Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Contrats aidés : face au licenciement sec, sortons les emplois de la précarité !
de : Eve76
mardi 7 novembre 2017 - 19h17 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Le gouvernement sert les intérêts d’une toute petite minorité et s’attaque à tous les autres citoyens, et en particulier les plus modestes. Casse du droit du travail, casse des normes sanitaires, casse du logement social, casse des services publics, casse des libertés, casse de notre humanité…

Les choix budgétaires du gouvernement sacrifiant les contrats aidés sont l’annonce d’un monstrueux plan de licenciement visant plus de 200.000 personnes !

Un plan de licenciement monstre

En 2016, 450.000 contrats aidés furent signés. En 2017, il n’y en aura plus que 320.000 ; les réactions venant de toute part, et en particulier de sa majorité, ont contraint le gouvernement à modérer quelque peu ses plans initiaux mais les suppressions des aides de l’Etat concernent toujours 130.000 personnes.

Mais le gouvernement ne s’en tient pas là. L’enveloppe, déjà insufffisante, votée en 2017, vont diminuer de 41,6% en 2018, soit encore 120.000 suppressions de contrats aidés qui dans la plupart des cas se traduiront par des licenciements secs.

Entre 2017 et 2018 ce sont donc à peu près 250.000 emplois qui seront supprimés !

Une perte énorme de services offerts à la population

En même temps que les drames humains vécus par les personnes qui se trouvent du jour au lendemain privé de leur emploi, c’est toute la population qui va être affectée par la disparition des services assurés par les salariés agissant en contrats aidés.

Actuellement les effets se font ressentir dans l’éducation nationale, les petites communes, et les associations, dont beaucoup risquent de mettre sous la porte. Le secteur hospitalier et les maisons de retraite s’inquiètent.

Les services assurés dans les collectivités locales vont soit être supprimés, soit devenir plus onéreux (et donc plus élitistes), soit peser davantage sur les budgets locaux. Un maire estime qu’il faudrait augmenter de 10% les impôts locaux pour faire face au désengagement de l’Etat.

Le secteur associatif va être impacté dans les missions de service public qu’il assume parfois, dans son rôle de maintien du lien social, d’aide à la vie quotidienne, de diffusion de la culture, d’expérimentations sociales variées.

Secteur par secteur, la liste est longue des services qui vont disparaitre et de ceux qui sont à terme menacés. Et ceci d’autant plus que ces nouveaux chômeurs pèseront à leur tour sur les budgets d’aides sociales, réduisant ainsi la marge de manœuvre des collectivités territoriales.

Les emplois aidés remplissent de réelles fonctions sociales, sortons les de la précarité !

Côté hypocrisie, notre gouvernement, c’est une synthèse !

Pour mettre fin à la précarité des contrats aidés, créons de vrais emplois, pérennes, sans temps partiels imposés, avec accès à la qualification (et sa reconnaissance).

La ministre nous déclare que les emplois maintenus seront destinés aux personnes les plus éloignées de l’emploi et qu’ils concerneront « les secteurs où il y en a le plus besoin, notamment pour l’accompagnement des élèves handicapés, l’outre-mer et l’urgence en matière sociale et sanitaire ».

Pourquoi faudrait-il être parmi les personnes les plus éloignées de l’emploi pour pouvoir accompagner des élèves en situation de handicap ? Les secteurs jugés prioritaires doivent donner lieu à la création de postes statutaires dans la fonction publique et stables dans le secteur associatif.

La création de ces postes ne devrait pas relever de la lutte contre le chômage, mais d’un financement ordinaire des missions de service public.

Une véritable lutte contre le chômage consisterait moins à armer individuellement le chômeur qu’à relancer l’économie, entre autres en cessant de mettre les services publics et sociaux au régime sec.

Mettre en tête d’affiche l’accompagnement individuel du chômeur consiste à faire croire que c’est lui le problème, parce qu’il ne serait pas assez formé ou assez dynamique dans sa recherche de travail.

Les politiques pour aider les catégories les plus éloignées de l’emploi doivent être avant tout collectives ; comme par exemple augmenter la capacité d’accueil des jeunes enfants, dans de bonnes conditions.

Quant à la formation, il faudrait peut-être déjà la penser avant que les jeunes arrivent sur le marché du travail, en rétablissant dans l’éducation nationale un enseignement professionnel digne de ce nom et en redonnant les moyens à la formation professionnelle des adultes (AFPA) de proposer à tous les salariés les moyens de se former tout au long de sa vie professionnelle. La fin des contrats aidés au profit de la « garantie jeunes », dispositif de conditionnement à l’acceptation de la précarité ?

Un milliard supprimés par l’Etat (l’enveloppe passe de 2,4 à1.4 milliard d’euros) : le gouvernement met en avant le coût de ces mesures et leur inefficacité.

Quand on raisonne en milliards d’euros cela peut effrayer le public, les particuliers n’ayant en général guère l’occasion de manipuler de telle sommes ! Mais en réalité dans le cadre du budget de l’Etat, la somme n’est pas si importante, surtout si on la met en regard avec le CICE et ses piètres résultats (si tant est qu’ils fussent réels) : 20 milliards, ou avec le montant de la fraude fiscale, estimée entre 60 et 80 milliards d’euros…. Donc le gouvernement ment quand il dit que la mesure coûte cher. Elle entraînera pour les contribuables usagers d’autres surcoûts, et pour les finances publiques, il faudrait défalquer du milliard économisé ce qu’il faudra bien verser aux intéressés en indemnisation du chômage ou en RSA.

Le gouvernement affirme qu’il va substituer aux contrats aidés d’autres mesures de formation qu’il prétend plus efficaces. Mais on peut s’interroger sur « l’efficacité » visée par les nouveaux choix budgétaires.

Concernant la formation, 400 millions supplémentaires vont être affectés à la formation des demandeurs d’emploi les plus en difficulté et jeunes décrocheurs de moins de 25 ans. Quelles formations pour quel type d’emplois, on ne sait pas.

Par ailleurs, 500 millions vont être attribués au dispositif « garantie jeunes », pour un budget global de 2,8 milliards d’euros (dont une part de fonds européens), destiné aux jeunes de 16 à 26 ans sans emploi ni formation. Pendant un an, les jeunes perçoivent une alllocation minime (461 €) et s’engagent à accepter l’accompagnement personnalisé, à rechercher des opportunités d’emploi et à accepter les « mises en situation professionnelle ».

Les entreprises sont censées jouer le jeu et proposer des stages, immersions, contrats de travail… pour permettre aux jeunes d’enrichir leur expérience et de développer leurs compétences. » Les patrons n’ont en général pas l’habitude de jouer de façon désintéressée les nounous pour jeunes chômeurs, gageons que le dispositif produira plus de travail gratuit que de réels acquis professionnels.

Quelle que soit l’engagement sincère des salariés des missions locales auprès des jeunes, on peut réellement s’interroger sur la finalité réelle de ce montage. Il s’adresse à des jeunes précaires qui n’ont guère de chance que d’accéder à des contrats précaires, que la loi Travail XXL généralise par ailleurs. Quelle peut-être l’impact de ce dispositif, sinon d’aider le jeune à intérioriser la situation, à lui apprendre à accepter n’importe quoi et à avoir le bon comportement qui n’incommode pas l’employeur ?

Autour des contrats aidés et de la loi Travail XXL, la bataille pour un choix de société

Suppression des contrats aidés et casse du code travail vont donc de pair.

Personne ne défend les contrats aidés dans leur forme actuelle, mais leur rétablissement est une mesure d’urgence pour que les salariés concernés retrouvent un minimum de sécurité, que les services ne s’interrompent pas et que les associations ne mettent pas la clé sous le paillasson…

Mais l’objectif de notre bataille est le financement ordinaire de ces contrats qui doivent sortir de la précarité. Si le gouvernement nous dit qu’il n’a pas d’argent, nous, on peut lui dire là où il peut le trouver !

Ce plan social de 250.000 personnes nous concerne tous !

bAp Waouh76 A travers la brume



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Contrats aidés : face au licenciement sec, sortons les emplois de la précarité !
7 novembre 2017 - 20h14 - Posté par Jean PRADIER dit jean 1

"Ce plan social de 250.000 personnes nous concerne tous !".
Si je ne me trompe le président des riches a été élu "démocratiquement" et fort de ce mandat il va nous sacquer pour augmenter les avantages et les privilèges d’une minorité.
Tant que nous ne répondrons pas à leur violence nous mourrons, par ex., parqués dans les couloirs des urgences des hôpitaux gérés comme des entreprises pour faire des profits (es-tu heureuse bachelot ?)....
Il est plus que l’heure de le mettre !






25 avril 1974 La Révolution des oeillets (video+photos)
jeudi 26 - 23h16
de : Roberto Ferrario
Italie : 25 avril 1945 la libération, femmes dans la Résistance (videos + photos)
jeudi 26 - 23h02
de : Roberto Ferrario
NICARAGUA : Comme partout les médias privés : Sauvez le soldat "Capitalisme"
jeudi 26 - 17h35
de : JO
La Documentation Photographique en danger ! (Pétition)
jeudi 26 - 14h03
Belgique : Plus de 85 Lidl en grève ce jeudi 26 Avril 2018 : "Les travailleurs sont déterminés, ils en ont marre"
jeudi 26 - 12h32
de : BCE_106,6
1 commentaire
Pourquoi détester, maudire, et combattre l’église Catholique ?
jeudi 26 - 12h19
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
1936 : LA RÉVOLUTION ESPAGNOLE SOUS LE SIGNE DU COMMUNISME LIBERTAIRE
jeudi 26 - 11h19
de : jean 1
Équilibrisme / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 26 - 09h31
de : Hdm
ÉCOLOGIE : Écologie, individualisme et course au bonheur
jeudi 26 - 08h56
de : Ernest London
Journal de bord des chômeurs : toute ressemblance avec le film Moi William Blake ne saurait être que purement fortuite
jeudi 26 - 08h20
Comment l’assurance chômage a été transformée en machine à cash pour les marchés financiers
jeudi 26 - 08h00
de : jean 1
La Selection et les Etudiants vu par Onfray (video)
mercredi 25 - 18h41
de : Stafed
1 commentaire
1er mai : manifestation syndicaliste révolutionnaire pour l’égalité et la transformation sociale
mercredi 25 - 14h43
de : jean 1
La combattante internationaliste Anna Campbell tombée à Afrin
mercredi 25 - 14h00
de : jean 1
La lettre des cadres supérieurs de la SNCF à la ministre Élisabeth Borne dénoncent la stratégie du gouvernement
mercredi 25 - 10h30
Appel de la Coordination Nationale Étudiante des 21 et 22 avril 2018
mercredi 25 - 01h00
de : COORDINATION NATIONALE ÉTUDIANTE
Le taux de grévistes ce mardi a augmenté !!!
mercredi 25 - 00h51
Filialisation du fret SNCF : la CGT bloque le site de Geodis au Port de Gennevilliers et à Saint-Jean-de-Védas (video)
mercredi 25 - 00h35
Paris : cheminots et étudiants envahissent la gare du Nord et la gare de l’Est (videos et photos)
mercredi 25 - 00h01
La CGT Energies 33 coupe le courant à la gare Saint-Jean à Bordeaux
mardi 24 - 21h52
400 "petits cheminots" ont envahi le siège social du fret SNCF (video)
mardi 24 - 21h42
de : l’Humanité
Le PCF au rassemblement du 5 mai : Face à Macron, nous sommes de toutes les mobilisations
mardi 24 - 20h38
de : PCF
NICARAGUA : La droite putschiste dans ses oeuvres partout où elle a perdu le pouvoir !
mardi 24 - 18h10
de : JO
textes libertaires
mardi 24 - 13h42
de : jean 1
ÉLOGE DE LA POLITIQUE
mardi 24 - 12h38
de : Ernest London
Débordements fascistes au Col de l’Échelle près de Briançon : la prime à la récidive du ministre Gérard Collomb !
mardi 24 - 11h20
de : MRAP
1 commentaire
YEMEN : Les massacres se poursuivent à l’indifférence de l’OTAN !
mardi 24 - 10h28
de : JO
Débat édifiant sur le risque d’esclavage moderne ou LREM refuse des amendements de gauche (video)
mardi 24 - 10h15
de : Uliss
En finir avec les luttes défensives
mardi 24 - 00h02
de : Emission Polémix et La Voix Off
1 commentaire
Supprimer le quotient familial dans sa forme actuelle : une vraie réforme que ne fera pas Emmanuel Macron...
lundi 23 - 22h18
de : Albert
MSF confirme : Israel utilise des munitions dévastatrices
lundi 23 - 19h28
de : CAPJPO-EuroPalestine
NOTRE AME DES LANDES : un texte en soutien écrit par Alain Damasio écrivain de SF
lundi 23 - 16h01
de : jean 1
Que serais-je si j’étais Juif ?
lundi 23 - 15h36
de : L’iena rabbioso
Frappes en Syrie, mensonge d’etat ? Couacs dans les tirs !!!
lundi 23 - 15h32
1 commentaire
On a marché sur la gueule de la frontière (video)
lundi 23 - 15h00
de : La Canarde
1 commentaire
google : Blocage agressif et violent afin de fabriquer votre consentement !
lundi 23 - 11h43
de : André
Appel pour un Plan B écolo et social pour l’éducation
lundi 23 - 11h31
de : Christian Laval, Samy Johsua, Laurent Paillard, Paul Ariès
1 commentaire
Les “relations” d’Assaël Adary, patron du cabinet chargé par les médias de compter les manifestants (video)
lundi 23 - 10h16
de : Pierrick Tillet
1 commentaire
Pour une charte universelle économique
dimanche 22 - 22h35
de : LE BRIS RENE
Réforme des institutions : un projet à minima d’Emmanuel Macron...
dimanche 22 - 19h04
de : Albert

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Vis comme si tu devais mourir demain. Apprends comme si tu devais vivre toujours. Gandhi
LE JOURNAL DU MEDIA de 20H
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite
SOIXANTE DIX SEPT - LA REVOLUTION QUI VIENT
mardi 13 mars
de Roberto Ferrario
NOUS NOUS RETROUVONS COMME CHAQUE ANNEE POUR NOUS RAPPELER CE JOUR OU FRANCESCO LORUSSO MOURUT... LE JOUR OU LE POUVOIR FICHA UN PIQUET DE FRÊNE DANS LE CŒUR ROUGE D’UN RÊVE... LE RÊVE D’UNE SOCIETE EN COULEURS... FAIBLE FLAMME QUI COUVE SOUS LA CENDRE !!! SOIXANTE DIXSEPT - LA REVOLUTION QUI VIENT sous la direction de Sergio Bianchi et Lanfranco Caminiti 432 pp -20,00 euros 88-88738-57-6 En Italie, le mouvement politique, social, culturel, existentiel de 1977 n’a (...)
Lire la suite
Pour la création d’un Conseil de déontologie du journalisme en France. Allez jusqu’à 200 000 !!!
dimanche 11 mars
de Roberto Ferrario
Signez ici : https://www.change.org/p/pour-la-cr... Les médias et la presse jouent un rôle majeur dans la vie démocratique d’un pays. Mais ils ont aussi le pouvoir de façonner le débat public. Ce pouvoir peut donner lieu à des abus. D’autant plus qu’ils dépendent de 9 milliardaires pour 90% d’entre eux et du gouvernement pour le service public. L’émission politique de France 2 du 30 novembre 2017 dont j’étais l’invité est un modèle du genre. (...)
Lire la suite
Solidarité avec les cheminots !!!
lundi 5 mars
de Roberto Ferrario
En juin 2016 les cheminots grévistes de Versailles ont reçu un chèque de 15 000 € de la part de quatre organisations membres de la CGT. ;-) En preparation de la greve, on doit se préparer à faire la même chose de maintenant... ;-)
Lire la suite
Élections en Italie : une droite honteuse, un rayon d’espoir à gauche
mercredi 28 février
de Marc Botenga via RF
Attentat néonazi, corruption, mafia… Sur fond d’une crise inouïe, l’Italie s’approche des élections parlementaires du 4 mars prochain. Alors que la social-démocratie assume son virage ultra-libéral, la droite recycle Berlusconi et s’en prend aux étrangers. À gauche, un nouvel acteur essaie de remettre les pendules à l’heure : ce sont les partis traditionnels, et non les migrants, qui sont responsables du chômage et de la précarité. Un attentat, une droite (...)
Lire la suite
Italie : Pourquoi voter pour Potere al popolo !
mercredi 28 février
de Chiara Carratù via RF
Potere al popolo ! est né lors de l’assemblée du 18 novembre en réponse à la crise de la gauche radicale, qui risquait encore une fois de disparaître des bulletins de vote, entraînée dans des alliances avec des forces ambiguës par rapport à leurs relations avec le PD (le parcours du Brancaccio, puis la convergence en grande partie avec Liberi et Uguali), ou présente avec des propositions politiques de faibles impact sur les secteurs d’avant-garde de la classe ouvrière. Voilà (...)
Lire la suite
Italie. Ils veulent redonner le pouvoir au peuple
mardi 20 février
de Gaël De Santis via FR
Communistes, écologistes et militants des centres sociaux autogérés partent ensemble aux élections législatives italiennes du 4 mars . La gauche qui ne s’est pas rendue aux sirènes néolibérales reprend espoir en Italie. Et si elle retrouvait le chemin du Parlement  ? Depuis le mauvais score des communistes, en 2008, elle n’est en effet plus représentée dans les institutions nationales. Cette année, le monde militant antilibéral a retrouvé le chemin de l’unité, sous (...)
Lire la suite