Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Alexis Charitsis (Syriza) : « Un renversement pour la Grèce, un message à l’Europe »
de : Aspaar
lundi 5 janvier 2015 - 16h25 - Signaler aux modérateurs
9 commentaires

Alors que des élections législatives cruciales vont avoir lieu en Grèce, Alexis Charitsis, membre du secrétariat de Syriza, explique comment le parti gouvernerait et les répercussions à prévoir, dans toute l’Europe, contre l’austérité et la pensée néolibérale.

JPEG - 28.5 ko

Quel bilan faites-vous de la politique de la Troïka et du gouvernement grec ?

Le programme de la Troïka et du gouvernement grec a été un échec budgétaire total avec des conséquences sociales dévastatrices. Eux-mêmes ont dû l’admettre dans les évaluations périodiques qu’ils ont effectuées. Mais l’échec du programme du mémorandum sur le plan financier ne doit pas masquer qu’il a en fait réussi dans ses objectifs structurels, à savoir la création d’une toute nouvelle réalité économique et sociale où la dégradation du travail et de l’environnement, la destruction de l’état de bien-être et la centralisation de la production est conçue non comme une condition provisoire liée à la crise, mais comme une nouvelle norme permanente. Comme nous l’avions affirmé depuis le début de la crise, la Grèce a été utilisée comme cobaye, les autres pays périphériques de la zone euro suivant peu après. Un paramètre essentiel avait cependant échappé aux concepteurs de ce plan : l’imposition d’un tel plan à la société est d’une grande violence politique, psychologique et physique. Ce type de construction artificiel d’un "consensus" ne peut certainement pas être durable à long terme.

Syriza a une responsabilité considérable : celle de proposer au peuple grec et à l’Union européenne un programme qui constitue un chemin vraiment alternatif et réaliste. En quoi consiste-t-il ?

Nous considérons que notre slogan « Un renversement en Grèce, un message à l’Europe » n’est pas simplement un message de communication, mais qu’il constitue un message politique très important. La formation d’un gouvernement de gauche en Grèce constituera un changement de dimensions historiques qui aura des répercussions très importantes dans la contestation des politiques néolibérales au niveau européen. Le programme économique de Syriza repose sur trois piliers principaux : faire face à la crise humanitaire ; restructurer la production ; réformer l’État. Ses principaux éléments vont à l’opposé de la politique du gouvernement aussi bien en ce qui concerne les objectifs, les moyens que les conditions de réalisation de la reconstruction productive. Ainsi, le programme de Syriza pose comme condition préalable l’arrêt immédiat de l’austérité budgétaire et la redistribution des revenus. Il repose sur un rôle amélioré du travail. Il prévoit la protection et la réhabilitation des biens et de la propriété publiques. Il utilise l’État comme un levier pour le développement dans le cadre de la régulation sociale et environnementale, et comme garant de l’investissement privé. Il considère en même temps que ceci est inséparable d’une transformation radicale de l’État, qui en est en quelque sorte une condition préalable. Le programme de Syriza protège également les PME comme un outil clé pour le développement de la croissance de l’innovation et de l’emploi. Il prévoit de favoriser le pluralisme dans la production de biens et de services par opposition à la "monoculture" du secteur privé imposée par la politique néolibérale actuelle. Et notamment de promouvoir les principes et les valeurs de l’économie sociale et solidaire comme un moyen de réforme socio-économique radicale. La réforme de l’État conduite par le gouvernement et la Troïka est désastreuse. Mais la situation de départ l’était aussi… Du fait de la grande destruction économique des cinq dernières années (perte de 25% du PIB, taux de chômage officiel au niveau sans précédent de 28%) la réactivation de l’économie est une priorité cruciale. Mais cet objectif ne doit en aucun cas être interprété comme un retour à la situation de l’avant-mémorandum. Ce n’est ni possible ni souhaitable. La réponse aux politiques d’austérité commence par un traitement de la crise humanitaire et aux besoins les plus urgents de la population, mais elle soulève aussi la question cruciale de la transformation des rapports de production, la réorganisation de la production, des structures et agents économiques et surtout la redistribution des ressources – matérielles et humaines.

Quelles sont vos priorités en la matière ?

Le développement capitaliste néolibéral de l’économie grecque des dernières décennies a mis en place et consolidé des structures, des institutions, des règles formelles et informelles et des conceptions dont la destruction est une condition préalable pour la sortie effective de la crise en faveur des forces de travail. Les principales difficultés auxquelles le gouvernement de la gauche devra faire face sont liées à des mécanismes historiques de fonctionnement de l’économie grecque, tels que son système fiscal, son cadre institutionnel, son mode d’administration publique, etc. Mais après deux décennies de propagande néolibérale, il faudra aussi affronter le mépris des moyens publics et sociaux de l’organisation de l’économie, intériorisé par une grande partie de la société grecque. La participation de la société organisée dans la conception, la mise en œuvre et le suivi de notre plan est donc un défi majeur. La participation populaire et le contrôle social par des communautés locales, la promotion du rôle des travailleurs et des syndicats dans la prise de décision et dans le contrôle de l’économie à travers la mise en place de collectifs sociaux et locaux, sont nécessaires pour que la notion de "développement" concerne la société tout entière et pas seulement les privilégiés. Nous voulons renforcer les consultations publiques, les référendums, les comités permanents d’audit, les conseils ouvriers qui sont autant d’institutions permettant de cultiver une "nouvelle éthique" de promotion des valeurs de solidarité, du sens de la collectivité et de la dignité par opposition aux valeurs du marché du néolibéralisme.

Le changement de politique en Grèce risque d’être bloqué par l’Europe. Comment peut-on affronter dès maintenant ce problème ?

Nous ne considérons pas une victoire de Syriza dans les élections à venir comme un simple changement de gouvernement en Grèce, mais comme une rupture générale du statu quo politique. Bien entendu, nous ne sommes pas les seuls à penser cela. Les forces néolibérales dominantes en Europe auront probablement la même perception d’un gouvernement de Syriza. Non seulement parce que celui-ci mettra en œuvre un programme qui se différencie à l’opposé du leur, mais aussi parce qu’un tel précédent pourrait être trop risqué pour l’avenir des politiques d’austérité en Europe. Dans le même temps, les choses semblent avoir commencé à changer dans la façon dont les peuples européens, et même des parties de l’establishment économique et politique, perçoivent cette crise non comme une particularité grecque mais comme un problème structurel de l’Union monétaire, qui met en danger l’Union européenne dans son ensemble. Dans cet esprit, Syriza a déjà lancé une vaste campagne pour créer des alliances dans toute l’Europe avec des forces politiques et sociales qui ne sont pas nécessairement d’accord avec l’ensemble de notre programme, mais qui perçoivent l’urgence d’un changement radical des politiques au niveau européen. Le soutien international (basé sur les valeurs de solidarité et de réciprocité) au gouvernement de la Syriza, dans ses efforts pour créer un nouveau paradigme politique pour le bénéfice de la majorité sociale en Europe, est en effet essentiel à la réussite de notre projet.

http://www.regards.fr/web/article/a...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Alexis Charitsis (Syriza) : « Un renversement pour la Grèce, un message à l’Europe »
5 janvier 2015 - 16h41 - Posté par JO

Oui mais ! Attention au pas en avant et aux deux pas en arrière !(Lénine) . Au moindre progrès social qui serait contre ! Suffrage Universel, bien , mais au Peuple à s’en emparer pour exiger !



Alexis Charitsis (Syriza) : « Un renversement pour la Grèce, un message à l’Europe »
5 janvier 2015 - 17h01 - Posté par arnold

Grèce : Syriza ou la voie social-démocrate
à lire ici : http://www.marx.be/fr/content/gr%C3...



Alexis Charitsis (Syriza) : « Un renversement pour la Grèce, un message à l’Europe »
6 janvier 2015 - 10h28 - Posté par Aspaar

La crise de la zone euro, que le capital croyait terminée en 2014, est sur le point de repartir de plus belle en 2015

Le contexte a changé, mais avec une reelle possibilité de victoire de Syriza , tous les ingrédients de celle de 2012 sont à nouveau réunis, avec de possible contagion de resistence aux pays périphériques.

C’est la panique du capital financier . Lundi 5 Janvier , les Bourses européennes ont chuté de plus de 3 % et celle d’Athènes de plus de 5 % et cela continue aujourd’hui .
Afin de tenter de calmer les financiers et les rentiers , une réunion des néolibéraux franco-allemande au sommet est à l’ordre du jour .



Alexis Charitsis (Syriza) : « Un renversement pour la Grèce, un message à l’Europe »
6 janvier 2015 - 16h09 - Posté par jojo

L’année 2014 est à peine terminée que 2015 annonce la couleur :
 paupérisation croissante du prolétariat d’un bout à l’autre de l’Europe , remise en cause des "acquits" sociaux octroyés par la bourgeoisie et ses larbins dans les rangs ouvriers durant la période faste des "Trente glorieuses "clôturée en... 1975 .
 mise en forme d’un état totalitaire avec flicage généralisé sur les réseaux sociaux , interdiction de fait de manifester et armement croissant des forces de répression ( France Espagne Etc.. ) .
 lancement , comme des marques de lessive ,de formations leurres comme SYRIZA , PODEMOS ,CINQUE STRELA dont certaines se sont donné un air radical pour mieux renier leurs positions avant même "d’arriver au pouvoir"afin de décourager toutes les tentatives de résistance .
 préparation d’un futur conflit généralisé ayant pour épicentre l’Europe avec le coup d’Etat en Ukraine à l’aide d’éléments ouvertement fascistes .

Si le bilan pourrait apparaître désespérant pour un petit bourgeois adepte du pacifisme social , il est au contraire éminemment stimulant pour le prolétariat révolutionnaire : après chaque crise les agents bourgeois sont démasqués les uns après les autres ; la social démocratie en 1914 ,dans son soutien à la guerre impérialiste , le stalinisme dans les années 30 avec son ralliement à la défense nationale , le centrisme ancien et nouveau (LO NPA POI et quelques autres ) dans leur soutien implicite ou explicite aux récentes aventures de son impérialisme en LIBYE , SYRIE ou.. Ukraine .
De la crise actuelle devra émerger une nouvelle avant garde qui renouera avec le programme international et historique du prolétariat et qui est l’exact contrepoint des positions réformistes et nationalistes .

Bien à vous



Alexis Charitsis (Syriza) : « Un renversement pour la Grèce, un message à l’Europe »
6 janvier 2015 - 16h50 - Posté par

""Si le bilan pourrait apparaître désespérant pour un petit bourgeois adepte du pacifisme social , il est au contraire éminemment stimulant pour le prolétariat révolutionnaire : après chaque crise les agents bourgeois sont démasqués les uns après les autres ""

le visage de notre société en ce début de 2015 est assez désepérant surtout pour les révolutionnaires ;je ne vois pas tellement de signes positifs majeurs !
peut être que la crise permet de dévoiler les agents bourgeois et encore...mais cela n’empéche pas que ces agents sont toujours présents ,actifs et toujours aussi puissants.
le refus de considérer toute forme nouvelle de lutte ,avec leur faiblesse et leur possible évolution ,c ’est se condamner à rester hors du mouvement réel des masses et d ce point de vue c ’est rendre service justement aux agents bourgeois.
Syriza en gréce est une tentative à suivre ,même si son contenu est parfois pas en phase avec ce que nous voudrions comme radicalité révolutionnaire,mais en 17 lénine ne voulait que la paix et du pain, et pourtant il a été beaucoup plus loin


Alexis Charitsis (Syriza) : « Un renversement pour la Grèce, un message à l’Europe »
6 janvier 2015 - 17h53 - Posté par jojo

"mais en 17 ,Lénine ne voulait que la paix et du pain , et pourtant il a dû aller plus loin ... "

C’est exact dans la forme mais dans le fond ce mot d’ordre allait beaucoup plus loin et signifiait exactement ce que j’ai essayé d’exprimer dans mon commentaire : c’était renouer ( bien que la social démocratie russe n’ait jamais trahi le prolétariat dans la guerre impérialiste ) avec le programme international et historique du prolétariat .
En effet quelle était la situation en 1917 en Russie et aussi en Europe : la guerre impérialiste battait son plein et le gouvernement provisoire de Kérenski avec l’aide des impérialismes occidentaux (France Angleterre USA ) essayaient de maintenir la Russie dans la guerre afin de maintenir un second front au prix du massacre de la paysannerie russe et des ouvriers allemands .
LA PAIX signifiait la rupture du front impérialiste initié par le tsar et continué par les constitutionnels démocrates et les sociaux traitres du gouvernement provisoire . La PAIX signifiait la fidélité renouvelée de la social démocratie russe et du POSDR au programme international du prolétariat qui seule allait lui permettre de de mener à son terme la Révolution d’Octobre .
LE PAIN par ce que les masses étaient ,certes dans une position bien plus grave qu’aujourdhui acculées à la misère .
Toutefois ce mot d’ordre immédiat n’a pas fait renoncer Lénine au programme maximum du communisme ni à la révolution mondiale car dès 1919 , en pleine guerre civile et au milieu des interventions étrangères il appelait à la formation de la III ème Internationale .
Il n’a pas fait la tournée des chancelleries européennes pour les rassurer sur son programme comme Tsipras mais il apar exemple refusé d’emblée de reconnaitre les dettes extérieures de la Russie .Il a pris bien d’autres mesures encore qu’il est impossible de rapporter ici et qui vont toutes dans le même sens .
Alors oui , mon cher ami , vive le communisme , vive la révolution et la dictature internationale du prolétariat qui se fera CONTRE les SYRIZA , PODEMOS et vraisemblablement leurs admirateurs actuels .



Alexis Charitsis (Syriza) : « Un renversement pour la Grèce, un message à l’Europe »
6 janvier 2015 - 18h50 - Posté par NOCTURNE

Alors oui , mon cher ami , vive le communisme , vive la révolution et la dictature internationale du prolétariat qui se fera CONTRE les SYRIZA , PODEMOS et vraisemblablement leurs admirateurs actuels .

D’accord avec toi , ses mouvements ne sont que des emplâtres.. sur une jambe en bois .
Une grande partie d’entre eux vont encore verser des larmes de sang après avoir été trahi une fois de plus.
Quant aux vrais communistes ( dont je pense être ) ,nous avons pas fini de ramer a contre courant . Mais l’important est de ne pas faillir, la patience est une vertu
révolutionnaire.


Alexis Charitsis (Syriza) : « Un renversement pour la Grèce, un message à l’Europe »
7 janvier 2015 - 09h36 - Posté par

jojo je comprends tres bien ce que tu dis,mais je pense qu’il est trop tôt pour condamner déjà syriza .
Sans illusions mais sans rejet total,nous devons être dans ce mouvement sur nos propres revendications révolutionnaires,ainsi nous serons au plus pres des masses quand il faudra prendre le tournant révolutionnaire.
Faire notre propagande ,agir dans ces partis de masse et ne rien lacher sur notre programme.


Alexis Charitsis (Syriza) : « Un renversement pour la Grèce, un message à l’Europe »
6 janvier 2015 - 22h33

Enfin un changement annoncé, l’Europe des Kapitalistes tremble il est grand temps ça sent la mort sur le continent...






Les réformes de Macron sont les vraies armes par destination
samedi 16 - 20h54
de : Xavier Marchand
Une Transition Anticapitaliste est-elle encore possible ?
samedi 16 - 14h02
de : Lepotier
2 commentaires
Damien Saez, un artiste, qui n’a jamais renié ses engagements, chante l’anniversaire du combat des "gilets jaunes"
vendredi 15 - 23h13
de : nazairien
Pour revenir sur la 4e Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes à Montpellier avec Demos Kratos (vidéo)
vendredi 15 - 19h35
de : nazairien
Reviens vite Evo, ton peuple a besoin de toi : Roger Waters (vidéo str fr)
vendredi 15 - 11h50
de : nazairien
2 commentaires
LES « PÉTROLEUSES »
vendredi 15 - 10h48
de : Ernest London
LA LUTTE FINALE
jeudi 14 - 20h36
de : Nemo3637
2 commentaires
Hôpital : tout le monde déteste l’austérité
jeudi 14 - 18h11
Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
2 commentaires
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat
ISLAMOPHOBIE : du SENS STRICT au SENS LARGE
dimanche 10 - 17h42
de : Christian DELARUE
8 commentaires
Le voile est-il une obligation religieuse ?
dimanche 10 - 17h22
de : Mohammed Chirani
5 commentaires
Comprendre l’instrumentalisation du féminisme à des fins racistes pour résister
dimanche 10 - 17h07
de : Lisbeth Sal et Capucine Larzillière 15 septembre 2011
3 commentaires
MRAP : La lutte contre la haine doit être unitaire
dimanche 10 - 00h01
de : Christian D (CN - MRAP)
4 commentaires
Riposte populaire face à l’islamophobie
samedi 9 - 19h00
de : jean1
8 commentaires
Montpellier : Un Acte 52 des Gilets Jaunes marqué par plusieurs blessés et de nombreuses interpellations
samedi 9 - 17h42
de : jean1
PECO : Hypocrisie du bloc pro-capitaliste
samedi 9 - 16h06
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Combattre le fémonationalisme
samedi 9 - 13h08
de : Chantal Mirail
8 commentaires
Retraites à points : les salariés du privé ont tout à y perdre
samedi 9 - 08h53
Les "zélites" , qui détruisent la France sont responsables : à Lyon : un étudiant stéphanois s’immole par le feu
samedi 9 - 01h51
de : nazairien
4 commentaires
Épuration, recyclages et (grandes) compagnies... - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 8 - 22h49
de : Hdm
GILETS JAUNES TOULOUSE : ACTE 51 (video)
vendredi 8 - 15h36
de : JO
LA PETITE MAISON DANS LA ZERMI - Chroniques d’un saisonnier de la misère
vendredi 8 - 12h13
de : Ernest London
Les PECO : déception d’un capitalisme pur et dur et souci de penser encore une alternative
jeudi 7 - 22h10
de : Christian DELARUE
4 commentaires
Sarkozy, mais en mieux.
jeudi 7 - 16h59
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Vol, pillage des ressources naturelles de la planète : Partout là où sont encore présentent les multinationales !
jeudi 7 - 16h04
de : JO
Casser les deux communautarismes, le dominant et le dominé.
mercredi 6 - 23h59
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LE VOILE, CHIFFON ROUGE OU TORCHE-CUL ?
mercredi 6 - 19h28
de : Nemo3637
9 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Les grandes choses de l'Etat sont tombées, les petites seules sont debout, triste spectacle public. On ne songe plus qua soi. Chacun se fait, sans pitié pour le pays, une petite fortune particulière dans un coin de la grande infortune publique. Victor Hugo, 1838
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite