Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Non, la laïcité n’est pas le dialogue inter-religieux  !
de : l’UFAL
jeudi 19 février 2015 - 10h32 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires

Alors que la Charte de la laïcité, voulue par Vincent Peillon en 2013, n’est même pas encore affichée dans tous les établissements scolaires (« pour ne pas avoir d’histoires »), voilà que la Ligue de l’Enseignement en produit apparemment sa propre version, soigneusement édulcorée, mais suffisamment ressemblante avec l’original (affichée notamment sur un format identique) pour semer le doute  ! Il s’agit en fait d’une véritable charte de substitution pour les établissements : au total 35 000 exemplaires pour affichage auprès des enfants, parents et personnel enseignant, agrémentés de dessins pour aider les pédagogues. Or cette « pseudo-charte » présente à tous une « pseudo-laïcité ».

Beaucoup de laïques se sont ainsi indignés de constater, par exemple, que le mot « laïcité » a été systématiquement supprimé des 15 articles « expliqués par la Ligue », alors que la Charte officielle le fait figurer 12 fois  ! En revanche, il est remplacé par le mot « religion » ou « religieux » (7 fois). Exit également la notion de « République laïque », au profit exclusif du « respect de toutes les croyances »  ; la séparation des églises et de l’état (art. 2), est remplacée par « la France n’impose pas de religion et n’en interdit aucune » — parfaitement compatible avec le statut des cultes d’Alsace-Moselle  ! La liberté de conscience (art. 3) est réduite à « exprimer librement ses idées », l’expression « croire ou ne pas croire » étant carrément supprimée. Aux art. 6, 7, 8, la « laïcité de l’école » disparaît au profit de « l’école » tout court — bienvenue à l’enseignement privé religieux  ! Idem à l’art. 9, ainsi commenté : « à l’école, personne ne peut être exclu en raison de sa religion » — ce qui comblera de joie ceux qui contestent encore (y compris la Ligue) la loi du 15 mars 2004. A l’art. 14, « manifester ostensiblement une appartenance religieuse » estinterprété par « porter des signes mettant en avant sa religion » (…) « pour se faire remarquer » : et si ce n’est pas « pour se faire remarquer », mais pour respecter une obligation religieuse, c’est autorisé  ?

La piteuse défense des responsables de la Ligue ne fait qu’accroître le malaise, notamment quand l’un d’entre eux écrit : « une des fonctions de la laïcité est bien de réglementer les “religions” que nous avons donc mentionnées ». On croyait que la fonction de la laïcité était « d’assurer la liberté de conscience » ainsi que la séparation des églises et de l’État  ? Rappelons à La Ligue que la laïcité ne « réglemente » pas les religions, mais en garantit le libre exercice par des associations privées, dans le cadre des lois applicables à tous dans l’espace civil.

Cette initiative apparaît en totale contradiction avec le volet « laïcité et transmission des valeurs républicaines » annoncée le 22 janvier 2015 comme étant « au cœur » de la Grande mobilisation de l’École. En tentant d’occuper le terrain par son idéologie du compromis permanent avec les religions, la Ligue de l’Enseignement confirme sa place parmi les acteurs de décennies d’affaiblissement de la laïcité en France. Comme l’Observatoire de la Laïcité ou encore l’Institut Européen des Sciences et de Religions (1) qui œuvrent également à ramener sans cesse les religions au cœur de la laïcité, alors que celle-ci a pour objet de les écarter de la sphère publique et de les remettre à leur place : l’espace civil, en assurant à chacun sa liberté de conscience et d’expression. Malheureusement, depuis les 7, 8 et 9 janvier 2015 et leurs suites, on a pu constater les ravages produits par cet affaiblissement de la laïcité.

C’est pourquoi l’UFAL demande à la Ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, de mettre fin à la diffusion de cette contrefaçon de la Ligue de l’enseignement, détournant la Charte de la laïcité à l’école. Il y va de la cohérence entre les actes et les paroles. L’UFAL appelle également tous les parents à refuser la substitution de cette affiche trompeuse dans les écoles de leurs enfants, et à exiger l’apposition de la véritable Charte de la Laïcité partout où elle fait encore défaut.

http://www.ufal.org/feminisme-et-la...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Non, la laïcité n’est pas le dialogue inter-religieux  !
20 février 2015 - 15h00 - Posté par PierreP

Je soutiens l’UFAL dans cette revendication.
On voit clairement que la Ligue pour l’Enseignement roule contre la laïcité sans oublier de l’instrumentaliser pour mieux nous perdre.
Au fait, pourquoi la Charte voulue par M Peillon n’est toujours pas affichée dans tous les établissements scolaires ? Qui bloque ?
J’irais même plus loin, je la ferais afficher dans tous les établissements publics, scolaires ou non. Et tant pis si ça choque, c’est aussi cela l’éducation politique du peuple (Ndr : en plus ça ne choque que les religieux conservateurs qui font beaucoup de bruit et de menaces pour empêcher la prise de conscience sereine).



Non, la laïcité n’est pas le dialogue inter-religieux  !
20 février 2015 - 19h54 - Posté par Alain Chancogne

J’irais même plus loin, je la ferais afficher dans tous les établissements publics, scolaires ou non.

A côté de la Constitution, na !!

Afin que nos mômes sachent qu’en sortant de l’école LA-ÏQUE, il éviteront le sacré HIC..du chômage et de la galère. !

Il est temps de" lever le voile.." sur ces DROITS que notre République..assure à nos enfants depuis que la France a déclaré la SEPARATION de la Glorification du PROFIT-DIEU...d’avec la nécessaire satisfaction ds BSOINS essentiels de TOUS

Me rappelle plus quand..

Mais c’est sous entendu , lisez bien !

5. Chacun a le devoir de travailler et le droit d’obtenir un emploi. Nul ne peut être lésé, dans son travail ou son emploi, en raison de ses origines, de ses opinions ou de ses croyances.

6. Tout homme peut défendre ses droits et ses intérêts par l’action syndicale et adhérer au syndicat de son choix.

7. Le droit de grève s’exerce dans le cadre des lois qui le réglementent.

8. Tout travailleur participe, par l’intermédiaire de ses délégués, à la détermination collective des conditions de travail ainsi qu’à la gestion des entreprises.

9. Tout bien, toute entreprise, dont l’exploitation a ou acquiert les caractères d’un service public national ou d’un monopole de fait, doit devenir la propriété de la collectivité.

10. La Nation assure à l’individu et à la famille les conditions nécessaires à leur développement.

11. Elle garantit à tous, notamment à l’enfant, à la mère et aux vieux travailleurs, la protection de la santé, la sécurité matérielle, le repos et les loisirs. Tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dans l’incapacité de travailler a le droit d’obtenir de la collectivité des moyens convenables d’existence.

12. La Nation proclame la solidarité et l’égalité de tous les Français devant les charges qui résultent des calamités nationales.

13. La Nation garantit l’égal accès de l’enfant et de l’adulte à l’instruction, à la formation professionnelle et à la culture. L’organisation de l’enseignement public gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l’Etat.

C’st ça, la REPUBLIQUE..

Trop de p’tits gamins , des Jeannot, des Mohamed, des Rachel de la Courneuve ou des quartiers NORD de Marseille Ignorent ce B-A BA de "nos valeurs "laïques et républicaines..

On ne leur apprend pas assez que la FRANCE a tenu à leur éviter
un chemin de .. CROIX, à ces fils de prolos ... ,ce qui leur ôte l’envie se révolter en. .PROTESTANT.. !

Et que tous les discours sur l’ECOLE qui assure l’égalité des chances, ce serait PIPEAU sans le respect de la Constitution...

VIVE la FRANCE du 11 janvier, ..nom de DIEU

L’UFAL va certainement se battre sur ce terrain.....

SINON ?

Moi je dis que ce sont des faux -culs !


Non, la laïcité n’est pas le dialogue inter-religieux  !
24 février 2015 - 04h57 - Posté par KHALDI

Pourquoi deux chartes pour la laïcité ?

« Travailler à faire connaitre la Bonne nouvelle du Salut » car « c’est le Christ qui est […] le fondement du projet éducatif de l’école catholique » . Tels sont les objectifs assignés par la conférence des évêques transcrit dans le statut de l’enseignement catholique publié en juin 2013. Ceux-ci confirment, s’il en était besoin, leur incompatibilité avec le principe de laïcité réaffirmé et encadré en octobre 2013 par la « charte de la laïcité à l’école » du ministère de l’éducation nationale.
Comme à l’accoutumé montent à l’assaut les soutiens, les plus divers du communautarisme et libéralisme scolaires : « Faut-il s’inquiéter de la charte de la laïcité dans les écoles ? », la Vie et la Croix 30 aout 2013 ; « Laïcité à l’école : la charte liberticide de Peillon » le Salon beige 3 septembre 2013 ; « La charte liberticide de Peillon – Peillon veut verrouiller l’expression des consciences au nom de la Laïcité à l’école – Peillon contre la liberté religieuse » ; « La Charte de la laïcité attaquée par le CFCM », Le Figaro 10 septembre 2013.

Au-delà des critiques de certains mouvements catholiques, d’autres tel le CEDEC défend et revendique la charte du ministre de l’Education nationale : « Ce texte rappelle clairement ce que permet la laïcité conformément à la Constitution française et aux lois portant sur ce sujet. Tout dérapage pour contourner les exigences ici rappelées entrerait ainsi dans le champ de l’illégalité. »

Les syndicats d’enseignants des établissements privés séparément ou collectivement demandent au ministre de l’éducation « d’imposer la charte de laïcité » et de travailler avec le programme « d’Éducation Morale et Civique -qui- est en train d’être élaboré » . Cette charte, dit la FEP-CFDT « n’est pas une menace pour le caractère propre des établissements sous contrat ».
Néanmoins, « L’enseignement catholique n’est pas un enseignement public bis » déclare la présidente nationale de l’Apel, et indique « on ne peut pas lui imposer ce document dans ses écoles. » Elle insiste sur une proposition qu’elle a faite à l’enseignement catholique « il faudrait que l’enseignement libre entame une réflexion afin de créer un document supplémentaire, complémentaire, qui fasse le lien entre cette charte et nos valeurs »
L’enseignement catholique, lui, n’a de cesse de « contourner ces exigences » ministérielles. Il part du principe que la morale prend nécessairement son enracinement dans les évangiles. Ses orientations pour la formation morale adoptées en avril 2014 « Au nom de l’Évangile, l’école catholique est attachée à la liberté des consciences – REMARQUONS CE PLURIEL -, à l’écoute des croyances dans leur diversité et accueillante aux différents parcours personnels. C’est pourquoi elle permet à chacun, au sein d’une communauté, de grandir en humanité, en répondant librement à sa vocation. » L’enseignement catholique s’apprête ainsi à contourner la loi d’orientation pour l’école du 8 juillet 2013 . Concernant la morale souhaitée par Vincent Peillon et inscrite aux programmes, le secrétaire général de l’enseignement catholique précise : « Dès lors que nous ne sommes pas dans la vulgate d’une pensée obligatoire, nous ne nous opposons pas à cet enseignement de la morale » mais selon la doctrine de l’Eglise.
L’enseignement catholique petit à petit se réapproprie cette doctrine, ainsi avant son éducation civique et morale chrétienne, le 16 avril 2010, à la surprise du monde éducatif, il avait pris l’initiative inédite de publier un « Guide », catéchèse de la bonne « éducation affective, relationnelle et sexuelle dans les établissements catholiques d’enseignement » .
Le 1er octobre 2013, lors de son point de presse, le secrétaire général de l’enseignement catholique avait évoqué la question de la Charte de la laïcité : « Le document ministériel ne s’applique pas aux établissements privés associés à l’Etat par contrat, et cela me paraît tout à fait logique. » « La laïcité républicaine, nous y adhérons pleinement. En revanche, la laïcité des établissements, nous ne pouvons y souscrire ». Pour son financement public, l’enseignement catholique adhère fictivement à la « laïcité républicaine » pour s’en affranchir au nom de sa liberté de convertir subventionnée. Les drapeaux tricolores et européens ainsi que la devise républicaine doivent selon la loi de 2013 être apposés aux frontons des établissements publics et privés financés par la puissance publique. Le secrétaire général de l’enseignement catholique propose d’y ajouter une parole d’Evangile. Un moyen selon lui de marquer à la fois « l’appartenance ecclésiale » de ces établissements et le partenariat qui les lie à l’État. Une façon aussi de s’arroger, illégalement le droit de représenter un réseau confessionnel alors que les établissements privés « à caractère propre » passent, un à un, contrat avec l’Etat qui ne peut déléguer à aucun culte cette reconnaissance institutionnelle ni à un « secrétaire général de l’enseignement catholique ».
Oui, la laïcité s’oppose à la reconnaissance institutionnelle de religions.
Cependant, l’enseignement catholique, financé par l’Etat, se transforme en structure de plus en plus ecclésiale. En effet, fin 2008, ce dernier devient « un service national de la conférence des évêques de France ». Alors que jusqu’ici, ce réseau fonctionnait sous tutelle d’une commission informelle de l’épiscopat encadrée par un évêque, l’entité « enseignement catholique » est ainsi devenue, désormais, un service direct de l’Église catholique. Cette modification fondamentale est passée sous silence. Le nouveau statut de l’enseignement catholique, de juin 2013, confirmera ce nouveau verrouillage des établissements sous contrat en renforçant le précédent statut de 1992. Le journal La Croix, le 26 mai 1992, commentait déjà en ces termes les orientations définies par la conférence des évêques : « L’Église reprend les rênes de l’école. » Aujourd’hui le même journal ne dit mot. C’est pourtant un retour à la loi Falloux de 1850 confirmé par le cardinal Vingt-Trois « Nous n’avons pas fait la réforme des statuts de l’enseignement privé mais la réforme de l’enseignement catholique. Il est d’abord confessionnel. Il a donc un caractère ecclésial ». Souvenons-nous pourtant de l’intervention de Michel Debré le 23 décembre 1959 à l’Assemblée nationale. Au moment du vote de la loi éponyme, il mettait en garde ceux qui avaient déjà, la tentation d’aller plus loin : « … il n’est pas concevable, pour l’avenir de la nation, qu’à côté de l’édifice public de l’Éducation nationale, l’État participe à l’élaboration d’un autre édifice qui lui serait en quelque sorte concurrent… ». Dans ses mémoires il rappellera opportunément : « Ni l’Église en tant que telle ni aucune association nationale ne peut être le partenaire du ministère de l’Éducation nationale ; la coopération des deux enseignements se fera donc à l’intérieur d’un service public pluraliste grâce à des contrats qui seront passés par l’éducation nationale avec des établissements. »
Michel Debré déclarait ne pas vouloir que sa loi s’inscrive dans une logique explicitement cléricale. Logique qui avait cours depuis la loi du 31 décembre 1941, abrogée en 1944, qui prévoyait des subventions aux établissements privés, grâce au décret du 7 janvier 1942 mentionnant à l’article 9 : « Lorsque l’école (privée) se reconnaît un caractère confessionnel et relève comme telle d’une autorité religieuse, cette autorité religieuse a seule qualité pour présenter les demandes de subvention et agir devant les commissions consultatives et supérieures. »

Une « Charte de la laïcité à l’école » peut en cacher une autre

Le groupe de presse Bayard (La Croix, Milan Presse, La Vie) affilié à la « Fédération des medias catholiques » a relayé largement les critiques et les réserves du secrétaire général de l’enseignement catholique sur la charte de la laïcité du ministère. La présidente nationale des parents de l’enseignement catholique appelle de ses vœux : « … un groupe de travail au sein de l’Enseignement catholique pour adapter cette charte à ses réalités et aider, en les formant, ses enseignants à en débattre avec les élèves et leurs parents. » Concomitamment, « Milan Presse et la Ligue de l’enseignement se sont associés pour créer la charte de la laïcité expliquée aux enfants. » . De fait, il n’est pas interdit de s’interroger sur les motivations profondes qui conduisent à l’émergence de cette deuxième charte de la laïcité lorsque l’on connait le soutien historique, inconditionnel de la « Fédération des medias catholiques » et de Milan Presse une de ses composantes à l’enseignement catholique.
Il est précisé sur le site de Milan : « Les textes ont été retravaillés avec la Ligue de l’enseignement, et illustré avec humour par le dessinateur. Cette séance d’actu accompagne la lecture et la compréhension de cette version de la Charte ». C’est donc bien une nouvelle version commentée sur le site de Milan Presse.
La réécriture de cette charte fait apparaitre la suppression du terme « laïcité » 12 fois et un ajout des termes « religion » ou « religieux » 7 fois. Le vocable laïcité est maintenu bien évidement dans le titre de la charte revue et les deux sous-titre. Il eût été difficile de les supprimer dans les intitulés ce document destiné à expliciter la laïcité.
Prenons l’article 2, le texte ministériel énonce : « La République laïque organise la séparation des religions et de l’État. L’État est neutre à l’égard des convictions religieuses ou spirituelles. Il n’y a pas de religion d’État ». La réécriture Ligue de l’Enseignement- Milan Presse devient : « La France n’impose pas de religion et n’en interdit aucune ». Certes, ce n’est pas totalement faux, mais très incomplet. Ainsi on évacue la neutralité de l’Etat à l’égard des religions. C’est une conception d’une « laïcité positive » revendiquée par l’enseignement catholique et ses soutiens, pour contrer la neutralité. « On n’impose pas la religion » disent-ils, « on la propose ». Ce deuxième texte ne dit pas autre chose. Cette démarche n’est-elle pas aussi revendiquée par les soutiens au statut d’Alsace Moselle pour perpétuer la reconnaissance de religions instituées ?
Autre article, le 9 : « La laïcité implique le rejet de toutes les violences et de toutes les discriminations, garantit l’égalité entre les filles et les garçons et repose sur une culture du respect et de la compréhension de l’autre. » indique la charte du ministère. Quant à la version revue : « À l’école, personne n’a le droit de t’insulter et de te faire violence. Personne ne peut être exclu à cause de sa religion, de son sexe ou de la couleur de sa peau. » L’article 9 est révélateur des intentions :"personne ne peut être exclu...". C’est toujours la loi du 15 mars 2004 sur les signes religieux qui est en jeu ! Cette loi ne s’applique d’ailleurs pas à l’enseignement catholique.

Dix jours après les annonces de la ministre de l’éducation, Najat Vallaud-Belkacem, pour « la défense des valeurs de l’école » – un plan en 11 mesures remettant à l’honneur la laïcité et les valeurs républicaines –, l’enseignement privé catholique a dévoilé, mardi 3 février, un pan important de sa mobilisation : le volet « formation morale ».

« Il peut y avoir plusieurs écoles dans la République ; il n’y a et il ne peut y avoir qu’une seule Ecole de la République » déclarait habilement Pierre Mauroy -Premier ministre de l’époque- lors du rassemblement du Bourget le 3 mai 1982, à la vive irritation des participants car il occultait ainsi la nécessité de remettre en cause le pluralisme scolaire institué et financé par l’Etat et en soutenait, de fait, le principe.

Eddy KHALDI
21/02/2015






14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
1 commentaire
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
2 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
7 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
4 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
1 commentaire
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires
Week-end de résistance et d’occupation contre le projet de Surf Park de Saint Père en Retz (44) le 20 et 21 Juillet 2019
dimanche 7 - 11h02
de : Collectif Terres Communes
POINTS DE NON-RETOUR [THIAROYE]
vendredi 5 - 20h16
de : Ernest London
1 commentaire
Alexandre Langlois réagit à son exclusion de 12 mois : « C’est une sanction politique » (vidéà)
vendredi 5 - 01h44
de : nazairien
Baccalauréat 2019 : Blanquer droit dans ses notes
jeudi 4 - 18h07
Le Président du Mexique Andrés Manuel Lopez Obrador reçoit des menaces !
jeudi 4 - 15h12
de : JO
L’Eau, c’est la vie : la "guerre de l’eaué a telle commencé, NESTLÉ : l’escroquerie du commerce de l’eau (vidéo)
mercredi 3 - 23h10
de : nazairien
2 commentaires
"Américan Dream" Peste bubonique à Los Angeles : la Californie sur le point de devenir un État du tiers-monde
mercredi 3 - 12h32
de : nazairien
2 commentaires
Amazon : plusieurs sites bloqués par des Gilets Jaunes et des écolos
mardi 2 - 11h06
de : nazairien
1 commentaire
Vilain Villani la suite à Grenoble chez Mandrin
lundi 1er - 23h19
de : PMO viaJYP
Collège République de Bobigny : Sud-éducation dénonce un article à charge de Libération
lundi 1er - 16h17
Accidents du travail : silence des ouvriers meurent :
lundi 1er - 08h43
de : jean 1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Devenir adulte, c'est apprendre à vivre dans le doute et à développer, au travers des expériences, sa propre philosophie, sa propre morale. Éviter le "prêt-à-penser". Hubert Reeves
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite