Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Marche du 23 septembre contre le coup d’État social (vidéo)
dimanche 24 septembre
de Jean-Luc Mélenchon
Le samedi 23 septembre 2017, 150 000 personnes se sont rassemblées place de la République pour s’opposer au coup d’État social d’Emmanuel Macron. Jean-Luc Mélenchon a expliqué que la bataille contre les ordonnances de Macron ne faisait que commencer et a appelé la jeunesse à se mobiliser. Il a lancé un appel aux organisations syndicales pour qu’elles prennent la tête d’une ample mobilisation à laquelle les insoumis apporteront leur (...)
Lire la suite, commenter l'article...

La filière bois mérite-t-elle autant de subventions ?
de : Laurent Benoit
jeudi 17 août 2017 - 18h44 - Signaler aux modérateurs

La filière bois, regroupant l’ensemble des acteurs qui cultive, coupe, transporte, transforme, commercialise et recycle le bois, bénéficie d’un soutien public et de subventions en nette hausse par rapport à 2016. Les arguments de « filière propre », d’habitat respectueux de l’environnement, et de défense de l’économie locale sont souvent avancés pour justifier ces aides à une filière se présentant comme structurellement en difficultés. Mais à y regarder de plus près, ces prétextes avancés ne sont pas tout à fait exacts.

Coup de projecteur sur les aides apportées à la filière bois

910 millions d’euros de subventions par an : c’est, en substance, le montant que dénonçait en 2015 un rapport de la Cour des comptes intitulé « Les soutiens à la filière bois », tout en déplorant le fait que « la gouvernance actuelle de la filière ne permet pas d’apporter une cohérence à ces soutiens dispersés ». Pour la décennie à venir (2016-2026), les aides apportées à la filière bois sont regroupées au sein du « programme national de la forêt et du bois ». Ce dernier a été voté le 13 octobre 2014 en même temps que la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt, et ratifié par décret en février 2017 par l’ancien ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll. Ce programme, définissant la politique forestière française publique et privée, en métropole comme dans en Outre-mer, a notamment pour but d’augmenter la récolte de bois et de développer ses usages dans la construction.

Pour ce faire, l’Etat entend notamment actionner deux leviers. Premièrement, en augmentant la commande publique pour ainsi « favoriser le réflexe de prescription du bois (1) ». Dans cette optique, la PPE (Programmation pluriannuelle de l’énergie) anticipe un développement « maitrisé » du bois énergie d’ici 2023. Selon actu-environnement.com, le potentiel est estimé, à l’horizon 2026, à 2,3 Mtep (millions de tonnes équivalent pétrole). Deuxièmement, l’Etat a prévu d’allouer 28 millions d’euros (contre 10 millions auparavant) au fonds stratégique d’investissement pour le bois. Ces moyens supplémentaires ont pour but de « servir d’effet levier pour atteindre, avec les autres co-financeurs : Europe, régions, fonds privés, BPI (Banque Publique d’investissement) BEI (Banque Européenne d’Investissement), l’objectif des 100 millions d’euros d’investissements nécessaires, [afin, selon le ministre de] moderniser la filière d’amont en aval (2) ». Derrière ces montants conséquents, une filière bois qui a habilement su mettre en avant certains arguments auprès des décideurs politiques (comme l’emploi et l’environnement), tout en faisant du bois une solution d’avenir aussi bien dans le domaine de l’énergie que dans celui de la construction. Mais qu’en est-il réellement ?

La filière bois : quelle production pour quels emplois ?

L’idée de ce renforcement des subventions est qu’en soutenant la filière bois, on soutient l’économie française via un soutien aux acteurs locaux sur l’ensemble des territoires, sachant qu’un tiers du territoire national est boisé. En octobre 2016, le département de la Lozère, à travers un colloque intitulé l’appel de Mende, a ainsi lancé « un cri d’alarme à destination du gouvernement pour redynamiser la filière en difficulté ». Acteur majeur du département et pourvoyeur de 2000 emplois en Lozère, le bois serait une filière pourvoyeuse d’emplois et créatrice d’emplois au niveau local.

Pourtant, d’après le Marché français des sciages FNB, et malgré les importantes subventions déjà accordées à la filière, 60% des sciages utilisés en construction sont importés. Les conifères le seraient même à hauteur de 90% (3). Le bois de construction, lorsqu’il est importé, vient même parfois de loin. Dans les magazines des enseignes de grande distribution et de bricolage, il n’est pas rare de voir comme provenance : Russie (forêts sibériennes en l’occurrence), Finlande, Brésil, Indonésie, Canada… Il est évident que ces importations ne soutiennent pas l’emploi Français.

En outre, d’après une enquête annuelle de l’Agreste, le « rapport PIPAME », avec 54% des forêts déjà exploités, 30% non exploitables et 16% utilisées à l’exportation, les perspectives de déploiement de la filière bois sont assez contraintes, limitant ainsi les possibilités fixées par le programme national d’« augmenter la récolte de bois et ses usages dans la construction ». Or, à force d’augmenter le soutien financier à une filière qui ne peut pas matériellement produire plus, le contribuable risque de s’interroger sur la véritable destination de l’argent : n’est-on pas surtout en train de favoriser des importations de bois pour alimenter l’activité de nos scieries ? Répondre par l’affirmative ne serait pas forcément dramatique si la filière ne surjouait pas des arguments écologiques pour justifier cette situation. Or, en la matière, il y a à redire.

Le bois est écologique : oui, au début…

En matière de développement durable et de filière propre, l’industrie du bois n’est pas exempte de critiques, et la réalité des pratiques de production et d’exploitation ne s’embarrasse pas toujours de considérations écologiques. En premier lieu, si les propriétés naturelles du bois permettent d’absorber, pendant sa croissance, 1 tonne de CO2 par m3, en fin de vie, lorsque le bois se décompose ou qu’il brûle, il redégage ce CO2 absorbé, annulant ainsi en grande partie le bénéfice antérieur. Faire du bois-énergie une énergie « verte » est quelque peu abusif : renouvelable, oui ; propre ou recyclable, non.

De plus, les distances de transport de la filière bois sont souvent très importantes. En moyenne : environ 110 kilomètres de la forêt à la scierie et 500 kilomètres entre la scierie et le chantier. Mais cela ne vaut que pour le bois « Made in France » : lorsqu’une tonne de bois est importée de Suède, par exemple, ce n’est pas moins de 230 kg de CO2 qui sont dégagés dans l’atmosphère, rien que lors du transport. Mais ce n’est pas tant en amont de la filière que les approximations sur la réalité du bois sont les plus alarmantes, qu’en aval : les usages du bois en construction, répondant à une certaine mode la construction estampillée « nature », véhiculent nombre de mensonges et d’omissions sur la réalité du produit.

Des constructions en bois écologiques…

Techniquement parlant, le choix du bois est déjà discutable. En effet, à l’heure des bâtiment « basse consommation », ou même des BEPOS (Bâtiments à énergie positive), le bois n’est pas le meilleur des composants pour isoler les habitations. Son inertie thermique, c’est-à-dire sa capacité à absorber de la chaleur ou à la restituer, est classée « légère » voire « très légère » d’après la règle Th-I RT2012, FCBA. En été, l’utilisation de la climatisation pour pallier les trop fortes chaleurs et le chauffage en hiver ne permettront pas de respecter les normes HQE, dont l’ambition est d’améliorer le confort et la santé des usagers d’un bâtiment et de limiter son impact sur l’environnement.

Mais d’autres éléments peu connus du public remettent en cause les propriétés écologiques des constructions en bois. Tout d’abord, il faut savoir que pour chaque construction, le bois subit des traitements chimiques indispensables et lourds dont certains sont classés par l’EPA (Agence de protection de l’environnement américaine) et l’OMS comme cancérogènes : vernis, peintures, fongicides, insecticides, traitements ignifugés… Le bois reçoit quantités de produits chimiques pour devenir apte à servir en construction, produits qu’il restitue d’ailleurs rapidement dans l’environnement. En effet, le bois émet toute sa vie durant des COV pour « Composants organiques volatiles ». Certains sont d’origine naturelle et irritants, comme le terpène, mais la plupart est d’origine chimique (issus des traitements) comme le formaldéhyde, pouvant entrainer des irritations, des allergies, voire des cancers dans les cas d’expositions longues et répétées.

D’autre part, lorsqu’on étudie le cycle de vie du bois dans la construction, il ne faut pas négliger qu’il constituera un jour un déchet de construction (après démolition ou travaux notamment). Or le bois se recycle très mal et laisse 20% de déchets classés comme dangereux (car massivement traités). Ces déchets ultimes posent la question délicate de la gestion de leur devenir, une question sur laquelle glisse le filière bois dans son ensemble, comme sur la totalité des points soulevés ici : il ne s’agira pas de tarir le flot des subventions.

Bien que la filière ait pourtant depuis longtemps absorbé le choc conjoncturel de la tempête de 1999, il faut bien continuer de favoriser la demande et trouver des débouchés pour un bois pourtant largement importé. Pour se faire, la filière bois n’hésite pas à soutenir une mode de la construction en bois, dont on ne mesure pas encore pleinement la nocivité.

1. https://www.actu-environnement.com/... 2. http://www.fncofor.fr/fonds-strateg... 3. http://observatoire.franceboisforet...



Imprimer cet article





"Tout sauf humaine" : Muriel Pénicaud vue par des salariés de Business France (video)
lundi 25 - 18h46
de : Complément d’enquête
TOUS ENSEMBLE dans les grèves et les blocages et vers une manifestation nationale
lundi 25 - 18h21
de : Front Syndical de classe
Vif échange entre Raquel Garrido (FI) et Ruth Elkrief (BFM) à propos de la démocratie (video)
lundi 25 - 18h18
de : La Luciole Mélenchantée
D’une manière certaine
lundi 25 - 16h24
de : L’iena rabbioso
Affaire Business France : Muriel Pénicaud était "informée de tout"
lundi 25 - 16h02
Après la marche, la démarche
lundi 25 - 15h50
de : Jean-Luc Mélenchon
Fête du livre des éditions Noir et Rouge Paris, samedi 30 septembre 2017
lundi 25 - 14h03
de : frank
30 000 personnes à la manifestation du 23 ? Vraiment ?? (8 videos)
lundi 25 - 12h33
de : Les Insoumis Charente-Maritime
Macron hué à Marseille (video)
lundi 25 - 12h11
Le patron de FO, Jean-Claude Mailly, estime que Muriel Pénicaud « fait le job ».
lundi 25 - 11h39
de : Marie-Cécile Renault
La marche du peuple et la diversion
lundi 25 - 11h11
de : Jean-Luc Mélenchon
1 commentaire
La Résistance dans la rue face à la collaboration par Léon Landini résistant FTP MOI
lundi 25 - 11h09
de : Léon Landini
EN DIRECT- Loi travail : les chauffeurs routiers bloquent plusieurs sites
lundi 25 - 10h00
de : Luc Lenoir
Insoumission au Parlement et dans la rue, partout !
lundi 25 - 00h48
de : Christian DELARUE
Bastille !
dimanche 24 - 21h47
de : Gilles
manif rassemblement mardi 26 septembre devant sous préf Montargis 17h30 pour les contrats aidés EVS des écoles
dimanche 24 - 18h12
de : le Rouge-gorge
Sénatoriale , Macron et du Cynisme !
dimanche 24 - 14h05
1 commentaire
Marche du 23 septembre contre le coup d’État social (vidéo)
dimanche 24 - 11h07
de : Jean-Luc Mélenchon
Et maintenant ?
dimanche 24 - 10h43
de : LE BRIS RENE
Alors, Laurent Joffrin : Le Pen ou Le Che ?
vendredi 22 - 21h49
1 commentaire
Loi travail : la contestation cherche un second souffle
vendredi 22 - 17h39
Contre le coup d’état social
vendredi 22 - 15h40
Et si la presse se portait plus mal encore que ce qu’on pouvait l’imaginer…
vendredi 22 - 15h13
de : Jacques Cotta
La France Insoumise doit se glisser dans tous les interstices de la société – Entretien avec Manuel Bompard
vendredi 22 - 12h51
Un ex-dirigeant de Lafarge reconnaît des versements d’argent à Daech en Syrie
vendredi 22 - 12h39
Rappel : 8 français sur 10 n’ont pas voté pour Macron : Une autre analyse des résultats
vendredi 22 - 12h36
de : clab
Stop à la dispersion des manifestations (pétition)
vendredi 22 - 12h13
de : Front Social
Stéphane Sirot : « Les syndicats devraient reconsidérer les vertus des grèves reconductibles »
vendredi 22 - 12h00
VENEZUELA - Journée mondiale - Plan d’action
vendredi 22 - 09h36
de : Jo Hernandez
Quand Pierre Laurent appelait à voter Najat Valaud Belkacem
jeudi 21 - 19h59
de : Stafed
Mutuelle ex-Audiens et MRSCC : un devoir de transparence
jeudi 21 - 17h23
de : Observateur bien informé
Manif Soutien aux Catalans, Pau Vendredi 22 sept. 19h
jeudi 21 - 07h35
1 commentaire
Coup d’état social / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 21 - 02h47
de : Hdm
LA RÉVOLTE DES TERRES
mercredi 20 - 17h04
de : Ernest London
Code du Travail : FO accusé d’avoir réprimandé des militants ayant manifesté
mercredi 20 - 14h38
Emmanuel Macron, un mauvais président pour 56% des Français
mercredi 20 - 12h10
Coup d’État en Catalogne : la Guardia Civil prend d’assaut le gouvernement catalan (video)
mercredi 20 - 11h59
de : Antoine Gasquez
Le généreux cadeau à 300 millions d’Emmanuel Macron aux banquiers et assureurs les plus riches
mercredi 20 - 11h07
de : Hadrien Mathoux
1 commentaire
VENEZUELA : Les Etats-Unis ne sont pas les Maîtres du monde
mercredi 20 - 10h44
de : JO
23 septembre à la Bastille : la marche contre le coup d’État social
mercredi 20 - 07h59
de : Pierrick Tillet

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

C'est par nos pensées, nos paroles et nos actions, individuellement et collectivement, que nous façonnons nos lendemains. Sagesse Tsagali
Facebook Twitter Google+
Info Com-CGT.jpg
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
Marche du 23 septembre contre le coup d’État social (vidéo)
dimanche 24 septembre
de Jean-Luc Mélenchon
Le samedi 23 septembre 2017, 150 000 personnes se sont rassemblées place de la République pour s’opposer au coup d’État social d’Emmanuel Macron. Jean-Luc Mélenchon a expliqué que la bataille contre les ordonnances de Macron ne faisait que commencer et a appelé la jeunesse à se mobiliser. Il a lancé un appel aux organisations syndicales pour qu’elles prennent la tête d’une ample mobilisation à laquelle les insoumis apporteront leur (...)
Lire la suite
Contre le coup d’état social
vendredi 22 septembre
Samedi 23 septembre 2017, donnons-nous rendez-vous à 14h00, place de la Bastille à Paris pour une marche contre le coup d’État social d’Emmanuel Macron, qui veut détruire le code du travail à coup d’ordonnances.
Lire la suite
Stop à la dispersion des manifestations (pétition)
vendredi 22 septembre
de Front Social
Signez cette pétition ici : https://www.change.org/p/stop-%C3%A... À travers cette pétition, nous proposons la tenue d’une table ronde permettant à tous les acteurs du mouvement social de s’entendre et proposer au plus vite une feuille de route unique et des actions communes... Amis et camarades, Comme vous, nous constatons que le programme de Macron n’épargne personne, des étudiants aux retraités, des jeunes bénéficiant de contrats aidés aux assurés sociaux, des (...)
Lire la suite
Stéphane Sirot : « Les syndicats devraient reconsidérer les vertus des grèves reconductibles »
vendredi 22 septembre
À la veille de la présentation des ordonnances, les syndicats opposés à la réforme du code du travail ont manifesté et appelé à la grève. Ces mobilisations traditionnelles sont-elles encore efficaces ? L’éclairage de Stéphane Sirot, historien du mouvement ouvrier. Regards. Après 1936 et 1968, la France est le pays de la grève générale, mais en pratique, depuis 1995, on évalue le rapport de forces dans la rue, en comptant le nombre de manifestants… La manifestation a-t-elle (...)
Lire la suite
FÊTE DE L’HUMANITÉ : 3 JOURS POUR AGIR ET SE FAIRE PLAISIR
jeudi 14 septembre
de Info’Com-CGT
Venez échanger, débattre, discuter partager, vous amuser, partager un verre sur le stand d’Info’Com-CGT à la Fête de l’Humanité, avenue Lousie-Michel. :: : Concerts Roadmaster Officiel, Paul Exploit, Damien Accordémon, Palabre, Boris Pelosof :: : Débats Samedi 10 h 30 Inauguration du journal Moins Une, suivi du débat : Faire sauter le verrou médiatique : quelles initiatives pour une information indépendante ? Premiers invités : Pierre Souchon, rédacteur en chef (...)
Lire la suite
Les rendez-vous secrets de Berger et Mailly au ministère et au Château
jeudi 7 septembre
C’est le Canard enchaîné qui révèle les rencontres cachées aux travailleurs comme aux militants de leurs propres organisations de Berger et Mailly avec Macron le 28 août dernier, ce dernier ainsi que le premier ministre voulant " s’assurer qu’ils tenaient bien leurs troupes" !!! Afin de faire accepter la démolition du Code du travail contre de soit-disant contre-parties ! Des raisons supplémentaires pour que les travailleurs expriment leur colère et leur détermination le (...)
Lire la suite
LE 12 SEPTEMBRE, TOUS EN GRÈVE ET DANS LA RUE CONTRE LA LOI TRAVAIL XXL
jeudi 7 septembre
de Info’Com-CGT
Le gouvernement a présenté, ses ordonnances qui vont supprimer ou fragiliser de nombreux droits et continuer à déconstruire le Code du travail. L’heure n’est pas à baisser les bras ! Soyons déterminés dans cette lutte qui doit être la plus importante de ces dernières années car celles et ceux qui défendent ces ordonnances libérales veulent en réalité en finir avec nos acquis et conquis. Cette régression sociale ne se limite d’ailleurs pas qu’au Code du travail. Le (...)
Lire la suite