Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

{{Aurélie Carrier, qui participe à notre journée de commémoration critique du centenaire à préalablement répondu à plus
de : Ferdinand
samedi 11 novembre 2017 - 08h16 - Signaler aux modérateurs

Aurélie Carrier, qui participe à notre journée de commémoration critique du centenaire à préalablement répondu à plusieurs de nos questions.

Votre travail universitaire vous a orientée vers l’étude de ce que vous nommez un « rêve programmatique » de la Belle Époque. Est-ce à dire que, pour vous, l’utopie sociale ne peut s’entendre que dans une forme poétique ?

L’utopie sociale est porteuse d’un imaginaire dont la doctrine seule ne suffit à rendre compte. L’imaginaire, c’est un rêve éveillé, un moyen de se soustraire au réel, pour le critiquer, pour ouvrir des brèches – notamment par le langage poétique, mais pas exclusivement. La force du rêve, surtout quand il est grandiose comme dans le cas du Grand Soir, réside dans sa capacité à faire le lien entre la perspective révolutionnaire et les luttes concrètes, à exercer une fonction subversive. Il est l’un des ferments de l’action révolutionnaire. J’ai employé l’expression de « rêve programmatique » justement pour signifier que le « Grand Soir » n’est pas qu’une formule magique ou une parole incantatoire : c’est une figure d’explication globale (comment se fera la révolution sociale) en même temps qu’une promesse qu’il convient de garder à l’esprit tout en passant aux actes.

La révolution russe a-t-elle, pour vous, parfaitement remplacé l’espoir du Grand Soir ?

Je rejoins Éric Aunoble sur l’idée que la révolution russe a incarné – pour un temps – l’espoir du Grand Soir plus qu’elle ne l’a remplacé. L’espoir du Grand Soir avait connu un sérieux revers avec le déclenchement de la première guerre mondiale, en août 1914, synonyme d’échec des mots d’ordre internationalistes (d’une possible fraternité entre les peuples et d’une grève générale pour empêcher le conflit). La révolution russe de 1917, avec ses conseils d’ouvriers, de soldats et de paysans et le mot d’ordre « Tout le pouvoir aux soviets », ravive cet espoir et relance l’idée de révolution mondiale. Elle est accueillie avec enthousiasme par les classes populaires, on pouvait penser que le Grand Soir serait bientôt là ! Dans La Part du rêve[1], Danielle Tartakowsky écrit que les réunions préparatoires que la minorité révolutionnaire de la CGT organise à la veille du 1er mai 1919 « retentissent d’accents millénaristes et de fantasmes de “grand soir”, colorés par l’éclat de la “grande lueur qui vient de l’Est” ». Mais les tendances libertaires de la révolution russe ont vite été étouffées. La répression de la Makhnovtchina et de la révolte des marins de Kronstadt, en 1921, marque un tournant dans la prise de conscience des dérives autoritaires du pouvoir bolchévique. Et les militants anarchistes continuent d’annoncer la venue du Grand Soir, comme dans Le Chant du drapeau noir, écrit en 1922 par Louis Loréal : « Pourquoi ce drapeau teint en noir ? / Pourquoi cette teinte sinistre ? L’anarchie est faite d’espoir / Et la mort n’est pas son ministre. / Nous portons le deuil des méchants / Des ambitieux et des cupides, / Des capitalistes avides / Qui font couler du sang / pour leurs penchants. / Nous annonçons l’approche du Grand Soir / Où les tyrans iront au pourrissoir. / Le capital engendre tous les crimes / Et nous portons le deuil de ses victimes. »

Pensez-vous que le Grand Soir et la révolution d’Octobre pourraient avoir pour pendant Mythe et Réalité ?

En un sens, oui. Ce parallèle avait déjà été fait pour la première révolution russe. Un livre de Patrick de Laubier intitulé La Grève générale en 1905 a pour sous-titre « Le mythe français et la réalité russe[2] ». Dans la première décennie du 20e siècle, le syndicalisme révolutionnaire est en plein essor en France et affiche sa volonté de donner un contenu plus concret à l’imaginaire du Grand Soir. Son instrument, c’est la grève générale, qui est tout à la fois un moyen, une stratégie et un mythe mobilisateur. De nombreuses tentatives de grève générale voient le jour durant cette période (1906, 1910, 1912…), sans qu’elles n’aboutissent vraiment. Mais j’ajouterais que ce pendant entre « mythe » et « réalité » est imparfait : dans les représentations libertaires du Grand Soir que j’ai étudiées, le moment qui voit l’aboutissement de la révolution sociale émancipatrice et la mise en place d’une société harmonieuse est marqué par la fulgurance, le jaillissement. Le soir de la destruction de la société bourgeoise et capitaliste est presque toujours immédiatement suivi de l’aube de l’anarchie. Si cette vision de la transformation sociale semble en apparence naïve (les anarchistes savent bien que la réalité ne sera pas aussi facile), on peut y voir en creux le refus d’une nécessaire période de transition, de la dictature du prolétariat prônée par les marxistes-léninistes.

Vous insistez sur l’aspect poétique de ce fameux Grand Soir, mais les révolutions l’ont-elles jamais été ?

De nombreux textes qui appellent à la révolution ou qui célèbrent des révolutions passées sont poétiques. De là à dire que les révolutions ont déjà été poétiques…

On taxe souvent les radicaux politiques de doux rêveurs tout en les associant au chaos. Ces diverses appréciations ne sont-elles pas d’ordre à discréditer une pensée, et ses acteurs ?

Tout à fait ! Au premier abord, cette association est d’ailleurs curieuse. Et surtout méprisante. Ces appréciations sont souvent le fait des meilleurs gardiens de l’ordre social institué. Taxer les radicaux politiques de doux rêveurs ou, pire !, d’« utopistes » permet de les présenter comme étant inoffensifs, de dire qu’ils peuvent bien continuer de rêver puisqu’ils ne constitueraient finalement pas une menace pour le système en place. Mais une crainte subsiste. Le pouvoir ne redoute rien tant que l’imagination. Alors on tente de les discréditer en les associant au chaos, image aux connotations prétendument négatives, pour qu’on ne soit pas tentés d’adhérer à leurs thèses.

Vous faites un lien entre le Grand Soir et la propagande syndicaliste révolutionnaire. Au contraire du Grand Soir, la grève générale est un mythe qui perdure aujourd’hui. À votre avis, pourquoi ?

La grève générale a peut-être un peu perdu de sa prégnance, mais elle galvanise encore de nombreux militants. Si elle n’est plus envisagée comme une grève insurrectionnelle qui mènera au Grand Soir, la grève générale a toujours une visée émancipatrice pour les syndicalistes révolutionnaires. Elle se veut expropriatrice, est un moyen pour établir la justice sociale. De plus, la pratique de la grève, ce moment où le travail s’arrête, est souvent un temps de partage et de solidarité, où l’on peut réfléchir ensemble à la société de demain. C’est aussi dans les luttes que s’inventent et s’imaginent les nouveaux mondes… Et la grève générale suscite encore de nombreuses inquiétudes. L’énergie déployée par les éditocrates et le personnel politique pour la discréditer en est une preuve assez convaincante. Ils s’échinent à la présenter comme un archaïsme, à désigner ceux qui en appellent à la grève générale comme les tenants d’un monde ancien, du « vieux monde ». Mais c’est bien parce qu’ils savent qu’ils ne pourraient rien faire face à un mouvement de grève générale réussi. Il me semble que 1995 en est un bon exemple !

Insurrectionnaliste ou syndicaliste, le Grand Soir est-il définitivement à ranger au rayon de l’Histoire ?

Je ne crois pas ! Je pense qu’il est intéressant de s’interroger sur la persistance de ce mythe qui fait partie de l’héritage du mouvement ouvrier, de le critiquer. Il serait en tout cas dommage d’en faire abstraction.

Publier aux éditions Libertalia a-t-il un sens historique, idéologique, économique ?

Tout à fait. J’avais envie de faire publier cette étude pour la partager, qu’elle ne reste pas dans les rayons d’une bibliothèque universitaire à prendre la poussière. Et Libertalia, qui vient de fêter ses dix ans, est une maison d’édition de critique sociale qui publie de nombreux bouquins sur le mouvement libertaire. J’étais donc très heureuse lorsqu’ils m’ont donné leur feu vert !

Ce travail aura-t-il des suites ?

J’aimerais bien, oui.

Programme de la journée de commémoration critique du centenaire : http://www.cnt-f.org/subrp/spip.php...



Imprimer cet article





Goûter-soirée de soutien à la grève des postier-e-s du 92
jeudi 18 - 22h22
Perquisitions à la FI : une agression politique sous couvert de « justice »
jeudi 18 - 21h49
de : JO
Le soutien du néo-nazi David Duke, ex-chef du KU Klux Klan, à Bolsonaro
mercredi 17 - 16h53
de : Smaïl Hadj Ali
1 commentaire
FO : démission imminente pour Pascal Pavageau ?
mardi 16 - 18h53
Climat et effondrement : « Seule une insurrection des sociétés civiles peut nous permettre d’éviter le pire »
mardi 16 - 09h57
de : jean 1
3 commentaires
L’ANARCHIE EXPLIQUÉE À MON PÈRE
mardi 16 - 09h10
de : Ernest London
Brésil. Le suprémaciste Steve Bannon. L’ami public commun de Jaïr Bolsonaro et Marine Le Pen.
lundi 15 - 20h32
de : Smaïl Hadj Ali
CAPITALISME ET DESTRUCTION
lundi 15 - 20h21
de : Nemo3637
« Plus qu’une marche pour le climat », mais est-ce suffisant ?
lundi 15 - 14h41
Emission : 1938 – Accords de Munich – France et Angleterre pactisent avec les nazis
lundi 15 - 12h37
de : Emission Polémix et La Voix Off
Txetx Etcheverry : « Contre le changement climatique, nous devons agir comme si nous étions en guerre »
dimanche 14 - 09h24
2 commentaires
Main basse sur l’énergie
samedi 13 - 23h04
de : Eliot Nénesse
Comité de soutien à la grève des postie-r-es du 92
samedi 13 - 17h28
202 jours : Soutenons les Postiers du 92 !
samedi 13 - 11h46
LÉO FERRE - LES ANARCHISTES
vendredi 12 - 21h03
de : jean 1
Brésil : les bolsonazis sèment la mort et le terreur
vendredi 12 - 16h19
de : Smaïl Hadj Ali
1 commentaire
Carrefour-Casino : l’emploi sacrifié sur l’autel des « synergies »
vendredi 12 - 14h49
de : David André
LE CAPITALISME A-T-IL UN AVENIR ?
vendredi 12 - 12h48
de : Ernest London
Réforme des retraites : comprendre l’arnaque en 8 minutes
jeudi 11 - 14h56
1 commentaire
LE FLINGUEUR DE CES DAMES - C’est l’heure de l’mettre
jeudi 11 - 10h20
de : Hdm
les postier-e-s des 10ème et 19ème arrondissement en grève majoritaire depuis mardi !
mercredi 10 - 23h20
Le Brésil sur la voie du fascisme ?
mercredi 10 - 12h22
de : Smaïl Hadj Ali
2 commentaires
Olivier ROSAY, militant SUD PTT : nouvelle mise à pied prononcée !
mercredi 10 - 09h46
de : olivier
Bure la porte ferme mal
mardi 9 - 22h28
de : hibou
Le nombre de manifestants ville par ville
mardi 9 - 19h17
Emission : L’Amour et la Révolution
lundi 8 - 12h33
de : Emission Polémix et La Voix Off
Rapports de force se la raconte
lundi 8 - 08h08
SAUVEZ UN LIEU ASSOCIATIF PARISIEN A RAYONNEMENT NATIONAL
dimanche 7 - 22h41
de : frank
Analyse politique : Une ferme, un monde, une guerre, la nécessité d’un réseau de résistance internationale (EZLN)
dimanche 7 - 22h11
de : ZAPATISTE
5 X 73 = 365 / Relancer la lutte des classes dans toute l’Europe !
samedi 6 - 00h49
de : Marc ARAKIOUZO
Faut-il pendre les entrepreneurs ?.
vendredi 5 - 20h50
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
« MIGRATIONS » : POUR UNE POSITION INTERNATIONALISTE RESPONSABLE
vendredi 5 - 15h58
de : Jo-dez
Reprendre c’est Reprendre !
vendredi 5 - 15h21
de : C’est l’heure de l’mettre
2 octobre 1968 : LA NUIT DE TLATELOLCO - massacre d’État au Mexique
jeudi 4 - 11h06
de : Ernest London
Il faut sauver le pavillon Aquarius
jeudi 4 - 10h12
1 commentaire
Discussions sur L’Afrique l’Algérie La Syrie
jeudi 4 - 00h00
de : SAÏD Bouamama
être né sous le signe de l’hexagone.
mercredi 3 - 22h11
de : L’iena rabbioso
Dégradation, Présidence et Doigt d’Honneur.
mercredi 3 - 19h40
de : Claude Janvier
RADICALISATION EXPRESS - Du gaullisme au Black Bloc
mardi 2 - 19h06
de : Ernest London
Licenciements : quatre délégués syndicaux en grève de la faim contre le plan social de Happychic
mardi 2 - 17h27

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Si les hommes auxquels le pouvoir est confié interprètent convenablement la réalité historique, ils peuvent favoriser des accouchements, les rendre moins pénibles, moins douloureux ou, au contraire, freiner tel ou tel progrès. Pierre Mendès France
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite