Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Les producteurs de lait en colère contre la grande distribution : chute de 30 % du prix du lait !
de : marianne
mardi 19 mai 2009 - 14h49 - Signaler aux modérateurs
5 commentaires

Résultat d’une déréglementation du marché, la chute de 30 % du prix du lait suscite la colère des éleveurs

LE MONDE | 18.05.09 | 13h46 • Mis à jour le 18.05.09 | 15h35

Des membres de la Confédération paysanne et des producteurs de lait fournisseurs de la fromagerie Gillot, manifestent avec deux vaches laitières normandes dans la cour de la fromagerie Saint-Hilaire de Briouze, le 13 mai 2009.
Serait-ce la fin de la "spécificité laitière" ? Dans le monde agricole, les producteurs de lait faisaient presque figure de salariés. Tous les mois, ils percevaient des industriels leur "paie de lait", qui oscillait peu. Changement de décor : la paie d’avril, touchée le 15 mai, est en baisse de 30 %. Elle marque l’émergence de la nouvelle ère de la volatilité des prix, conséquence de la dérégulation d’un secteur protégé.

Une telle chute est inacceptable pour les producteurs, qui bloquent depuis une semaine des laiteries et visent la grande distribution. Mardi 19 mai, à l’appel de la FNSEA, c’est aux pouvoirs publics qu’ils diront leur colère devant les préfectures. La Confédération paysanne appelle à faire de même le 25 mai.

Les 90 000 éleveurs laitiers subissent de plein fouet le retournement du marché. En 2008, ils avaient été incités à produire plus, car le lait manquait et qu’il fallait réduire son prix. Les excédents, auxquels s’ajoute une baisse des ventes due à la crise, expliquent la chute de la rémunération : 210 euros les 1 000 litres, contre 310 il y a un an. Un recul sans précédent depuis l’instauration des quotas, en 1984.

Jusque-là, la dégringolade aurait été amortie par une discussion avec les industriels. Mais, cette fois, les laiteries ont pu fixer seules le montant de la facture, la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) ayant estimé que les recommandations sur le prix entre collecteurs et producteurs devaient cesser pour cause de distorsion de concurrence. Or les industriels, qui pâtissent du cours du beurre et de la poudre de lait en chute et d’une légère baisse de la consommation, en ont profité pour fixer un prix très bas.

Pour les éleveurs qui n’ont pas épargné quand les prix battaient des records, la situation est catastrophique. "Comme les charges n’ont pas baissé, pour ne pas perdre d’argent, il faudrait que je touche 300 euros la tonne. Et encore plus pour me rémunérer", explique Max Bottier, producteur en Seine-Maritime, à la tête des blocages des sites de Danone et Senoble.

"BLOCAGE CULTUREL"

Les actions contre les laiteries sont parties de la base. Les appels nationaux axés sur les pouvoirs publics ont été lancés par les syndicats qui leur reprochent d’avoir laissé disparaître les outils de régulation qui permettaient qu’offre et demande s’équilibrent et d’avoir ainsi engendré une volatilité.

Ces dernières années, au niveau européen, le stockage et les aides à l’exportation ont été réduits. Il a été décidé la suppression d’ici 2015 des quotas, qui assuraient la stabilité de la production et donc des prix. Déjà, ils doivent être relevés de 1 % tous les ans, alors qu’ils devraient baisser.

Cette perte de visibilité inquiète les producteurs. "Je me suis installé, il y a quelques années, en basant mon emprunt sur 31 centimes le litre. Mais à l’époque, les prix n’étaient pas fluctuants", raconte Charles Deparis, producteur dans l’Orne. Il réclame que le prix du lait dépende simplement des coûts de production. "Il y a comme un blocage culturel. Les producteurs de lait vivent leur première chute de prix. Comme ils étaient habitués à une paie stable, ils ne se sont pas organisés, alors que dans le secteur du porc, on sait appréhender la volatilité", note Vincent Chatelier, économiste à Institut national de la recherche agronomique (INRA).

Cette fluctuation des cours est aussi nouvelle pour les entreprises. Une situation difficile pour les quelque 250 petites laiteries françaises, mais les gros acteurs aussi doivent s’y faire. Chez Danone, on essaye de trouver un mécanisme pérenne de fixation du prix du lait. Les industriels voudraient mettre en place un système de contrats, qui assurerait des prix fixes et suppléerait à la régulation publique. Mais les producteurs s’en méfient.

Les deux camps souhaitent que le gouvernement fasse en sorte qu’il soit de nouveau juridiquement possible de discuter d’un prix en interprofession. Le ministère de l’agriculture et Bercy sont restés silencieux. Mais depuis janvier, au niveau européen, les dispositifs de stockage et d’aides à l’exportation ont été relancés et en mars, la France a gelé l’obligation d’augmenter son quota. En temps de crise, la régulation a du bon.

Laetitia Clavreul
Article paru dans l’édition du 19.05.09.

SUR LE MÊME SUJET

Entretien Prix du lait : "Le gouvernement doit revoir sa copie" Les faits Journée d’action pour les producteurs de lait

http://mobile.lemonde.fr/economie/a...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Les producteurs de lait en colère contre la grande distribution : chute de 30 % du prix du lait !
19 mai 2009 - 15h14

Le syndicat agricole FNSEA qui règne sur le monde agricole en maître absolu, pousse les producteurs de lait dans la rue, alors qu’elle est à l’origine de cette colère. Elle n’a pas su négocier ses prix face à la grande distribution, qui règne à présent lui aussi sur le montant de nos gamelles ! Puisque le lait baisse de 30 %, il faut que la grande distribution répercute exactement le même chiffre aux produits laitiers que nous achetons.

De plus, il faut savoir que la FNSEA (FNPL) empêche les autres syndicats dont la Confédération paysanne d’être intégrée aux coopératives laitières

La commission européenne a voulu déréguler ce secteur, voilà ce qu’il en coûte ! C’est la même histoire qu’avec les pêcheurs, les salariés du privé, du public : c’est le BORDEL généralisé !

C’est comme pour conduire sur la route : il faut un CODE pour bien conduire et susciter le respect mutuel, pour vivre !



Les producteurs de lait en colère contre la grande distribution : chute de 30 % du prix du lait !
19 mai 2009 - 18h04 - Posté par depoil jean claude

Là comme ailleurs c’est le fric qui décide , je suis prpoducteur de lait ’j’ai déja fait un billet à ce sujet il y a une semaine , elle ets belle l’europe et les aides publique .

Quand les qutas sont arrivé dans l’Allier nous étions 1200 prodducteurs en 1983 les quotas sont passé par la et pour le même litrage départemental nous restons ....280 Aujourd’hui

Milles producteurs à la soupe pour rien sinon pour garder une élite , mais même çà c’est foutu car à 22 cts , il est impossible de tenir le coup ,

Nous sommes tous au bord du gouffre , le lait coute environ 30 cts à produire et les mordu du libéralisme se prennent les pieds dans le tapis en entrainant les autres avec eux !!!!

Les banques se frottent les mains elles vont pouvoir paser à la caisse !

la FDSEA de l’Allier dénonce depuis lontemps cette dérive , n’empèche que comme les autres nous paieront l’addition ..... et le consomateur continuera de payer aussi cher leur lait en grande surface

Ouvriers - paysan, même combat mais pas pour servir la soupe au capital et à la droite

jean claude Depoil

http://depoilenpolitique.blogspot.com/


Les producteurs de lait en colère contre la grande distribution : chute de 30 % du prix du lait !
19 mai 2009 - 20h38 - Posté par BRETON29

Aller voir ce liens et chercher les aides de la pac qu’ont les agriculteurs

https://www1.telepac.agriculture.go...

Dans ma commune certain agriculteures on 3 fois d’ade que moi de salaire



Les producteurs de lait en colère contre la grande distribution : chute de 30 % du prix du lait !
20 mai 2009 - 10h17 - Posté par ar falz hag ar morzohl

A cette époque (1972-73), on chantait :

"C’est en Bretagne au mois de mai

Oui en Bretagne au mois de mai

Y’a pas qu’des fleurs dans les pommiers

Y’a aussi du lait dans les fossés.

Paysans-travailleurs

Ouvriers exploités

Quand le peuple s’unira

Il vaincra."

sur l’air de la "suite sud armoricaine" d’Alan Stivell

Il y a 37 ans éclatait la « Grève du lait ». Ce mouvement a ébranlé le monde agricole. Il avait pour origine la baisse du prix du lait à la production. Pendant deux mois, les paysans n’ont plus livré de lait aux coopératives laitières.

Contexte Historique

Les années 1970 sont celles de la révolution fourragère (le maïs) et de la forte croissance de la production agricole : la production laitière bretonne double entre 1968 et 1982. C’est durant cette période que s’affirme un complexe agro-alimentaire puissant basé en grande partie sur la production laitière. Mais c’est aussi une période d’agitation professionnelle et d’éclatement syndical. La grève de 1972 en est une preuve.

Les éleveurs laitiers s’opposent depuis 1970 aux entreprises laitières afin d’exiger la définition du prix de revient du lait et le paiement au juste prix qui tiendrait compte du prix du travail. Le 23 mai 1972, 16 camions de collecte de lait sont interceptés par des groupes de paysans du Finistère.

Ce mouvement s’étend rapidement au Morbihan et à la Loire-Atlantique. Cette lutte est organisée par des forces syndicales nouvelles : les branches modernistes de la FDSEA (Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles), les paysans-travailleurs qui sont en dissidence. Celles ci participent ainsi au climat général d’occupation et de mobilisation ouvrière des années 70 comme, par exemple, la grève du Joint Français à Saint Brieuc. La grève du lait, basée sur des actions commandos, met en évidence la mobilisation des producteurs et l’éclatement du mouvement syndical agricole breton, lié à la remise en cause régionale des leaders traditionnels de la FNSEA qui défendent surtout les grandes exploitations. Deux leaders émergent, Bernard Lambert (qui milite à la Gauche Ouvrière Paysanne) et Bernard Thareau ( tendance PS).

Notons que cet épisode important qui, à l’image de la marche du Larzac en août 73, peut être lu comme un combat fondateur de la gauche paysanne, a été très peu couvert par la télévision régionale. Ce documentaire qui a été réalisé en 1982 utilise peu d’images datées des années 70.

Bibliographie :

Jean-Philippe Martin, Histoire de la nouvelle gauche paysanne, La Découverte, 2005.

 Retour sur la « Grève du lait »(video)



 Et aujourd’hui, quoi de neuf à l’ouest ?



Les producteurs de lait en colère contre la grande distribution : chute de 30 % du prix du lait !
20 mai 2009 - 11h47 - Posté par

C’est terrible d’en arriver là, déverser des litres et des litres de lait sur la chaussée, allant jusqu’à menacer de ne plus livrer le lait aux coopératives laitières, pour se faire entendre. Mais au moins les éleveurs ont réussi à se faire entendre de Barnier, des entreprises de laiteries et de l’Europe ! Chapeau !

Pourtant le combat des paysans et des ouvriers est bien le même, si on en juge comment s’est opérée la fixation du prix du lait par les entreprises laitières aux éleveurs, autrement dit unilatéralement, sans discussion, avec un syndicat (FNSEA) très mou pour le coup.

Puisque les uns et les autres sommes traités de la même façon, pourquoi ne pas organiser la filière autrement, à savoir :

 créer vous-mêmes, sous forme de coopérative, des unités de fabrication de yaourts, de beurre et de fromage directement accessibles aux consommateurs, pour faire tomber les intermédiaires (grande distribution), donc concourir à faire baisser les prix à la consommation.

 Installer des machines à distribuer le lait frais, direct producteur au consommateur, avec prix attractif.

 Et se lancer dans le lait bio qui véhicule une image bien plus positive que le lait conventionné qui est bourré de médicaments et de vaccins susceptibles d’entraver la santé des consommateurs de produits laitiers (résistances aux antibiotiques, allergies...).

Paysans et ouvriers sommes dans la même galère, avec le même mépris, les mêmes abus. Il faut travailler plus, gagner moins, payer plus et fermer notre g.
Comme les AMAPS qui fonctionnent fort, organisez votre filière directement avec les consommateurs-ouvriers. L’union fait la force !





15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
14 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
22 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos
lundi 7 - 16h06
de : jean 1
Ami entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne : L’Europe nous supprime la faucille ! Et le marteau ! ...
lundi 7 - 15h07
de : nazairien
1 commentaire
Réformes des retraites : depuis 1993 l’âge de départ et le montant des pensions reculent
lundi 7 - 07h50
1 commentaire
TROIS "I" en même temps !
dimanche 6 - 21h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Rencontre nationale des communes libres et des listes citoyennes
dimanche 6 - 21h42
de : commercy par invités de médiapart
La “surprise” de l’acte 47 des GJ : l’occupation du centre commercial Italie2 (vidéo)
dimanche 6 - 11h11
de : nazairien
4 commentaires
Un féminisme accusé de contrôle du corps des femmes
dimanche 6 - 02h31
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Le communautarisme du Rassemblement National - RN (ex FN).
dimanche 6 - 02h21
de : Christian DELARUE
confirmation expulsion appel à convergence
samedi 5 - 22h27
de : AMASSADA
Acte 47 Toulouse et violences à AMiens
samedi 5 - 21h51
de : https://www.frontsocialuni.fr/les-luttes-invisibles/
Une lobbyiste de la pollution au coeur de la convention pour le climat
samedi 5 - 21h39
de : Gaspard D’Allens REPORTERRE
Christine Renon : marée humaine quand l’Éducation Nationale ne veut pas de vague
vendredi 4 - 14h32
Les palettes : Il n’aurait jamais dû signer...
vendredi 4 - 10h22
LA MANIFESTATION CLIMAT DU 21 SEPTEMBRE A-T-ELLE ÉTÉ INFILTRÉE PAR LE BLACK BLOC ?
jeudi 3 - 22h36
de : jean 1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents. Gandhi
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite