Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

{{Aurélie Carrier, qui participe à notre journée de commémoration critique du centenaire à préalablement répondu à plus
de : Ferdinand
samedi 11 novembre 2017 - 08h16 - Signaler aux modérateurs

Aurélie Carrier, qui participe à notre journée de commémoration critique du centenaire à préalablement répondu à plusieurs de nos questions.

Votre travail universitaire vous a orientée vers l’étude de ce que vous nommez un « rêve programmatique » de la Belle Époque. Est-ce à dire que, pour vous, l’utopie sociale ne peut s’entendre que dans une forme poétique ?

L’utopie sociale est porteuse d’un imaginaire dont la doctrine seule ne suffit à rendre compte. L’imaginaire, c’est un rêve éveillé, un moyen de se soustraire au réel, pour le critiquer, pour ouvrir des brèches – notamment par le langage poétique, mais pas exclusivement. La force du rêve, surtout quand il est grandiose comme dans le cas du Grand Soir, réside dans sa capacité à faire le lien entre la perspective révolutionnaire et les luttes concrètes, à exercer une fonction subversive. Il est l’un des ferments de l’action révolutionnaire. J’ai employé l’expression de « rêve programmatique » justement pour signifier que le « Grand Soir » n’est pas qu’une formule magique ou une parole incantatoire : c’est une figure d’explication globale (comment se fera la révolution sociale) en même temps qu’une promesse qu’il convient de garder à l’esprit tout en passant aux actes.

La révolution russe a-t-elle, pour vous, parfaitement remplacé l’espoir du Grand Soir ?

Je rejoins Éric Aunoble sur l’idée que la révolution russe a incarné – pour un temps – l’espoir du Grand Soir plus qu’elle ne l’a remplacé. L’espoir du Grand Soir avait connu un sérieux revers avec le déclenchement de la première guerre mondiale, en août 1914, synonyme d’échec des mots d’ordre internationalistes (d’une possible fraternité entre les peuples et d’une grève générale pour empêcher le conflit). La révolution russe de 1917, avec ses conseils d’ouvriers, de soldats et de paysans et le mot d’ordre « Tout le pouvoir aux soviets », ravive cet espoir et relance l’idée de révolution mondiale. Elle est accueillie avec enthousiasme par les classes populaires, on pouvait penser que le Grand Soir serait bientôt là ! Dans La Part du rêve[1], Danielle Tartakowsky écrit que les réunions préparatoires que la minorité révolutionnaire de la CGT organise à la veille du 1er mai 1919 « retentissent d’accents millénaristes et de fantasmes de “grand soir”, colorés par l’éclat de la “grande lueur qui vient de l’Est” ». Mais les tendances libertaires de la révolution russe ont vite été étouffées. La répression de la Makhnovtchina et de la révolte des marins de Kronstadt, en 1921, marque un tournant dans la prise de conscience des dérives autoritaires du pouvoir bolchévique. Et les militants anarchistes continuent d’annoncer la venue du Grand Soir, comme dans Le Chant du drapeau noir, écrit en 1922 par Louis Loréal : « Pourquoi ce drapeau teint en noir ? / Pourquoi cette teinte sinistre ? L’anarchie est faite d’espoir / Et la mort n’est pas son ministre. / Nous portons le deuil des méchants / Des ambitieux et des cupides, / Des capitalistes avides / Qui font couler du sang / pour leurs penchants. / Nous annonçons l’approche du Grand Soir / Où les tyrans iront au pourrissoir. / Le capital engendre tous les crimes / Et nous portons le deuil de ses victimes. »

Pensez-vous que le Grand Soir et la révolution d’Octobre pourraient avoir pour pendant Mythe et Réalité ?

En un sens, oui. Ce parallèle avait déjà été fait pour la première révolution russe. Un livre de Patrick de Laubier intitulé La Grève générale en 1905 a pour sous-titre « Le mythe français et la réalité russe[2] ». Dans la première décennie du 20e siècle, le syndicalisme révolutionnaire est en plein essor en France et affiche sa volonté de donner un contenu plus concret à l’imaginaire du Grand Soir. Son instrument, c’est la grève générale, qui est tout à la fois un moyen, une stratégie et un mythe mobilisateur. De nombreuses tentatives de grève générale voient le jour durant cette période (1906, 1910, 1912…), sans qu’elles n’aboutissent vraiment. Mais j’ajouterais que ce pendant entre « mythe » et « réalité » est imparfait : dans les représentations libertaires du Grand Soir que j’ai étudiées, le moment qui voit l’aboutissement de la révolution sociale émancipatrice et la mise en place d’une société harmonieuse est marqué par la fulgurance, le jaillissement. Le soir de la destruction de la société bourgeoise et capitaliste est presque toujours immédiatement suivi de l’aube de l’anarchie. Si cette vision de la transformation sociale semble en apparence naïve (les anarchistes savent bien que la réalité ne sera pas aussi facile), on peut y voir en creux le refus d’une nécessaire période de transition, de la dictature du prolétariat prônée par les marxistes-léninistes.

Vous insistez sur l’aspect poétique de ce fameux Grand Soir, mais les révolutions l’ont-elles jamais été ?

De nombreux textes qui appellent à la révolution ou qui célèbrent des révolutions passées sont poétiques. De là à dire que les révolutions ont déjà été poétiques…

On taxe souvent les radicaux politiques de doux rêveurs tout en les associant au chaos. Ces diverses appréciations ne sont-elles pas d’ordre à discréditer une pensée, et ses acteurs ?

Tout à fait ! Au premier abord, cette association est d’ailleurs curieuse. Et surtout méprisante. Ces appréciations sont souvent le fait des meilleurs gardiens de l’ordre social institué. Taxer les radicaux politiques de doux rêveurs ou, pire !, d’« utopistes » permet de les présenter comme étant inoffensifs, de dire qu’ils peuvent bien continuer de rêver puisqu’ils ne constitueraient finalement pas une menace pour le système en place. Mais une crainte subsiste. Le pouvoir ne redoute rien tant que l’imagination. Alors on tente de les discréditer en les associant au chaos, image aux connotations prétendument négatives, pour qu’on ne soit pas tentés d’adhérer à leurs thèses.

Vous faites un lien entre le Grand Soir et la propagande syndicaliste révolutionnaire. Au contraire du Grand Soir, la grève générale est un mythe qui perdure aujourd’hui. À votre avis, pourquoi ?

La grève générale a peut-être un peu perdu de sa prégnance, mais elle galvanise encore de nombreux militants. Si elle n’est plus envisagée comme une grève insurrectionnelle qui mènera au Grand Soir, la grève générale a toujours une visée émancipatrice pour les syndicalistes révolutionnaires. Elle se veut expropriatrice, est un moyen pour établir la justice sociale. De plus, la pratique de la grève, ce moment où le travail s’arrête, est souvent un temps de partage et de solidarité, où l’on peut réfléchir ensemble à la société de demain. C’est aussi dans les luttes que s’inventent et s’imaginent les nouveaux mondes… Et la grève générale suscite encore de nombreuses inquiétudes. L’énergie déployée par les éditocrates et le personnel politique pour la discréditer en est une preuve assez convaincante. Ils s’échinent à la présenter comme un archaïsme, à désigner ceux qui en appellent à la grève générale comme les tenants d’un monde ancien, du « vieux monde ». Mais c’est bien parce qu’ils savent qu’ils ne pourraient rien faire face à un mouvement de grève générale réussi. Il me semble que 1995 en est un bon exemple !

Insurrectionnaliste ou syndicaliste, le Grand Soir est-il définitivement à ranger au rayon de l’Histoire ?

Je ne crois pas ! Je pense qu’il est intéressant de s’interroger sur la persistance de ce mythe qui fait partie de l’héritage du mouvement ouvrier, de le critiquer. Il serait en tout cas dommage d’en faire abstraction.

Publier aux éditions Libertalia a-t-il un sens historique, idéologique, économique ?

Tout à fait. J’avais envie de faire publier cette étude pour la partager, qu’elle ne reste pas dans les rayons d’une bibliothèque universitaire à prendre la poussière. Et Libertalia, qui vient de fêter ses dix ans, est une maison d’édition de critique sociale qui publie de nombreux bouquins sur le mouvement libertaire. J’étais donc très heureuse lorsqu’ils m’ont donné leur feu vert !

Ce travail aura-t-il des suites ?

J’aimerais bien, oui.

Programme de la journée de commémoration critique du centenaire : http://www.cnt-f.org/subrp/spip.php...



Imprimer cet article





Les députés LREM... interdits de collaborer avec leurs alliés à l’Assemblée
vendredi 17 - 14h20
de : Étienne Girard
1 commentaire
Chiffres du chômage de l’Insee au troisième trimestre 2017. Non au chômage remplacé par la précarité
vendredi 17 - 14h18
de : CGT
18 NOVEMBRE : UNE OCCASION INÉDITE DE FAIRE CONVERGER TOUTES LES LUTTES LORS DE LA MARCHE NATIONALE SUR L’ÉLYSÉE
vendredi 17 - 11h45
de : Front Social
1 commentaire
Le vilain secret de la libération de Raqqa : Une vidéo de 7 minutes glaçante (video)
vendredi 17 - 11h40
de : Audrey Duperron
Les réponses de Mélenchon aux questions fouille-merde de l’Express
vendredi 17 - 11h19
de : Pierrick Tillet
1 commentaire
Une répression syndicale "jamais vue" au ministère du Travail, selon des syndicats
vendredi 17 - 11h06
Un journaliste de “C à vous” écarté de la visite présidentielle après ses questions aux Insoumis (videos)
vendredi 17 - 09h25
de : M. F.
1 commentaire
Nov 15 La culture victime des options ultralibérales du gouvernement
vendredi 17 - 08h43
Pourquoi l’élection d’une députée LREM a été invalidée
vendredi 17 - 08h35
de : Olivier Pérou
SAISONS - Nouvelles de la ZAD
vendredi 17 - 07h26
de : Ernest London
LE SILENCE DES BLAIREAUX
vendredi 17 - 00h08
de : irae
Mobilisation contre les ordonnances : le miracle n’a pas eu lieu
jeudi 16 - 21h04
de : Stéphane Ortega
1 commentaire
A propos de Charlie-Hebdo.
jeudi 16 - 16h46
de : L’iena rabbioso
Chirurgie esthétique et chirurgie réparatrice
jeudi 16 - 16h28
de : C’est quoi la différence entre chirurgie esthétique et réparatrice
LES BLANCS CONTRE LES ROUGES / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 16 - 12h00
de : Hdm
1 commentaire
TOUS A L’ELYSEE SAMEDI 18 !!! (video)
jeudi 16 - 11h07
de : Mat76
La jeune Russie des Soviets, paradis de l’écologie ?
jeudi 16 - 10h46
de : Paul Ariès
Poissy : mobilisation pour soutenir les élus CGT accusés de séquestration
jeudi 16 - 09h03
Macron est un fléau ! Le 16 on manifeste tous ensemble, le 17 on continue et le 18 novembre on marche sur l’Elysée
jeudi 16 - 08h49
"ENCORE UNE GRÈVE ? " EH OUI, ENCORE !
jeudi 16 - 08h44
de : Théo Roumier
#RDLS46 : MAJORITÉ SEXUELLE, CLIMAT, LAÏCITÉ, LAFARGE, NUCLÉAIRE, INVESTISSEMENTS, LIBAN (Video)
jeudi 16 - 08h38
de : JEAN-LUC MÉLENCHON
Soutenu par la CGT, un salarié de la CGT attaque la direction de la CGT aux prud’hommes
jeudi 16 - 08h26
de : Vincent Vantighem
KOBANE CALLING
jeudi 16 - 07h46
de : Ernest London
RETRAITES : Le Sénat supprime la hausse de la CSG !
mercredi 15 - 17h54
de : JO
Lyon, un laboratoire permanent de l’extrême droite en France
mercredi 15 - 16h26
La France d’Emmanuel Macron capitule devant les paradis fiscaux et pire, elle les imite
mercredi 15 - 13h26
de : Alain Deneault
1 commentaire
L’incroyable fuite organisée de djihadistes avant la chute de Raqqa
mercredi 15 - 12h49
de : Yohan Blavignat
Une centaine de "marcheurs" vont quitter le mouvement vendredi, à la veille du congrès
mercredi 15 - 08h48
4 commentaires
Jeudi 16 novembre 2017 à 11h à Versailles, solidarité avec les 9 militants CGT de PSA Poissy !
mercredi 15 - 07h55
MAIN BASSE SUR LA TERRE – Land grabbing et nouveau colonialisme
mercredi 15 - 07h36
de : Ernest London
MARCHE NATIONALE DU 18 NOVEMBRE : CREER LA SURPRISE
mardi 14 - 23h46
de : LD
Emplois aidés : une mobilisation pour l’instant dispersée…
mardi 14 - 21h26
de : Eve76
ASSISES OUTRE MER : UNE NOUVELLE ESCROQUERIE
mardi 14 - 19h24
de : UNION GENERALE DES TRAVAILLEURS DE GUADELOUPE
Communiqué de l’UCR-CGT : Vers une baisse générale des pensions ?
mardi 14 - 18h00
de : JO
Pourquoi je refuse de saluer Emmanuel Macron à la cérémonie d’hommage du 13 novembre
mardi 14 - 13h40
de : Michael Dias
3 commentaires
Réaction aux déclarations des autorités israéliennes
mardi 14 - 12h52
de : Groupe « La France insoumise » à l’Assemblée nationale
1 commentaire
MACRON VISE UNE DEFAITE DURABLE DU PEUPLE FRANCAIS, COMME THATCHER AVEC LES GREVISTES MINEURS ANGLAIS !
mardi 14 - 11h21
de : Brigitte pascall
4 commentaires
Appel des organisations de jeunesse : Non à la sélection à l’entrée de l’université !
mardi 14 - 09h40
ÉLISE LUCET HARCELÉE… L’INFORMATION EST UN DANGER POUR MACRON
mardi 14 - 09h04
de : Info’Com-CGT
Renoncements en série sur l’écologie : N. Hulot doit répondre à l’urgence nucléaire
mardi 14 - 08h41
de : Greenpeace France
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Ce n'est pas la conscience des hommes qui détermine leur existence, c'est au contraire leur existence sociale qui détermine leur conscience. Karl Marx
Facebook Twitter Google+
Info Com-CGT.jpg
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
Télévision. «  Pour le Che, la guérilla devait avoir ses propres médias  » (vidéo)
lundi 9 octobre
de Laurent Etre
1 commentaire
Un documentaire Che Guevara, naissance d’un mythe, qui met l’accent sur le rapport du guérillero-ministre à sa propre image et le rôle potentiellement révolutionnaire des outils d’information. Entretien avec son auteur, Tancrède Ramonet. Votre documentaire s’intitule Che Guevara, naissance d’un mythe. Qu’entendez-vous par «  mythe  »  ? Tancrède Ramonet Je l’entends au sens de Roland Barthes, qui définissait le mythe comme un « (...)
Lire la suite
Video live : grève générale, la foule est immense à Barcelone
mardi 3 octobre
Le cortège, immense, impossible d’en distinguer le début ou la fin. Plus des 87% des travailleurs sont en grève générale, affectant tous les secteurs d’activités.
Lire la suite
Avec ses ordonnances Travail, Macron a réussi à nous refourguer… le CPE pour tous
dimanche 1er octobre
de Thomas Vampouille
Les ordonnances voulues par Emmanuel Macron pour réformer le code du travail facilitent sensiblement le licenciement d’un salarié en CDI ayant moins de deux ans d’ancienneté. Et les indemnités prévues ne sont pas lourdes. Finalement, Marianne a calculé que cela revient au même que le fameux CPE que la rue avait fait enterrer. En pire, même… C’est la ministre du Travail elle-même qui nous mis la puce à l’oreille. Si vous ne l’avez pas vu, Muriel Pénicaud (...)
Lire la suite
Travail : ton univers impitoyable - Cash investigation (video intégrale)
jeudi 28 septembre
Les enquêtes de l’émission présentée par Élise Lucet se sont concentrées sur Lidl France et Free, mettant en avant la souffrance au travail et les licenciements avec des séquences parfois choquantes.
Lire la suite
Oui tous ensemble le 28 septembre avec les retraité-e-s
jeudi 28 septembre
de UCR Union Confédéral des Retraités
Parce qu’une fois de plus le gouvernement s’attaque à leur pouvoir d’achat, aux services médicaux et sociaux, neuf organisations appellent les retraité-e-s à se mobiliser dans les départements sous des formes diverses le 28 septembre. Haro sur le pouvoir d’achat des retraités Au printemps dernier plus de 12 000 retraité-e-s se sont exprimé-e-s dans une enquête lancée par nos organisations. 80 % des personnes retraitées indiquent que leur situation financière (...)
Lire la suite
Soutenez la création d’un nouveau média citoyen (video)
mardi 26 septembre
2 commentaires
Signez cette pétition ici : https://www.change.org/p/media-citoyen Quand l’information et la culture sont trop souvent traitées comme des marchandises, quel rôle les citoyen·ne·s peuvent-ils encore jouer pour faire vivre le pluralisme et le débat ? Cette question appelle une réponse qui ne saurait attendre. Un peu partout, des millions de gens s’investissent et agissent sur leur quotidien sans attendre le bon vouloir des pouvoirs publics et à contre-courant des puissances (...)
Lire la suite
Marche du 23 septembre contre le coup d’État social (vidéo)
dimanche 24 septembre
de Jean-Luc Mélenchon
Le samedi 23 septembre 2017, 150 000 personnes se sont rassemblées place de la République pour s’opposer au coup d’État social d’Emmanuel Macron. Jean-Luc Mélenchon a expliqué que la bataille contre les ordonnances de Macron ne faisait que commencer et a appelé la jeunesse à se mobiliser. Il a lancé un appel aux organisations syndicales pour qu’elles prennent la tête d’une ample mobilisation à laquelle les insoumis apporteront leur (...)
Lire la suite