Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Les médecins du travail assistent, impuissants, à une dégradation des conditions de travail...


de : FSA
jeudi 1er juillet 2004 - 12h49 - Signaler aux modérateurs

Le travail contaminé

Les médecins du travail assistent, impuissants, à une dégradation des conditions de travail, alors que quatre millions de salariés sont exposés à des produits toxiques.

J’ai honte chaque fois que je délivre une fiche d’aptitude. » Médecin du travail à Bourg-en-Bresse dans l’Ain, Odile Chapuis ne supporte plus « ce quitus donné à l’entreprise pour masquer des conditions de travail qui se dégradent ». « Face à des salariés qui ont peur de perdre leur emploi, nous sommes des témoins ligotés par le secret professionnel », déplore-t-elle. Avec huit collègues, elle a fondé en 1984 un collectif, « parce que, seul, on ne s’en sort pas ». Mais aussi pour témoigner de l’impasse dans laquelle se trouve un médecin du travail qui veut faire son métier. L’un d’entre eux, Yusuf Ganthi, venait en effet de se voir retirer une entreprise pour avoir osé demander à la direction une hotte d’aspiration sur un poste de travail où l’on maniait de l’amiante.

Aujourd’hui, ces médecins publient le bilan de dix années de travail auprès de quelque 25 000 salariés dans 2 500 entreprises, PME ou TPE de la région (1). Ils évoquent leur « désespérance. » Ils ne sont pourtant pas du style à baisser les bras, mais constatent, impuissants, qu’ils n’obtiennent que « de petites améliorations » face à des « conditions de travail qui ne cessent de se dégrader. »

« Quand on sait qu’un million de salariés en France sont exposés à des produits cancérogènes, 4 millions à des produits toxiques, quand on évoque un nombre de décès attribuables à des facteurs professionnels compris entre 7 000 et 20 000 par an, et une mortalité prématurée des ouvriers entre 24 et 54 ans trois fois plus élevée que celle des cadres, pourquoi ne met-on pas la même énergie à lutter contre les risques au travail que celle qu’on déploie en matière de prévention routière ? », interrogent-ils.

La priorité, selon le collectif, c’est de faire appliquer le code du travail. Une évidence, mais on en est très loin. « Même pour obtenir une chaise pour une femme enceinte, on doit se battre ! », témoigne Odile Chapuis. Son collègue Jean-Michel Lauze est désabusé : « Je m’occupe depuis onze ans d’une entreprise de construction métallurgique. Les ouvriers y font de la soudure inox qui dégage des vapeurs cancérogènes. Ils ont des gorges rouges de fumeurs alors qu’ils ne fument pas. En onze ans, je suis allé au bout de tout ce que je pouvais faire : j’ai averti l’employeur, l’inspection du travail, le contrôleur sécurité de la Cram [Caisse régionale d’assurance maladie]. Celui-ci a passé un contrat prévention pour aider l’employeur à installer un système d’aération. Au bout de six ans, le directeur a fini par installer hottes et tuyaux... mais sans moteur d’aspiration. Ce sont des hottes postiches et les ouvriers respirent toujours les vapeurs. »

La loi demande aux médecins du travail d’« éviter l’altération de la santé par le travail ». « Mais on ne nous a jamais donné les moyens de cette mission, dit Yusuf Ganthi. Nous n’avons aucun outil de coercition sur les employeurs qui mettent en balance l’emploi ou le risque de délocalisation face au coût qu’entraînent des mesures de sécurité ou d’ergonomie au travail. »

Casse-tête. Faire une enquête pour recenser les produits chimiques toxiques utilisés dans une entreprise, obtenir les fiches de sécurité des substances cancérogènes... Relève du parcours du combattant. « Au mieux, on fait sourire les directions, au pire on se fait agresser. » Et, même quand ils finissent par obtenir la preuve que certains produits sont trop dangereux, se pose le problème du produit de remplacement : l’employeur trouve toujours une bonne raison (de coût ou d’efficacité... ) de ne pas supprimer le produit incriminé. « On sait bien que le risque zéro n’existe pas mais nous souffrons d’une sous-information sur l’impact toxicologique de produits qui, peut-être, entraîneront des cancers plusieurs dizaines d’années après l’exposition, explique Odile Chapuis. Le médecin du travail, c’est celui qui conseille, mais celui qui a les moyens d’améliorer les choses reste l’employeur. » Or, en France, ce sont les employeurs qui gèrent les services de médecine du travail et qui paient les médecins chargés des contrôles. Une entrave majeure : « Il faut absolument séparer ceux qui génèrent les risques de ceux qui doivent gérer la prévention ! »

L’autre frein à la prévention, c’est la vieille notion d’aptitude. « Quand ils viennent nous voir pour la visite médicale, les salariés rigolent, témoigne Odile Chapuis. La plupart savent bien qu’ils se fracassent la santé au travail, ils nous le disent. Mais ils savent aussi qu’on va les déclarer aptes. De toute façon, ils n’ont pas les moyens de s’arrêter ou d’accepter une aptitude limitée. Si on donne un avis d’inaptitude, c’est un premier pas vers leur exclusion. »

Le collectif souhaite abolir l’« aptitude ». Aujourd’hui, l’avis délivré par le médecin signifie que le salarié peut travailler à son poste ; eux préféreraient évaluer l’« aptitude du poste de travail », c’est-à-dire sa capacité à être occupé sans risquer de dégrader la santé du salarié.

Traumatisme. Le drame de l’amiante, l’une des plus importantes catastrophes sanitaires survenues en France ces dernières années, reste un traumatisme pour ces praticiens. Une blessure qui démontre la perversion de la notion d’aptitude. « Nous avons tous délivré des fiches d’aptitude et nous avons ainsi été complices d’un vrai crime social. »

Classé cancérogène dès 1977, l’amiante n’a été interdit que vingt ans plus tard, en 1997. On estime à 100 000 morts le « coût » humain de ce scandale et chaque année on attribue 2 000 cancers du poumon à l’inhalation de poussières d’amiante. « Malgré cela, on constate que le déni des risques persiste dans les entreprises mais aussi de la part de l’Etat. » Et les salariés ont intégré ce déni, comme les ouvriers d’AZF qui voulaient retourner au travail après l’explosion de leur usine à Toulouse, ou ceux de Metaleurop dans le Pas-de-Calais, qui niaient la pollution de l’environnement ou la contamination dont ils étaient eux-mêmes victimes.

Les médecins se sentent aussi très seuls sur le front de la prévention des risques. Ils souffrent du peu d’empressement des syndicats ou des CHST (Comités d’hygiène et de sécurité qui existent dans chaque entreprise de plus de 20 salariés) à se saisir de ces problèmes. Cette réalité est bien connue des syndicats. « Depuis un peu plus de deux ans, on a senti nos équipes dans les entreprises se durcir sur le sujet, explique Serge Dufour, responsable santé au travail à la CGT. Les employeurs font du chantage à l’emploi comme chez Noroxo [usine chimique du Pas-de-Calais qui avait provoqué une épidémie de légionellose]. Notre boulot, c’est de convaincre nos élus qu’ils n’ont rien à gagner à laisser les salariés s’user et se rendre malades au boulot. »

La peur de dire. Mais l’idée d’une santé au travail, prioritaire sur les coûts de production, n’est pas simple à faire passer. Les syndicats expliquent que le chômage a mis les salariés dans une position défensive. Dans les entreprises où règnent des conditions de travail déplorables, personne n’ose se plaindre, ni réclamer d’équipement de sécurité efficace. Serge Dufour lui aussi fait le parallèle avec l’amiante : « Certains salariés, malades, préféraient fermer leur bec plutôt que chercher les responsabilités de l’employeur. » Et les syndicats n’entrevoient aucune amélioration. « On avait pas mal misé sur l’Europe, poursuit Serge Dufour. Dans les années 90, certaines directives très dures sont venues imposer des nouvelles règles de sécurité. Mais aucun Etat ne s’est mis en conformité et, depuis, l’Europe produit uniquement des recommandations, n’impose plus rien. »

D’autres déconvenues ont suivi. L’ambitieux programme européen Reach (Registration, Evaluation and Authorisation of Chemicals), qui impose aux entreprises d’évaluer l’impact sanitaire et environnemental de très nombreuses molécules, a été fortement amoindri sous la pression des industriels et des gouvernements allemands, anglais et français.

Quant au Plan national santé environnement présenté hier (lire pages 4 à 6), l’essentiel des directives concernant le monde du travail ont été renvoyées à l’automne. « Les employeurs organisent l’ignorance des salariés, dénonce la CGT. Et moins on en sait, plus on risque l’accident ou la maladie professionnelle. L’accidenté type est un jeune, en intérim, éloigné de toute solidarité professionnelle. » Ceux-là même qui échappent à tout contrôle et toute action de prévention.

(1) http://perso.wanadoo.fr/snpmt

http://33407.aceboard.net/p-33407-3...



Imprimer cet article





Un p’tit coup de bourbon : Remaniement !
vendredi 10 - 15h10
de : joclaude
La Cour des comptes pointe les errements et la gabegie de la filière nucléaire et de ses premiers de cordée
vendredi 10 - 05h47
de : coordi sud est via JYP
Air France : milliards de prêt, milliers de postes en moins, bonus époustouflant pour le PDG
jeudi 9 - 09h00
Venezuela : Publication de la liste des organisations candidates aux élections législatives
mercredi 8 - 16h32
de : joclaude
Du 8 au 12 juillet 2020 Festival des Canotiers 2020 : le programme
mercredi 8 - 07h26
Conférence de presse de Jean-Luc Mélenchon
mardi 7 - 18h03
2 commentaires
IRAN : Israël joue-t-il avec le feu ?
mardi 7 - 17h47
de : joclaude
AVEC CASTEX çA CARBURE SEC
mardi 7 - 05h25
de : Nemo3637
1 commentaire
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 - 21h35
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Services publics pour appliquer les droits sociaux « opposables »
dimanche 5 - 11h14
de : Christian Delarue (Converg SP)
Remaniement Ministériel:le 1er Ministre n’arrive pas en novice !
samedi 4 - 21h28
de : joclaude
Coronavirus : Superbe analyse d’Ignacio Ramonet
samedi 4 - 16h31
de : joclaude
Stopper le rouleau compresseur mondialiste
samedi 4 - 15h37
de : Claude Janvier
1 commentaire
LA PRÉFECTURE DE PARIS MET DES FAMILLES À LA RUE POUR UN HÔTEL DE LUXE
samedi 4 - 11h54
de : joclaude
Nomination de Castex à Matignon
samedi 4 - 08h15
de : jo.dez
L’indépendantisme catalan à la veille d’une recomposition d’envergure
vendredi 3 - 18h20
de : Antoine (Montpellier)
Remaniement : Emmanuel Macron réinvente la macronie d’avant le Covid-19
vendredi 3 - 15h29
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 - 15h00
de : Roberto Ferrario
4 commentaires
MUNICIPALES : GAUCHE BOBO CONTRE GAUCHE PROLO
vendredi 3 - 11h21
de : joclaude
2 commentaires
SYNDICALISTE - ANTIRACISTE - ANTISEXISTE
vendredi 3 - 07h21
de : DELARUE C. & LE QUEAU S.
La Via Campesina condamne le plan d’annexion colonialiste en Palestine
vendredi 3 - 06h25
de : VIA CAMPESINA
Crise et robotisation : De l’actualité des Grundrisse de Marx !
vendredi 3 - 02h32
de : Lepotier
MON COMMUNISME
jeudi 2 - 21h55
de : Nemo3637
1 commentaire
Soignants : une « grande famille ». Vraiment ?
jeudi 2 - 15h30
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 - 11h38
de : Mickael Wamen
Le creux de la vague - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 1er - 20h54
de : Hdm
QG présente : "« Le capital se radicalise » Mickaël Wamen, Monique Pinçon-Charlot" (video)
mercredi 1er - 17h28
de : Aude Lancelin
4 commentaires
CARNAGE ORGANISÉ CONTRE RÉACTION DÉSORGANISÉE ...
mercredi 1er - 17h06
de : Mickael Wamen
Convention Citoyenne pour le climat soumis au bon vouloir de notre monarque !
mercredi 1er - 12h27
de : joclaude
Courrier à l’adresse de Philippe Martinez SG CGT.
mardi 30 - 22h38
de : Mickael Wamen
IRAK : M.Macron ne nous l’expliquera pas : NOUS SOMMES EN GUERRE !
mardi 30 - 17h51
de : joclaude
« Ségur de la santé » : les soignants maintiennent la pression
mardi 30 - 17h43
André Bouny : « Agent orange, le déni reste total »
mardi 30 - 14h23
de : jean1
Municipales 2020:ABSTENTION – Une « insurrection froide contre toutes les institutions du pays »
lundi 29 - 17h57
de : joclaude
2 commentaires
Elections municipales 2020 : un vote nul ...
lundi 29 - 16h40
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Election Municipale à LYON : l’Humanitaire forcément HUMANISTE ?
lundi 29 - 11h02
de : joclaude
[Vidéo] Covid-19 : la Guyane souffre de sous-équipement et d’un manque de préparation de l’État
dimanche 28 - 18h50
Libérez Roland Veuillet !
dimanche 28 - 17h21
de : CNT 30
Pour un grand bol d’air pur, le point avec Manon Aubry , LFI au Parlement Européen.
samedi 27 - 17h14
de : joclaude
BFM-TV EN GRÈVE POUR LA PREMIÈRE FOIS (video)
samedi 27 - 16h41

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite