Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Quelle femme ! Patricia Jennings-Welch : Une Grande Dame, un Grand Héritage
de : Daniel Patrick Welch
jeudi 14 mai 2009 - 19h31 - Signaler aux modérateurs

Eloge funèbre tel que rédigé pour lecture à l’Eglise St Thomas l’Apôtre, Peabody, Massachusetts, le 4 mars 2009.

par Daniel Patrick Welch

Patricia Jennings-Welch. Ouaaah. Quelle femme ! La première fois que j’ai appris ces lignes du célèbre discours de Sojourner Truth, tout ce à quoi cela me faisait penser était ma mère. "Cet homme là-bas dit qu’il faut aider les femmes à monter sur les attelages, les porter au-dessus des fossés, et qu’elles doivent avoir la meilleure place partout. Personne ne m’aide jamais à monter sur les attelages, ni à passer par-dessus les flaques de boue, ni ne me donne la meilleure place ! Et ne suis-je pourtant pas une femme ? Regardez-moi ! Regardez mon bras ! J’ai labouré et planté, et stocké dans les granges, et aucun homme ne me dirigeait ! Et ne suis-je pourtant pas une femme ? Je pouvais travailler autant et manger autant qu’un homme – quand c’était possible – et je supportais le fouet aussi bien ! Et ne suis-je pourtant pas une femme ? J’ai eu treize enfants, et j’en ai vu la plupart être vendus comme esclaves, et lorsque je hurlais mon chagrin de mère, personne ne m’a entendue à part Jésus ! Et ne suis-je pourtant pas une femme ?"

Tout ce que j’ai appris sur le respect et la dignité, sur le fait de se battre et de ne pas laisser les gens se faire rabaisser, tout me vient de cette femme, exceptionnellement compliquée, solide et incroyablement déterminée, à qui nous faisons nos adieux aujourd’hui. Cette femme qui m’a appris à respecter la force et la compassion de la même manière – la femme, en bref, qui m’a appris à être un homme. Cette femme qui a tant appris à tant de monde et dont l’exemple m’a enseigné que rien n’est au-dessus de nous – que de déboucher les toilettes va de pair avec apprendre et enseigner la lecture ou une langue étrangère, qu’une vie sans lutte est une vie sans valeur – mais également que de se battre pour soi-même sans élever les autres est aussi inutile que moralement répréhensible.

J’ai été incroyablement chanceux d’avoir une telle relation, vraiment particulière, avec cette femme : ma mère, mon amie, ma confidente, mon mentor. Mais elle a touché tellement de vies, et elle a eu tellement de joie à vivre le temps qu’elle passait avec tous ses enfants, depuis les retraites et les voyages à San Antonio et Austin, jusqu’à tous les matchs, rencontres de natation, messes, fêtes d’anniversaire et cérémonies auxquels elle pouvait aller, de quelque manière que ce soit, pour y rester aussi longtemps que possible. Et bien au-delà de sa propre famille proche, les gens avaient toujours le sentiment de posséder une part d’elle. Elle a peut-être été tout cela pour moi, mais Mima était d’une certain façon une propriété d’Etat.

L’une des si nombreuses cartes de condoléances que nous avons reçues soulignait cette qualité – en plus de son gigantesque intellect, de sa voracité et de sa soif de connaissance, et de son incroyable talent à enseigner. Cette qualité, partagée en premier par mon ami Volker d’Allemagne, était qu’elle donnait le sentiment à chacun d’être aussi sa mère : « Elle était la meilleure mère que l’on puisse avoir. Comme tu le sais, j’aimais qu’elle me traite comme si j’étais un autre de ses enfants juste à cause de cela : tout le monde aurait voulu avoir cette femme – comme mère, comme fondatrice d’école – comme Mensch. Bien qu’il soit très triste qu’elle nous ait quittés, elle sera encore plus vivante, même maintenant, que beaucoup de gens qui sont en vie – dans notre mémoire. »

C’est pourquoi nous avons laissé le tapis de fleurs vierge : elles représentent toutes les grains qu’elle a plantées, toutes les fleurs qui ont éclos, toutes les personnes dont les vies et les rêves ont été déclenchés, poussés, aidés, concrétisés, sauvés ou simplement rendus un peu plus riches par le fait d’avoir connu cette femme.

Je serais négligent de ne pas mentionner dans ces lignes mon épouse Julia, qui est désormais ma partenaire dans les profondeurs de mon chagrin tout comme elle l’a été pour tout le reste. Elle a été à mes côtés pendant des années, m’aidant à m’occuper de ma mère, qui, comme beaucoup d’entre vous le savez, était en mauvaise santé depuis des années. Depuis l’aide qu’elle lui a apportée pour se laver et se changer le jour de notre mariage, jusqu’aux tous derniers moments de la vie de cette grande dame, l’amour et le soutien de Julia, pour moi, pour ma mère, pour les rêves que nous partagions tous – nous, les trois dragons du zodiaque chinois, ou l’équipe P.D. et J., comme elle l’a nommée sur son lit de mort – l’amour réciproque que nous ressentions les uns pour les autres était tangible et indispensable.

Et bien qu’elle ait pu parfois être exigeante, nous devons maintenant nous souvenir que c’était par amour, tout cet amour, qu’elle voulait toujours le meilleur. L’une des strophes de la chanson que nous avons chantée tout à l’heure est particulièrement poignante : « Je suis né dans la vallée / Où le soleil refusait de briller / Mais je grimpe jusqu’à la montagne / Cette montagne, je la ferai mienne ! ». Et, bien sûr, elle avait cette même exigence envers tout le monde – qu’on le sache ou non. C’est la meilleure qualité possible chez un professeur… et peut-être également chez une mère. Et elle était paradoxalement parfois plus dure avec les gens lorsqu’ils disaient qu’ils ne pouvaient pas – et particulièrement ceux à qui d’autres avaient dit qu’ils ne pouvaient pas.

Vous le voyez, cette énigme qu’était Pat Welch, toujours à viser la lune (parce que parfois on peut la toucher), avait également un côté intensément pragmatique : ce n’était pas que l’apitoiement sur soi-même était immoral, c’était juste que c’était trop encombrant. Combien de fois cette semaine des personnes sont-elles venues nous relater leurs anecdotes, comme cette mère qui nous a raconté à Julia et moi : « lorsque j’ai amené mon fils à l’école, j’ai dit à votre mère « Mais je n’ai aucun moyen de le récupérer », et elle m’a répondu « Amenez-le juste à l’école, et nous trouverons bien un moyen pour que cela marche ». » Cette montagne, je la ferai mienne ! Mais une fois encore, jamais sans élever aussi ceux qui nous entourent.

L’un de mes cousins a écrit que « nous avons tous été très inspirés par Tante Pat. Elle avait un incroyable sens de l’optimisme et il n’y avait rien qui soit trop difficile et qui ne put être fait une fois qu’elle l’avait décidé. Et je pense qu’elle était capable de convaincre beaucoup de gens qu’ils étaient capables de faire des choses qu’ils n’auraient jamais essayé de faire sinon. » En fait, cette réputation de confronter sa volonté à n’importe quel obstacle a mené à une confusion intéressante à la suite de son décès. J’avais par étourderie écrit une mauvaise date lors de l’envoi du brouillon de la notice nécrologique. J’ai envoyé une correction en mettant simplement pour titre « Coquille ». Sa cousine m’a aussitôt écrit pour me dire qu’elle espérait que tout cela n’était qu’une coquille. « Patsy a décrété que tout n’était qu’une coquille et qu’elle n’irait nulle part ! »

Quelques semaines avant de mourir, elle s’est tournée vers moi et m’a dit « Chéri, je veux que tu me fasses mettre dans le coma. Alors, ils pourront me réveiller dans cinq ou dix ans lorsqu’ils auront trouvé un traitement pour tout ce qui ne va pas chez moi. » Une autre amie a demandé si, vu qu’elle allait à l’épicerie, elle pouvait lui prendre quelque chose. « Rien à moins que tu ne trouves une paire de poumons », a-t-elle souri, avec cette étincelle dans ses yeux bleus qui nous a tous fait penser devait plaisanter…elle plaisante…non ? On ne savait jamais vraiment…

Elle avait un poème préféré parmi ceux de son père, mon grand-père, qu’il avait écrit pour elle. Nous le récitions ensemble pendant les dernières semaines, et cela semblait la réconforter.

Patsy
Today my child you’re dressed in white
Aujourd’hui mon enfant tu es habillée de blanc
To symbolize the soul of God
Pour symboliser l’âme de Dieu
To march with him toward all that’s right
Pour marcher avec lui vers tout ce qui est juste
Along the path that Christ hath trod
Le long du chemin que le Christ a foulé
 
Your thoughts are pure, your step is strong,
Tes pensées sont pures, ton pas est ferme,
Your dreams are filled with pleasant hope
Tes rêves sont emplis d’un espoir agréable
To lend you power to march along
Pour te donner la force de continuer à marcher
Life’s road and with its burdens cope
Sur la route de la vie, et de supporter ses fardeaux
 
A soldier true in God’s own fold,
Véritable soldat dans le sein de Dieu
Your battle now is one with life
Ton combat est désormais avec la vie
And may you be in heaven enrolled
Et puisses-tu être engagée au paradis
When you have marched beyond Earth’s strife.
Lorsque tu auras marché au-delà des conflits terrestres.
 
Il avait écrit un autre poème, sans aucun doute en pensant à lui et sa mère. J’y ai souvent repensé dernièrement, en rapport avec moi et ma propre mère. Lorsque nous sommes sortis faire l’une de nos dernières promenades – et elle avait insisté pour voir tout ce qui était nouveau : le Y, Danversport reconstruit, et finalement le cimetière – je pense avec du recul qu’elle essayait de nous dire qu’elle savait.
 
Faith
A cynic may scorn as she kneels with her cross
And fingers the beads she may hold
But she has grown weary of life’s goading ways
And she only knows she is old
 
She is weary of life and is fearful of death
And these beads that she holds are her hope
That there’s something beyond life’s last fleeting breath
That’s unseen and unknown to our scope
 
And the cynic may scorn as she kisses that cross
And kneels with her head bowed low
She’s at peace with her god, while he’s at a loss
And weary for things he can’t know
 
Foi
 
Un cynique peut la mépriser alors qu’elle s’agenouille avec sa croix
Et égrène les perles qu’elle tient peut-être
Mais elle est s’est lassée des manières provocantes de la vie
Et elle sait seulement qu’elle est vieille
 
Elle est lasse de la vie et a peur de la mort
Et ces perles qu’elle tient sont son espoir
Qu’il y a quelque chose après le dernier souffle fugace de la vie
Qu’on ne voit pas et qui est inconnu de nous
 
Et le cynique peut la mépriser alors qu’elle embrasse cette croix
Et s’agenouille avec la tête penchée très bas
Elle est en paix avec son dieu, alors que lui est perdu
Et las des choses qu’il ne peut connaître
 
Y ahora quiero decir algo, aunque brevemente, a la communidad hispana, la que tenia tanto
 
amor para mi mama—diciendole simplemente siempre ‘la Dona.’ Y todos supieron de quien
estabamos hablando, sin tener que decir nada mas. Tan como a muchos otros, la Dona ayudo
bastante la gente de esta comunidad, con que tenia una connection especial. Me llamo una
colega anterior desde Santo Domingo para darnos nuestras condolencias, explicando cuanto
ayudo esta mujer, la dona, una mujer de tanta fuerza, intelegencia y amor, y tambien
cuanto ayudo a sus hijos y a su familia—diciendo como tantos otros que sentia de Corazon
que la dona fue, en cualquier parte, tambien su mama a ella. Me recordo tambien, pero no
es que necesitaba que me recuerden, de la broma que yo siempre hicia con mi mama,
relajando su pronunciacion en espanol. Zan-a-jor-i-a. Me reganaron, por supuesto, por
relajar a una mujer con tanta dignidad, y sobre todo que trataba con todo su fuerze a
conquistar el idioma espanol. Otra Montana que queria subir. Pero ojala, y supongo que
saben todos, como entendio la Dona, que eso fue todo de amor.

Je m’excuse auprès du Père Sherridan et de ceux ici présents pour avoir été peut-être un peu long.

Je suppose que cela fait simplement partie de la volonté de ne jamais cesser de parler de cette dame, comme dans l’autre partie de la chanson : « Croque-mort, conduis lentement s’il te plaît ». Mais bien entendu, quand c’est l’heure, c’est l’heure, et nous ne contrôlons ni l’horloge ni le calendrier. Pardonnez-moi. Et maintenant, pour cette grande dame qui voulait toujours être la dernière à quitter la fête, il est temps de la laisser se reposer. Elle s’est battue, contre le destin, contre la maladie, contre le temps lui-même, jusqu’à la toute fin. Je me suis penché et ai murmuré à son oreille alors qu’elle était allongée sur son lit de mort – bien que je ne sois pas sûr qu’elle pouvait encore m’entendre – que tout allait bien, qu’elle pouvait se reposer maintenant et ne plus être si fatiguée. Il y a deux dates au cours de ces dernières semaines qui permettent d’expliquer cette ultime contradiction. Le 20 janvier était la date de son dernier rendez-vous avec son oncologue, et c’est d’une certaine manière à partir de ce moment-là que nous avons senti qu’elle commençait à s’éteindre doucement. Et cette nuit-là, alors que Julia et moi dormions sur un matelas sur le sol de sa chambre, lui tenant compagnie pendant qu’elle se trouvait confrontée à la plus sinistre des nouvelles, j’ai fait part à Julia de mon inquiétude : « Elle ne mange plus. » « Elle ne lit plus », m’a répondu Julia. « Pour Pat Welch, c’est encore plus mauvais signe. »

Mais je me souviens maintenant que le 20 janvier était aussi le jour de l’investiture, un jour qu’elle attendait depuis huit longues années. Je me souviens parfaitement de l’avoir vue pleurer en 2004, et quand je lui ai demandé pourquoi elle le prenait si mal, elle m’a répondu : « Mais maintenant je ne vivrai peut-être pas assez longtemps pour voir le départ de Bush ! » Donc ce 20 janvier a peut-être été important pour elle pour plus de raisons que nous le pensons. L’histoire de l’autre date particulière, je ne l’ai découverte qu’hier. Nous sommes allés à CVS, où nous étions allés tant de fois chercher les ordonnances qui permettaient de la garder en vie, et je n’ai pas pu me garer sans pleurer. Je me suis garé sur une place pour handicapés et j’ai accroché la carte pour handicapés de ma mère, comme une sorte de réflexe. Quand j’ai réalisé ce que je faisais j’ai souri, me disant que ni elle ni la loi n’oseraient m’en vouloir de cette toute dernière transgression. Mais en regardant la carte accrochée au rétroviseur, j’ai remarqué la date d’expiration : le 4 février 2009 – cette même nuit où nous nous sommes précipités à Brigham avec elle, son dernier trajet dans notre petite guimbarde. Choqué, je me suis installé sur le siège et j’ai réfléchi. Il est temps, enfin, de laisser cette pauvre femme se reposer. Repose-toi, Maman, repose-toi.

Nous t’aimons, et tu seras toujours, toujours en vie avec nous. « Que la route vienne te saluer, que le vent soit toujours dans ton dos, que le soleil soit chaud sur ton visage, et la pluie légère sur tes champs, et jusqu’à ce que nous nous retrouvions, que Dieu te tienne dans la paume de Sa main. » Je t’aime, Maman. Au revoir.

Les dons à la mémoire de Patricia Jennings-Welch peuvent être faits auprès de l’école Greenhouse, http://www.greenhouseschool.org



Imprimer cet article





Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
13 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
22 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos
lundi 7 - 16h06
de : jean 1
Ami entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne : L’Europe nous supprime la faucille ! Et le marteau ! ...
lundi 7 - 15h07
de : nazairien
1 commentaire
Réformes des retraites : depuis 1993 l’âge de départ et le montant des pensions reculent
lundi 7 - 07h50
1 commentaire
TROIS "I" en même temps !
dimanche 6 - 21h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Rencontre nationale des communes libres et des listes citoyennes
dimanche 6 - 21h42
de : commercy par invités de médiapart
La “surprise” de l’acte 47 des GJ : l’occupation du centre commercial Italie2 (vidéo)
dimanche 6 - 11h11
de : nazairien
4 commentaires
Un féminisme accusé de contrôle du corps des femmes
dimanche 6 - 02h31
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Le communautarisme du Rassemblement National - RN (ex FN).
dimanche 6 - 02h21
de : Christian DELARUE
confirmation expulsion appel à convergence
samedi 5 - 22h27
de : AMASSADA
Acte 47 Toulouse et violences à AMiens
samedi 5 - 21h51
de : https://www.frontsocialuni.fr/les-luttes-invisibles/
Une lobbyiste de la pollution au coeur de la convention pour le climat
samedi 5 - 21h39
de : Gaspard D’Allens REPORTERRE
Christine Renon : marée humaine quand l’Éducation Nationale ne veut pas de vague
vendredi 4 - 14h32
Les palettes : Il n’aurait jamais dû signer...
vendredi 4 - 10h22
LA MANIFESTATION CLIMAT DU 21 SEPTEMBRE A-T-ELLE ÉTÉ INFILTRÉE PAR LE BLACK BLOC ?
jeudi 3 - 22h36
de : jean 1
Alexandre Langlois réagit à l’attaque au couteau à la préfecture de police de Paris (vidéo)
jeudi 3 - 20h25
de : nazairien
Une corrompue de plus, comme commissaire européen : Emplois fictifs : « I’m clean », se défend Sylvie Goulard
jeudi 3 - 17h54
de : nazairien
3 commentaires
Ils avouent sans honte, que les radars c’est pour faire du fric : Les « gilets jaunes » ont plombé les recettes des radars
jeudi 3 - 16h58
de : nazairien
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

N'essayez pas de devenir un homme qui a du succès. Essayez de devenir un homme qui a de la valeur. Albert Einstein
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite