Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Le patriarcat compris comme dynamique sociale
de : Christian DELARUE
lundi 25 novembre 2019 - 01h23 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

Le patriarcat compris comme dynamique sociale

Au lieu de le voir comme un état (ou une photo) on va le voir ici comme une tendance opposée à une force de réduction ou abolition, comme un processus, une dynamique sociale et historique . Une tendance peut être relativement stabilisée dans un sens ou dans un autre .

Le patriarcat comme système de domination peut être soit bridé comme dans le patriarcat réduit, soit accentué, renforcé comme dans l’hyper-patriarcat.

L’hyper-patriarcat relève de la revendication globale des contre-mouvements réactionnaires (religieux ou non) s’opposant durement aux conquêtes féministes des 50 dernières années.

 Le patriarcat peut être BRIDE par des lois, par des groupes sociaux pro-égalité H/F actifs et en position de le réduire voire de le détruire face aux masculinistes.

On parlera alors de "patriarcat réduit" car il maintient néanmoins une sub-culture du « chacun à sa place » ou comme le dit Yvan Joblonka (1) " la femme, en raison de sa biologie (utérus, poitrine), reviennent les responsabilités maternelles et ancillaires. Évidemment, considérer qu’aux organes féminins correspondent certaines servitudes relève d’une interprétation biaisée du corps humain. Les hommes, eux, monopolisent toutes les responsabilités extérieures, les pouvoirs politiques, militaires, économiques, et les privilèges qui vont avec ».

 Le patriarcat, au lieu d’être bridé, un peu comme le capitalisme par un Etat social dans certaines formations sociales d’après 1945, peut au contraire être RENFORCE par l’absence d’un droit qui criminalise le viol ou la prostitution.

Dans l’hyper-patriarcat, il y a pleine reconnaissance de la complémentarité hiérarchique des sexes, au sein de laquelle l’homme tient la position supérieure. Yvan Jablonka précise que « Cette préséance est double : responsabilités extérieures, mais aussi à l’intérieur du foyer. La femme n’y règne que par délégation. Elle s’occupe de ses enfants à lui, elle met à disposition son corps, y compris sur le plan sexuel. Dès lors que la femme doit obéissance à son mari en échange de sa protection, la notion de viol conjugal est inenvisageable. On voit bien comment, dans ce contexte, la violence physique est toujours possible : si le deal patriarcal n’est plus respecté, la violence devient un mode de régulation pour rappeler que chacun doit rester à sa place. »

On voit bien dans ce passage que si la « double préséance » peut perdurer dans un système de "patriarcat réduit" il n’en va pas de même du « devoir d’obéissance » de la femme au mari (ou compagnon) qui n’existe plus en droit mais aussi en fait dans les couples les plus éloignés du modèle patriarcal, surtout quand la femme dispose de son autonomie financière. Des complémentarités partielles peuvent certes subsister au sein d’un fonctionnement global d’égalité et de liberté de chacun.

Christian DELARUE

Le 1 hebdo - « Le féminicide est l’échec sanglant du patriarcat » https://le1hebdo.fr/journal/numero/273/le-fminicide-est-l-chec-sanglant-du-patriarcat-3572.html

http://amitie-entre-les-peuples.org/Le-patriarcat-compris-comme-dynamique-sociale-Christian-DELARUE



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Le patriarcat compris comme dynamique sociale
25 novembre 2019 - 01h48 - Posté par Christian DELARUE

CNDF pour le 23 nov 19

Deux structures féministes ( Abandon de Famille, Collectif National pour les Droits des Femmes, ou personne : Gwenola Sueur, collaboratrice du rapport ) ayant participé au contre-rapport soumis au Grevio en avril 2018 par 11 ONG , prennent acte du rapport publié par cet organe spécialisé indépendant chargé de veiller à la mise en œuvre, par les Parties, de la Convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique (Convention d’Istanbul).

Elles prennent acte des mesures signalées comme évoluant de façon positive par le GREVIO, (tout en émettant certains doutes) telles l’instauration de la Grande Cause Nationale, l’efficacité de l’information des victimes ou les mesures prises dans le cadre du travail. Mais surtout elles tiennent à alerter sur les TRÈS nombreux manquements, souvent graves, remarqués par les expert.e.s chargé.e.s d’évaluer le respect, par la France, du traité international :

 l’inefficacité du Service du Droit des Femmes, par manque de légitimité, comme autorité de coordination interministérielle dans la lutte contre les violences
 le manque de visibilité des « ressources affectées » et le « manque de prévisibilité des financements publics »
 l’absence de fil conducteur dans les 5 plans interministériels de lutte contre les violences faites aux femmes
 la disparition des « commissions départementales de lutte contre les violences »
 les difficultés dans le recueil des données statistiques
 la place négligeable accordée aux violences psychologiques au sein du couple
 "une absence totale de dispositifs juridiques aptes à protéger les femmes des violences économiques", d’études et chiffres en la matière, ainsi que des campagnes de sensibilisation portant sur ce type de violence conjugale en particulier.
 le manque d’application de la loi de 2001 prévoyant 3 heures d’information sexuelle par an des élèves
 les lacunes sur la formation des professionnel-le-s
 les graves lacunes dans les stages de « sensibilisation des auteurs »
 une sonnette tirée très fort « face à l’insuffisance alarmante de dispositifs d’hébergement spécialisés destinés aux femmes victimes de violences », insuffisance qui est le « reflet de politiques qui peinent à reconnaître la spécificité des violences faites aux femmes et tendent à les assimiler à d’autres types de violences et de comportements criminels. »
 Le Grevio constate que pour bénéficier d’un logement social, il faut disposer d’une ordonnance de protection, parcimonieusement délivrée.
 le manque de centres d’urgence d’accueil des victimes de violences sexuelles, sans nécessité de dépôt de plainte
 de graves déficiences dans le repérage des enfants témoins co-victimes des violences conjugales entrainant l’absence de mise en place de dispositifs appropriés
le peu de signalements de violences opérés par les professionnel-le-s.Le Grevio préconise une protection juridique contre les représailles.
 le peu d’efficience des mesures visant à protéger les enfants : le retrait l’autorité parentale est exceptionnel même en cas de condamnation définitive, l’exercice conjoint de la parentalité est maintenu sous forme de résidence alternée. Le Grevio note que les dispositifs de protection contre les violences peuvent même se retourner contre les victimes. Il souligne qu’il y a un doute sur la capacité parentale des victimes, une tendance à dévaloriser leur parole au nom d’un prétendu « symptôme d’aliénation parentale ».
 le risque accru de violences post séparation
 le peu de reconnaissance des violences psychologiques au sein du couple
 l’absence de présomption de non-consentement d’un.e mineur.e de 15 ans à tout acte sexuel avec un majeur
 la correctionnalisation fréquente du crime de viol
 le fait que le mariage forcé ne soit pas une infraction pénale
 le risque que la médiation pénale ne soit acceptée que par « par peur de violences futures ou de représailles de la part de l’auteur des violences. »
 le nombre très faible de dépôts de plaintes. Il en note l’augmentation avec #MeToo, ce qui nécessite des moyens supplémentaires. A ce sujet, il note « l’efficacité des interventions des associations spécialisées aux fins d’accroître les taux de plaintes (qui) est avérée. Dans les cas de violences sexuelles, un tiers des victimes soutenues par le Collectif féministe contre le viol alerte la police après s’être confiée au numéro d’écoute nationale tenu par cette association : ce taux est trois fois plus élevé que la moyenne. »
 « le défaut de connaissance des dispositifs existants ( de la part des professionnel.le.s) ainsi que les préjugés et attitudes discriminatoires issus d’une culture patriarcale (qui) continuent à parsemer d’embûches le parcours des victimes. »
 les difficultés procédurales rencontrées par les victimes lors du dépôt de plainte
le faible taux de condamnation à l’exception du harcèlement sexuel
 l’ordonnance de protection qui est très peu utilisée. Elle ne concerne pas tous les formes de violences. Elle est souvent accompagnée de demande de preuves, de dépôt de plainte, la notion de « danger » et de « vraisemblance » est fluctuante,les délais d’attribution sont trop longs, etc. Bref, le dispositif en l’état est inaproprié, notamment pour les victimes étrangères dont l’obtention d’une carte de séjour renouvelable est conditionnée à l’obtention d’une ordonnance de protection .
le fait que des femmes en situation irrégulière se rendant au commissariat pour déposer plainte se fassent arrêter.
 les barèmes extrêmement bas pour obtenir l’aide juridictionnelle
les « fortes disparités territoriales dans la procédure suivie pour délivrer le titre de séjour »
 des « retards considérable dans la délivrance des permis de séjour » qui « entravent le parcours des victimes pour sortir des situations de violence »
la difficulté à faire reconnaître les « violences fondées sur le genre » comme motif pour se voir attribuer le droit d’asile.

Les deux structures se félicitent de la pertinence des points soulevés dans ce rapport et se tiennent prêtes à continuer à collaborer avec le GREVIO en matière de suivi de l’application des mesures soulignées.

Elles considèrent aussi qu’il est temps d’élargir la thématique du « Grenelle » afin d’y inclure toutes les violences et de profiter de l’opportunité pour se mettre en conformité avec les recommandations du Grevio.

http://www.collectifdroitsdesfemmes.org/spip.php?article515



Le patriarcat compris comme dynamique sociale
25 novembre 2019 - 11h51 - Posté par Raymond H

Le patriarcat, me semble-t-il, ce n’est pas uniquement la domination de l’homme sur la femme (j’appellerai plutôt cela le "sexisme" sur la base d’une idéologie misogyne), c’est surtout la domination du père, du patriarche sur toute la famille, donc y compris les garçons. Ces derniers, en attendant d’être adultes ou adolescents et donc de se défaire de l’autorité du père, sont éduqués (y compris donc par leur mère) pour devenir de futurs patriarches. Bien sûr ce patriarcat qui date d’avant les religions monothéistes encore en place, a été repris, théorisé par ces religions pour maintenir une domination sociale des gouvernants ; comme si ceux-ci déléguaient au père une partie de l’application de cette domination, en contrepartie de pouvoirs illusoires sur sa vie. Donc, sans être un fondement originel de l’idéologie bourgeoise, le patriarcat en est un des piliers. Tout comme le sexisme, le racisme. Cela lui permet de diviser pour mieux régner.
Ceci n’empêche pas de nos jours qu’une partie de cette même bourgeoisie s’oppose à ce patriarcat, ce sexisme ou ce racisme, parce que ces piliers vieillissent sur le plan idéologique et donc ils ont moins d’efficacité, et cela créé plus de tensions et donc de problèmes sociétaux, que s’en n’en résout. Mais, malgré tout, ces piliers subsistent encore ans les sociétés humaines.
Gageons que la bourgeoisie trouvera d’autres solutions pour maintenir sa société en place ; le communautarisme cultuel pouvant en être une ; par exemple.






Convergence des luttes : 5 décembre : les manifs dans plus de 45 villes en France ! à suivre... (vidéos)
dimanche 8 - 11h37
de : nazairien
4 commentaires
LA TERRORISATION DÉMOCRATIQUE
dimanche 8 - 11h31
de : Ernest London
Jamais 2 sans 3
samedi 7 - 18h14
de : jean1
3 commentaires
Un peu plus de musique
samedi 7 - 18h08
de : jean1
UN PEU DE MUSIQUE
samedi 7 - 17h58
de : jean1
Suppression des régimes de retraites des parlementaires ?
samedi 7 - 09h08
de : Jean-Marie Défossé
Reportage photo : Manifestation à Paris pour les retraites- jeudi 5 décembre 2019
vendredi 6 - 21h39
de : jean1
Grève de la destruction du monde à Saint-Victor
vendredi 6 - 18h36
de : AMASSADA
Comment Maduro, a t il pu laisser faire cela, livrer « Stan Maillaud » au psychopathe macron (vidéo)
vendredi 6 - 17h07
de : nazairien
1 commentaire
Verdi, ancien « vrai journaliste », nous fait, une analyse extremement détaillée de cette puissante mobilisation du 5-12
vendredi 6 - 15h44
de : nazairien
1 commentaire
Quand les riches détruisent des bâtiments publics, avec le soutien de la justice
vendredi 6 - 13h00
de : Louisette
1 commentaire
Les Etats-Unis se hasardent-ils à considérer la CHINE comme une République bananière ?
jeudi 5 - 22h46
de : JO
Le principe de continuité du mouvement de grève
jeudi 5 - 20h03
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
6 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm
VIOLENCE D’ETAT, VIOLENCE REVOLUTIONNAIRE
mercredi 4 - 19h55
de : Nemo3637
Pas d’argent pour les Retraites ?
mercredi 4 - 17h49
1 commentaire
Spectacle ’Du Gabon à la Russie’ le 7 décembre à Nantes : exil, amour, justice
mercredi 4 - 00h41
Retraites des fonctionnaires : ça va saigner pour les enseignants, les paramédicaux et les agents territoriaux
mardi 3 - 14h01
« Rassemblement non stop » : les pompiers veulent occuper la place de la République une semaine entière (vidéo)
lundi 2 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
En grève jusqu’à la retraite !
lundi 2 - 12h47
de : jean1
2 commentaires
Acte 55 Gilets Jaunes à Toulouse ! Témoignage d’un vrai REPORTER !
dimanche 1er - 20h40
de : JO
CRITIQUE du TRAVAIL salarié et de la RELIGION
dimanche 1er - 15h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Vous avez dit : Un monde multipolaire ? Autre démonstration !
samedi 30 - 10h58
de : JO
1 commentaire
EPO et Hamster chinois.
vendredi 29 - 18h03
de : L’iena rabbioso
L’éruption de la faim - C’est l’heure de l’mettre !
vendredi 29 - 12h44
de : Hdm
1 commentaire
CONVERGENCE DES LUTTES : Contribution !
vendredi 29 - 12h14
de : JO
BOLIVIE : La succession d’EVO Morales assurée et organise la Résistance !
vendredi 29 - 11h25
de : JO
Un 5 décembre fort ou exceptionnel ! L’état de la mobilisation secteur par secteur
vendredi 29 - 07h36
1 commentaire
Xavier Kemlin, star déchue de la complosphère d’extrême-droite
jeudi 28 - 17h21
de : Blanqui75
1 commentaire
BOLIVIE : suite du complot contre EVO MORALES + corruption à la clé !
jeudi 28 - 11h57
de : JO
1 commentaire
Rafael Correa (ancien président de l’équateur) reçoit Evo Morales, (coup d’état et lutte de classes) (vidéo)
jeudi 28 - 11h32
de : nazairien
1 commentaire
La mort de Sami Abu Diak, prisonnier politique palestinien
jeudi 28 - 10h34
de : librinfo74 via jyp
Greve du 5 décembre
jeudi 28 - 10h04
de : jean 1
ARGENTINE : Alberto Fernandez Président élu, refusera le crédit du FMI !
jeudi 28 - 10h03
de : JO
Gilets jaunes : les interdictions de manifestation, l’autre face de la répression
mercredi 27 - 13h11
1 commentaire
Le monarque se prépare-t-il à lancer ses brutes contre notre Jeunesse ?
mardi 26 - 23h50
de : JO
BOLIVIE : A lire absolument ce que nos médias aux ordres ne vous diront pas !
mardi 26 - 16h15
de : JO
1 commentaire
C’est quoi : un pognon de dingue ?
mardi 26 - 15h22
de : JO

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Sous un gouvernement qui emprisonne injustement n'importe qui, la vraie place d'un homme juste est en prison. Henry David Thoreau (1817-1862)
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite