Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Le mur : Il faut tout dire !
de : Michel Peyret
lundi 9 novembre 2009 - 21h27 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Michel Peyret 9 novembre 2009

IL FAUT TOUT DIRE !

Article de Libération.fr du 1er octobre 1996 Kohl remet les pendules allemandes à l’heure Il livre sa version de l’unification, du marchandage de Gorbatchev aux réticences de Mitterrand.

MILLOT Lorraine

Bonn de notre correspondante Après Mikhaïl Gorbatchev, Margaret Thatcher, Hans-Dietrich Genscher et François Mitterrand, c’est au tour de Helmut Kohl de livrer ce mardi, quatorzième anniversaire de son installation à la chancellerie et bientôt sixième anniversaire de l’unité allemande, sa version de l’unification.

Dans un livre rédigé avec deux journalistes, paru en allemand sous le titre Je voulais l’unité de l’Allemagne (1), le chancelier raconte les seize mois qui menèrent de la visite de Gorbatchev à Berlin, en juin 1989, à la proclamation de l’unité, le 3 octobre 1990 : autant dire un parcours d’embûches épique où il dut tour à tour rassurer François Mitterrand, amadouer Margaret Thatcher, acheter Gorbatchev, prendre de vitesse les dirigeants est-allemands et même souvent court-circuiter son propre ministre des Affaires étrangères, Hans-Dietrich Genscher.

« Deux coeurs battaient dans la poitirine de Mitterrand, décrit Kohl : L’un en faveur du soulèvement révolutionnaire en RDA ; l’autre pour la France, pour son rôle et son rang en cas de l’unification de l’Allemagne. »

Le chancelier raconte assez crûment combien son « amitié » avec François Mitterrand a été mise à l’épreuve lorsque le président français proclame « la solidarité des Français avec la République démocratique allemande », en décembre 1989, à Berlin-Est.

Le mois suivant, à Latche, Mitterrand le prie de ralentir la marche à l’unification, pour ne pas déstabiliser Gorbatchev, rapporte Kohl.

Le président français s’inquiète que l’unité se fasse au prix d’une neutralisation de l’Allemagne qui « avance la zone d’influence soviétique jusqu’aux portes de Strasbourg », estime le chancelier.

Le même jour, reconnaît Kohl, Mitterrand lui assure pourtant aussi qu’« on ne peut nager à contre-courant de l’Histoire » et lui confie : « S’il était allemand, il serait aussi pour une unification rapide. »

La plus dure épreuve entre les deux hommes se joue sur la reconnaissance de la frontière entre l’Allemagne et la Pologne, que Paris a dû longtemps réclamer au chancelier. « Je crois que Mitterrand avait mal apprécié la situation concrète », déclare Kohl, affirmant l’avoir très tôt assuré de la pureté de ses intentions.

En mars 1990, quand Mitterrand, après s’être entretenu avec les dirigeants polonais, l’appelle pour lui demander une nouvelle fois de reconnaître la frontière, Kohl s’offusque : « A cet instant, il m’a semblé voir revivre la Petite Entente », remarque-t-il, désignant par là les efforts de solidarité franco-polonaise dans les années 20.

Le Premier ministre polonais, Tadeusz Mazowiecki, aurait même affirmé que « Varsovie et Paris devaient jouer au ping-pong, par-dessus le filet allemand », rapporte Kohl. « Vous pouvez bien sûr le faire, a répondu le chancelier. Nous pouvons tous refaire les mêmes bêtises qu’autrefois. »

Tandis que Mitterrand se révèle un allié délicat, les meilleurs soutiens du chancelier sont à Washington le président George Bush et son secrétaire d’Etat James Baker. « Le plus surprenant pour moi dans ce récit est l’étroite concertation et coopération qui, très tôt, a uni le chancelier et George Bush », relève Ralf Georg Reuth, l’un des deux journalistes du Bild à avoir recueilli les confessions du chancelier.

« George Bush a été une aubaine pour nous Allemands, déclare Kohl. Pour lui, il était absolument évident qu’on n’a pas le droit de diviser un pays ! C’était comme un crime à ses yeux. »

Le président américain fut le seul allié à qui le chancelier communiqua son « programme en dix points » pour restaurer l’« unité allemande », avant de le présenter le 28 novembre 1989 au Bundestag.

Ni Mitterrand ni même Hans-Dietrich Genscher n’avaient eu connaissance de ce plan, préparé en catimini par un cercle restreint de conseillers à la chancellerie et corrigé « sur la machine à écrire de voyage » de madame Hannelore Kohl, raconte le livre.

« Le passage le plus ravageur concerne pourtant la révision du rôle de Gorbatchev, souligne le coauteur Ralf Georg Reuth. Dans ses mémoires, Gorbatchev dit avoir voulu offrir à l’Allemagne son unité et ne parle pas d’argent. Kohl montre clairement que Gorbatchev ne voulait pas de l’unité allemande et qu’il a dû l’acheter. »

Kohl décrit avoir « marchandé jusqu’au bout » avec Gorbatchev, qui, fin août 1990, quelques jours avant la signature de l’accord « 4+2 » mettant fin aux droits particuliers des Alliés sur l’Allemagne, réclama des milliards supplémentaires pour le retrait des 400 000 soldats soviétiques stationnés en RDA. « Je me suis vu obligé de proposer à l’Union soviétique un crédit supplémentaire sans intérêt de 3 milliards », raconte Kohl.

Rapporté aux 720 milliards de marks que l’Allemagne de l’Ouest a dû transférer de 1990 jusqu’à fin 1996 pour financer le relèvement économique des nouveaux Länder, le total de près de 100 milliards de marks versés à Moscou pour prix de l’unification n’en apparaît pas moins, à la lecture du livre, comme une superbe « occasion », négociée par le chancelier au meilleur de ses intérêts, comme l’ensemble du processus. (1)Ich Wollte Deutschlands Einheit, Helmut Kohl (avec Ralf Georg Reuth et Kai Diekmann, Ullstein.)



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Le mur : Il faut tout dire !
9 novembre 2009 - 22h10 - Posté par Le Rouge-gorge

Près de vingt ans après la chute du Mur de Berlin, le 9 novembre 1989, que pensent les Allemands de l’Est de l’ex-République démocratique allemande (RDA) ?

D’après un sondage de l’Institut Emnid publié vendredi 26 juin par le quotidien Berliner Zeitung, une majorité d’entre eux sont d’avis que l’ex-RDA avait "davantage d’aspects positifs que négatifs", alors que leurs concitoyens de l’ouest du pays sont d’un avis contraire.

"Il y avait quelques problèmes, mais globalement on y vivait bien", soulignent ainsi quarante-neuf pour cent des 1 208 personnes interrogées dans l’est du pays.

Si l’on y ajoute les 8 % de sondés dans les "nouveaux Länder" (États fédérés) qui estiment que "la RDA avait surtout de bons côtés [et qu’on] y vivait heureux et mieux que dans l’Allemagne réunifiée d’aujourd’hui", ce sont en tout 57 % des Allemands de l’Est qui défendent l’héritage de l’ancien État communiste (sic).
A l’inverse, dans l’ouest du pays, les trois quarts des personnes interrogées dressent un bilan négatif de la RDA.

Pour 52 %, l’ex-Allemagne de l’Est avait "surtout des aspects négatifs" et pour 26 % "davantage d’aspects négatifs que positifs".

Selon le ministre en charge de l’ex-RDA, Wolfgang Tiefensee, commanditaire de cette étude, ces résultats montrent la nécessité de "ne pas relâcher les efforts pour nous confronter à l’histoire de la RDA".

Si on en juge par la ‘déferlante’ médiatique à l’occasion du 20ème anniversaire de « la chute du Mur »,qui nous envahit, nous Français, on peut se poser des questions sur la marée noire de l’information, outre-Rhin, sur le même sujet.

D’autre part, les gens qui ont vécu en RDA ne sont-ils pas meilleurs juges que la population de l’Ouest, qui n’a pas connu la réalité est-allemande, mais qui subit depuis vingt-ans l’assaut de la propagande du capital ?






Didier Maisto, directeur de "sud radio" , mais aussi, journaliste de terrain, témoigne sur l’acte 53 à Paris (vidéo)
lundi 18 - 23h02
de : nazairien
1 commentaire
3 Médias indépendants, au coeur de l’acte 53 à Paris, article de pierrick tillet (vidéos)
lundi 18 - 19h12
de : nazairien
Le peuple désarmé sera toujours vaincu ! Analyse à méditer en tout cas !
lundi 18 - 16h54
de : JO
1 commentaire
Le Préfet de police a « transformé par un tour de passe-passe bureaucratique des manifestants en délinquants »
lundi 18 - 16h40
de : JO
4 commentaires
Mémoire historique : Information et mise au point sur l’association « 24 août 1944 »
lundi 18 - 15h24
de : Miguel Campos
Dimanche 17 Novembre, Paris, Acte 53 suite, Pas de repos pour les GJ ! (vidéo)
dimanche 17 - 21h16
de : nazairien
1er anniversaire, du combat des "gilets jaunes" AN II reprise des "ronds points" (vidéo)
dimanche 17 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
16 et 17 novembre : pas de cadeaux pour l’anniversaire des gilets jaunes
dimanche 17 - 19h32
2 commentaires
Les Forces de l’Ordre (quoique) ne devraient-t-elle nettoyer plus souvent la visière de leur casque
dimanche 17 - 18h34
de : jean-marie Défossé
Acte 53 Gilets Jaunes : Dissuasion ou interdiction perfide des manifs ; ?
dimanche 17 - 18h01
de : JO
Acte 53 Gilets Jaunes :Des policiers se font-ils passer pour des black blocs
dimanche 17 - 17h54
de : JO
Les réformes de Macron sont les vraies armes par destination
samedi 16 - 20h54
de : Xavier Marchand
1 commentaire
Une Transition Anticapitaliste est-elle encore possible ?
samedi 16 - 14h02
de : Lepotier
9 commentaires
Damien Saez, un artiste, qui n’a jamais renié ses engagements, chante l’anniversaire du combat des "gilets jaunes"
vendredi 15 - 23h13
de : nazairien
Pour revenir sur la 4e Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes à Montpellier avec Demos Kratos (vidéo)
vendredi 15 - 19h35
de : nazairien
Reviens vite Evo, ton peuple a besoin de toi : Roger Waters (vidéo str fr)
vendredi 15 - 11h50
de : nazairien
2 commentaires
LES « PÉTROLEUSES »
vendredi 15 - 10h48
de : Ernest London
LA LUTTE FINALE
jeudi 14 - 20h36
de : Nemo3637
2 commentaires
Hôpital : tout le monde déteste l’austérité
jeudi 14 - 18h11
Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
2 commentaires
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat
ISLAMOPHOBIE : du SENS STRICT au SENS LARGE
dimanche 10 - 17h42
de : Christian DELARUE
8 commentaires
Le voile est-il une obligation religieuse ?
dimanche 10 - 17h22
de : Mohammed Chirani
5 commentaires
Comprendre l’instrumentalisation du féminisme à des fins racistes pour résister
dimanche 10 - 17h07
de : Lisbeth Sal et Capucine Larzillière 15 septembre 2011
3 commentaires
MRAP : La lutte contre la haine doit être unitaire
dimanche 10 - 00h01
de : Christian D (CN - MRAP)
4 commentaires
Riposte populaire face à l’islamophobie
samedi 9 - 19h00
de : jean1
8 commentaires
Montpellier : Un Acte 52 des Gilets Jaunes marqué par plusieurs blessés et de nombreuses interpellations
samedi 9 - 17h42
de : jean1
PECO : Hypocrisie du bloc pro-capitaliste
samedi 9 - 16h06
de : Christian DELARUE
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Il faut avoir une parfaite conscience de ses propres limites, surtout si on veut les élargir. Antonio Gramsci
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite