Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

BUONGIORNO, NOTTE


de : Collectif Bellaciao
samedi 28 février 2004 - 01h40 - Signaler aux modérateurs

Traduction

A l’occasion de la sortie du film "Buongiorno notte" à Paris, une critique de Enrico Campofreda (ndlr)

"La phrase la plus monstrueuse qui soit : quelqu’un est mort au bon moment" Elias Canetti, Le territoire de l’homme

Un quart de siècle, presque en guise d’anniversaire. Enrico Bellocchio relit un épisode symbolique de la vie politique de l’Italie contemporaine, l’enlèvement et le meurtre d’Aldo Moro, d’un point de vue imagé. Par le finale où le président du Parti-Etat se promène dans les rues de Rome au clair d’une aube improbable, il propose une lecture rêvée. Par lui et par une partie du pays. Il y a volontairement peu de chose, dans ce film, de l’entrelacement et de l’intrigue de ces événements - devenus presque historiques vingt cinq ans après - qui concentrèrent les attentions, les tensions, les débats, les conflits de tous les sujets impliqués, bien au-delà des 55 jours de la détention.

Les partis, tous, étant donné que le 16 mars 1978 on lançait l’expérimentation de "solidarité nationale", une formule qui rassemblait la majorité et l’opposition autour du programme du gouvernement présenté par le Premier Ministre, Giulio Andreotti. Les personnalités, politiques ou non, mises en cause par celui qui avait été enlevé. En grande partie, ses collègues de la Démocratie Chrétienne. L’appareil répressif de l’Etat et son grand maître de cérémonie, le futur Président de la République, Francesco Cossiga. Les groupes et les mouvements politiques de l’extrême gauche qui considéraient les Brigades Rouges comme "des camarades qui se trompent". Les BR elles-mêmes, avec leurs structures logistiques et militaires et le cercle des sympathisants. Ils discutèrent, parlèrent, doutèrent tous. Ils firent et ils ne firent pas.

Mais Bellocchio néglige cette réalité qui certes a existé et a été importante. Il pointe son objectif sur une autre réalité : l’intérieur du repaire-prison, situé, pour la petite histoire, la via Montalcini à Rome. Dans un immeuble bourgeois, où l’on peut se camoufler mais où l’on risque de se faire découvrir par de banales rencontres avec la voisine du dessus qui perd son drap sur la terrasse d’autrui. Ce qui arrive à la brigadiste Braghetti (jouée par Maya Sansa) la seule femme du groupe de geôliers. Le rapport entre la mission à accomplir des très motivés "révolutionnaires" et l’expérience plus qu’avertie du politicien Moro - qui, dans les interrogatoires officiels ou dans l’intimité épiée, ne laisse rien ou presque rien transparaître de la tension et de l’angoisse qui le tenaillent - est tout en faveur du leader démocrate-chrétien. Bellocchio l’imagine compassé, précis, professoral tel qu’il apparaissait dans la vie publique et même calme, comme il n’était peut-être pas, quand il est resté non écouté par ses collègues du Parlement qui se moquaient de lui en parlant de ses délires épistolaires et de pro-brigadisme inconscient.

Moro, dans son trou, domine, face aux formules abstraites des proclamations brigadistes qui se succèdent, un interrogatoire après l’autre, avec une méticulosité bureaucratique. Les geôliers prônent des thèses mais ils ne trouvent que de maigres ou seulement partielles vérifications dans les vérités du prisonnier. Et ils deviennent eux-mêmes des prisonniers : du mythe de la Résistance trahie, d’un dogmatisme qui les auto-promeut Parti Révolutionnaire, d’un choix plus militariste que politique qu’ils poursuivent avec l’épilogue tragique de l’exécution. Moro est vu par le réalisateur au travers d’yeux très humains. C’est une personne âgée (exceptionnelle, l’interprétation qu’ en fait Roberto Herlitzka) qui peut être un père pour tout le monde, même pour les jeunes adversaires qui le séquestrent et, au bout de journées et d’interrogatoires tous pareils, se retrouvent presque dépaysés par sa figure encombrante et par leur projet.

L’épique avec laquelle, dans un passage, Bellocchio rapproche certaines lettres de Moro de celles des condamnés à mort de la Résistance constitue une sorte de béatification de l’homme d’Etat. Et elle fait partie d’une certaine iconographie de l’angélisme, chère à un réformisme dans lequel le réalisateur se reconnaît probablement. Pour souligner l’angoisse ainsi que le dégoût d’un homme, ancien puissant, resté seul, la citation d’un passage, parmi les plus dramatiques de ceux écrits par l’homme d’Etat abandonné et renié par les hommes restant dans les Palais du Pouvoir, aurait pu lui rendre un meilleur service. Ce passage se trouve dans la lettre à sa femme Noretta, écrite fin avril 1978, qui n’a été publiée que par certains journaux. "… Et Zaccagnini ? (Secrétaire de la Démocratie Chrétienne de l’époque, NdT) Comment peut-il rester tranquillement à sa place ? Et Cossiga (Ministre de l’Intérieur, puis Président de la République dans les années ’90, NdT) qui n’a su imaginer aucune défense ? Mon sang retombera sur eux".

Réalisation : Marco Bellocchio
Scénario : Marco Bellocchio
Librement inspiré de : "Il prigioniero" de Anna Laura Braghetti
Directeur de la photographie : Pasquale Mari
Montage : Francesca Calvelli
Interprètes principaux : Roberto Herlitzka, Maya Sansa, Luigi Lo Cascio, Piergiorgio Bellocchio, Paolo Briguglia
Production : Albatros, Rai Cinema
Origine : Italia, 2003
Durée : 105’
traduit de l’italien par Antonio

28.02.2004
Collectif Bellaciao



Imprimer cet article





FATIGUÉE
samedi 1er - 18h47
de : jean1
3 commentaires
BLACK AND WHITE
samedi 1er - 16h21
de : Nemo3637
Pénurie de gants ? La honte de ce régime ripoux !
vendredi 31 - 17h26
de : joclaude
VENEZUELA : L’IRAN ouvre à CARACAS son premier supermarché !
vendredi 31 - 16h48
de : joclaude
Report des élections Présidentielles en Bolivie.
vendredi 31 - 11h00
de : joclaude
Des personnalités appellent Darmanin à « soutenir » le policier « lanceur d’alerte »
jeudi 30 - 23h31
de : Christian DELARUE (MRAP)
1 commentaire
ATTAC : Gisèle Halimi n’est plus, Attac est en deuil
jeudi 30 - 00h06
de : Christian DELARUE (ATTAC)
Gisèle HALIMI, une grande militante - MRAP
mercredi 29 - 21h19
de : Christian DELARUE (MRAP)
BOLIVIE : La Centrale Ouvrière Bolivienne déclare une grève générale illimitée
mercredi 29 - 16h01
de : joclaude
29 juillet 1900 : un ouvrier anarchiste tue le roi d’Italie
mercredi 29 - 15h14
de : jean1
PLAN DE RELANCE EUROPÉEN : L’ARNAQUE MACRON
mardi 28 - 16h34
de : joclaude
1 commentaire
Fin des prospectus : les c…, ça ose décidément tout !
mardi 28 - 11h10
de : Michel B.
5 commentaires
Ceux qui doivent vivre et ceux qui doivent mourir ; la sélection
mardi 28 - 00h41
de : Jean-Yves Peillard
Affaire Girard-Coffin : Un effet Obono
lundi 27 - 23h03
de : Christian Delarue
4 commentaires
Un policier révèle des centaines de cas de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris
lundi 27 - 19h31
de : jean1
1 commentaire
OMISSION, DÉFORMATION, DÉSINFORMATION
lundi 27 - 17h32
COLOMBIE:L’Ambassadeur de Cuba en ce pays sollicité pour l’envoi de médecins !
lundi 27 - 15h37
de : joclaude
CASTEX : "Monsieur T2A", casseur de l’Hôpital
lundi 27 - 14h43
de : joclaude
L’Espagne se propose de rééduquer les prisonniers politiques
dimanche 26 - 22h51
de : Antoine (Montpellier)
3 commentaires
Le Covid-19 frappe plus durement les pauvres !
dimanche 26 - 16h36
de : joclaude
1 commentaire
NICARAGUA:Le président Daniel Ortega, a commémoré le 41e anniversaire de la révolution.
vendredi 24 - 11h21
1 commentaire
MEXIQUE:Certains devraient y réfléchir puisque apparemment, c’est possible !…
vendredi 24 - 10h48
de : joclaude
Séparatisme désormais !
jeudi 23 - 23h17
de : Christian Delarue
4 commentaires
LE MONDE CHANGE, l’impérialisme ne va pas tarder à s’en apercevoir !
jeudi 23 - 18h00
de : joclaude
Je n’ai qu’un cri : scandaleux !
jeudi 23 - 11h34
de : joclaude
LE SEGUR DE LA HONTE !
jeudi 23 - 11h08
de : joclaude
Tensions au Caucase : une diversion opportune pour Nikol Pashinyan ?
mercredi 22 - 20h58
2 commentaires
HONG-KONG : Pour savoir de quoi on parle !
mercredi 22 - 15h02
de : joclaude
3 commentaires
LIBÉRONS GEORGES IBRAHIM ABDALLAH
mercredi 22 - 09h46
de : jodez
MACRON PUTAIN, ENCORE 600 JOURS
mardi 21 - 21h05
de : joclaude
L’ODEUR DU CACA BRUN
lundi 20 - 18h47
de : Nemo3637
1 commentaire
20/07/2001 - 20/07/2020 : Carlo Giuliani
lundi 20 - 13h55
de : Roberto Ferrario
MA COMBINE CONTRE LE VIRUS : SANS CHEMISE SANS PANTALON !
lundi 20 - 10h54
de : Nemo3637
Petite revue des armes de la police
lundi 20 - 10h47
de : jean1
Contre la répression antisyndicale : rassemblement de soutien à Anthony
dimanche 19 - 18h38
de : CNT Relations-médias
LA DESINDUSTRIALISATION TUE
dimanche 19 - 07h52
de : jodez
Marche et Festival ADAMA RENDEZ-VOUS le samedi 18 juillet !
samedi 18 - 13h26
de : La vérité pour Adama
2 commentaires
Com. Commun Bayonne : MRAP - SOS Racisme La haine raciste ne peut être la réponse à la barbarie d’un crime abominable
vendredi 17 - 20h57
de : Ch Delarue (antiR)
2 commentaires
Le monarque face aux Gilets Jaunes aux Tuileries !
jeudi 16 - 16h26
de : joclaude
Venezuela : La production d’essence reprend grâce au soutien iranien
jeudi 16 - 11h57
de : joclaude
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite