À son réveil, dix jours plus tard, Malala panique. « Où étais-je, qui m’avait amenée ? Où étaient mes parents ? Mon père était-il encore en vie ? J’étais terrifiée », explique-t-elle dans son livre paru ce mercredi. « L’infirmière m’a dit que j’étais à Birmingham, mais je n’avais aucune idée de là où ça se trouvait (...) les infirmières ne me disaient rien, même pas mon nom. Est-ce que j’étais encore Malala ? ».

Pendant que le monde s’indigne de cette tentative d’assassinat, Syed Irfan Ashraf, le journaliste pakistanais qui a découvert Malala, est rongé par le remords. « Ce que j’ai fait est criminel. J’ai jeté dans la gueule du loup une enfant ». L’adolescente, elle, vit un véritable choc culturel en découvrant les mœurs occidentales. À l’hôpital, elle demande aux infirmières d’éteindre la télévision où passe le film Joue la comme Beckham. Elle ne peut supporter la vue de jeunes actrices jouant au football en soutien-gorge. Sa surprise est encore plus grande lorsque, à sa sortie de l’hôpital, elle découvre les tenues légères des jeunes Britanniques s’apprêtant à passer la soirée au pub. La proximité entre filles et garçons est également une source d’étonnement. « Ça a été difficile de s’adapter à une culture et une société nouvelles, surtout pour ma mère, car on n’avait jamais vu des femmes aussi libres, libres d’aller sur n’importe quel marché, seules, sans frère ou père pour les accompagner », explique-t-elle. L’adolescente a du mal se lier d’amitié avec ses camarades de classe, et reste en contact via Internet avec ses amies pakistanaises.

Une opinion publique pakistanaise partagée

Depuis sa tentative d’assassinat, Malala est scolarisée à Birmingham, mais rêve de retourner dans son pays « pour devenir une femme politique plus tard. Je veux changer l’avenir de mon pays et rendre l’éducation obligatoire », explique-t-elle à la BBC. L’adolescente avait déjà exposé son programme à la tribune de l’ONU, le jour de son 16e anniversaire. « Nos livres et nos stylos sont nos armes les plus puissantes. Un enseignant, un livre, un stylo, peuvent changer le monde », déclarait-elle devant les grands de ce monde le 12 juillet dernier.

Malgré cette reconnaissance couronnée par plusieurs prix internationaux, l’opinion publique pakistanaise n’est pas pressée de revoir Malala. Une partie du pays la considère comme une marionnette de l’Occident, créée de toutes pièces pour jeter l’opprobre sur le pays et sur l’islam. D’autres s’émeuvent que la jeune fille ait fait la une des journaux du monde entier, alors que les morts quasi-quotidiennes d’enfants tués par les attaques de drones américains sont passées sous silence. « L’affaire a été montée en épingle par les médias internationaux », affirme un chauffeur de taxi. « Or, depuis un an, rien n’a changé. Sauf pour Malala et sa famille, qui vivent tranquillement en Angleterre ». Jeudi, les talibans pakistanais ont affirmé que la jeune femme n’avait « rien fait » pour mériter le prix Sakharov. « Elle remporte des prix car elle oeuvre contre l’islam. Les talibans vont cibler Malala qu’elle soit aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni », a déclaré un porte-parole du mouvement au Pakistan.

Source : http://www.lefigaro.fr/internationa...

Théorie du complot au Pakistan : Malala, créature de la CIA ?

Joël Bronner

Blessée par les Talibans, l’écolière pressentie pour le Nobel de la Paix est une icône de la lutte pour l’éducation des filles. Mais au Pakistan, elle est loin d’être prophète.

(Du Pakistan) « Nous avons des millions de Malala ici, nous ne dépendons pas d’une seule Malala », soupire ce haut-fonctionnaire dans son petit bureau de Peshawar, passablement agacé par l’évocation de la jeune pakistanaise alors qu’il dressait les projets éducatifs à mener dans la région.

Il y a un an, les Talibans pakistanais tentaient d’assassiner Malala Yousafzai. La jeune fille de 16 ans, devenue icône de la lutte pour l’éducation, collectionne en Occident les récompenses et les honneurs. A tel point qu’elle est fortement pressentie pour l’obtention du prix Nobel de la Paix, vendredi 11 octobre.

Au Pakistan, son propre pays, beaucoup trouvent pourtant le symbole trop beau. « La jeune fille la plus courageuse du monde », comme la présentait en juillet, à l’ONU, l’ancien Premier ministre britannique Gordon Brown, relève selon eux de la manipulation.

Sur le bureau, baignant dans son sucre, le thé au lait refroidit. Le haut-fonctionnaire poursuit :

« Je connais bien la manière dont certains symboles sont utilisés dans un sens ou dans un autre. Saddam Hussein était la plus grande menace pour justifier la guerre, puis ça a été Ben Laden. Il y a les gentils et il y a les méchants. Et tous sont instrumentalisés en fonction des objectifs à poursuivre. »

Echaudé par le sujet, il n’en dira pas d’avantage.

Propagande et coup monté

Malgré son combat pour l’éducation, la figure de Malala ne fait pas non plus l’unanimité dans les écoles pakistanaises. A l’UPS, une école publique de Peshawar qui accueille 2 500 élèves de 3 à 20 ans, l’institutrice Shaista Noor, la quarantaine, exprime ouvertement ses doutes.

« Je suis assez sceptique à propos de Malala. Je me demande si c’est la vraie Malala qui a été présentée dans les médias, si c’est la même personne que celle qui a été attaquée. [...] Je n’avais jamais entendu parler d’elle et tout à coup elle se retrouve sous le feu des projecteurs. »

A 15 ans, Noorshad porte la raie bien au milieu. Grâce à une bourse d’ONG, l’adolescent a quitté le Nord-Waziristan pour venir étudier à Peshawar, la grande ville la plus proche. Intimidé jusque dans son sourire, il ondule sur son siège en se malaxant des mains qu’on imagine moites.

« Pour moi c’est un modèle à suivre, mais certains de mes camarades ont une opinion négative de Malala. Ils s’imaginent que sa lutte pour l’éducation des filles est une espèce de coup monté orchestré par l’ambassade américaine, la CIA... »

Le proviseur-adjoint, qui l’escorte, précise qu’au sein des populations les plus traditionnelles comme les Pachtounes, la majorité des femmes restent traditionnellement à la maison ou ne sortent qu’accompagnées d’un homme. Envoyer les filles et les femmes à l’école peut ainsi être perçu comme un déshonneur, soit la pire chose qui soit.

« Pour ces conservateurs, si les projecteurs ont tant été braqués sur Malala après l’attaque qu’elle a subie, c’est dans le cadre d’une propagande étrangère destinée à ôter leur honneur aux femmes. »

Une campagne de dénigrement en ligne

Ces thèses conspirationnistes reprises dans la société pakistanaise sont nées sur la toile où elles ont trouvé leur caisse de résonance. Les réseaux sociaux – Facebook et Twitter en tête – colportant notamment des photos mettant en doute la gravité des blessures de Malala.

JPEG - 24.8 ko
Montage mettant en doute les blessures de Malala (Capture)
JPEG - 52.6 ko
Montage : les légendes suggèrent que Malala pouvait se déplacer à pied, qu’elle n’était pas réellement véhiculée sur un brancard et donc pas gravement blessée (Capture)

Tout a été dit et écrit ou presque pour accréditer la thèse de la manipulation et remettre en cause la légitimité de la jeune fille dans son combat pour l’éducation – et contre les Talibans.

Le blog en ourdou sur le site de la BBC qui l’a fait connaître et où elle raconte son quotidien sous les Talibans à Mingora (Swat) ? Ce n’est pas elle qui l’écrivait.

L’attaque dont elle a été victime ?

Ce ne sont pas les Talibans pakistanais – qui ont accessoirement revendiqué l’attaque et se disent prêts à recommencer aujourd’hui encore. Ce sont les Talibans Afghans. C’est la CIA ;
c’est une manœuvre pour tenter de déclencher une guerre contre les Talibans dans les zones tribales du Waziristan ;
il n’y a jamais eu d’attaque, tout ça est un coup monté ;
la Malala qui a été attaquée et celle qui a été présentée aux médias n’est pas la même.

JPEG - 62.4 ko
Montage photo : « Monsieur, ils croient encore que ce sont les Talibans qui ont attaqué Malala »

Ses blessures ? Bidon.

Son exil en Angleterre ? Une désertion. Les « vraies » Malala sont au Pakistan.

Son combat pour l’éducation ?

C’est son professeur de père qui a instrumentalisé sa fille ;
c’est une propagande pour déshonorer le Pakistan ;
ou une manipulation de l’Occident pour gagner de l’argent via les écoles payantes.

La faute à la CIA

Des théories du complot qui s’immiscent jusque dans la classe politique. Membre influente de l’aile féminine du parti ultraconservateur Jamaat-e-Islami, Samia Raheel Qazi a tweeté une capture d’écran présentant Malala « rencontrant des militaires américains ». Suggérant son lien évident avec la CIA.
Une capture d’écran issue en réalité d’un documentaire consacrée à la jeune fille alors qu’elle et son père rencontraient Richard Holbrooke, alors émissaire spécial des Etats-Unis dans la région et où la jeune fille plaide pour un soutien à l’éducation des filles.

Interrogée ces derniers jours sur ce tweet, Samia Raheel Qazi a tenu des propos confus. Accusant au final la CIA de lui avoir fait parvenir les photos incriminées pour la discréditer. Avant d’accuser le journaliste qui la questionnait d’être lui aussi un émissaire de la CIA.

Complotite aiguë au Pakistan

Au Pakistan, au-delà du cas Malala, tout est complot et la plupart des événements sont interprétés comme commandités par des puissances extérieures, l’Inde et les Etats-Unis au premier chef. Le pays serait ainsi la victime de conspirations incessantes.

Raza Rumi est l’un des dirigeants du Jinnah Institute, un think tank qui fait notamment office d’observatoire de l’extrémisme au Pakistan. Joint par téléphone, il précise :

« En réaction à la guerre contre le terrorisme menée par les Américains, toute personne attaquée par les Talibans est perçue comme un agent des Occidentaux. C’est ce qui se passe ici avec Malala.

La théorie la plus véhiculée est qu’elle est une espionne au service de la CIA parce qu’elle s’est opposée à eux. En synthèse, elle serait un outil aux mains des Occidentaux pour affaiblir le Pakistan et donner une mauvaise image du pays. »

Selon lui, le conspirationnisme est aussi vieux que le Pakistan est Pakistan. Il serait né dès la création du pays en 1947 – dans la violence de la séparation avec le voisin indien – sur les cendres des Indes britanniques.

« Il y a toujours eu une culture de la théorie du complot au Pakistan. Ces théories et le spectre de la menace extérieure ont toujours été utilisés comme un instrument de propagande. »

Une propagande notamment utilisée par l’armée, la principale puissance du pays, qui a dirigé le Pakistan pendant plus de la moitié de son histoire. Agitant le spectre des menaces extérieures pour justifier son pouvoir et son devoir de protection de la population.

Si jamais Malala obtient la consécration à Oslo en fin de semaine, un nouveau syndrome de « complotite aigüe » ne manquera certainement pas d’enfiévrer le Pakistan.

Source : http://www.rue89.com/2013/10/09/the...

Alors ? Quel est votre point de vue ?

Il est vrai que la protection qu’elle a obtenu depuis son agression fait plus penser à un agent infiltré qu’à une des nombreuses victimes de l’intolérance sexiste talibane...

Il est vrai que si les faits racontés sont réels, elle mérite les prix obtenus et obtenables...

Mais, dans ce contexte réel et avéré, celui-là, manipulateur/dominateur de mondialisation, on peut toujours douter !

Et vous, qu’en pensez-vous  ?

L’article chez lui (avec les illustrations et captures d’écrans + le débat) : Malala : la plus jeune prix Nobel de la paix



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Malala, plus jeune prix Nobel de la paix : martyr ou marionette médiatique ?
13 octobre 2014 - 11h45 - Posté par PierreP

Malala agent de la CIA, je ne sais pas. Je ne le pense pas (il faut arrêter de voir des complots partout pour éviter la question de fond). Ce qui est sûr c’est que les occidentaux, toujours opportunistes, ont récupéré son histoire, péteux qu’ils étaient devant l’attitude de leurs amis pakistanais qui laissent les crimes de ces fascistes islamistes impunis.
Je ne pense pas qu’il y ait donc un complot de la CIA.
Le fait est que son sort et son combat doit nous intéresser nous communistes car c’est une porte d’entrée pour faire triompher les idées de progrès et de démocratie dans cette région du monde (et ailleurs). C’est ce que faisait et continue de faire RAWA en Afghanistan.



Malala, plus jeune prix Nobel serait une marxiste
13 octobre 2014 - 14h51 - Posté par F Sharifi

Ni seulement cette jeune fille n’a rien à voir avec la CIA, mais elle serait même une sympathisant marxiste d’IMT au Pakistan .

Avec un tel pseudo suspect et absurde « chien Guevara » , qui me dérange énormément car il pollue la mémoire de ce grand révolutionnaire Argentin qui était le CHE , je pense aussi qu’il faut arrêter de voir des complots et de divaguer !

International Marxist Tendency

In 2012 the IMT published an article denouncing the attempted assassination of Malala Yousafzai, claiming she is an IMT sympathizer and showing a picture of her speaking at an IMT school in Swat, Pakistan.[20] Woods’s statement has been used to interpret Yousafzai’s politics[21][22] and to speculate on whether she has a communist or anti-religious agenda.[23][24] Yousafzai sent greetings to the 9 March 2013 congress of the Pakistani section of the IMT.[25]

http://en.wikipedia.org/wiki/Intern...

La traduction

En 2012, l’IMT a publié un article dénonçant la tentative d’assassinat de Malala Yousafzai, affirmant qu’elle est un sympathisant de l’IMT et montrant une photo d’elle dans une école d’IMT dans la vallée de Swat, au Pakistan. [20]

......... Yousafzai a envoyé ses salutations le 9 Mars 2013 au congrès de la section pakistanaise de l’IMT. [25]






LIBERTE POUR VINCENZO VECCHI
vendredi 20 - 18h39
La liste des 11 membres du gouvernement à avoir « oublié » des biens dans leur déclaration de patrimoine
vendredi 20 - 17h20
de : joclaude
La France équipe les troupes égyptiennes soupçonnées d’exactions dans le Sinaï
vendredi 20 - 14h11
de : joclaude
1 commentaire
TROIS QUESTIONS À CORINNE MOREL DARLEUX à propos de PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE
jeudi 19 - 09h40
de : Ernest London
1 commentaire
Climat : comment les syndicats préparent-ils la grève du 20 septembre ?
jeudi 19 - 08h46
1 commentaire
D’aucun devrait apprendre que nous vivons un monde Multipolaire et non plus unipolaire !
mercredi 18 - 17h02
de : joclaude
Assez cautionné le « dialogue social » bidon avec le gouvernement et ses représentants !
mercredi 18 - 13h26
de : Jodez
3 commentaires
Urgence pour l’Hôpital ! Urgence totale des luttes sociales !
lundi 16 - 22h07
de : Lepotier
ACTE 44 des Gilets Jaunes : Les BRUTES de macron à l’oeuvre ! (video)
lundi 16 - 19h17
de : joclaude
2 commentaires
Les "affaires" en régime macronien ! Vertueuse prédiction : Plus jamais ça ?
lundi 16 - 11h59
de : joclaude
2 commentaires
Venezuela : les très gênantes photos de Guaidó en compagnie des narco-paramilitaires colombiens
lundi 16 - 10h45
de : Olivier Arendt
Les sous-traitants du nucléaire en grève le 18 septembre contre le dumping social
lundi 16 - 08h11
DÉCÈS D’UN TORTIONNAIRE EN ALGÉRIE.
dimanche 15 - 15h17
de : Transmis par Nuits de septembre 1965
Que la Terre nous sauve.
samedi 14 - 13h27
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Mesures Buzyn, c’est du Coluche : Dites nous ce dont vous avez besoin, nous vous dirons comment vous en passer (vidéo)
samedi 14 - 13h12
de : nazairien
1 commentaire
MANIFIESTA 2019 - C’est l’heure de l’mettre !
samedi 14 - 11h47
de : Hdm
Patrick Balkany, proche de Sarkozy, condamné à 4 ans de prison ferme et incarcéré (vidéo Verdi)
vendredi 13 - 16h16
de : nazairien
10 commentaires
Les corbeaux , les vautours en passe de disparaître ?
jeudi 12 - 20h12
de : joclaude
1 commentaire
Réaction de LFI après la diffusion des images de Quotidien sur le jour des perquisitions (video)
jeudi 12 - 12h38
de : LFI
40 minutes d’images cachées : le coup monté médiatico-judiciaire contre LFI (video)
jeudi 12 - 08h57
de : L’Ère du peuple
1 commentaire
Je suis prêt ! « Et ainsi de suite… »
jeudi 12 - 08h44
de : Jean-Luc Mélenchon
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 - 08h41
de : Info’Com-CGT
Grèce : l’expérience autogestionnaire des Viome menacée
jeudi 12 - 08h04
Le Val-de-Marne, premier département de France à bannir le glyphosate
mercredi 11 - 09h40
de : Agnès Vives
2 commentaires
Perquisition chez Mélenchon... Un autre son de cloches (video)
mercredi 11 - 09h01
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 - 07h51
de : Roberto Ferrario
2 commentaires
Samedi 14 septembre 2019, les éditions Noir et Rouge présentent le second tome de La CNT dans la révolution espagnole de
mardi 10 - 22h09
de : Frank
UNE JUSTE COLÈRE - Interrompre la destruction du monde
mardi 10 - 13h55
de : Ernest London
1 commentaire
Le RN face à la destruction sociale
mardi 10 - 12h08
de : Christian DELARUE
3 commentaires
Toute la macronnerie : Menteuse ! La Révolution est permanente !
lundi 9 - 15h44
de : joclaude
4 commentaires
Gaspard Glanz (journaliste), à nouveau inquiété par la flicaille, ridiculise ces flics(quettes) (vidéo)
lundi 9 - 13h59
de : nazairien
Thales : petits meurtres entre amis, ou la politique des bâtons dans les roues
lundi 9 - 11h26
de : Bertrand F
Au moins 2000 gilets jaunes convergent à Montpellier pour leur rentrée
dimanche 8 - 15h42
2 commentaires
arret de la grêve de Petit Jean
samedi 7 - 12h32
de : promedic
"Opération Aéroport de Paris" : L’initiave citoyenne en action, dans le var (vidéo)
samedi 7 - 00h50
de : nazairien
Plan et marché à Cuba des années 1960 à aujourd’hui
vendredi 6 - 13h47
de : P. Del Castillo
2 commentaires
Les élucubrations de Stéphane Bern sur l’école au Moyen Âge
vendredi 6 - 11h09
de : Catherine Rideau-Kikuchi, Florian Besson
LA SOCIÉTÉ INDUSTRIELLE ET SON AVENIR
vendredi 6 - 06h41
de : Ernest London
2 commentaires
Rentrée catastrophe / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 5 - 22h19
de : Hdm
Grenelle des violences conjugales : le gouvernement répond aux féminicides par l’aumône
jeudi 5 - 16h51
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La justice sans la force est impuissante, la force sans la justice est tyrannique. Blaise Pascal
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite