Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Marie-George Buffet : Hommage aux 27 de Châteaubriant
de : Marie-George Buffet
lundi 22 octobre 2007 - 15h53 - Signaler aux modérateurs

de Marie-George Buffet

Elle s’appelait Léoncie Kérivel. Et l’on ne sait pas grand chose d’elle. Son mari, marin pêcheur dans la région, est l’un des 27 fusillé, ici, à Châteaubriant. Elle était comme lui internée dans ce camp.

Quel acte de résistance avait-elle accompli pour mériter ces barbelés ? On ne le sait pas. Tout ce que l’on sait d’elle, c’est que lorsqu’elle a vu son homme partir au peloton d’exécution, lorsqu’elle l’a vu partir avec ce gosse de 17 ans, elle a demandé à prendre la place de cet enfant.

Elle était prête à mourir pour laisser vivre l’avenir.

Mais les nazis avaient trop de mépris pour les femmes. Ils ne les jugeaient pas assez dignes pour être fusillées. Ils les décapitaient. Ils ne les considéraient pas assez pour les imaginer résistantes. Alors Léoncie est restée là, dans ce camp, les 27 sont partis sans elle. Les 27, syndicalistes, élus, ils étaient tous engagés pour le progrès social et démocratique. Ils ont été choisis pour cela, parce qu’ils voulaient tuer le Front populaire. Nous sommes aux balbutiements de la résistance.

Oui, il y a ceux dont l’on parle et les autres dont l’on ne parle pas. Ceux et celles dont le nom, au détour des rues et des commémorations, évoque la gloire de la résistance. Et celles et ceux dont le courage fut tout aussi éclatant et qui sont restés anonymes. Ils,elles étaient égaux dans le combat. Mais le hasard et le temps n’ont fait émerger que quelques noms et quelques histoires.

Ainsi, il y a Guy, il y a Léoncie comme il y a Odette et son amie Paulette.

Guy et sa lettre d’adieu. Une lettre d’amour d’un gosse à ses parents qui porte en elle les rêves d’une vie brisée.

Cette lettre que le président de la République a décidé de faire lire demain dans les lycées de France.

Pour moi, cette lecture ne peut être qu’un choix de l’équipe éducative,elle ne peut être qu’un moment d’une journée de débats sur le passé mais aussi sur la situation des jeunes aujourd’hui !

Cette lettre qui donne ici à notre hommage une signification particulière. Mais aussi, Odette et ses lettres qu’elle envoyait à ses proches toutes ces longues années d’internement, et dont les livres d’histoire ne savent rien. Odette et son évasion et sa participation active à la Libération du pays.

Oui il y a ceux dont l’on parle et celles dont l’on ne parle pas. C’est pour elles que je suis venue, toutes ces femmes anonymes parmi les anonymes.

Comment parler ici de Guy sans parler d’Odette, de Léoncie, et avec elles de toutes ces résistantes oubliées, de ces femmes dont le courage ne devait rien à quiconque, de ces femmes à qui nous sommes tout autant qu’aux hommes redevables de la Libération. « Sans les femmes », disait Lucie Aubrac, « la Résistance ne pouvait rien faire. »

Rarement pourtant leur nom revient. Et quand il sonne à l’oreille c’est sous le vocable de l’épouse ou de l’amoureuse, de la femme résistante parce qu’aimante, de celle qui prend des risques insensés parce que l’amour rend un peu fou.

La Résistance c’est pourtant aussi leur histoire. Le courage face à l’occupant ce fut aussi le leur. Les femmes ont tenu leur rang. Simplement. Les connaît-on suffisamment ces combattantes de l’ombre ? Leurs noms, leurs actes, leur courage sont-ils inscrits dans nos mémoires ?

Lucie Aubrac, la reine de l’évasion, et Madeleine Colin, la petite main des P&T qui informait les résistants mis sur écoute.

Olga Bancic, la réfugiée roumaine qui fournissait la MOI en armes, et Geneviève Anthonioz-De Gaulle, journaliste clandestine à la tête d’un réseau uniquement féminin. Colette de Dampierre la comtesse que ses tortionnaires n’ont jamais pu faire parler, et Danielle Casanova, ma camarade déportée après avoir bravée tous les dangers. Marie-Claude Vaillant-Couturier, sa soeur de combat, et Isabelle Clayes, cette ouvrière du Nord, organisatrice infatigable, toujours attirée par l’action armée...

J’aime égrener ces noms. Il y en a tant d’autres, tant d’autres que sans quelques passionnés, comme notre ami Antoine Porcu, l’histoire aurait oubliées. Elles étaient si nombreuses, ces femmes engagées connues ou moins connues, depuis la blanchisseuse à l’enseignante, la paysanne à l’intellectuelle. On pourrait en citer tant d’autres car la résistance des femmes n’a rien à voir avec une liste d’exceptions ; elle ne relève pas de l’anecdote.

Non, décidément, la résistance des femmes ne fut pas une résistance de seconde zone. Elles n’étaient pas des « femmes de ».

Elles étaient elles-mêmes, femmes pleinement. Résistantes, pleinement. Nous devons à ce qu’elles ont accompli d’être ce que nous sommes. Et les femmes leur doivent non seulement le droit de vote mais aussi une part de leur émancipation d’aujourd’hui. Leur condition de femmes les rendait sensibles d’une façon toute particulière aux errements de l’humanité. Et cette révolte les emportait tout entières.

« L’homme qui tirait l’autre nuit. C’était moi », ainsi s’achève l’un des poèmes de Madeleine Riffaud. Elles furent nombreuses à prendre le maquis, à porter des messages, à cacher des clandestins ou des enfants juifs, à éditer des journaux, à les distribuer, à organiser le combat, à maintenir allumée la flamme de l’espoir,... et à penser la France de demain.

Sans doute me permettrez-vous de parler plus longuement de l’une d’entre elles. Je voudrais en quelques mots, vous parler de Madeleine Vincent, celle par qui beaucoup de femmes allèrent au fond de leur engagement au 20 siècle,je fus de celle là, et qui fut l’une des animatrices de la lutte contre les nazis. En juillet 40, elle avait été chargée d’organiser l’action en zone interdite. Elle fut arrêtée, emprisonnée, menottée en permanence pendant deux mois, transférée à Essen, puis à Kreuzbourg, Ravensbrück et Mauthausen.

Dans les camps, elle continua de se battre pour la dignité des femmes, qui s’organisèrent pour refuser tout travail industriel, ou toute participation à la construction d’ouvrages militaires. Il en allait de sa vie. J’ai toujours été frappée par le courage qui a été le sien. Non pas un courage tapageur, mais un courage simple, qui s’imposait comme une évidence dans toute son existence.

Je ne peux m’empêcher de penser que comme d’autres femmes, comme Léoncie si les gendarmes l’avaient accepté, elle aurait pu se trouver là, dans cette clairière, au côté de Guy Môquet, des vingt-sept, en ce jour tragique où l’horreur laissait ses traces de boues sur l’humanité tout entière.

Madeleine a vécu aux cotés de Guy Ducoloné, résistant, déporté et puis député, vice président de l’Assemblée Nationale.Elle fut pour sa part une dirigeante du PCF.

La résistance n’était pas une histoire d’hommes comme elle n’était pas une histoire de femmes. Elle est juste un épisode parmi d’autres de la grandeur de l’humanité. L’humanité qui ne renonce pas. L’humanité qui avance. L’humanité qui se réalise pleinement.

Il est vrai que c’est de Guy Môquet dont on parle.

Mais qui est Guy ? Un enfant, un enfant du Front Populaire, fils d’un député communiste, il veut vivre, il aime la vie, il aime, il aime Odette ! Alors devant cette actualité nouvelle, je dirai au peuple de France : « oui, Guy Môquet et tous les autres jeunes, ceux de la Cascade, ces jeunes chrétiens, ces jeunes communistes, tous les siens ont droit à votre mémoire ». Non pas pour des vies données, mais pour des vies volées. Non pas tant pour leur héroïsme, que pour leur éclatante humanité. Ils et elles méritent votre mémoire parce que leur vie, leur mort, leur histoire, viennent nous interroger sur le monde qui se construit et la manière dont chacun, chacune y prend sa place.

Et je dirai qu’à travers l’émotion d’un drame poignant, celui de la vie d’un jeune homme, à peine commencée mais fracassée, à travers ses mots tout entiers tournés vers la vie, ce sont les espoirs et les rêves de toute la résistance que l’on peut ressusciter. Je pense à vous qui au sein de l’Amicale Châteaubriant-Voves-Rouillé travaillez depuis des décennies à faire vivre la mémoire de la résistance. Vous dont le travail éclate aujourd’hui au grand jour, vous à qui je veux rendre hommage.

Vous le constatez : beaucoup aujourd’hui sont venus en pensant à Guy Môquet. Beaucoup repartiront avec son visage en tête mais aussi avec ceux de tous les autres, de toutes les autres, avec ces visages empreints de vie et de détermination, empreints de sourire et d’espoirs, heureux.

Alors oui dans l’hommage de la République demain, il y a une chance de perpétuer une mémoire vivante, celle de ce jeune garçon et de ses camarades. Une chance de perpétuer, à travers lui une mémoire vivante de la Résistance.

Une Résistance qui va bien au-delà des hommes et des femmes ici internées.

Une Résistance qui à travers lui conjugue patriotisme et combat communiste, la Marseillaise et L’internationale, le drapeau tricolore et le drapeau rouge, les valeurs de la République.

Une résistance qui montre que français et étrangers, on dirait aujourd’hui immigrés a combattu ensemble la barbarie. Et je ne peux m’empêcher de penser à une autre lettre, celle de Missak Manouchian à Mélinée, sa « petite orpheline » et à ces quelques mots d’avant la mort : « Bonheur à tous ».

Oui, cette mémoire vivante, c’est celle de l’humanité profonde dont tous ces hommes et femmes tenaient leur conscience et leur engagement. Tous et toutes sont morts pour la France, et les étrangers aussi avec le même courage. Mais, tous et toutes sont morts, précisément pour l’idée qu’ils s’en faisaient : la liberté, l’égalité, la fraternité...

Alors oui perpétuons cette mémoire encore vivante ! Non pas pour exalter un glorieux passé. Non pas pour chercher dans l’histoire de quoi oublier le présent. Simplement pour vivre aujourd’hui en pleine conscience de ce que signifie être homme et être femme.

Simplement pour avoir toujours à l’esprit la noirceur des ténèbres qui peuvent toujours menacer l’humanité.

Simplement pour avoir toujours au cœur les valeurs, les rêves et le courage de celles et ceux qui ont terrassé la barbarie pour mieux nous ouvrir des lendemains qui chantent.

Simplement parce que notre espoir lui aussi est encore vivant ! Et c’est de tout cela, pour tout cela que je débattrai demain avec les lycéens et les lycéennes, les enseignants et enseignantes au lycée professionnel Jean Moulin du Blanc-Mesnil avant de leur lire la lettre de Guy à ses parents.

C’est pour tout cela que le Parti communiste tient chaque année à honorer la mémoire des 27 et à travers eux de tous les autres, les autres morts pour la Liberté, morts pour la France. Vous le savez, je ne suis pas venue ici participer à cet hommage par effet de mode. Le Parti communiste Français tient chaque année à honorer la mémoire des vingt-sept et à travers eux de tous les autres, de toutes les autres morts pour la France, morts pour notre liberté.

Résister.

Je ne veux pas galvauder le mot, car rien n’est comparable à ces temps de ténèbres. Je veux simplement dire que c’est bien de ce côté là qu’il faut puiser lorsque surgit l’inacceptable.

La précarité, la division, la mise au pas de la liberté, la traque, la mise en cause de la dignité humaine avec les tests ADN, oui, lorsque surgit l’inacceptable, nous devons savoir le débusquer et mettre sur sa route tous les obstacles du monde.

« Les barricades, écrivait Elsa Triolet, n’ont que deux côtés ». Résister, oui, c’est de là que doivent surgir l’espoir, l’envie, l’attente. « L’avenir n’est pas une amélioration du présent, écrivait encore Elsa. C’est autre chose. »

Oui, vraiment, il y a ceux dont l’on parle et ces hommes et femmes dont l’on ne parle pas. Je pense à ce jeune homme de dix-sept ans qui se battait pour un avenir, qui se battait pour « autre chose ». Je pense aux vingt-sept, aux femmes de la Résistance, à tous ceux et celles qui voulaient vivre pleinement, libres, égaux, soeurs et frères. Je pense à leurs espérances communes et leur détermination à vivre pleinement.

Je pense à Lucie Aubrac qui nous disait « résister c’est créer Et je sais qu’être digne de ce qu’ils, de ce qu’elles ont accompli, n’est pas payable en mots, ni même « en gloire » ni même « en larmes ». Cela relève d’un combat quotidien : faire advenir « autre chose ». C’est ce combat qu’il nous faire vivre aujourd’hui.

Résistons à l’inhumanité, inventons des solidarités, créons de l’espoir, soyons artisans de bonheur.

Résistons aujourd’hui !

Marie-George Buffet
Secrétaire nationale du PCF
Hommage aux 27 de Châteaubriant



Imprimer cet article





Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
12 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
21 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos
lundi 7 - 16h06
de : jean 1
Ami entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne : L’Europe nous supprime la faucille ! Et le marteau ! ...
lundi 7 - 15h07
de : nazairien
1 commentaire
Réformes des retraites : depuis 1993 l’âge de départ et le montant des pensions reculent
lundi 7 - 07h50
1 commentaire
TROIS "I" en même temps !
dimanche 6 - 21h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Rencontre nationale des communes libres et des listes citoyennes
dimanche 6 - 21h42
de : commercy par invités de médiapart
La “surprise” de l’acte 47 des GJ : l’occupation du centre commercial Italie2 (vidéo)
dimanche 6 - 11h11
de : nazairien
4 commentaires
Un féminisme accusé de contrôle du corps des femmes
dimanche 6 - 02h31
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Le communautarisme du Rassemblement National - RN (ex FN).
dimanche 6 - 02h21
de : Christian DELARUE
confirmation expulsion appel à convergence
samedi 5 - 22h27
de : AMASSADA
Acte 47 Toulouse et violences à AMiens
samedi 5 - 21h51
de : https://www.frontsocialuni.fr/les-luttes-invisibles/
Une lobbyiste de la pollution au coeur de la convention pour le climat
samedi 5 - 21h39
de : Gaspard D’Allens REPORTERRE
Christine Renon : marée humaine quand l’Éducation Nationale ne veut pas de vague
vendredi 4 - 14h32
Les palettes : Il n’aurait jamais dû signer...
vendredi 4 - 10h22
LA MANIFESTATION CLIMAT DU 21 SEPTEMBRE A-T-ELLE ÉTÉ INFILTRÉE PAR LE BLACK BLOC ?
jeudi 3 - 22h36
de : jean 1
Alexandre Langlois réagit à l’attaque au couteau à la préfecture de police de Paris (vidéo)
jeudi 3 - 20h25
de : nazairien
Une corrompue de plus, comme commissaire européen : Emplois fictifs : « I’m clean », se défend Sylvie Goulard
jeudi 3 - 17h54
de : nazairien
3 commentaires
Ils avouent sans honte, que les radars c’est pour faire du fric : Les « gilets jaunes » ont plombé les recettes des radars
jeudi 3 - 16h58
de : nazairien
1 commentaire
Fouloir, Pouvoir, Vouloir.
mercredi 2 - 19h22
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
ÉCOLE
mercredi 2 - 08h41
de : Ernest London
chirac le pot pourrit infini
mardi 1er - 22h29
de : Jean-Yves Peillard
ALGERIE Louisa Hanoune condamnée à 15 ans de prison : solidarité face à la répression du régime !
mardi 1er - 21h41
de : revolution permanente
1 commentaire
Comment l’exécutif a plombé les comptes de la Sécu et s’apprête à nous faire payer la facture
mardi 1er - 16h48
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Tout pouvoir est méchant dès qu'on le laisse faire; tout pouvoir est sage dès qu'il se sent jugé. Alain
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite