Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Gênes hier et aujourd’hui (videos, film et photos)
de : Giustiniano Rossi
lundi 2 juillet 2007 - 12h41 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
JPEG - 58.4 ko

Dans trois semaines, ce sera l’anniversaire de la mort de Carlo Giuliani, le 21 juillet 2001, à Gênes, dans les circonstances que – en dépit de toutes les tentatives de les occulter – nous connaissons tous. Le Collectif Bellaciao et le Cercle "Carlo Giuliani" du Parti de la Refondation Communiste-Gauche européenne de Paris en rappellent le souvenir dans leur action de contre-information et de défense de ses idées dans l’engagement politique quotidien.

 La séquence photographique de l’homicide de Carlo Giuliani
 Bella Ciao, le film, 1ere partie
 Bella Ciao, le film, 2nd partie

De Giustiniano Rossi

Les faits de 1960

Le 30 juin 1960, quand le Mouvement Social Italien, fort du soutien que ses voix apportaient, au sein du parlement, au gouvernement chrétien-démocrate de Tambroni, convoqua son congrès national à Gênes, première ville italienne, Médaille d’or de la Résistance, à avoir contraint les forces nazi fascistes à se rendre le 25 avril 1945, la population s’insurgea…

Sur les effectifs des dirigeants des forces de l’ordre de l’époque, 15 bonnes années après la Libération, Pier Giuseppe Murgia fournit des données extrêmement instructives, rapportées par Renzo Del Carria dans "Proletari senza rivoluzione", Vol.V, ed. Savelli 1977, pp 13-19.

En 1960, il y avait 64 préfets de première classe [charge la plus haute dans la carrière préfectorale de l’époque, Ndt] dont tous, sauf deux, avaient été fonctionnaires du Ministère de l’Intérieur du gouvernement fasciste. Il y avait 241 sous-préfets dont la carrière s’était déroulée dans la bureaucratie du régime fasciste. Il y avait 10 inspecteurs généraux de Sécurité Publique dont 7 avaient accompli leur travail sous le régime fasciste. Il y avait 135 préfets de police dont 120 étaient entrés dans la police sous le fascisme.

Pour "gérer" l’évènement, Tambroni nomma comme préfet de police de Gênes un certain Lutri qui, durant le fascisme, avait été chef de la brigade politique de la préfecture de police de Turin et était connu pour avoir fait arrêter pendant la Résistance de nombreux partisans des formations de Justice et Liberté.

Le congrès fut empêché par les Génois qui livrèrent bataille dans les rues et sur les places de leur ville à de considérables forces de police et le gouvernement Tambroni dut démissionner quelques semaines plus tard mais des dizaines de travailleurs génois furent arrêtés et condamnés à de nombreuses années de réclusion.

A l’époque, comme en 2001, comme aujourd’hui, les seuls à être arrêtés et condamnés furent les antifascistes génois, on ne retrouve aucune condamnation de dirigeants des forces de l’ordre qui, pourtant, tirèrent sur les manifestants, exécutant d’ailleurs les ordres qu’ils avaient reçus.

Les procès pour les faits de 2001

Plus de 40 ans après, le comportement de la joyeuse – façon de parler – brigade des divers défenseurs de l’ordre, par ordre alphabétique Caldarozzi, Canterini, Colucci, De Gennaro, Ferri, Fournier, Gratteri Luperi, Manganelli, Mortola, Perugini, plus une vingtaine dont le nom nous échappe, qui doivent se défendre au tribunal, malgré eux, de très graves accusations à propos des faits bien connus de Gênes de 2001 où, à 23 ans, mourut Carlo Giuliani – 27 sur 29 se retranchent derrière la faculté de ne pas répondre, certains nient, d’autres mentent, d’autres se déchargent de leurs responsabilités sur des collègues qui entre-temps sont passés dans l’autre vie, d’autres fabriquent de fausses preuves, tous font obstacle et ralentissent comme ils peuvent, et ils peuvent beaucoup, l’établissement de la vérité – suggère une série de considérations.

On a parlé tant et plus ces jours-ci de la sortie de scène du Chef de la police, De Gennaro – placé sous enquête avec le préfet de police de Gênes de l’époque pour faux témoignage – que le Ministre de l’Intérieur Amato (rappelez-vous le docteur Sottile si cher à Craxi et à d’autres gentilshommes du même acabit) s’est empressé de récompenser par la charge de Chef de Cabinet dans son ministère et de l’entrée à sa place du préfet Antonio Manganelli, un des responsables de la gestion de la sécurité du G8 en juillet 2001 à Gênes.

De Gennaro avait été nommé Chef de la police en 2000 par le gouvernement Amato, confirmé par le gouvernement Berlusconi et reconfirmé par le gouvernement actuel, celui qui, étant donné le poids négligeable qu’y représente la gauche, garantit que, même si, grâce au résultat électoral, les musiciens changent, la musique reste toujours la même.

De Gennaro et Manganelli ne sont pas les seuls à être récompensés malgré leurs responsabilités dans les évènements de Gênes : les autres personnages cités ci-dessus, et d’autres encore qu’il serait ennuyeux de lister, ont tous fait de brillantes carrières, en effet, l’Etat les a justement promus pour avoir garanti – même si c’est au prix de quelques bavures – l’ordre "démocratique".

Quelle démocratie ?

Malgré l’évidence de ces faits, nombreux sont ceux qui s’attendent à ce que le gouvernement et l’Etat se comportent différemment, sur la base de l’idée qu’ils cultivent d’un état et donc d’une police et d’une magistrature au service du citoyen, différent de l’Etat réel, au service d’une classe – la classe dominante – et de ses alliés.

Il suffirait pourtant à ces citoyens sincèrement démocrates – il y en a même qui attendent encore que l’Etat s’excuse auprès des victimes de la "boucherie mexicaine" de Gênes (l’expression est de l’ex sous-préfet de police, aujourd’hui accusé, Fournier) – d’examiner avec attention les actes des procès dont est constituée l’histoire des tribunaux pour s’apercevoir que "la loi n’est pas égale pour tous" et ne l’a jamais été.

En Italie, comme dans n’importe quelle "démocratie occidentale", la loi est sévère avec les faibles et les pauvres alors que les riches – les "pouvoirs forts", si vous préférez – jouissent d’une impunité substantielle, quand elle n’est pas absolue, garantie par l’argent avec lequel ils paient leurs avocats ou, dans certains cas, les juges eux-mêmes.

Les riches et les puissants peuvent faire durer les procès jusqu’à prescription des délits pour lesquels ils sont placés sous enquête et même, parfois, modifier les lois dans leur intérêt personnel : le cas le plus éclatant est celui de Berlusconi, mais le "nôtre" n’est que la pointe de l’iceberg.

Tout le monde sait, même si tout le monde fait semblant de ne pas savoir, que les procès de Gênes – il a fallu plus de cinq ans pour y arriver – n’aboutiront jamais et que, même si l’on arrive à des condamnations en première instance, ces condamnations ne seront pas confirmées par les jugements successifs ou resteront en tout cas inopérantes à cause du dépassement des délais.

Aux citoyens démocratiques qui lisent la presse démocratique, qui écoutent et regardent la radio et la télévision démocratiques, qui s’apprêtent à voter pour le parti démocratique naissant, à qui l’analyse de la façon dont les procès se déroulent selon la classe d’appartenance des accusés ne suffit pas pour comprendre la nature de classe de l’Etat et de ses instruments, nous conseillons d’examiner la composition de la population carcérale.

Ils découvriront que, sauf exceptions qui confirment la règle, ce sont les pauvres et les faibles qui aboutissent en prison : pour ne citer qu’une seule donnée, le pourcentage des détenus migrants – catégorie pauvre et faible par excellence – avoisine 25% du total alors que les migrants représentent, comme on le sait, 5 à 6 % de la population italienne (l’Italie n’est pas le pire des cas, en effet, aux USA – fameux Eldorado des droits de l’homme – un Afro-Américain sur 4 aboutit en prison au cours de sa vie).

Continuité ?

En 2001, le vice-président du Conseil des ministres était Fini, ex dauphin du fusilleur de partisans Giorgio Amirante, secrétaire du Mouvement Social Italien – parti néofasciste constitué en 1946 malgré l’interdiction, ancrée dans la constitution, de reconstitution du Parti National Fasciste – le même Fini qui, informé de la mort de Carlo Giuliani, déclara élégamment que "il l’avait bien cherché".

Le fait que le secrétaire du parti néofasciste (ou postfasciste, mais cela revient au même) devienne vice-président du Conseil et ensuite ministre des Affaires Etrangères ne doit pas surprendre plus que cela dans les états qui se vantent d’un excès de démocratie au point de l’exporter, où la continuité est la règle et où – pour reprendre les mots de Tomasi di Lampedusa – tout change pour que rien ne change.

Quelques exemples : en Italie, comme dans la République fédérale allemande ou en France gaulliste qui a succédé à la France de Vichy, un nombre non négligeable de fascistes et de hauts fonctionnaires sont restés en place après la II° guerre mondiale (Maurice Papon, préfet de Gironde durant l’Occupation, responsable du massacre des Algériens du 17 octobre 1962 et Reinhardt Gehlen, chef des services d’espionnage hitlériens dans les pays de l’Est et fondateur du Service secret de l’Allemagne fédérale, le B.N.D., en sont deux exemples parmi de nombreux, trop nombreux, autres).

Pour maintenir son pouvoir, l’Etat est contraint parfois au cours de son histoire de se défaire de son masque démocratique et de montrer le dur visage du fascisme. Les gouvernements changent, la police, la magistrature, la bureaucratie, l’armée restent.

C’est une leçon que l’on ne finit jamais d’apprendre et que les faits de ces jours-là, ceux de 2001, ceux de 1960, à Gênes comme ailleurs, soumettent à nouveau à notre réflexion et à notre engagement pour que la discontinuité, ne soit pas qu’un espoir mais devienne une réalité.

JPEG - 112.3 ko
Le pere de Carlo : Giuliano Giuliani avec Roberto Ferrario

Le pére de Carlo : Giuliano Giuliani avec Roberto Ferrario






tué a 23 ans


Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Gênes hier et aujourd’hui (videos, film et photos)
3 juillet 2007 - 17h51

Court métrage/diaporama long à charger mais à voir absolument : "We’re winning don’t forget", réalisé par Jean-Gabriel Periot et produit par "Envie de Tempête". Bon visionnage :

http://jgperiot.free.fr/QT/wearewin...






Une fois le fascisme décongelé on ne peut pas le recongeler - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 20 - 22h09
de : Hdm
SYRIE : Israël aggrave dangereusement la tension Internationale !
mercredi 20 - 20h07
de : JO
BOLIVIE : Un nouveau coup d’Etat orchestré de la guerre économique des multinationales !
mercredi 20 - 19h54
de : J0
Hôpitaux : un plan d’urgence au rabais
mercredi 20 - 14h35
Emission : Allemagnes 89/90 - Réunification ? Ou colonisation ?
mardi 19 - 18h02
de : Emission Polémix et La Voix Off
2 commentaires
Gilets jaunes : sept Français sur dix trouvent le mouvement "justifié" et estiment qu’il a servi aux catégories populair
mardi 19 - 13h36
de : nazairien
1 commentaire
LA RAGE ET LA RÉVOLTE
mardi 19 - 12h42
de : Ernest London
Didier Maisto, directeur de "sud radio" , mais aussi, journaliste de terrain, témoigne sur l’acte 53 à Paris (vidéo)
lundi 18 - 23h02
de : nazairien
2 commentaires
3 Médias indépendants, au coeur de l’acte 53 à Paris, article de pierrick tillet (vidéos)
lundi 18 - 19h12
de : nazairien
Le peuple désarmé sera toujours vaincu ! Analyse à méditer en tout cas !
lundi 18 - 16h54
de : JO
2 commentaires
Le Préfet de police a « transformé par un tour de passe-passe bureaucratique des manifestants en délinquants »
lundi 18 - 16h40
de : JO
4 commentaires
Mémoire historique : Information et mise au point sur l’association « 24 août 1944 »
lundi 18 - 15h24
de : Miguel Campos
1 commentaire
Dimanche 17 Novembre, Paris, Acte 53 suite, Pas de repos pour les GJ ! (vidéo)
dimanche 17 - 21h16
de : nazairien
1er anniversaire, du combat des "gilets jaunes" AN II reprise des "ronds points" (vidéo)
dimanche 17 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
16 et 17 novembre : pas de cadeaux pour l’anniversaire des gilets jaunes
dimanche 17 - 19h32
2 commentaires
Les Forces de l’Ordre (quoique) ne devraient-t-elle nettoyer plus souvent la visière de leur casque
dimanche 17 - 18h34
de : jean-marie Défossé
Acte 53 Gilets Jaunes : Dissuasion ou interdiction perfide des manifs ; ?
dimanche 17 - 18h01
de : JO
Acte 53 Gilets Jaunes :Des policiers se font-ils passer pour des black blocs
dimanche 17 - 17h54
de : JO
Les réformes de Macron sont les vraies armes par destination
samedi 16 - 20h54
de : Xavier Marchand
1 commentaire
Une Transition Anticapitaliste est-elle encore possible ?
samedi 16 - 14h02
de : Lepotier
9 commentaires
Damien Saez, un artiste, qui n’a jamais renié ses engagements, chante l’anniversaire du combat des "gilets jaunes"
vendredi 15 - 23h13
de : nazairien
Pour revenir sur la 4e Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes à Montpellier avec Demos Kratos (vidéo)
vendredi 15 - 19h35
de : nazairien
Reviens vite Evo, ton peuple a besoin de toi : Roger Waters (vidéo str fr)
vendredi 15 - 11h50
de : nazairien
2 commentaires
LES « PÉTROLEUSES »
vendredi 15 - 10h48
de : Ernest London
LA LUTTE FINALE
jeudi 14 - 20h36
de : Nemo3637
2 commentaires
Hôpital : tout le monde déteste l’austérité
jeudi 14 - 18h11
Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
2 commentaires
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Il faut avoir une parfaite conscience de ses propres limites, surtout si on veut les élargir. Antonio Gramsci
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite