Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

La filière bois mérite-t-elle autant de subventions ?
de : Laurent Benoit
jeudi 17 août 2017 - 18h44 - Signaler aux modérateurs

La filière bois, regroupant l’ensemble des acteurs qui cultive, coupe, transporte, transforme, commercialise et recycle le bois, bénéficie d’un soutien public et de subventions en nette hausse par rapport à 2016. Les arguments de « filière propre », d’habitat respectueux de l’environnement, et de défense de l’économie locale sont souvent avancés pour justifier ces aides à une filière se présentant comme structurellement en difficultés. Mais à y regarder de plus près, ces prétextes avancés ne sont pas tout à fait exacts.

Coup de projecteur sur les aides apportées à la filière bois

910 millions d’euros de subventions par an : c’est, en substance, le montant que dénonçait en 2015 un rapport de la Cour des comptes intitulé « Les soutiens à la filière bois », tout en déplorant le fait que « la gouvernance actuelle de la filière ne permet pas d’apporter une cohérence à ces soutiens dispersés ». Pour la décennie à venir (2016-2026), les aides apportées à la filière bois sont regroupées au sein du « programme national de la forêt et du bois ». Ce dernier a été voté le 13 octobre 2014 en même temps que la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt, et ratifié par décret en février 2017 par l’ancien ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll. Ce programme, définissant la politique forestière française publique et privée, en métropole comme dans en Outre-mer, a notamment pour but d’augmenter la récolte de bois et de développer ses usages dans la construction.

Pour ce faire, l’Etat entend notamment actionner deux leviers. Premièrement, en augmentant la commande publique pour ainsi « favoriser le réflexe de prescription du bois (1) ». Dans cette optique, la PPE (Programmation pluriannuelle de l’énergie) anticipe un développement « maitrisé » du bois énergie d’ici 2023. Selon actu-environnement.com, le potentiel est estimé, à l’horizon 2026, à 2,3 Mtep (millions de tonnes équivalent pétrole). Deuxièmement, l’Etat a prévu d’allouer 28 millions d’euros (contre 10 millions auparavant) au fonds stratégique d’investissement pour le bois. Ces moyens supplémentaires ont pour but de « servir d’effet levier pour atteindre, avec les autres co-financeurs : Europe, régions, fonds privés, BPI (Banque Publique d’investissement) BEI (Banque Européenne d’Investissement), l’objectif des 100 millions d’euros d’investissements nécessaires, [afin, selon le ministre de] moderniser la filière d’amont en aval (2) ». Derrière ces montants conséquents, une filière bois qui a habilement su mettre en avant certains arguments auprès des décideurs politiques (comme l’emploi et l’environnement), tout en faisant du bois une solution d’avenir aussi bien dans le domaine de l’énergie que dans celui de la construction. Mais qu’en est-il réellement ?

La filière bois : quelle production pour quels emplois ?

L’idée de ce renforcement des subventions est qu’en soutenant la filière bois, on soutient l’économie française via un soutien aux acteurs locaux sur l’ensemble des territoires, sachant qu’un tiers du territoire national est boisé. En octobre 2016, le département de la Lozère, à travers un colloque intitulé l’appel de Mende, a ainsi lancé « un cri d’alarme à destination du gouvernement pour redynamiser la filière en difficulté ». Acteur majeur du département et pourvoyeur de 2000 emplois en Lozère, le bois serait une filière pourvoyeuse d’emplois et créatrice d’emplois au niveau local.

Pourtant, d’après le Marché français des sciages FNB, et malgré les importantes subventions déjà accordées à la filière, 60% des sciages utilisés en construction sont importés. Les conifères le seraient même à hauteur de 90% (3). Le bois de construction, lorsqu’il est importé, vient même parfois de loin. Dans les magazines des enseignes de grande distribution et de bricolage, il n’est pas rare de voir comme provenance : Russie (forêts sibériennes en l’occurrence), Finlande, Brésil, Indonésie, Canada… Il est évident que ces importations ne soutiennent pas l’emploi Français.

En outre, d’après une enquête annuelle de l’Agreste, le « rapport PIPAME », avec 54% des forêts déjà exploités, 30% non exploitables et 16% utilisées à l’exportation, les perspectives de déploiement de la filière bois sont assez contraintes, limitant ainsi les possibilités fixées par le programme national d’« augmenter la récolte de bois et ses usages dans la construction ». Or, à force d’augmenter le soutien financier à une filière qui ne peut pas matériellement produire plus, le contribuable risque de s’interroger sur la véritable destination de l’argent : n’est-on pas surtout en train de favoriser des importations de bois pour alimenter l’activité de nos scieries ? Répondre par l’affirmative ne serait pas forcément dramatique si la filière ne surjouait pas des arguments écologiques pour justifier cette situation. Or, en la matière, il y a à redire.

Le bois est écologique : oui, au début…

En matière de développement durable et de filière propre, l’industrie du bois n’est pas exempte de critiques, et la réalité des pratiques de production et d’exploitation ne s’embarrasse pas toujours de considérations écologiques. En premier lieu, si les propriétés naturelles du bois permettent d’absorber, pendant sa croissance, 1 tonne de CO2 par m3, en fin de vie, lorsque le bois se décompose ou qu’il brûle, il redégage ce CO2 absorbé, annulant ainsi en grande partie le bénéfice antérieur. Faire du bois-énergie une énergie « verte » est quelque peu abusif : renouvelable, oui ; propre ou recyclable, non.

De plus, les distances de transport de la filière bois sont souvent très importantes. En moyenne : environ 110 kilomètres de la forêt à la scierie et 500 kilomètres entre la scierie et le chantier. Mais cela ne vaut que pour le bois « Made in France » : lorsqu’une tonne de bois est importée de Suède, par exemple, ce n’est pas moins de 230 kg de CO2 qui sont dégagés dans l’atmosphère, rien que lors du transport. Mais ce n’est pas tant en amont de la filière que les approximations sur la réalité du bois sont les plus alarmantes, qu’en aval : les usages du bois en construction, répondant à une certaine mode la construction estampillée « nature », véhiculent nombre de mensonges et d’omissions sur la réalité du produit.

Des constructions en bois écologiques…

Techniquement parlant, le choix du bois est déjà discutable. En effet, à l’heure des bâtiment « basse consommation », ou même des BEPOS (Bâtiments à énergie positive), le bois n’est pas le meilleur des composants pour isoler les habitations. Son inertie thermique, c’est-à-dire sa capacité à absorber de la chaleur ou à la restituer, est classée « légère » voire « très légère » d’après la règle Th-I RT2012, FCBA. En été, l’utilisation de la climatisation pour pallier les trop fortes chaleurs et le chauffage en hiver ne permettront pas de respecter les normes HQE, dont l’ambition est d’améliorer le confort et la santé des usagers d’un bâtiment et de limiter son impact sur l’environnement.

Mais d’autres éléments peu connus du public remettent en cause les propriétés écologiques des constructions en bois. Tout d’abord, il faut savoir que pour chaque construction, le bois subit des traitements chimiques indispensables et lourds dont certains sont classés par l’EPA (Agence de protection de l’environnement américaine) et l’OMS comme cancérogènes : vernis, peintures, fongicides, insecticides, traitements ignifugés… Le bois reçoit quantités de produits chimiques pour devenir apte à servir en construction, produits qu’il restitue d’ailleurs rapidement dans l’environnement. En effet, le bois émet toute sa vie durant des COV pour « Composants organiques volatiles ». Certains sont d’origine naturelle et irritants, comme le terpène, mais la plupart est d’origine chimique (issus des traitements) comme le formaldéhyde, pouvant entrainer des irritations, des allergies, voire des cancers dans les cas d’expositions longues et répétées.

D’autre part, lorsqu’on étudie le cycle de vie du bois dans la construction, il ne faut pas négliger qu’il constituera un jour un déchet de construction (après démolition ou travaux notamment). Or le bois se recycle très mal et laisse 20% de déchets classés comme dangereux (car massivement traités). Ces déchets ultimes posent la question délicate de la gestion de leur devenir, une question sur laquelle glisse le filière bois dans son ensemble, comme sur la totalité des points soulevés ici : il ne s’agira pas de tarir le flot des subventions.

Bien que la filière ait pourtant depuis longtemps absorbé le choc conjoncturel de la tempête de 1999, il faut bien continuer de favoriser la demande et trouver des débouchés pour un bois pourtant largement importé. Pour se faire, la filière bois n’hésite pas à soutenir une mode de la construction en bois, dont on ne mesure pas encore pleinement la nocivité.

1. https://www.actu-environnement.com/... 2. http://www.fncofor.fr/fonds-strateg... 3. http://observatoire.franceboisforet...



Imprimer cet article





SOLIDARITE UGTG - NON A LA REPRESSION ANTI SYNDICALE EN GUADELOUPE
jeudi 22 - 21h26
de : UNION GENERALE DES TRAVAILLEURS DE GUADELOUPE
Sur le principe du multiplicateur keynésien
jeudi 22 - 16h07
de : Jean-Pierre Beux
Italie, Rome : 22 févr. 1980 Valerio Verbano était assassiné (video)
jeudi 22 - 15h47
de : Roberto Ferrario
Vous paierez tout et vous paierez cher, vous les capitalistes ! Milan, 1975 (vidéo complète)
jeudi 22 - 14h13
de : Roberto Ferrario
Khaled Issa : « Il n’y a pas de réaction à la hauteur de la gravité de la situation à Afrin »
jeudi 22 - 13h08
de : Azad Kurkut
La vie en intérim / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 22 - 12h36
de : Hdm
Expulsion en cours au bois Lejuc
jeudi 22 - 10h21
Bure : au moins 15 arrestations lors de l’évacuation des opposants, au projet Cigéo, de la ZAD de Bure (video)
jeudi 22 - 10h03
1 commentaire
Bure Expulsion en cours
jeudi 22 - 07h58
de : Jean-Yves Peillard
2 commentaires
Intégrisme religieux, laïcité , émancipation, marxisme (tmi)
mercredi 21 - 23h56
de : Christian DELARUE
LA DETTE ET LE DEMANTELEMENT DE LA SNCF… CERTAINS ESPERENT SE REGALER !
mercredi 21 - 20h29
de : Nemo3637
A Lacq, l’industrie pollue gratuitement et impunément grâce à des élus locaux anti-écologie
mercredi 21 - 19h29
de : jean 1
VENEZUELA : création d’une criptomonnaie basée sur les ressouces naturelles du pays !
mercredi 21 - 18h05
de : JO
Israël : Benyamin Nétanyahou fragilisé par un nouveau scandale
mercredi 21 - 13h35
de : Cyrille Louis
LA QUESTION KURDE
mardi 20 - 20h26
de : Ernest London
OR GRIS
mardi 20 - 19h23
de : MARTINE LOZANO
Confirmation de la crétinisation du monde
mardi 20 - 19h19
de : PMO viaJYP
Italie. Ils veulent redonner le pouvoir au peuple
mardi 20 - 11h12
de : Gaël De Santis via FR
Ses Camarades qui ont été fusillés le 21 février 1944 au Mont Valérian (video)
mardi 20 - 10h37
de : Bernadette Leydier
Les fréquentations antisémites de la droite israélienne
mardi 20 - 10h02
de : CAPJPO-EuroPalestine
Comment 200 000 représentants du personnel vont perdre leur statut de salariés protégés
mardi 20 - 08h31
DE L’ESCLAVAGE : PLAIDOYER POUR JOHN BROWN
lundi 19 - 16h54
de : Ernest London
Potere al Popolo : la nouvelle gauche en Italie qui renaît des cendres de Gramsci
lundi 19 - 15h16
de : Marco Cesario via FR
1 commentaire
Forfaiture sur le forfait-jour
lundi 19 - 11h55
de : Ugict-CGT
LA SNCF A CRÉÉ DES CENTAINES DE FILIALES POUR MIEUX PRÉPARER LE DÉMANTÈLEMENT DU TRANSPORT FERROVIAIRE
lundi 19 - 10h57
de : Stéphane Ortega
1 commentaire
Le 22 mars 2018 : le retour des cheminots à Paris
lundi 19 - 10h48
de : CGT des Cheminots de Saint-Denis
FORD S’ACHARNE… CONTRE NOUS MAIS PAS POUR L’USINE !!!
lundi 19 - 10h44
de : CGT FORD
VENEZUELA : 55% de la population approuve une réélection de Maduro !
dimanche 18 - 21h13
de : JO
Jann Halexander rend hommage à la chanteuse canadienne Pauline Julien le 9 mars
dimanche 18 - 19h19
VENEZUELA : la Colombie recrute des mercenaires Vénézueliens
dimanche 18 - 16h25
de : JO
LA JOIE ARMÉE
dimanche 18 - 15h12
de : Ernest London
À Naples, rencontre avec Potere al Popolo (vidéo)
dimanche 18 - 12h29
de : Jean-Luc Mélenchon via RF
Augmenter la pression contre le licenciement de Gaël Quirante
dimanche 18 - 11h26
de : olivier
Mirages 2000, chars Leclerc, canons Caesar : la France et ses entreprises, fournisseurs officiels de la guerre au Yémen
dimanche 18 - 03h37
de : stef131
El votán Zapata
samedi 17 - 16h36
de : Georges Lapierre
Après NDDL : des ZAD partout ?
samedi 17 - 13h59
de : JO
Rennes : Deux enseignantes convoquées au rectorat pour avoir organisé une sortie scolaire à La Maison de la Grève
samedi 17 - 11h44
1 commentaire
TROIS OPTIONS POUR L’EUROPE !
vendredi 16 - 23h05
de : LE BRIS RENE
LE VRAI SCANDALE DES GAZ DE SCHISTE
vendredi 16 - 19h12
de : Ernest London
LE ROI NE MARCHE PLUS IL VOLE....
vendredi 16 - 18h56
de : Mickael Wamen
3 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Dès que quelqu'un comprend qu'il est contraire à sa dignité d'homme d'obéir à des lois injustes, aucune tyrannie ne peut l'asservir. Gandhi
LE JOURNAL DU MEDIA à 20H
Facebook Twitter Google+
Info Com-CGT.jpg

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
Italie. Ils veulent redonner le pouvoir au peuple
mardi 20 février
de Gaël De Santis via FR
Communistes, écologistes et militants des centres sociaux autogérés partent ensemble aux élections législatives italiennes du 4 mars . La gauche qui ne s’est pas rendue aux sirènes néolibérales reprend espoir en Italie. Et si elle retrouvait le chemin du Parlement  ? Depuis le mauvais score des communistes, en 2008, elle n’est en effet plus représentée dans les institutions nationales. Cette année, le monde militant antilibéral a retrouvé le chemin de l’unité, sous (...)
Lire la suite
Potere al Popolo : la nouvelle gauche en Italie qui renaît des cendres de Gramsci
lundi 19 février
de Marco Cesario via FR
1 commentaire
Les élections législatives approchent en Italie et dans un pays ravagé par une extrême droite toujours plus agressive et rampante qui prend comme cible les migrants et toute sorte de minorité ethnique ou religieuse, une nouvelle force politique voit le jour : Potere al Popolo ! (Pouvoir au peuple, en français) un mouvement de jeunes, ouvriers, précaires, étudiants, militants, résistants. “Nous sommes les sans emploi - lit-on dans le programme - nous sommes les (...)
Lire la suite
Italie. Elections du 4 mars 2018. Et programme du mouvement Potere al Popolo
lundi 12 février
de Jean-marc B via RF
Nous présentons, ci-après, une version française intégrale et annotée du programme de Potere al popolo[1] pour les élections législatives nationales italiennes du 4 mars 2018 (renouvellement des 630 membres de la Chambre des députés et des 315 membres du Sénat)[2]. Elles se dérouleront selon la nouvelle loi électorale adoptée en novembre 2017. C’est un système alambiqué, difficile à saisir dans son fonctionnement (à quel candidat sont finalement attribuées les voix exprimées ?[3]) et (...)
Lire la suite
Potere Al Popolo
vendredi 9 février
de Mathieu Dargel via RF
Point culminant d’une initiative lancée cette automne, la première Assemblée Nationale de la liste « Potere al Popolo » s’est tenue à Rome le dimanche 17 décembre. Plus de 1000 personnes issues de collectifs militants, centres sociaux, associations, mouvements écologiques, syndicats et partis politiques, se sont réunies pour adopter le principe d’une liste unique de la gauche antilibérale et anticapitaliste aux prochaines élections législatives du printemps 2018, après (...)
Lire la suite
Italie, POTERE AL POPOLO : Manifeste pour une liste populaire aux prochaines élections.
mercredi 7 février
de via Roberto Ferrario
1 commentaire
Nous avons trop attendu…. Maintenant nous nous portons candidats ! Nous sommes les jeunes qui travaillons au noir, les précaires à 800 euros par mois et qui en ont besoin, qui souvent émigrent pour trouver mieux. Nous sommes les travailleu(r)ses soumis chaque jour et des chantages plus lourds et offensants pour notre dignité. Nous chômeuses, en chômage partiel ou en pré-retraite. Nous sommes les retraités qui vivent de peu, même s’ils ont peiné toute leur vie et qui maintenant (...)
Lire la suite
Sognavamo cavalli selvaggi
jeudi 1er février
de Luca Visentini via RF
Il est enfin sorti en version papier comme e-Book. https://www.amazon.it/Sognavamo-cav... https://www.amazon.it/Sognavamo-cav... Ce sont cent contes courts ou très courts qui, dans l’ensemble, reconstruisent, en une seule affaire, la Milan de 1968 à 1977 d’un garçon de la nouvelle gauche. Un compagnon de base, pas un dirigeant, ni un repenti. On ne parle pas d’analyses politiques ou de querelles idéologiques, mais d’amour, d’amitiés, de famille, de luttes (...)
Lire la suite
PROCÈS DES 7 DE GOODYEAR : LA COUR DE CASSATION CASSE LES SALARIÉS
jeudi 25 janvier
de Info’Com-CGT
1 commentaire
Le syndicat Info’Com-CGT est scandalisé par la décision de la Cour de Cassation d’Amiens : elle vient de confirmer le verdict de la Cour d’appel condamnant 7 salariés de Goodyear à des mois de prison avec sursis (pour certains 24 mois), 5 ans de mise à l’épreuve et l’inscription au casier judiciaire B2 ! Cette décision est hallucinante étant donné que la position du procureur était de valider notre recours et ...d’appuyer la démarche de casser le (...)
Lire la suite