Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Solidarité internationaliste avec le processus révolutionnaire au Rojava !
de : Heval Azad
lundi 2 janvier 2017 - 19h16 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Notes sur un exposé de Heval Azad, de retour du Rojava, lors d’une réunion

Rappels sur les débuts de la guerre en Syrie

La guerre civile en Syrie a démarré suite au soulèvement populaire commencé en 2011 dans le cadre du « printemps arabe ». D’abord pacifique, la mobilisation exigeait le départ d’Assad et la démocratisation du régime. Des assemblées populaires s’étaient constituées dans certaines villes, avec retrait de la police. Mais ensuite Assad a envoyé l’armée dans ces villes. Dès fin 2011 il y a eu une militarisation du conflit, avec passage d’une partie des officiers du régime dans le camp de la rébellion. La réponse d’Assad a aussi été politique, avec quelques réformes purement formelles, dont la fin de l’état de siège en vigueur depuis années 1980 (mais Assad envoie dans le même temps des chars contre les insurgés), la fin officielle du rôle directeur du parti Baath et des élections avec plusieurs candidats (mais tous issus de son camp).

En parallèle, Assad a divisé l’opposition, en ouvrant la porte des prisons syriennes, notamment pour des anciens djihadistes, espérant qu’ils prendraient en main l’opposition. Un Conseil national syrien a été fondé en exil en 2011, mais l’opposition a été d’emblée très morcelée. Plusieurs Républiques ont été proclamées, mais sans lien entre elles. L’ASL s’est constituée en 2011 comme cartel de groupes, sous direction d’ex-officiers de l’armée officielle, mais sans cohésion organisationnelle ni idéologique, avec d’emblée une composante islamiste qui s’est développée avec le soutien des régimes voisins.

L’ASL a été vite concurrencée par d’autres groupes armés (avec lesquels elle coopère), notamment le front islamique et le front Al Nosra. Le Front islamique, créé en 2013, rassemble des groupes islamistes soutenus par la Turquie, l’Arabie saoudite et le Qatar. Une de ses principales composantes est Ahrar al-Cham, un groupe salafiste. Al Nosra est une émanation de l’État islamique en Irak (groupe formellement subordonné à Al-Qaïda), qui a introduit des méthodes nouvelles (comme les exécutions publiques, l’égorgement, des attentats-suicides etc.), bénéficié de financements de dignitaires de pays du Golfe et fait publiquement appel à des volontaires étrangers. Ce groupe a pris rapidement une importance de premier plan car efficace militairement, par son expérience du combat de guérilla que n’avaient pas les officiers de l’ASL. Par ailleurs, les États-Unis entraînent plusieurs groupes de l’ASL, avec des camps en Turquie et Jordanie, mais leur donnent peu de moyens et leurs soldats sont moins payés que ceux d’Al Nosra et moins bien équipés !

En 2013, l’État islamique en Irak proclame sa fusion avec Al Nosra : c’est la naissance de l’État islamique en Irak et au Levant, « Daesh » en arabe, sous la direction de Al-Baghdadi. Mais une partie minoritaire d’Al Nosra refuse, notamment son leader Al-Joulani : il en appelle à Al Qaida, qui tranche en faveur de Joulani et condamne la fusion ; Daesh rompt alors son allégeance à Al-Zawahiri, dirigeant d’Al Qaida. Mais sur le terrain, des formes de coopération perdurent, notamment sur le plan militaire. C’est le cas notamment lors de l’offensive de l’été 2014 : Daesh prend contrôle d’une grande partie du territoire irakien et syrien. C’est à partir de là que se met en place la coalition occidentale contre Daesch, mais la plupart des avions qui bombardent ne sont pas états-uniens, mais surtout britanniques et, depuis l’attentat de Paris, français (les États-Unis ont surtout un rôle de coordination).

La lutte du Rojava contre Assad, contre Daesh et contre l’armée turque

C’est dans ce contexte que se développe le processus révolutionnaire du Rojava. Les territoires du Nord de la Syrie, peu touchés par contestation en 2011, mais deux partis kurdes y interviennent : le PYD, lié au PKK de Turquie, et l’ENKS (Conseil national kurde de Syrie, lié au PDK de Barzani, président du Kurdistan irakien), qui agit avec l’opposition syrienne. Il y a alors deux organes de pouvoir parallèles, l’un dirigé par l’ENKS, l’autre par le PYD. En 2012, le PYD prend le contrôle des territoires du Nord syrien, encerclement des casernes du régime. Assad décide de ne pas combattre frontalement et de se retirer d’une partie du Kurdistan syrien pour se concentrer sur la répression de l’opposition arabo-sunnite. Mais il y a tout de même 1 000 morts dans les rangs des YPG, les milices armées dirigées par le PYD. Assad ne s’est pas retiré de tout le Rojava : encore aujourd’hui, il y contrôle des zones (surtout à Hesseké et Qamislo).

De plus, immédiatement, des forces rivales s’en prennent aux YPG, notamment des islamistes (dont certains sont affiliés à l’ASL) et Al Nosra (à Serêkaniyê notamment). D’où la réserve des YPG vis-à-vis de l’ASL et de l’« opposition syrienne ». Par ailleurs, le PYD ne rompt pas immédiatement tout lien avec le PDK. Mais cela change avec la bataille de Kobané à l’été 2014 : Daesh est à deux doigts de prendre le contrôle de la ville, la population résiste et la ville est reprise par les civils et les YPG, qui a distribué des armes aux habitant-e-s. Or, pendant la bataille, Barzani a refusé d’envoyer des soldats pour défendre Kobané (seule l’UPK de Talabani a envoyé des peshmergas défendre la ville). C’est à ce moment-là qu’intervient la rupture du PYD avec l’ENKS – mais celui-ci continue d’exister librement au Rojava.

Jusqu’à cette bataille de Kobané, les milices YPG se concevaient comme des milices d’auto-défense des Kurdes. Après, elles continuent d’avancer dans des zones majoritairement non-kurdes pour chasser Daesh. Elles créent alors les FSD (Forces de la Syrie démocratique), coalition de forces armées syriennes kurdes et non-kurdes, dont les YPG restent la composante majoritaire, et qui veulent renverser eux aussi Assad. Les FSD réclament un statut d’autonomie pour le Nord de la Syrie, auquel s’opposent tant le régime que l’opposition syrienne. En parallèle est créée l’Assemblée de la Syrie démocratique, chargée de rédiger la future Constitution. Par ailleurs, des groupes armés arabes issus de l’ASL (Jaish Al-Thuwar), des milices tribales (Al-Sanadid) ou chrétiennes (Sutoro) se sont alliés avec les YPG.

Le Rojava est composé initialement de trois cantons séparés, dont deux sont connectés géographiquement depuis l’été 2015. Il y en a un quatrième depuis l’été 2016, le canton de Şahba, entre Afrîn et Kobané ; canton majoritairement arabe et turkmène, il fait actuellement l’objet d’un grave conflit entre les FSD et l’armée turque. Pour connecter les cantons, il faut passez par une zone à majorité turkmène et la Turquie refuse que les Kurdes contrôlent ce territoire. À l’été 2016, elle y a pénétré, officiellement pour sa sécurité et pour faire une zone de réfugiés. Mais maintenant elle veut prendre la ville principale de cette zone (Al-Bab), contrôlée par Daesh, pour empêcher la jonction des cantons kurdes : la bataille se poursuit. En même temps, dans les groupes qui sur place sont avec la Turquie, il peut y avoir des ex-soldats de Daesh. On sait aussi que la Turquie a fourni des armes à Al Nosra qui, formellement, a rompu ses liens avec Al Qaida.

Sur la situation sociale, économique et politique au Rojava

Depuis le début de la crise syrienne, les organisations de gauche ont eu des positions ambiguës. Le PG et le PC ont eu pour posture de soutenir plus ou moins Assad en prétendant qu’il était plus progressiste que l’ASL, voire un peu anti-impérialiste. D’autres soutiennent l’ASL même aujourd’hui, alors qu’elle est dominée par des islamistes réactionnaires. Enfin, d’autres encore, notamment anarchistes, idéalisent le Rojava et la politique du PYD, comme si c’était Barcelone en 1936 (certains parlent même de « révolution anarchiste » et d« absence d’État », thème central de la doctrine politique du PKK et du PYD). Ce qui est vrai, c’est que, si le PKK était autrefois sur une ligne stalinienne, il a connu un changement d’idéologie depuis la fin des années 1990, notamment avec l’adoption du « confédéralisme démocratique », orientation qui prône la libre fédération de communes autonomes autogérées. Cependant, les structures et le fonctionnement du PKK ont en fait peu changé.

Certaines organisations prennent le Rojava comme un simple objet d’études, en s’interrogeant sur les rapports de classes, en constatant le maintien propriété privée, etc. Mais il faut bien voir que c’est un pays isolé, soumis à un blocus – la seule porte ouverte est vers le Kurdistan irakien de Barzani. Il y a une petite bourgeoisie marchande, des boutiquiers, qui peuvent avoir des portraits de Barzani, être encartés au PDK, moins pour des raisons idéologiques que parce que cela permet des marchés avec le Kurdistan irakien. La législation du Rojava autorise les entreprises étrangères, sous réserve d’une charte morale disant qu’il ne faut pas sous-payer les salariés, mais très peu y vont... Au début, Lafarge a essayé de rouvrir son usine, a d’abord négocié avec Daesh, ensuite avec le Rojava, mais n’a pas encore rouvert. Toute une « classe moyenne » (médecins, professeurs, avocats, ingénieurs...) a quitté le pays : le Rojava en manque car il est impossible de faire fonctionner les usines et l’économie sans ces compétences. D’où la volonté du PYD de faire venir des spécialistes qualifiés pour maintenir une économie très fragile. Le PYD est donc pris dans la contradiction entre le manque de capitaux et de main-d’œuvre qualifiée et le risque, s’il fait appel aux capitalistes, de subir leurs injonctions. Les discussions à ce sujet traversent les organisations, à commencer le PYD lui-même. Et différents groupes communistes poussent pour des mesures socialistes.

Sur le plan politique, le processus révolutionnaire du Rojava ouvre d’énormes perspectives pour la région. C’est la seule zone où l’on peut s’organiser librement. Le multipartisme est assuré. Les forces politiques qui proposent une alternative politique le font dans le cadre des structures officielles du Rojava. Les décisions locales sont prises au niveau local, avec une formes de démocratie directe, des assemblées populaires. Les décisions plus globales sont prises au niveau des cantons, où il y a des assemblées avec différents partis politiques. Certes, le PYD prend les grandes décisions politiques : il a un rôle moteur. Mais si ce n’était pas lui, ce serait l’ENKS lié à Barzani. Les partis en désaccord ou opposés au PYD ont toute liberté d’action s’ils ne prennent pas les armes contre le Rojava comme Daesh. Même l’ENKS, qui s’oppose au PYD, a le droit de fonctionner – y compris alors que Barzani arrête des soldats des YPG et collabore avec Turquie, même pour bombarder des camps du PKK... Des dirigeants de partis de gauche arabe syrienne sont souvent réfugiés au Rojava. C’est un sanctuaire pour les révolutionnaires de toute la région, Turcs, Iraniens, Syriens... C’est le seul endroit de la région où communistes, trotskystes, maoïstes, anarchistes, etc., peuvent s’organiser librement !

L’internationalisme révolutionnaire au Rojava

Au début, le PYD se voyait reprocher de manquer de perspectives internationalistes, voire de ménager un accord avec Assad contre l’opposition syrienne pour gagner l’autonomie du Rojava. Mais le regard sur la réalité a changé après Kobané. Des communistes turcs ont été les premiers à expliquer l’enjeu de solidarité internationaliste : ils ont eu l’idée de regrouper des révolutionnaires de différents courants dans des mêmes milices pour combattre auprès des YPG. Depuis l’été 2015, des communistes forment des milices autonomes à l’égard des YPG : on les intègre sur des critères politiques. À l’automne 2015, il y a eu un recrutement par Internet de volontaires étrangers par les YPG. C’était aussi pour faire connaître la situation au niveau international, les volontaires postant infos et photos sur Internet et sur les réseaux sociaux. Aujourd’hui, il y a beaucoup de volontaires étrangers, notamment turcs, qui participent à la lutte pour la libération nationale des Kurdes. Mais peu d’Européens – quelques Allemands, mais très peu de Français...

Indépendamment des critiques que l’on peut formuler sur la politique du PYD, il faut une perspective internationale, car le système bourgeois et la classe capitaliste sont internationaux. Pour la révolution mondiale, le processus révolutionnaire du Rojava est une avancée énorme. En ce sens, il doit être soutenu. Si l’on admet cela, il faut se demander quelles formes de solidarité. Que peut-on faire là-bas ? Le Rojava est décisif pour tous les révolutionnaires de la région (Iran, Turquie, Irak, reste de la Syrie...) qui peuvent s’y organiser librement, y être aidés et formés, avoir une base arrière. Pour nous, révolutionnaires européens, la situation est différente ; il ne s’agit pas de faire de l’humanitaire, mais il est intéressant et enrichissant de se former en côtoyant des militants kurdes et turcs, vu les résultats pratiques de leur politique (et malgré les divergences que personne ne songe à nier), leur longue expérience. C’est important aussi pour faire connaître le processus révolutionnaire... voire y participer.

Source : http://tendanceclaire.org/article.p...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Solidarité internationaliste avec le processus révolutionnaire au Rojava !
3 janvier 2017 - 00h28 - Posté par CD

Choisir le Rojava autonome contre les dictateurs et les islamistes.

Le président turc Erdogan se préoccupe moins de Daesh que de l’élimination des kurdes de Syrie . La chose est connue mais doit être ici répétée. Il annonçait "Nous n’accepterons aucune activité terroriste à ou près de nos frontières". Pour la seule journée du dimanche 29 août, un porte-parole de l’administration du Rojava a pu faire état de 75 civils tués - tous des Kurdes, aucun militant de Daesh. C’est assez dire. Mais ajoutons que depuis le mois de février 2016, Erdogan poursuit les 2 018 universitaires, signataires d’une pétition exigeant l’arrêt des violences au sud-est de la Turquie. La dictature se manifeste par les arrestations, accusations pour terrorisme, gardes-à-vue renvoi sans préavis, etc… Ce dictateur est impitoyable et ne mérite que d’être marginalisé par la communauté internationale.

Tout comme Bachar el Assad qui bénéficie lui d’un regain de considération mais uniquement du fait de la présence devenue massive d’islamistes bien plus barbares que lui encore. Entre 2011 et 2016 les choses ont beaucoup évoluées.

Pour Erdogan les forces kurdes syriennes (YPG) sont une émanation du PKK ( Parti des travailleurs du Kurdistan) et le PKK est assimilé à Daesh . Pour autant, c’est surtout et même exclusivement les forces kurdes qui sont bombardées en Syrie du Nord, sur le territoire de Rojava qui a été soustrait grâce aux Kurdes à l’emprise d’Assad comme de Daesh.

La question de la solidarité avec les forces autonomistes kurdes de cette région est nécessaire. Il y a là un projet démocratique et laïque qui nous éloignent aussi bien des dictateurs que sont Erdogan en Turquie et Assad en Syrie mais aussi de Daesh et des autres islamistes qui sévissent en Syrie. 5000 sont venus d’Irak gonfler les rangs de trois groupes pétris d’une idéologie hyper-réactionnaire contre les femmes mais aussi contre les hommes soucieux d’égalité et de liberté. Cela est assez rare pour être souligné. Il importe donc de suivre l’évolution de la situation dans cette zone et de savoir comment la solidarité peut se manifester.

Christian DELARUE

A partir de "Pourquoi le Rojava ne doit pas périr"






Gauche homard et gauche caviar : Débat pour en sortir !
dimanche 21 - 10h48
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Mort d’Adama Traoré : le « J’accuse ! » de sa sœur Assa (repris par le yéti blog)
samedi 20 - 17h52
de : nazairien
les deux actions du 18 juillet
jeudi 18 - 23h19
de : Jean-Yves Peillard
À LA LIGNE - Feuillets d’usine
jeudi 18 - 19h09
de : Ernest London
Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
1 commentaire
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
1 commentaire
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
2 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
12 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
2 commentaires
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
3 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le problème aujourd'hui n'est pas l'énergie atomique, mais le coeur des hommes. L'Etat est notre serviteur et nous n'avons pas à en être les esclaves. Albert Einstein
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite