Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

BUONGIORNO, NOTTE
de : Collectif Bellaciao
samedi 28 février 2004 - 01h40 - Signaler aux modérateurs

Traduction

A l’occasion de la sortie du film "Buongiorno notte" à Paris, une critique de Enrico Campofreda (ndlr)

"La phrase la plus monstrueuse qui soit : quelqu’un est mort au bon moment" Elias Canetti, Le territoire de l’homme

Un quart de siècle, presque en guise d’anniversaire. Enrico Bellocchio relit un épisode symbolique de la vie politique de l’Italie contemporaine, l’enlèvement et le meurtre d’Aldo Moro, d’un point de vue imagé. Par le finale où le président du Parti-Etat se promène dans les rues de Rome au clair d’une aube improbable, il propose une lecture rêvée. Par lui et par une partie du pays. Il y a volontairement peu de chose, dans ce film, de l’entrelacement et de l’intrigue de ces événements - devenus presque historiques vingt cinq ans après - qui concentrèrent les attentions, les tensions, les débats, les conflits de tous les sujets impliqués, bien au-delà des 55 jours de la détention.

Les partis, tous, étant donné que le 16 mars 1978 on lançait l’expérimentation de "solidarité nationale", une formule qui rassemblait la majorité et l’opposition autour du programme du gouvernement présenté par le Premier Ministre, Giulio Andreotti. Les personnalités, politiques ou non, mises en cause par celui qui avait été enlevé. En grande partie, ses collègues de la Démocratie Chrétienne. L’appareil répressif de l’Etat et son grand maître de cérémonie, le futur Président de la République, Francesco Cossiga. Les groupes et les mouvements politiques de l’extrême gauche qui considéraient les Brigades Rouges comme "des camarades qui se trompent". Les BR elles-mêmes, avec leurs structures logistiques et militaires et le cercle des sympathisants. Ils discutèrent, parlèrent, doutèrent tous. Ils firent et ils ne firent pas.

Mais Bellocchio néglige cette réalité qui certes a existé et a été importante. Il pointe son objectif sur une autre réalité : l’intérieur du repaire-prison, situé, pour la petite histoire, la via Montalcini à Rome. Dans un immeuble bourgeois, où l’on peut se camoufler mais où l’on risque de se faire découvrir par de banales rencontres avec la voisine du dessus qui perd son drap sur la terrasse d’autrui. Ce qui arrive à la brigadiste Braghetti (jouée par Maya Sansa) la seule femme du groupe de geôliers. Le rapport entre la mission à accomplir des très motivés "révolutionnaires" et l’expérience plus qu’avertie du politicien Moro - qui, dans les interrogatoires officiels ou dans l’intimité épiée, ne laisse rien ou presque rien transparaître de la tension et de l’angoisse qui le tenaillent - est tout en faveur du leader démocrate-chrétien. Bellocchio l’imagine compassé, précis, professoral tel qu’il apparaissait dans la vie publique et même calme, comme il n’était peut-être pas, quand il est resté non écouté par ses collègues du Parlement qui se moquaient de lui en parlant de ses délires épistolaires et de pro-brigadisme inconscient.

Moro, dans son trou, domine, face aux formules abstraites des proclamations brigadistes qui se succèdent, un interrogatoire après l’autre, avec une méticulosité bureaucratique. Les geôliers prônent des thèses mais ils ne trouvent que de maigres ou seulement partielles vérifications dans les vérités du prisonnier. Et ils deviennent eux-mêmes des prisonniers : du mythe de la Résistance trahie, d’un dogmatisme qui les auto-promeut Parti Révolutionnaire, d’un choix plus militariste que politique qu’ils poursuivent avec l’épilogue tragique de l’exécution. Moro est vu par le réalisateur au travers d’yeux très humains. C’est une personne âgée (exceptionnelle, l’interprétation qu’ en fait Roberto Herlitzka) qui peut être un père pour tout le monde, même pour les jeunes adversaires qui le séquestrent et, au bout de journées et d’interrogatoires tous pareils, se retrouvent presque dépaysés par sa figure encombrante et par leur projet.

L’épique avec laquelle, dans un passage, Bellocchio rapproche certaines lettres de Moro de celles des condamnés à mort de la Résistance constitue une sorte de béatification de l’homme d’Etat. Et elle fait partie d’une certaine iconographie de l’angélisme, chère à un réformisme dans lequel le réalisateur se reconnaît probablement. Pour souligner l’angoisse ainsi que le dégoût d’un homme, ancien puissant, resté seul, la citation d’un passage, parmi les plus dramatiques de ceux écrits par l’homme d’Etat abandonné et renié par les hommes restant dans les Palais du Pouvoir, aurait pu lui rendre un meilleur service. Ce passage se trouve dans la lettre à sa femme Noretta, écrite fin avril 1978, qui n’a été publiée que par certains journaux. "… Et Zaccagnini ? (Secrétaire de la Démocratie Chrétienne de l’époque, NdT) Comment peut-il rester tranquillement à sa place ? Et Cossiga (Ministre de l’Intérieur, puis Président de la République dans les années ’90, NdT) qui n’a su imaginer aucune défense ? Mon sang retombera sur eux".

Réalisation : Marco Bellocchio
Scénario : Marco Bellocchio
Librement inspiré de : "Il prigioniero" de Anna Laura Braghetti
Directeur de la photographie : Pasquale Mari
Montage : Francesca Calvelli
Interprètes principaux : Roberto Herlitzka, Maya Sansa, Luigi Lo Cascio, Piergiorgio Bellocchio, Paolo Briguglia
Production : Albatros, Rai Cinema
Origine : Italia, 2003
Durée : 105’
traduit de l’italien par Antonio

28.02.2004
Collectif Bellaciao



Imprimer cet article





TROIS QUESTIONS À CORINNE MOREL DARLEUX à propos de PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE
jeudi 19 - 09h40
de : Ernest London
1 commentaire
Climat : comment les syndicats préparent-ils la grève du 20 septembre ?
jeudi 19 - 08h46
1 commentaire
D’aucun devrait apprendre que nous vivons un monde Multipolaire et non plus unipolaire !
mercredi 18 - 17h02
de : joclaude
Assez cautionné le « dialogue social » bidon avec le gouvernement et ses représentants !
mercredi 18 - 13h26
de : Jodez
3 commentaires
Urgence pour l’Hôpital ! Urgence totale des luttes sociales !
lundi 16 - 22h07
de : Lepotier
ACTE 44 des Gilets Jaunes : Les BRUTES de macron à l’oeuvre ! (video)
lundi 16 - 19h17
de : joclaude
2 commentaires
Les "affaires" en régime macronien ! Vertueuse prédiction : Plus jamais ça ?
lundi 16 - 11h59
de : joclaude
2 commentaires
Venezuela : les très gênantes photos de Guaidó en compagnie des narco-paramilitaires colombiens
lundi 16 - 10h45
de : Olivier Arendt
Les sous-traitants du nucléaire en grève le 18 septembre contre le dumping social
lundi 16 - 08h11
DÉCÈS D’UN TORTIONNAIRE EN ALGÉRIE.
dimanche 15 - 15h17
de : Transmis par Nuits de septembre 1965
Que la Terre nous sauve.
samedi 14 - 13h27
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Mesures Buzyn, c’est du Coluche : Dites nous ce dont vous avez besoin, nous vous dirons comment vous en passer (vidéo)
samedi 14 - 13h12
de : nazairien
1 commentaire
MANIFIESTA 2019 - C’est l’heure de l’mettre !
samedi 14 - 11h47
de : Hdm
Patrick Balkany, proche de Sarkozy, condamné à 4 ans de prison ferme et incarcéré (vidéo Verdi)
vendredi 13 - 16h16
de : nazairien
10 commentaires
Les corbeaux , les vautours en passe de disparaître ?
jeudi 12 - 20h12
de : joclaude
1 commentaire
Réaction de LFI après la diffusion des images de Quotidien sur le jour des perquisitions (video)
jeudi 12 - 12h38
de : LFI
40 minutes d’images cachées : le coup monté médiatico-judiciaire contre LFI (video)
jeudi 12 - 08h57
de : L’Ère du peuple
1 commentaire
Je suis prêt ! « Et ainsi de suite… »
jeudi 12 - 08h44
de : Jean-Luc Mélenchon
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 - 08h41
de : Info’Com-CGT
Grèce : l’expérience autogestionnaire des Viome menacée
jeudi 12 - 08h04
Le Val-de-Marne, premier département de France à bannir le glyphosate
mercredi 11 - 09h40
de : Agnès Vives
2 commentaires
Perquisition chez Mélenchon... Un autre son de cloches (video)
mercredi 11 - 09h01
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 - 07h51
de : Roberto Ferrario
2 commentaires
Samedi 14 septembre 2019, les éditions Noir et Rouge présentent le second tome de La CNT dans la révolution espagnole de
mardi 10 - 22h09
de : Frank
UNE JUSTE COLÈRE - Interrompre la destruction du monde
mardi 10 - 13h55
de : Ernest London
1 commentaire
Le RN face à la destruction sociale
mardi 10 - 12h08
de : Christian DELARUE
3 commentaires
Toute la macronnerie : Menteuse ! La Révolution est permanente !
lundi 9 - 15h44
de : joclaude
4 commentaires
Gaspard Glanz (journaliste), à nouveau inquiété par la flicaille, ridiculise ces flics(quettes) (vidéo)
lundi 9 - 13h59
de : nazairien
Thales : petits meurtres entre amis, ou la politique des bâtons dans les roues
lundi 9 - 11h26
de : Bertrand F
Au moins 2000 gilets jaunes convergent à Montpellier pour leur rentrée
dimanche 8 - 15h42
2 commentaires
arret de la grêve de Petit Jean
samedi 7 - 12h32
de : promedic
"Opération Aéroport de Paris" : L’initiave citoyenne en action, dans le var (vidéo)
samedi 7 - 00h50
de : nazairien
Plan et marché à Cuba des années 1960 à aujourd’hui
vendredi 6 - 13h47
de : P. Del Castillo
2 commentaires
Les élucubrations de Stéphane Bern sur l’école au Moyen Âge
vendredi 6 - 11h09
de : Catherine Rideau-Kikuchi, Florian Besson
LA SOCIÉTÉ INDUSTRIELLE ET SON AVENIR
vendredi 6 - 06h41
de : Ernest London
2 commentaires
Rentrée catastrophe / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 5 - 22h19
de : Hdm
Grenelle des violences conjugales : le gouvernement répond aux féminicides par l’aumône
jeudi 5 - 16h51
1 commentaire
Yémen : les images rares d’une guerre qui embarrasse le gouvernement français (vidéo)
mercredi 4 - 23h15
de : Nazairien
2 commentaires
La société pharmaceutique Ferring impliquée dans un nouveau scandale ?
mercredi 4 - 16h13
de : Pharmawatch
Les empoisonneurs.
mercredi 4 - 15h17
de : L’iena rabbioso

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La guerre ne sert qu'à remplir vos poches et à éliminer mes proches. C'est pourquoi je n'irai pas. Vous ne me verrez pas au combat. Boris Vian
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite