Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Contrats aidés : face au licenciement sec, sortons les emplois de la précarité !
de : Eve76
mardi 7 novembre 2017 - 19h17 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Le gouvernement sert les intérêts d’une toute petite minorité et s’attaque à tous les autres citoyens, et en particulier les plus modestes. Casse du droit du travail, casse des normes sanitaires, casse du logement social, casse des services publics, casse des libertés, casse de notre humanité…

Les choix budgétaires du gouvernement sacrifiant les contrats aidés sont l’annonce d’un monstrueux plan de licenciement visant plus de 200.000 personnes !

Un plan de licenciement monstre

En 2016, 450.000 contrats aidés furent signés. En 2017, il n’y en aura plus que 320.000 ; les réactions venant de toute part, et en particulier de sa majorité, ont contraint le gouvernement à modérer quelque peu ses plans initiaux mais les suppressions des aides de l’Etat concernent toujours 130.000 personnes.

Mais le gouvernement ne s’en tient pas là. L’enveloppe, déjà insufffisante, votée en 2017, vont diminuer de 41,6% en 2018, soit encore 120.000 suppressions de contrats aidés qui dans la plupart des cas se traduiront par des licenciements secs.

Entre 2017 et 2018 ce sont donc à peu près 250.000 emplois qui seront supprimés !

Une perte énorme de services offerts à la population

En même temps que les drames humains vécus par les personnes qui se trouvent du jour au lendemain privé de leur emploi, c’est toute la population qui va être affectée par la disparition des services assurés par les salariés agissant en contrats aidés.

Actuellement les effets se font ressentir dans l’éducation nationale, les petites communes, et les associations, dont beaucoup risquent de mettre sous la porte. Le secteur hospitalier et les maisons de retraite s’inquiètent.

Les services assurés dans les collectivités locales vont soit être supprimés, soit devenir plus onéreux (et donc plus élitistes), soit peser davantage sur les budgets locaux. Un maire estime qu’il faudrait augmenter de 10% les impôts locaux pour faire face au désengagement de l’Etat.

Le secteur associatif va être impacté dans les missions de service public qu’il assume parfois, dans son rôle de maintien du lien social, d’aide à la vie quotidienne, de diffusion de la culture, d’expérimentations sociales variées.

Secteur par secteur, la liste est longue des services qui vont disparaitre et de ceux qui sont à terme menacés. Et ceci d’autant plus que ces nouveaux chômeurs pèseront à leur tour sur les budgets d’aides sociales, réduisant ainsi la marge de manœuvre des collectivités territoriales.

Les emplois aidés remplissent de réelles fonctions sociales, sortons les de la précarité !

Côté hypocrisie, notre gouvernement, c’est une synthèse !

Pour mettre fin à la précarité des contrats aidés, créons de vrais emplois, pérennes, sans temps partiels imposés, avec accès à la qualification (et sa reconnaissance).

La ministre nous déclare que les emplois maintenus seront destinés aux personnes les plus éloignées de l’emploi et qu’ils concerneront « les secteurs où il y en a le plus besoin, notamment pour l’accompagnement des élèves handicapés, l’outre-mer et l’urgence en matière sociale et sanitaire ».

Pourquoi faudrait-il être parmi les personnes les plus éloignées de l’emploi pour pouvoir accompagner des élèves en situation de handicap ? Les secteurs jugés prioritaires doivent donner lieu à la création de postes statutaires dans la fonction publique et stables dans le secteur associatif.

La création de ces postes ne devrait pas relever de la lutte contre le chômage, mais d’un financement ordinaire des missions de service public.

Une véritable lutte contre le chômage consisterait moins à armer individuellement le chômeur qu’à relancer l’économie, entre autres en cessant de mettre les services publics et sociaux au régime sec.

Mettre en tête d’affiche l’accompagnement individuel du chômeur consiste à faire croire que c’est lui le problème, parce qu’il ne serait pas assez formé ou assez dynamique dans sa recherche de travail.

Les politiques pour aider les catégories les plus éloignées de l’emploi doivent être avant tout collectives ; comme par exemple augmenter la capacité d’accueil des jeunes enfants, dans de bonnes conditions.

Quant à la formation, il faudrait peut-être déjà la penser avant que les jeunes arrivent sur le marché du travail, en rétablissant dans l’éducation nationale un enseignement professionnel digne de ce nom et en redonnant les moyens à la formation professionnelle des adultes (AFPA) de proposer à tous les salariés les moyens de se former tout au long de sa vie professionnelle. La fin des contrats aidés au profit de la « garantie jeunes », dispositif de conditionnement à l’acceptation de la précarité ?

Un milliard supprimés par l’Etat (l’enveloppe passe de 2,4 à1.4 milliard d’euros) : le gouvernement met en avant le coût de ces mesures et leur inefficacité.

Quand on raisonne en milliards d’euros cela peut effrayer le public, les particuliers n’ayant en général guère l’occasion de manipuler de telle sommes ! Mais en réalité dans le cadre du budget de l’Etat, la somme n’est pas si importante, surtout si on la met en regard avec le CICE et ses piètres résultats (si tant est qu’ils fussent réels) : 20 milliards, ou avec le montant de la fraude fiscale, estimée entre 60 et 80 milliards d’euros…. Donc le gouvernement ment quand il dit que la mesure coûte cher. Elle entraînera pour les contribuables usagers d’autres surcoûts, et pour les finances publiques, il faudrait défalquer du milliard économisé ce qu’il faudra bien verser aux intéressés en indemnisation du chômage ou en RSA.

Le gouvernement affirme qu’il va substituer aux contrats aidés d’autres mesures de formation qu’il prétend plus efficaces. Mais on peut s’interroger sur « l’efficacité » visée par les nouveaux choix budgétaires.

Concernant la formation, 400 millions supplémentaires vont être affectés à la formation des demandeurs d’emploi les plus en difficulté et jeunes décrocheurs de moins de 25 ans. Quelles formations pour quel type d’emplois, on ne sait pas.

Par ailleurs, 500 millions vont être attribués au dispositif « garantie jeunes », pour un budget global de 2,8 milliards d’euros (dont une part de fonds européens), destiné aux jeunes de 16 à 26 ans sans emploi ni formation. Pendant un an, les jeunes perçoivent une alllocation minime (461 €) et s’engagent à accepter l’accompagnement personnalisé, à rechercher des opportunités d’emploi et à accepter les « mises en situation professionnelle ».

Les entreprises sont censées jouer le jeu et proposer des stages, immersions, contrats de travail… pour permettre aux jeunes d’enrichir leur expérience et de développer leurs compétences. » Les patrons n’ont en général pas l’habitude de jouer de façon désintéressée les nounous pour jeunes chômeurs, gageons que le dispositif produira plus de travail gratuit que de réels acquis professionnels.

Quelle que soit l’engagement sincère des salariés des missions locales auprès des jeunes, on peut réellement s’interroger sur la finalité réelle de ce montage. Il s’adresse à des jeunes précaires qui n’ont guère de chance que d’accéder à des contrats précaires, que la loi Travail XXL généralise par ailleurs. Quelle peut-être l’impact de ce dispositif, sinon d’aider le jeune à intérioriser la situation, à lui apprendre à accepter n’importe quoi et à avoir le bon comportement qui n’incommode pas l’employeur ?

Autour des contrats aidés et de la loi Travail XXL, la bataille pour un choix de société

Suppression des contrats aidés et casse du code travail vont donc de pair.

Personne ne défend les contrats aidés dans leur forme actuelle, mais leur rétablissement est une mesure d’urgence pour que les salariés concernés retrouvent un minimum de sécurité, que les services ne s’interrompent pas et que les associations ne mettent pas la clé sous le paillasson…

Mais l’objectif de notre bataille est le financement ordinaire de ces contrats qui doivent sortir de la précarité. Si le gouvernement nous dit qu’il n’a pas d’argent, nous, on peut lui dire là où il peut le trouver !

Ce plan social de 250.000 personnes nous concerne tous !

bAp Waouh76 A travers la brume



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Contrats aidés : face au licenciement sec, sortons les emplois de la précarité !
7 novembre 2017 - 20h14 - Posté par Jean PRADIER dit jean 1

"Ce plan social de 250.000 personnes nous concerne tous !".
Si je ne me trompe le président des riches a été élu "démocratiquement" et fort de ce mandat il va nous sacquer pour augmenter les avantages et les privilèges d’une minorité.
Tant que nous ne répondrons pas à leur violence nous mourrons, par ex., parqués dans les couloirs des urgences des hôpitaux gérés comme des entreprises pour faire des profits (es-tu heureuse bachelot ?)....
Il est plus que l’heure de le mettre !






Carrefour : après le démantèlement de Dia, Casino dans la ligne de mire ?
dimanche 18 - 09h04
L’élection brésilienne n’est qu’un aperçu de ce qui peut nous arriver.
samedi 17 - 20h35
de : jean 1
"L’obéissance est notre problème"
vendredi 16 - 20h19
de : Deeplo
CUBA : Ce petit pays du Tiers-Monde qui va à l’étranger pour soigner des vies Humaines et non pour tuer !
vendredi 16 - 17h58
Gilets jaunes : blocage de sites pétroliers en Wallonie
vendredi 16 - 17h15
de : RTBF
Jann Halexander & Abad Boumsong proposent l’AFRIKAN KABARET
vendredi 16 - 12h36
L’équipe qui domine / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 15 - 18h02
de : Hdm
STRASBOURG : Grève de la faim, Macron ne sait pas, ne voit pas, n’entend pas !
jeudi 15 - 16h28
de : JO
Il y a 30 ans, ARAFAT proclamait l’Etat Palestinien
jeudi 15 - 16h14
de : JO
COMMEMORATIONS du 11 NOVEMBRE : La Serbie sanctionnée !
jeudi 15 - 15h59
de : JO
1 commentaire
MARSEILLE : La Marche de la Colère dégénère !
jeudi 15 - 15h51
de : JO
Le 17 novembre sera-t-il apolitique ?
jeudi 15 - 09h19
2 commentaires
Rejet des gilets jaunes ou le mépris du peuple.
mercredi 14 - 17h20
8 commentaires
MEXIQUE : Le Président élu invite Nicolas Maduro à son investiture !
mardi 13 - 17h45
de : JO
LES 5 ARNAQUES DES AUTOROUTES : CQFD !
mardi 13 - 17h07
de : JO
2 commentaires
17 novembre : pourquoi les syndicats traînent-ils des pieds, alors que les politiques courent après ?
mardi 13 - 16h45
7 commentaires
Armes Européennes chez Daesch : Des langues se délient !
lundi 12 - 18h02
de : JO
Les grosses augmentations de certains ministres en 2018
lundi 12 - 11h58
de : JO
1 commentaire
Enfoirés de journalistes !
lundi 12 - 10h10
de : jean 1
5 commentaires
« Fêtons la gratuité ! » le samedi 5 janvier à Lyon !
lundi 12 - 09h18
de : Paul Ariès
1 commentaire
La Bible, les terres et les missionnaires du temps de la « pacification » des colonies.
dimanche 11 - 22h02
de : Christian DELARUE
CONSEIL CONSTITUTIONNEL : Censurons les censeurs !
dimanche 11 - 14h56
de : JO
1 commentaire
LE MONDE SELON MONSANTO - De la dioxine au OGM, une multinationale qui vous veut du bien
dimanche 11 - 08h46
de : Ernest London
1 commentaire
VENEZUELA : La Révolution se défend contre le terrorisme économique !
samedi 10 - 17h39
9 commentaires
Make Anti-Imperialism Great Again !
samedi 10 - 17h07
de : jean 1
1 commentaire
Réformes de l’éducation : « C’est un projet élitiste, autoritaire, réactionnaire et libéral »
samedi 10 - 06h08
Carburants ou pouvoir d’achat : les raisons de la colère
vendredi 9 - 20h44
de : Christian DLR (cgt fin pub)
Du 11 Novembre 1918… au 1er Septembre 1939… D’une guerre mondiale… à l’autre…
vendredi 9 - 13h31
de : Emission Polémix et La Voix Off
rencontre nationale des secteurs en lutte samedi 10 novembre à Paris !
vendredi 9 - 11h17
de : SUD Poste 92
2 commentaires
Ce mensonge du gouvernement qui pourrait vous coûter très cher !
vendredi 9 - 11h07
de : JO
Les GM&S attaquent PSA et Renault en justice
jeudi 8 - 16h08
Gender Recognition Act : la lutte des femmes britanniques pour ne pas être effacées
jeudi 8 - 12h36
de : Female-
5 commentaires
#fachosphère / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 8 - 11h51
de : Hdm
Sortons du vrai-faux débat sur le prix du carburant. Défendons le droit à l’énergie élémentaire via sa gratuité !
jeudi 8 - 07h54
de : Paul Ariès et l’Observatoire international de la Gratuité (OIG)
12 commentaires
Retraite Complémentaire : Très mauvaise nouvelle qui vous attend en 2019
mercredi 7 - 15h27
de : JO
Mélenchon : les limites juridiques, judiciaires et politiques de l’enquête préliminaire
lundi 5 - 16h00
de : Foolad
2 commentaires
Les approches libertaires de l’école du Rojava
lundi 5 - 12h06
de : jean 1
Suicide d’une factrice : ses collègues exigent le départ des encadrants depuis 10 jours
dimanche 4 - 13h37
L’abécédaire de Daniel Guérin
vendredi 2 - 14h03
de : jean 1
Arkéa : les épargnants en danger !
vendredi 2 - 12h15
de : Guirec

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Nous devons penser l'éducation comme un moyen de développer nos plus grandes capacités. John Fitzgerald Kennedy
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite