Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Assurance chômage, les recalculés ont fait céder le gouvernement
de : Fanny Doumayrou
jeudi 6 mai 2004 - 01h08 - Signaler aux modérateurs

Le ministre de la Cohésion sociale, Jean-Louis Borloo, a annoncé la réintégration des plus de 800 000 chômeurs " recalculés " par la réforme de l’UNEDIC. Le MEDEF se réjouit de ne pas devoir financer cette mesure.

C’est une victoire énorme et incontestable pour les chômeurs et leurs organisations. Lundi soir, sur France 2, confirmant la rumeur qui courait depuis plusieurs jours, le ministre de la Cohésion sociale, Jean-Louis Borloo, a annoncé le rétablissement des droits de l’ensemble des chômeurs " recalculés ". Le 1er janvier dernier, en application de la convention signée en décembre 2002 par le patronat, la CFDT, la CFTC et la CGC, quelque 850 000 chômeurs du secteur privé, et des milliers d’autres de la fonction publique, ont vu leur durée d’indemnisation amputée de plusieurs mois. Depuis cette date, une bonne moitié d’entre eux ont déjà été éjectés du régime d’assurance chômage, pour basculer vers le RMI, l’ASS, ou rien du tout. L’autre moitié devait subir le même sort dans les mois qui viennent. Après l’annonce du gouvernement, c’est en moyenne sept mois d’allocation que chaque chômeur va récupérer ou ne pas perdre, selon les cas. Une somme substantielle, donc. " C’est une énorme victoire et cela nous permetde saluer toutes les chômeuses et tous les chômeurs qui se sont joints à notre mouvement et qui ont triomphé ce soir ", a déclaré François Desanti, porte-parole des comités de chômeurs CGT, tandis que l’APEIS a qualifié l’événement de " victoire sans précédent contre le MEDEF et ceux qui prônent le fatalisme face à l’ordre établi ". Agir contre le chômage s’est félicité que les chômeurs aient " finalement gagné contre les organisations syndicales ou patronales complices de ces amputations de droits ".

La position du conseil d’Etat

Outre le climat social et politique général, le gouvernement et les gestionnaires de l’UNEDIC ont dû se résoudre à prendre en compte une action qui aboutit au terme d’une bataille juridique entamée l’été dernier par les organisations de chômeurs - bataille sur laquelle peu de monde aurait parié à l’époque. Le 15 avril dernier, le tribunal de grande instance de Marseille a donné raison à 35 chômeurs qui contestaient le recalcul à la baisse de leurs droits, ouvrant ainsi une crise à l’UNEDIC. Cette décision laissait présager une déferlante de procès, puisque 2 000 chômeurs avaient déjà constitué des dossiers pour attaquer, et des milliers d’autres étaient incités à en faire autant. En parallèle est attendue pour vendredi prochain la position du Conseil d’État sur un recours des organisations de chômeurs contre l’agrément ministériel de la convention UNEDIC. Or l’annulation de cet agrément est quasiment acquise. Pour devancer cette double offensive, alors que l’action des " recalculés " était désormais visible et populaire, le patronat, les syndicats signataires de la convention et le gouvernement ont été contraints de céder et de revenir sur leur texte. Ébranlées par cette affaire et craignant un discrédit plus grand encore si elle traînait en longueur, la CFDT, la CFTC et la CGC elles-mêmes se sont mises à demander la réintégration des chômeurs qu’elles avaient contribué à exclure. Restait à déterminer qui allait financer cette mesure, évaluée à 2 milliards d’euros pour 2004 et 2005. Au terme de tractations intenses en fin de semaine dernière, l’intervention du gouvernement rétablit la justice pour les recalculés, mais fait la part belle au patronat, qui n’aura pas à mettre la main à la poche. L’État " aménagera sa créance sur l’UNEDIC de 1,2 milliard d’euros afin de permettre à celle-ci de faire face au surcoût entraîné par la réintégration ", a annoncé le ministre Borloo. La hausse des cotisations, réclamée par FO et la CGT depuis longtemps, et très récemment par la CFDT, la CFTC et la CGC, a été écartée, conformément aux voux du patronat. Ernest-Antoine Seillière, président du MEDEF, a ainsi pu se féliciter des mesures " intelligentes " annoncées par le gouvernement pour sortir de la crise de l’UNEDIC, en rappelant que le MEDEF avait jugé " inutile la réouverture d’une négociation dès lors que les syndicats cédaient à leur réflexe naturel consistant à demander une hausse des cotisations ". En renonçant à la dette de l’UNEDIC envers l’État, le gouvernement fait payer aux contribuables la réparation d’une mesure décidée par les gestionnaires de l’UNEDIC hors de tout contrôle démocratique. Il conforte aussi la politique de baisse systématique des cotisations imposée depuis vingt ans par le patronat dans le système d’assurance chômage : dès que le régime est en excédent, les employeurs et ses partenaires syndicaux décident une baisse des cotisations qui fragilise les finances et entraîne un retour rapide du déficit. Les mêmes " partenaires " prennent alors des mesures de réduction des droits des chômeurs, pour soi-disant " sauver " l’UNEDIC d’une crise qu’ils ont eux-mêmes provoquée. Les chômeurs financent ainsi la baisse du coût du travail. La convention de décembre 2002, aujourd’hui sur la sellette, s’inscrit dans ce schéma classique. Elle a été signée pour répondre au déficit creusé par la forte baisse des cotisations décidée en 2000, à une époque où le régime était très excédentaire.

Le gouvernement évacue la question

Par son intervention rapide avant la décision du Conseil d’État, le gouvernement solde l’affaire des recalculés et évite une remise en cause plus large de cette convention. " L’État prendra toutes dispositions permettant l’application de la convention, à la seule exception de l’article 10 " concernant les recalculés, a indiqué le ministère de la Cohésion sociale. Autrement dit, les autres mesures de réduction des droits contenues dans le texte et entrées en vigueur le 1er janvier 2003 continuent de s’appliquer (voir ci-contre). Les chômeurs de moins de cinquante ans sont par exemple indemnisés pendant vingt-trois mois maximum contre trente mois dans l’ancien règlement. Les plus de cinquante ans sont limités à trente-six mois contre quarante-cinq mois auparavant. Par ailleurs, le niveau de l’indemnisation reste faible, et seulement 40 % des chômeurs sont couverts par l’UNEDIC. Ce qui conduit la CGT et les organisations de chômeurs à rebondir sur la victoire des recalculés pour revendiquer une négociation plus large pour remettre à plat l’assurance chômage. Le gouvernement a évacué la question en indiquant qu’il " lancera le moment venu " - surtout pas tout de suite - un " dialogue approfondi avec les partenaires sociaux sur le système d’indemnisation du chômage dont la crise actuelle a montré certaines limites ". Les organisations de chômeurs, dont la légitimité a pourtant été consacrée dans la bataille des recalculés, ne semblent toujours pas figurer dans la liste des interlocuteurs. Par ailleurs, le gouvernement a indiqué que, dans le cadre de la " loi de mobilisation sur l’emploi et de cohésion sociale ", des moyens nouveaux seraient affectés autour d’un " suivi plus personnalisé des demandeurs d’emploi ". Il confirme donc la mise en ouvre de la réforme de l’ANPE prévue par Fillon pour instaurer un contrôle accru des chômeurs, et des sanctions en cas de refus d’emploi. Dans la même veine, le MEDEF est déjà reparti à l’offensive sur l’idée de contractualiser plus encore les rapports entre chômeur et ASSEDIC. Le devenir de la réforme de l’ASS, suspendue par Chirac après la claque des régionales, n’a en revanche pas été évoqué, pas plus que celui du RMA.

De nombreuses questions pratiques

L’intervention du gouvernement est donc loin de régler tous les problèmes. Elle soulève aussi de nombreuses questions pratiques : quand interviendra le remboursement des allocations supprimées ? Les chômeurs devront-ils rembourser les mois de RMI ou d’ASS perçus depuis janvier ? Pour de nombreux recalculés, la réintégration dans leurs droits va apporter une bouffée d’air, provisoire, sur le plan financier. Mais le gouvernement et les gestionnaires de l’UNEDIC ne sauraient s’en tirer à si bon compte. À Millau, l’association Halte à la précarisation annonce déjà qu’une trentaine de chômeurs de l’Aveyron maintiennent leur action en justice pour obtenir réparation au préjudice moral qu’ils ont subi. " D’accord, la réintégration est une très bonne nouvelle, mais depuis janvier, des gens ont perdu leur logement, ont été mis plus bas que terre, ont risqué leur vie dans des grèves de la faim, ont dû arrêter une formation, s’indigne Marie Catusse, porte-parole de l’association. Qui va réparer cette casse humaine ? On ne peut pas accepter d’être traités comme des Kleenex, prenez l’argent et fermez-la. Ça serait trop facile. On attend des excuses et la remise en cause totale de la convention. "

http://www.humanite.presse.fr/journ...



Imprimer cet article





Grande Fête du livre de Noir et Rouge samedi 22 juin 2019-
lundi 17 - 09h52
de : frank
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 - 09h29
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Garde à vue de Gaël prolongée, Mobilisation lundi 17 juin 12h30
lundi 17 - 09h27
ADRESSE À TOUS CEUX QUI NE VEULENT PAS GÉRER LES NUISANCES MAIS LES SUPPRIMER
lundi 17 - 09h25
de : Ernest London
L’ESCROQUERIE DU REVENU UNIVERSEL D’ACTIVITÉ DE MACRON
dimanche 16 - 16h35
de : JO
1 commentaire
ACTE 31 Gilets Jaunes de Toulouse : les brutes de macron dans ses oeuvres !
dimanche 16 - 15h51
de : JO
Européennes : de la montée de l’extrême-droite à une autre perspective
dimanche 16 - 13h18
de : Eve76
Alternative Nouvelle au Capitalisme (?)
dimanche 16 - 09h47
de : Jean Roussie
Taha Bouhafs : « Je ne suis pas plus militant qu’un journaliste du “Point” ou de BFM TV »
samedi 15 - 23h51
de : reporterre
CONGRÈS DE FONDATION DE L’UNION COMMUNISTE LIBERTAIRE (UCL) : DÉCLARATION FINALE
samedi 15 - 19h29
de : jean 1
NON à l’amalgame honteux du régime israélien avec l’Antisémitisme !
samedi 15 - 10h22
de : JO
École de la confiance : la loi passe, la défiance reste, les mobilisations continuent
samedi 15 - 07h50
CE CAUCHEMAR QUI N’EN FINIT PAS - Comment le néolibéralisme défait la démocratie
vendredi 14 - 19h24
de : Ernest London
GILETS JAUNES : PAUSE AVANT LA REPRISE ?
vendredi 14 - 18h23
de : Raymond H
Macron et Castaner visés par une plainte à la Cour pénale internationale pour « crime contre l’humanité »
vendredi 14 - 17h41
de : JO
Interview de Maître Sophia Albert Salmeron après s’être rendue à la C.P.I à La Haye (vidéo)
vendredi 14 - 17h32
de : nazairien
Entre Pôle emploi et Françafrique, le gagne-pain de Benalla après l’Élysée
vendredi 14 - 15h20
de : JO
SOUTIEN AUX POSTIER-ES DU 92 EN GREVE / RDV LUNDI MATIN
vendredi 14 - 11h03
Les "cons" , ça ose tout : la cheffe de l’IGPN « réfute totalement le terme de violences policières
jeudi 13 - 22h43
de : nazairien
4 commentaires
La Grande-Bretagne livrera Julian Assange aux Etats-Unis
jeudi 13 - 17h03
de : JO
1 commentaire
« Ensemble on nous opprime, les femmes, ensemble révoltons-nous ! »
jeudi 13 - 11h51
de : jean 1
Le gong vient de sonné en Chine : l’hégémonie nord-américaine, c’est bien fini !
jeudi 13 - 10h33
de : JO
6 commentaires
L’union fait la force : La Coordination des Groupes Anarchistes (CGA) se dissout pour contribuer à la création de l’UCL
jeudi 13 - 10h31
de : jean 1
1 commentaire
Fête de soutien aux postier-e-s du 92 en grève
jeudi 13 - 09h33
1 commentaire
Votez Info’Com-CGT ! Élection du comité social et économique UES L’Équipe 1er tour, 17 au 21 juin 2019 (video)
mercredi 12 - 20h30
de : Info’Com-CGT
Trou de la Sécu : merci Macron !
mercredi 12 - 07h40
4 commentaires
A Genève, macron nous fait le coup du "nouveau capitalisme" sans doute à la sauce sarkozy
mardi 11 - 19h13
de : nazairien
7 commentaires
LUNDI DE PENTECÔTE : une arnaque de plus !
mardi 11 - 15h47
de : JO
Le grand remplacement ?
lundi 10 - 20h24
de : Claude JANVIER
5 commentaires
MONTPELLIER : ACTE XXX, L’ART ET LES GILETS JAUNES
lundi 10 - 17h52
de : jean 1
1 commentaire
A Montpellier, meme avec sa violence, la "flicaille" , n’est plus aussi fringante et perd rapidement pied (vidéo)
lundi 10 - 17h20
de : nazairien
1 commentaire
L’Armée Arabe Syrienne, réplique face aux terroristes du Front Al-Nosra, armé et financé par la France (vidéos)
lundi 10 - 16h36
de : nazairien
50 Printemps - C’est l’heure de l’mettre !
lundi 10 - 16h26
de : Hdm
Quand les renseignements convoquent les journalistes
lundi 10 - 15h38
de : JO
Le Peuple "Gilet Jaune" en Seine Saint Denis, meme avec leurs "lacrymos" , les CRS décrochent (vidéo)
lundi 10 - 15h01
de : nazairien
3 commentaires
Entre "çà" de domination et "surmoi" d’interdiction
lundi 10 - 10h14
de : Christian DELARUE
2 commentaires
L’ambigu Monsieur Jadot
dimanche 9 - 22h49
de : frustration
Barcelone. Le dérapage de Ada Colau face à la manoeuvre de Valls...
dimanche 9 - 14h53
de : Antoine (Montpellier)
1 commentaire
Je suis tombé par terre c’est la faute à Voltaire, misère est mon trousseau c’est la faute à Rousseau ?
dimanche 9 - 11h10
de : JO
Ces Gilets Jaunes plein de bon sens ! L’Histoire rendra Hommage à leurs sacrifices ! (video)
samedi 8 - 20h52
de : JO
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Je voudrais seulement comprendre comment il se peut que tant d'hommes, tant de bourgs, tant de villes, tant de nations supportent quelquefois un tyran seul qui n'a de puissance que celle qu'ils lui donnent, qui n'a de pouvoir de leur nuire qu'autant qu'ils veulent bien l'endurer. Etienne de La Boétie, 1576
Info Com-CGT
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite