Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

COMORES : L’ÉTAT FRANÇAIS PASSIBLE DE CRIME CONTRE L’HUMANITE
de : J.J Claris
samedi 31 janvier 2009 - 06h52 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires

Au regard du droit international, Mayotte n’est pas un Territoire français d’outre-mer, mais un territoire comorien illégalement occupé par une puissance étrangère. En expulsant chaque années de l’île des milliers de Comoriennes et Comoriens prétendument “ clandestins ”, la puissance coloniale se rend donc coupable de “ déplacement forcé de population ”, donc de crime contre l’humanité.

L’État français, soucieux de présenter un visage émancipateur, a utilisé, et continue d’utiliser les vocables et expressions “ décolonisation ”, “ droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ”. Dans la plupart des cas, cela ne mange pas de pain. La réalité est tout autre lorsqu’il s’agit de peuples et de territoires encore colonisés par la France.

Dans les années 1960, sous le règne du général de Gaulle, on avançait que les peuples d’Afrique s’étaient affranchis de la tutelle coloniale et avaient gagné leur indépendance. Pourtant, dans la plupart des cas – les guerres d’Algérie et d’Indochine constituant une exception –, les indépendances “ accordées ” ont été assorties d’accords dits de “ coopération ” économiques et militaires tout à l’avantage de l’ex-colonisateur. Donnant-donnant : Paris a commencé à soutenir des dictateurs fantoches, qui en retour ont accordé un droit de pillage des ressources naturelles de leur pays par des firmes françaises. Ainsi est née la Françafrique, théâtre de marionnettes à l’échelle d’un continent, dont les ficelles étaient tirées depuis l’Elysée, ou depuis la “ Rue Monsieur ”, dans le VIIe arrondissement de Paris, où siégeait le ministère de la Coopération, spécialement créé en 1959 par de Gaulle pour gérer les relations bilatérales avec les pays du “ champ ” [1].

Décolonisation ? Néocolonialisme ? En fonction des circonstances, le vêtement s’est avéré réversible.

La décolonisation de l’archipel des Comores, au large de Madagascar, s’est lui déroulé de façon très particulière. Avant de rendre son indépendance au pays, Paris l’a en effet amputé d’une partie de son territoire, Mayotte [2]. L’archipel est composé principalement de quatre îles : Grande-Comore, Anjouan, Mohéli et Maoré (en français Mayotte). Lorsque le 22 décembre 1974 un référendum sur l’indépendance est organisé, les Comoriens et Comoriennes votent Oui à 95 %. Le Non n’est majoritaire, de peu, qu’à Mayotte. Le gouvernement français de l’époque, malgré sa promesse de respecter le choix global de la population, en profite pour maintenir sa souveraineté sur cette seule île. Ce qui dès lors, au regard du droit international, devenait une “ occupation ”, que l’ONU condamnera plus de vingt fois.

Archipel amputé

Dès le 12 novembre 1975, la résolution 3385 affirmait la “ nécessité de respecter l’unité et l’intégrité territoriale de l’archipel des Comores ”. Le 6 février 1976, lors d’un nouveau débat sur la question, le vote est bloqué par Paris, unique cas dans l’histoire de cette organisation où la France a opposé seule son veto ! Il faut dire que deux jours plus tard, l’État français organisait sur l’île une “ consultation ” qui donnera cette fois… 99,4 % de Oui à l’occupation française ! Un résultat à faire pâlir d’envie tout régime despotique. Pour y parvenir, il aura fallu faire émerger la faune des petits potentats du Mouvement populaire mahorais (MPM), manipulés par l’Action française, des militants de l’ex-OAS et les gaullistes, user d’intimidation face à une population majoritairement illettrée, et déporter les indépendantistes vers les autres îles, entassé-e-s dans des boutres.

Toute cette mascarade sera à nouveau condamnée par l’ONU. Dans son ouvrage, Comores-Mayotte, une histoire néocoloniale, Pierre Caminade expose les motivations françaises : les matières premières comme la vanille et l’ylang-ylang, certes, mais surtout une présence militaire dans cette région – le canal du Mozambique – où passent deux tiers du pétrole exporté du Moyen-Orient. Le livre analyse le processus de “ dom-tomisation ”, puis ses conséquences, notamment la déstabilisation du reste des Comores, devenu chasse gardée d’une clique de mercenaires, Bob Denard en tête : vingt-cinq tentatives de coups d’État en 25 ans, Mayotte servant souvent de base arrière aux barbouzes agissant pour le compte de la République française, puis pour leur propre compte [3].

Le chaos comorien

Entre 1976 et 1994, pour ne pas aggraver la crise née de la partition, le colonisateur a maintenu la liberté de circulation entre les différentes îles. Les Comoriens et Comoriennes ont donc pu continuer à visiter leur famille de part et d’autre de la “ frontière ”, chercher du travail, commercer, etc. Mais en 1994, pour couper davantage Mayotte du reste de l’archipel, le gouvernement Balladur a inventé ce que Pierre Caminade appelle le “ visa scalpel ”, obligeant les Comoriens des autres îles à obtenir un visa pour venir à Mayotte.

La liberté de circulation entre les quatre îles se trouvait ainsi entravée et, surtout, la France plongeait du même coup dans la clandestinité toutes les Comoriennes et Comoriens non mahorais présents sur le sol de Mayotte. Devenus “ illégaux ”, ils et elles sont désormais à la merci du patronat mahorais qui peut les faire travailler au noir dans des conditions misérables. Une telle situation ne peut que créer des tensions entre la population de Mayotte et celle des trois autres îles, les Mahoraises et Mahorais étant désormais vus comme des profiteurs par les autres Comoriennes et Comoriens, eux-mêmes désormais considérés comme des “ immigrés ”. Une division qui profite évidemment aux autorités coloniales.

Des rafles gigantesques sont régulièrement organisées pour “ expulser ” les indésirables, dans des conditions de violence inouïe. Selon l’association Survie, “ les maisons de ces “clandestins” sont régulièrement incendiées avec la bénédiction de maires, du préfet et sous la protection de la gendarmerie. Les victimes sont entassées dans des centres de rétention en attendant leur déportation vers les autres îles ”. Ce faisant, Mayotte étant, au regard du droit international, un territoire des Comores illégalement occupé par une puissance étrangère, la France se rend coupable de “ déplacements forcés de populations ” qui sont “ un crime contre l’humanité, passible de la Cour pénale internationale (articles 7.1.d et 7.2.d des Statuts de Rome) pour ceux commis depuis son entrée en vigueur, en juillet 2002 ” [4]. Fort heureusement pour la France, la question de Mayotte n’a plus été inscrite à l’ordre du jour de l’assemblée générale de l’ONU depuis 1995. Malgré le danger, des milliers de Comoriennes et Comoriens tentent chaque année de franchir le bras de mer qui les sépare de Mayotte. Des centaines périssent noyé-e-s.

Mayotte aujourd’hui

Mayotte est une île pauvre de 201 234 habitantes et habitants, où le produit intérieur brut par habitant n’était que de 2 600 $ par habitant en 2003 (contre 27 800 $ en métropole). Étonnamment, pour une population qui a voté à plus de 99 % pour être “française”, trente ans plus tard l’illettrisme en français est toujours de 35 % pour les hommes et 40 % pour les femmes. Les gens préfèrent parler malgache ou mahorais, la langue du colonisateur étant plutôt rejetée.

En 1999, presque 30 % de la population n’avait pas l’eau courante, ou pas l’électricité ; 85% n’avait ni WC avec chasse d’eau, ni douche ni baignoire ; 65 % pas de réfrigérateur ; 92% pas de machine à laver. En 1999, 30 % des hommes et 70 % des femmes étaient au chômage (probablement davantage aujourd’hui), sachant que le RMI n’est pas appliqué à Mayotte. En effet, depuis 1976 la France a inventé pour Mayotte le statut de “ collectivité territoriale ”, laissant l’île très largement à l’écart du droit commun.

Ainsi les Mahorais et Mahoraises peuvent choisir entre le statut de droit commun, identique à la métropole (administrations, tribunaux, etc.), et un “statut personnel” dérogatoire au code civil et à la laïcité, et réservé aux musulmans. Pour ceux et celles relevant du “ statut personnel ”, la justice est rendue par des cadis, dans le cadre de la Charia. Les cadis sont des fonctionnaires religieux nommés et rémunérés par le préfet, Jean-Paul Kihl. Le droit de répudiation des femmes par leur mari, ainsi que la polygamie, ont néanmoins été interdits depuis la loi du 21 juillet 2003 de programme pour l’outre-mer.

La loi du 11 juillet 2001 prévoit en effet l’application progressive du droit commun, dans la perspective de l’évolution vers le statut de département d’outre-mer (DOM). Une évolution qui impliquerait la disparition du “ statut personnel ” et l’application du RMI. De loin, on peut y voir un progrès. Le problème est que cette évolution est “ subie ” par le peuple mahorais, comme une directive coloniale, et ne procède pas d’une authentique volonté populaire.

Quoi que prétendent nos dirigeants de tous bords, c’est une imposture de déclarer que Mayotte doit rester dans le giron d’une France qui foule aux pieds le droit le plus élémentaire de se retrouver et de vivre ensemble pour le peuple comorien. L’État français doit quitter Mayotte et laisser le peuple comorien libre de choisir son avenir. Ngoc (AL Paris-Sud)

[1] Le ministère de la Coopération a été fondu au sein du ministère des Affaires étrangères le 1er janvier 1999. Le gouvernement Jospin voulait par cet acte symbolique signifier que, désormais, les relations entre la France et ses ex-colonies ne seraient plus marquées du sceau de l’exception, mais répondraient aux règles de la diplomatie classique. Dans ce cadre, Brigitte Girardin est l’actuelle ministre déléguée à la Coopération et à la Francophonie.

[2] En fait l’archipel des Comores avait déjà lui-même été amputé de Madagascar par les Français en 1946.

[3] Pierre Caminade, Comores-Mayotte, une histoire néocoloniale, Agone, 2003, 192 pages, 11 euros.

[4] Survie, communiqué du 20 décembre 2005.

Publié le 12 mars 2007 par CAL Paris-S

Source : http://www.alternativelibertaire.or...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
COMORES : L’ÉTAT FRANÇAIS PASSIBLE DE CRIME CONTRE L’HUMANITE
31 janvier 2009 - 19h10 - Posté par mafiamamad@hotmail.com

ce ne sont pas des observateurs et des comoriens qui sont les mieux placé pour decider du sort de mayotte nous avons choisi notre appartenance a la france et vive la france vive mayotte le 101departement de la republique francaise alors arréter un peu



COMORES : L’ÉTAT FRANÇAIS PASSIBLE DE CRIME CONTRE L’HUMANITE
31 janvier 2009 - 20h12 - Posté par Houmadi de Mstapere

Cher soeur tu as raison !

En 1841 Andriantsoli et le commandant Passot avaient organisé un referendum pour justifier la vente a la France et tous les mahorais avaient voté à 99 % "Oui".

Aussi pour le referendum de 1974, on aurait pu aussi considérer ces résultats village par village et quartier par quartier !

In fine, il faut relativiser sur le sens du slogan "le choix des Maorais". En effet, à moins d’être né aujourd’hui, tout le monde sait dans quelles conditions le reférendum du 22/12/1974 a été organisée à Mayotte.

En fait il n’y a jamais eu de "choix des Maorais" mais plutôt un choix de la France de rester à Mayotte après la proclamation de l’indépendance de l’Archipel des Comores composé de 4 îles. Soyons donc modestes et réalistes !

Si par des tripatouillages législatives, les résultats furent considérés île par île (du jamais vu !) et non globalement, c’est qu’il y avait une volonté manifeste de balkanisation de l’archipel.

Apres cela un lavage du cerveau, a ete opéré par les sbires de la France notamment par le chef des "serre la main", et l’ancien président du conseil général, en maniuplant l’histoire de l’archipel, avec la soi-disante conquête de l’Ile par Le malgache Andrianastoli chassé du pouvoir a Mahunjuga, dont Le sultant Abdallah a offert son hospitalité en tant que réfugié politique.

Depuis des lustres, Mayotte faisait parti du Sultanat d’Anjoouan, qu’on le veuille ou non c est la verité historique, et ne sont pas des historiens comoriens qui le disent, mais des cherheurs francais comme sophie blanchy, pierre caminade, verin, casimir et consorts, les preuves se trouvent également dans les archives du ministere de l’outre-mer francais a paris, aix en provence et fontainbleau.

L’indépendance a été proclamée le 6/07/1975 pour les 4 îles. Un Etat comorien de 4 îles fût admis aux Nations Unies en 1976. L’article 53 ne peut donc pas justifier le maintien de Mayotte sous administration française : C’est plutôt la logique du droit de la force contre la force du droit. Il n’y a pas d’autre explication.

Enfin peut-on imaginer que l’Allemagne occupant une partie de la France puisse ensuite consulter les Français et leur demander s’ils veulent être libres ou rester occupés ? La philosophie du colonisateur c’est d’occuper des pays et ensuite "octroyer" à ses habitants un "droit à l’auto-détermination" ou un "droit à disposer d’eux-même" ! Comme si le colonistateur avait demandé leurs avis avant de les coloniser !

Pourquoi le colonisateur ne s’octroirait pas un "devoir inaliénable de déguérpir des colonies" ?

Par conséquant si la France et leurs alliés ( leaders politiques et vous qui sont aliénes du colon ) sont sûres que la vente pour 10 000 euros actuels par Andrianostoli est légale et que les soi-disants référendums de 1974 et 1976 sont légaux, ils n’ont qu’a attaquer l’Etat Comorien au TPI dès lors la question de la revendication sera tranchée une bonne fois pour toute.

Ainsi, l’argumentaire basé uniquement sur la constitution française peut frôler le ridicule ou la malhonnêteté intellectuelle.
Moi en tant que maorais je reconnais pas ce choix dicté par la les autorites francaises et qu’il en deplaisent a certains qui ne veulent pas avoir d’opinion contraire a les leurs.


COMORES : L’ÉTAT FRANÇAIS PASSIBLE DE CRIME CONTRE L’HUMANITE
7 février 2009 - 22h34 - Posté par je ne suis pas dup

je ne suis pas tres intelligent mais au moins j’entends quand je parle et je vois ce que j’ecris.
Et toi ?
juste une bande anonce apres tu peux chercher à le regarder si tuveux ouvri les yeux. ici


COMORES : L’ÉTAT FRANÇAIS PASSIBLE DE CRIME CONTRE L’HUMANITE
2 février 2009 - 12h07 - Posté par Souk Khan

Toujours la position de victime et du mouton égorgé dans l’indifférence totale !

Bien que visiblement on refuse de reconnaître aux Mahorais la faculté de faire un choix, ces derniers ont jusqu’à maintenant défier le sens de l’Histoire en refusant de subir la volonté des Comoriens. Contrairement à la majorité de ces mêmes Comoriens qui se complaisent dans une position apathique de victime poussant des sanglots interminables, les Mahorais relèvent les défis et lancent des défis à qui voudraient contre-carrer leurs projets, qu’ils réussiront.

Un grand Africain contemporain a dit : " un tigre ne proclame pas sa trigritude, il bondit".
Alors les Mahorais ne se plaindront pas, jamais, ils ne perdront pas leur salive dans des longs discours abstraits, mais les Mahorais sont et seront dans l’action. Le 29 mars prochain, les Mahorais ont rendez-vous avec l’Histoire pour concrétiser un vieux rêve.

Après, quand tout sera ficellé, les doctes et sages personnes qui croient savoir mieux que les Mahorais ce qui est bon pour eux, pourront toujours nous gratifier des discours haineux et méprisant dont elles seules ont le secret. Bien sûr les Mahorais les écouterons par distraction et se marreront, comme c’est le cas depuis plus de 30 ans !






Les réformes de Macron sont les vraies armes par destination
samedi 16 - 20h54
de : Xavier Marchand
Une Transition Anticapitaliste est-elle encore possible ?
samedi 16 - 14h02
de : Lepotier
2 commentaires
Damien Saez, un artiste, qui n’a jamais renié ses engagements, chante l’anniversaire du combat des "gilets jaunes"
vendredi 15 - 23h13
de : nazairien
Pour revenir sur la 4e Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes à Montpellier avec Demos Kratos (vidéo)
vendredi 15 - 19h35
de : nazairien
Reviens vite Evo, ton peuple a besoin de toi : Roger Waters (vidéo str fr)
vendredi 15 - 11h50
de : nazairien
2 commentaires
LES « PÉTROLEUSES »
vendredi 15 - 10h48
de : Ernest London
LA LUTTE FINALE
jeudi 14 - 20h36
de : Nemo3637
2 commentaires
Hôpital : tout le monde déteste l’austérité
jeudi 14 - 18h11
Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
2 commentaires
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat
ISLAMOPHOBIE : du SENS STRICT au SENS LARGE
dimanche 10 - 17h42
de : Christian DELARUE
8 commentaires
Le voile est-il une obligation religieuse ?
dimanche 10 - 17h22
de : Mohammed Chirani
5 commentaires
Comprendre l’instrumentalisation du féminisme à des fins racistes pour résister
dimanche 10 - 17h07
de : Lisbeth Sal et Capucine Larzillière 15 septembre 2011
3 commentaires
MRAP : La lutte contre la haine doit être unitaire
dimanche 10 - 00h01
de : Christian D (CN - MRAP)
4 commentaires
Riposte populaire face à l’islamophobie
samedi 9 - 19h00
de : jean1
8 commentaires
Montpellier : Un Acte 52 des Gilets Jaunes marqué par plusieurs blessés et de nombreuses interpellations
samedi 9 - 17h42
de : jean1
PECO : Hypocrisie du bloc pro-capitaliste
samedi 9 - 16h06
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Combattre le fémonationalisme
samedi 9 - 13h08
de : Chantal Mirail
8 commentaires
Retraites à points : les salariés du privé ont tout à y perdre
samedi 9 - 08h53
Les "zélites" , qui détruisent la France sont responsables : à Lyon : un étudiant stéphanois s’immole par le feu
samedi 9 - 01h51
de : nazairien
4 commentaires
Épuration, recyclages et (grandes) compagnies... - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 8 - 22h49
de : Hdm
GILETS JAUNES TOULOUSE : ACTE 51 (video)
vendredi 8 - 15h36
de : JO
LA PETITE MAISON DANS LA ZERMI - Chroniques d’un saisonnier de la misère
vendredi 8 - 12h13
de : Ernest London
Les PECO : déception d’un capitalisme pur et dur et souci de penser encore une alternative
jeudi 7 - 22h10
de : Christian DELARUE
4 commentaires
Sarkozy, mais en mieux.
jeudi 7 - 16h59
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Vol, pillage des ressources naturelles de la planète : Partout là où sont encore présentent les multinationales !
jeudi 7 - 16h04
de : JO
Casser les deux communautarismes, le dominant et le dominé.
mercredi 6 - 23h59
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LE VOILE, CHIFFON ROUGE OU TORCHE-CUL ?
mercredi 6 - 19h28
de : Nemo3637
9 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

C'est par nos pensées, nos paroles et nos actions, individuellement et collectivement, que nous façonnons nos lendemains. Sagesse Tsagali
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite