Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Entretien avec Roberto Ferrario, un des membres fondateurs du Collectif Bellaciao
de : Gabriele
mercredi 15 février 2006 - 16h16 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires
JPEG - 87 ko

A l’occasion du quatrième anniversaire du Collectif Bellaciao, Gabriele, de la Via della Rucola, s’entretient avec l’un de ses membres fondateurs, Roberto Ferrario.

de Gabriele

Interview (sur Radio Têtard - en italien)
-Ecoutez l’interview !
-Téléchargez le mp3

J’ai connu le Collectif Bellaciao après l’interview de Sabina Guzzanti, que vous pouvez consulter ici et dont j’ai publié de larges extraits sur mon site.

Je m’étais promis de parler de ce groupe qui est présent aussi bien dans la réalité de la lutte parisienne, et pas seulement, que sur Internet avec son propre site.

Roberto, avec qui j’ai bavardé récemment de façon trés agréable, nous explique un peu mieux de quoi il s’agit.

Roberto a répondu aux questions sur Bellaciao mais aussi à quelques questions sur le rapport entre "homosexualité et politique" et plus particulièrement entre "homosexualité et gauche".

Voici donc une synthèse de notre rencontre, au cours de laquelle, sans aucune prétention particulière, nous avons ébauché le début d’une discussion qui est d’ailleurs demeurée inachevée pour des raisons de temps. J’espère que vous la trouverez vous aussi intéressante...


JPEG - 26.2 ko

 Gabriele Quand et pourquoi le Collectif Bellaciao est-il né ?

Roberto Il y a 4 ans, le 10.2.2002 exactement, il est né de l’exigence d’être plus au contact de la situation parisienne et française. Nous sommes nés dans la période de préparation du Forum social parisien où nous avons développé une très forte activité. Aujourd’hui encore le Collectif Bellaciao est bien présent dans le Forum social.

 Gabriele Comment s’explique le nom Bellaciao ?

Roberto Nous cherchions un nom que tout le monde connaisse au niveau international, définissant tout de suite notre collocation politique, clairement de gauche.

 Gabriele De quoi le Collectif s’occupe-t-il ?

Roberto D’un point de vue culturel il organise des projections de films suivies d’un débat , des concerts, des fêtes, finissant toujours par un moment où l’on se réunit, on se retrouve ensemble. Le Collectif gère quatre sites bellaciao.org, un italien, un français, un anglais et un espagnol. Les rédactions sont distinctes, au sens où il n’y a pas forcément les mêmes articles dans les quatre langues. Nous avons aussi une activité politique sur le terrain, en participant au luttes locales, aux manifestations et aux grands débats politiques, comme par exemple la campagne pour le non à l’occasion du référendum sur le TCE, dans laquelle le Collectif a été très actif. En plus du Collectif Bellaciao né à Paris il y a quatre ans il y a aujourd’hui trois autres Collectifs Bellaciao ailleurs dans le monde : l’un à Manchester, en Grande Bretagne, l’autre à Cordoba en Argentine et un troisième en cours de constitution en Italie. Les quatre Collectifs sont indépendants au sens où ils ont leur spécificité et ils ont une dimension locale.

 Gabriele On peut dire que ceux qui participent à Bellaciao sont actifs au niveau local et sur Internet parce que vous avez des correspondants.

Roberto Le site devient l’instrument d’information, et même d’une certaine façon de coordination au sens où s’il y a une manifestation à Manchester la camarade Mariangela nous envoie le compte-rendu de la manifestation en informant tout le monde de ce que le Collectif a fait, en particulier à Manchester. Il peut s’agir aussi d’une analyse au sujet de la politique de Blair, de la préparation du Forum social d’Athènes, etc.

 Gabriele Le Collectif dispose-t-il d’un siège où se rencontrent ses adhérents et ses sympathisants ?

Roberto Il n’a pas de siège physique, mais un quartier de Paris où l’on se rencontre (en effet je vais y aller après l’interview) qui s’appelle Ménilmontant. Nous fréquentons quelques cafés de ce quartier qui a une longue tradition politique. Toutefois notre objectif est d’arriver à avoir un siège.

 Gabriele Y a-t-il une forme d’adhésion à Bellaciao, du genre inscription ?

Roberto Pour le moment non. L’adhésion est libre : si tu partages nos idées, nos actions, tu participes.

 Gabriele Qu’est-ce qui unit donc le Collectif Bellaciao ? Quelles sont vos lignes d’action ?

Roberto Il est indiscutable que la présence des Italiens est très forte. Nous amenons dans les pays où nous vivons à l’étranger nos méthodes, nos conceptions, nos analyses. Nous faisons un gros travail sur la méthode de faire de la politique, sur l’ouverture vers le mouvement et sur le rapport avec les partis. Nombre d’Italiens militant dans le Collectif Bellaciao sont inscrits à un parti précis, en Italie, pour faire en sorte que Berlusconi ne regagne pas les prochaines élections. Il faut donc voter l’Unione, pour être très clairs, mais à la différence de ce qui se passe dans les partis constituant cette alliance, nous nous attachons au contenu, au sens où, à notre avis, il ne suffit pas de dire votons l’Unione contre Berlusconi, parce que même dans l’Unione nous trouvons des idées qui ressemblent à celles du petit Duce. Il ne s’agit pas d’un niveau personnel (il n’y aura plus peut-être le conflit d’intérêts), mais d’un niveau social, cf la position de Prodi sur la directive Bolkestein et sa dernière déclaration sur la manifestation de Rome pour le Pacs, folklorique à ses dires. Il y a de quoi rire.

 Gabriele Dans un document publié sur le site on soutient que les partis peuvent apprendre des mouvements, où la prise de conscience de l’insuffisance du seul militantisme dans les mouvements eux-mêmes traverse tôt ou tard une grande partie des activistes. J’aimerais que tu me dises quelque chose sur le rapport entre les mouvements et les partis et sur la raison pour laquelle on dit que militer seulement dans les mouvements serait insuffisant.

Roberto Tout d’abord, ce document qui est sur le site n’est pas la Bible, il est évolutif et il peut donc être rempli de contributions ultérieures. Mais les concepts demeurent. Nous théorisons un militantisme dans le mouvement qui ne soit pas une fin en soi. Nous ne pensons pas que le Mouvement soit la solution à tout. La solution peut être représentée par un ensemble de mouvements, de partis, de syndicats. On s’y plaît beaucoup mais nous essayons de garder les pieds sur terre : les mouvements ne durent pas à l’infini, ils se renouvellent, ils changent. Une fois fini un mouvement, en naît un autre : à la limite, nous pourrions dire qu’il suffit de suivre le mouvement pour y être toujours dedans. Nous serons toujours dans le mouvement mais notre but, bien qu’utopique, est d’avoir une société différente, de changer le monde. Nous pensons qu’avoir une conception de mouvement est limité et que le rapport mouvements/partis est très important. Il est important d’avoir des portes ouvertes entre les deux, qu’ils se respectent. C’est une erreur de militer totalement dans un parti, comme de militer totalement dans un mouvement. Nous n’en avons pas la preuve mais nous le pensons. Si nous nous trompons nous reviendrons en arrière, nous changerons. Il est intéressant de réussir à vivre le mouvement en le traduisant en proposition politique. Avec le plus grand respect pour les militants des partis politiques, ceux-ci ne devraient pas entrer dans les mouvements pour imposer leurs idées mais pour porter leur expérience, pour absorber toutes les choses positives que le mouvement peut leur donner.

 Gabriele Dans le document "Qui sommes-nous" on dit aussi que le Collectif envisage de développer le contact avec d’autres mouvements contre la domination non seulement de classe mais aussi de genre, ethnique et d’orientation sexuelle. Qu’est-ce que ça veut dire pour vous ?

Roberto Il y a des aspects qui vont au-delà des objectifs qu’un mouvement peut avoir, qui traversent les mouvements, les partis, les revendications spécifiques. Le problème, par exemple, du racisme n’est pas spécifique d’une revendication syndicale d’augmentation salariale ou contre un licenciement. L’orientation sexuelle produit le même problème, la problématique de l’homosexualité dépasse la spécificité d’une lutte. On entre dans un problème de société : il n’y a pas besoin, à la limite, d’être un mouvement dans un parti pour subir des affronts dans la rue, des regards, des discriminations dans ton travail, dans ton école, des commentaires, etc. Nous pensons qu’il s’agit de luttes transversales, qui vont au-delà des mouvements spécifiques, très importantes.

 Gabriele Que fait le Collectif Bellaciao à ce sujet ?

Roberto Nous essayons d’appliquer ce que nous pensons. Pour être clair, la lutte contre la discrimination sexuelle n’est pas notre lutte principale, et je pense que cela serait une erreur de la part d’un parti ou d’un mouvement. A moins qu’il s’agisse d’un mouvement spécifique pour la défense des droits des homosexuels. Le problème de l’homosexualité dans la gauche est un problème historique : la gauche n’a jamais tenu un discours clair. Même chez nous, il peut s’en trouver certains qui ont un rapport différent avec cette problématique. Je ne comprends pas à quoi est due cette méfiance. Dans les instances de parti, de mouvement, un homosexuel a souvent des difficultés à avoir des responsabilités politiques, même dans la gauche radicale, communiste, alternative. Même dans le mouvement altermondialiste. Je défie qui que ce soit de me donner des éléments substantiels d’un débat profond sur l’homosexualité dans les Forums sociaux. On se lave la conscience en donnant un espace. Dans la société, il y a aussi des espaces pour les homos : à Paris par exemple il y a un très beau quartier qui s’appelle Marais, où les homos se rencontrent. La problématique homosexuelle mériterait beaucoup plus d’attention. Certains me diront encore une fois qu’il y a d’autres problèmes plus importants.

 Gabriele Je ne sais pas s’il est utile de faire une échelle de priorité parce qu’on risque de tomber dans le vieux piège de la gauche d’il y a quelques années : la solution du problème sera une conséquence de la révolution mais le véritable problème est celui de la lutte de classe.

Roberto Je n’y crois pas au discours "nous ferons la révolution d’abord et nous résoudrons le problème ensuite". Le fait qu’en général ceux qui dirigent le mouvement posent le problème en ces termes doit attirer notre attention sur un problème sérieux, qu’on ne doit pas mettre de côté mais auquel on doit s’attaquer comme à tout autre. Il faut plus d’une réunion pour discuter de ce problème. Il faut comprendre pourquoi dès que nous savons que quelqu’un est homosexuel nous ne lui faisons plus confiance. Je sens que je n’arrive pas à répondre complètement à ta question.

 Gabriele Et pourquoi ?

Roberto Parce qu’elle est complexe.

 Gabriele Quand on parle de militantisme et de pratique politique, il est difficile de parler de sexualité en général, de sa propre sexualité et éventuellement de sa propre homosexualité. Quand je parle de sa propre homosexualité je ne parle pas que de l’homosexualité de ceux qui se définissent homosexuels, mais aussi d’une partie de la sexualité qui peut être celle de la personne concrète qui est devant toi, du militant politique qui est hétérosexuel parce qu’il se définit ainsi. Personne n’est prêt à se mettre en discussion - c’est mon avis - sur ces thèmes. C’est pourquoi à la fin reste une distance, une méfiance. Tout au plus on peut arriver à dire, à gauche : je te comprends et j’essaie d’établir un dialogue avec toi. C’est déjà beaucoup, mais se mettre en discussion est plus difficile, c’est une autre chose. Il faudrait parler de soi, de sa propre expérience, de son propre vécu et cela surtout dans certains milieux de la gauche radicale est très difficile parce que c’est un discours complètement exclu. A partir des mouvements homosexuels modernes, contemporains, qui sont nés après ’68 - en France il y avait en 70-71 le FHAR, par exemple, alors qu’en Italie naissait le FUORI - ces groupes partent de leur vécu et mettent en discussion la manière de faire de la politique, la méthode de discussion politique. Ils développent une critique au militant classique machiste qui essaie d’imposer sa propre opinion dans les réunions.

Roberto Est-ce que la phrase qu’on disait dans ces années là, le personnel est politique, te dit quelque chose ?

 Gabriele Bien sûr, c’est une phrase qui est vraie aujourd’hui aussi.

Roberto Il faut encore travailler sur cette phrase. Dans les années 70, on disait qu’il était très important de parler de ses problèmes personnels. A l’époque les liens étaient très forts, pas seulement à l’école, à l’usine ou dans le quartier. Dans ce climat on s’apercevait très tôt que quelque chose n’allait pas dans la tête de certains. Dans la réunion, il était très important pour nous de ne pas faire de distinction nette entre le personnel et le politique. Personnellement, je n’arrivais pas à coordonner une réunion sur un thème précis en regardant le visage du camarade qui allait très mal, en faisant semblant de ne rien voir. Combien de fois j’ai dit arrêtons. Ce n’était pas de la thérapie de groupe mais peut-être...

 Gabriele L’auto-conscience

Roberto Oui. Peut-être, cela fait rire aujourd’hui. Je l’ai vécue et cela m’a plu, et même parmi toutes les conneries que nous avons faites, les choses dures que l’on a vécues, c’est une des rares expériences qui soient restées dans ma tête comme une chose positive. L’auto-conscience était quelque chose de sublime parce qu’elle créait des liens plus profonds. Nous entrions dans un contexte bien plus intime, plus privé. Dans la gauche, nous avons cette vision que le responsable est intègre, qu’il ne s’abaisse pas à des compromis. Parler du privé est une bassesse.

 Gabriele Ce nœud reste : la sexualité est une partie délicate de ton privé.

Roberto C’est là qu’intervient le respect de l’autre. Tu peux faire un effort surhumain mais même si tu dis je te comprends en effet tu ne comprends rien. C’est un problème de respect.

 Gabriele La sexualité est une question sur laquelle tout le monde se sent fragile. Nous ne devons pas prétendre parler de la sexualité, de l’homosexualité, de l’hétérosexualité de l’autre. Nous devons parler de la nôtre.

Roberto C’est ça. Pourquoi les homosexuels nous font-ils tant peur, à nous les hétéros ? Ils nous font peur pour ce que nous sommes nous-mêmes, les dits hétéros, qui nous cachons violemment notre côté féminin. En cachant ce côté que nous avons en nous, l’homosexuel que nous avons devant nous nous représente, ou plutôt il représente ce que nous refusons de nous-mêmes. Donc forcément il nous fait peur parce qu’il est un symbole de faiblesse, de contradiction, de mystère, de peur.

 Gabriele Pour rester plus terre-à-terre si tu veux, nous vivons dans une société machiste aujourd’hui encore. Le féminin est dévalué dans notre société, il est en soi un symbole d’infériorité. Mais dans la pratique, ou dans les réflexes inconscients, nous ne nous posons même pas ce problème. Considérer le féminin comme inférieur amène à considérer l’homosexualité aussi comme quelque chose d’inférieur.

Roberto Pourquoi ne pas considérer notre côté féminin comme quelque chose qui enrichit notre sensibilité, notre possibilité de comprendre les choses, plutôt qu’en faire une phobie ? Nous disons que cela n’existe pas mais quand nous avons un homosexuel devant nous nous ne pouvons plus dire que notre côté féminin n’existe pas. J’ai mes contradictions mais je les accepte. De toute façon je sais que ce côté existe et qu’il m’accompagne.

 Gabriele Pour moi la normalité n’existe pas : c’est un concept que je refuse parce qu’il est hypocrite. Il y a là-dedans l’idée de majorité, de standard, de plus grande fréquence, de logique.

Roberto C’est un concept très ambigu qui fait mal à la gauche parce qu’il ressemble au vieux mythe égalitaire. On s’habille tous pareil, en abolissant ainsi les différences de classe. C’est faux que nous sommes égaux. Etre égaux c’est respecter les différences. La différence est quelque chose qui enrichit. A qui fait peur l’homosexuel ? Aux hétérosexuels, et spécialement aux mâles. Parce que l’homme pour le moment a le pouvoir. Toutes les formes qui sortent des canons du pouvoir, et donc le côté féminin chez les mâles, sont considérés inférieures. Et l’homosexuel est donc vu comme la plus haute expression de ce que nous avons refusé et représente ce que nous ne voulons pas de nous-même. Il nous fait peur, nous devenons méfiants et cette chose la gauche la vit pleinement.

 Gabriele Il existe encore une discrimination envers les femmes, les homosexuels : alors peut-être les quotas ne sont-ils pas une erreur.

Roberto Je savais que tu en viendrais là. C’est une solution de repli. C’est comme une rustine. Comme nous n’arrivons plus à créer des mouvements conscients, de révolte contre une certaine morale, nous pensons arriver à résoudre le problème par les lois. L’histoire nous montre le contraire : nous ne pouvons plus déléguer. Si nous acceptons que les problèmes soient résolus par la loi nous ne participerons plus à n’importe quelle autre lutte. Aujourd’hui nous avons encore peut-être la force de faire approuver des lois, mais demain nous ne l’aurons plus parce que il n’y aura même plus le mouvement. Si déjà aujourd’hui les lois ne sont pas le résultat de luttes conscientes et vécues à tous les niveaux de la société, le moment arrivera où nous n’aurons pas la force de faire approuver ces lois parce que nous n’aurons plus de représentants au gouvernement ou au parlement. Je pense que c’est une fausse route. L’émancipation sociale par le biais des lois, au parlement, à la longue est suicidaire.

 Gabriele Comment changer alors ?

Roberto En faisant en sorte qu’il y ait les militants qui redonnent la conscience. Nous sommes responsables de l’impossibilité de convaincre les gens de la crise du militantisme, du manque d’envie de se réunir, de manifester. Il est inutile de dire que c’est la faute du pouvoir, qui est toujours là pour nous détruire. C’est nous qui avons changé, qui nous sommes vendus, qui nous sommes accommodés...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Entretien avec Roberto Ferrario, un des membres fondateurs du Collectif Bellaciao
16 février 2006 - 16h15

Bonjour,

je profite de cet interview pour remercier les animateurs de Bellaciao pour tout le boulot qu’ils font… De temps en temps vous laissez passer un article inadmissible, mais je mets ça sur le compte de la difficulté à gérer toute cette joyeuse foire pluraliste…
Petit témoignage d’internaute :

L’an dernier, pendant la campagne contre le tce, deux médias, pour l’essentiel, m’ont fait basculer dans le camp du non : Le Nouvel Obs (merci aux éditos arrogants de Jacques Julliard et aux mensonges de Jacques Delors)... et Bellaciao avec un foisonnement de textes super-précis et argumentés (notamment ceux de Jennar, Lordon, Généreux, Blei trach et beaucoup d’autres), tout ça dans une grande atmosphère de diversité et de pluralisme.

Cette année je trouve qu’il y a un certain déséquilibre : une pléthore de « machins bidules » à la limite de l’ésotérisme et qui souvent finissent par brouiller un problème grave et urgent qui nécessiterait de la clarté (exemple : les dangers d’une guerre de Bush contre l’Iran)…

Comme je sais qu’il n’est pas possible d’avoir moins de ce que j’appelle les "machins bidules" (on hurlerait à la censure, et sans doute à juste titre), est-il possible de faire un appel pour avoir plus de textes plus sérieux, par exemple, et ce n’est qu’un exemple – attention je sens que ça va hurler dans les chaumières virtuelles—du courant « verts pour le non » et du courant socialiste anti-libéral (je suppose qu’il y a des sites où l’on peut les trouver, mais j’ai pas vraiment le temps de trop naviguer.) On peut être sûr que chaque fois ils se feront copieusement injurier, mais peu importe, dans l’affaire, le pluralisme et la réflexion politique seront gagnants...

Ce que j’en dis...

Grazie compagni

Tristan



> Entretien avec Roberto Ferrario, un des membres fondateurs du Collectif Bellaciao
16 février 2006 - 19h06 - Posté par

Merci à Roberto et à toute son équipe pour cette belle lucarne d’évasion.

Quant à Tristan auto-proclamé sur ce forum, inspecteur des travaux finis et donneur de médailles, j’ai un message à lui transmettre par les voies célestes du virtuel :

Ce qui fait la richesse et la beauté de bellaciao c’est justement toute cette énergie différente et hétéroclite. C’est ce « déséquilibre voulu » au fil du rasoir entre l’analyse fouillée, la politique, l’ésotérisme, la réaction viscérale, la.poésie, la liberté d’expression etc...etc...

Le défrichage d’un chemin de traverse par le biais de sensibilités différentes pour un questionnement constructif. Sans oublier les rires et la musique....

Alors ton sérieux Tristan, va le chercher chez les grimaceux. Ils sont légion de l’autre côté du versant et ils nous ont déjà conduit tout droit dans le mur.

Viva Bellaciao sans changer une virgule.

Mata a ri


> Entretien avec Roberto Ferrario, un des membres fondateurs du Collectif Bellaciao
16 février 2006 - 19h47 - Posté par

Message reçu, Mata a ri, cinq sur cinq... Que j’aille voir "de l’autre côté du versant" ? Pas la peine, depuis tout à l’heure j’ai déjà lu vingt autre messages qui m’ont fait perdre ma grimace... Viva Bellaciao, mais les virgules ont déjà changé...
Tristan, parfois grimaceux, parfois pas.


> Entretien avec Roberto Ferrario, un des membres fondateurs du Collectif Bellaciao
24 février 2006 - 10h49 - Posté par

Tristan,

Voyons, de la censure ? Perso je n’en ai jamais éprouvé, peut-être des nettoyages nécessaires (insultes et autres) mais de la censure ?!!! ou alors dis lesquels.

C’est peut-être un des seuls suppors sans censure, en réalité ! Le jour où j’ai découvert que c’étaient des refondateurs je n’en revenais pas, je les prenais pour des anars non dogmatiques ! En tous cas, si le parti a sa ligne, celle de bellaciao est une ligne de Presse unique dans son genre, c’est exceptionnel.

Sans article "indamissible" - aux lecteurs ou aux autres éditeurs d’en faire la critique par la voie interactive des réponses - ce qui est de toutes façons subjectif, il n’y aurait pas de débat ; le débat ce n’est pas sur les nuances seulement mais aux extrêmes, parfois ; on serait dans l’Huma, où seuls les articles inadmissibles qui passent sont ceux de la direction :)

Quant à la diversité, évidemment, plus encore que pour les articles "inadmissible"s qui donennt d’autant plous de force aux engagements critiques des autres articles, ou des internautes, là encore, on serait dans l’huma, lequel pour normaliser sa ligne éditoriale censure à blanc tous ses forums en ligne.

Si la ligne éditoriale est de diversité c’est un choix de l’éditeur : pourquoi le censurer puisqu’il ne nous censure pas ?

Personnellement je pense que Roberto fait un boulot extraordinaire, tout à fait exceptionnel en matière de gestion des libertés de la culture et des engagements, mais aussi d’ouverture à la différence, à la différence totale, sans quoi on ne peut faire un monde.

Bellacio est un monde éditorial libre et pour la liberté - j’espère :) Bravo Roberto.

On a fait du boulot ensemble un peu partout par écrit, pendant le referndum, non ? Ce qui veut dire qu’on peut s’entendre utilement et efficacement lors d’épisodes critiques, sur des objectifs particuliers pour lesquels on allie les idées, totalement unies pour un moment nécessaire à la victoire, et non par fusion ni par adhésion qui sont des pertes d’autonomie. Sans Roberto, je n’’aurais jamais RENCONTRE Bellaciao, avec des différences de mes points de vue par rapport à la ligne du parti, où perso je ne peux pas être - dans aucun parti je ne pourrais être : mais je salue ici ces camarades italiens de "l’Etranger" et me sent leur ami e.

Roberto : non seulement un journaliste formidable et un travailleur impénitent, mais aussi un militant exceptionnel qui vous le fait à l’intelligence au don à l’affection ;-) Il y a eu une grande générosité ici sur la cause des réfugiés politiques italiens en France. Plus que cela, même, c’éait le seul endroit où on pouvait publier librement à un rythme effrenné, presque cedlui du spam. Et il fallait bien ça... pour relever l’opinion de la bêtise : on publiait ici et hop, on allait mettre le lien sur les listes, et hop, la communiaction critique avait été assurée malgré la censure ou l’idéologie environnante qui règnait alors absolument partout, même à gauche, à l’ordinaire !

Orphé e





Les manipulations de macron, pour "piller" , nos retraites révélées au grand jour
lundi 9 - 20h13
de : nazairien
2 commentaires
Delevoye et le think tank "Parallaxe"
lundi 9 - 13h59
de : Mat
2 commentaires
Les liaisons troubles de Jean-Paul Delevoye avec le milieu de l’assurance !
lundi 9 - 11h43
de : lullal
3 commentaires
Emission - Grève SNCF : Cheminots et cheminotes luttent pour tout le monde !
lundi 9 - 11h14
de : Emission Polémix et La Voix Off
(video) Pour gagner : « reconduction, auto-organisation, généralisation » de la grève
lundi 9 - 07h13
2 commentaires
Grève : le scénario catastrophe d’un "lundi noir" se précise, la RATP et la SNCF alarmistes
dimanche 8 - 19h08
de : nazairien
Le labyrinthe.
dimanche 8 - 16h14
de : L’iena rabbioso
(video) « Nos camarades de la SNCF et la RATP ne veulent pas de chèques, ils veulent qu’on fasse grève avec eux »
dimanche 8 - 16h06
Convergence des luttes : 5 décembre : les manifs dans plus de 45 villes en France ! à suivre... (vidéos)
dimanche 8 - 11h37
de : nazairien
6 commentaires
LA TERRORISATION DÉMOCRATIQUE
dimanche 8 - 11h31
de : Ernest London
Jamais 2 sans 3
samedi 7 - 18h14
de : jean1
3 commentaires
Un peu plus de musique
samedi 7 - 18h08
de : jean1
UN PEU DE MUSIQUE
samedi 7 - 17h58
de : jean1
Suppression des régimes de retraites des parlementaires ?
samedi 7 - 09h08
de : Jean-Marie Défossé
Reportage photo : Manifestation à Paris pour les retraites- jeudi 5 décembre 2019
vendredi 6 - 21h39
de : jean1
Grève de la destruction du monde à Saint-Victor
vendredi 6 - 18h36
de : AMASSADA
Comment Maduro, a t il pu laisser faire cela, livrer « Stan Maillaud » au psychopathe macron (vidéo)
vendredi 6 - 17h07
de : nazairien
2 commentaires
Verdi, ancien « vrai journaliste », nous fait, une analyse extremement détaillée de cette puissante mobilisation du 5-12
vendredi 6 - 15h44
de : nazairien
1 commentaire
Quand les riches détruisent des bâtiments publics, avec le soutien de la justice
vendredi 6 - 13h00
de : Louisette
1 commentaire
Les Etats-Unis se hasardent-ils à considérer la CHINE comme une République bananière ?
jeudi 5 - 22h46
de : JO
Le principe de continuité du mouvement de grève
jeudi 5 - 20h03
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
6 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm
VIOLENCE D’ETAT, VIOLENCE REVOLUTIONNAIRE
mercredi 4 - 19h55
de : Nemo3637
Pas d’argent pour les Retraites ?
mercredi 4 - 17h49
1 commentaire
Spectacle ’Du Gabon à la Russie’ le 7 décembre à Nantes : exil, amour, justice
mercredi 4 - 00h41
Retraites des fonctionnaires : ça va saigner pour les enseignants, les paramédicaux et les agents territoriaux
mardi 3 - 14h01
« Rassemblement non stop » : les pompiers veulent occuper la place de la République une semaine entière (vidéo)
lundi 2 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
En grève jusqu’à la retraite !
lundi 2 - 12h47
de : jean1
2 commentaires
Acte 55 Gilets Jaunes à Toulouse ! Témoignage d’un vrai REPORTER !
dimanche 1er - 20h40
de : JO
CRITIQUE du TRAVAIL salarié et de la RELIGION
dimanche 1er - 15h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Vous avez dit : Un monde multipolaire ? Autre démonstration !
samedi 30 - 10h58
de : JO
1 commentaire
EPO et Hamster chinois.
vendredi 29 - 18h03
de : L’iena rabbioso
L’éruption de la faim - C’est l’heure de l’mettre !
vendredi 29 - 12h44
de : Hdm
1 commentaire
CONVERGENCE DES LUTTES : Contribution !
vendredi 29 - 12h14
de : JO
BOLIVIE : La succession d’EVO Morales assurée et organise la Résistance !
vendredi 29 - 11h25
de : JO
Un 5 décembre fort ou exceptionnel ! L’état de la mobilisation secteur par secteur
vendredi 29 - 07h36
1 commentaire
Xavier Kemlin, star déchue de la complosphère d’extrême-droite
jeudi 28 - 17h21
de : Blanqui75
1 commentaire
BOLIVIE : suite du complot contre EVO MORALES + corruption à la clé !
jeudi 28 - 11h57
de : JO
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

On m'a dit que j'ai trois idoles : le Christ, Marx et Freud. Ce ne sont que des formules. En fait, ma seule idole est la réalité. Si j'ai choisi d'être cinéaste, en même temps qu'un écrivain, c'est que plutôt que d'exprimer cette réalité par les symboles que sont les mots, j'ai préféré le moyen d'expression qu'est le cinéma, exprimer la réalité par la réalité. Pier Paolo Pasolini
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite