Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

L’hôpital-entreprise rend les médecins malades
de : Yves Housson
jeudi 12 novembre 2009 - 09h50 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires

L’hôpital-entreprise rend les médecins malades

Beaucoup se croyaient protégés. Mais, comme les autres composantes de la communauté hospitalière, les praticiens n’échappent pas aux conséquences de réformes sacrifiant le service public à la rentabilité. Harcèlement moral, démotivation, épuisement professionnel…

Des médecins réclament l’assistance d’autres médecins. « Depuis trois-quatre mois, on a des coups de fil incessants de collègues, de toutes spécialités, qui nous demandent de l’aide, qui sont dans une souffrance psychique terrible », raconte Nicole Smolski, anesthésiste à l’hôpital de la Croix-Rousse à Lyon et vice-présidente de son syndicat professionnel, le SNPHAR. « On est tous en train de gérer trois-quatre cas de collègues qui vont vraiment très mal. » Demandes de soutien psychologique, de conseil juridique  : le phénomène interpelle d’autant plus que les médecins ne sont pas réputés pour avoir la plainte facile. « On est conditionnés à endurer beaucoup de choses. On ne doit pas montrer sa souffrance », rappelle une jeune praticienne. Après tout, le métier lui-même n’est-il pas un stress que des personnes « fragiles » ne peuvent pas supporter  ? Seulement voilà, l’explication ne tient plus face à la vague de mal-être qui submerge la profession. « C’est l’histoire de France Télécom qui nous a ouvert les yeux », remarque Nicole Smolski. Et qui a amené les syndicalistes médecins à regarder différemment les signaux de souffrance dans leur entourage, y compris les gestes de désespoir. « On a tous connu un ou deux collègues qui se sont suicidés au travail. »

Que disent les toubibs dans leurs SOS  ? « Ils parlent d’un isolement au travail, face à leur chef de service, leur chef de pôle, leur direction, d’une pression sur les épaules qui n’existait pas avant, avec l’exigence de rentrer dans un certain moule, une certaine rentabilité. Et puis d’une perte d’autonomie de décision qui fait que les gens, non seulement souffrent, mais ont l’impression d’être harcelés quand ils ne rentrent pas dans le moule », rapporte Nicole Smolski. Après s’être « longtemps crus protégés » par « leur statut, leur aura », ils subissent de plein fouet, comme les autres composantes de la communauté hospitalière, les conséquences des « réformes », de la restriction de moyens, d’effectifs, mais aussi de l’autoritarisme croissant des gestionnaires, qui, obnubilés par les économies, laissent de moins en moins de place à l’avis médical. Catherine (*), jeune praticienne dans un hôpital de l’est de la France, a, dit-elle, « toujours souhaité travailler dans les hôpitaux car (elle a) une notion de service public qui (lui) tient à cœur », et elle veut encore y croire. Catherine vient pourtant de décider de jeter l’éponge, provisoirement, en demandant une mise en disponibilité d’un an. Décision « très difficile », « cas de conscience », mais seule issue, à ses yeux, à une situation devenue insupportable. « Mon service était très déficitaire. Le chef de pôle a proposé une restructuration afin de combler le déficit, sans aucune concertation, prévoyant des suppressions de postes, de médecins, d’infirmières. Mes collègues et moi, nous avons totalement refusé car on ne pouvait plus travailler en équipe. » De surcroît, comme pour justifier sa décision, le supérieur hiérarchique de Dominique tient des propos « extrêmement méprisants » contre sa spécialité, jugée « responsable du déficit du pôle ». Après avoir cherché, en vain, l’écoute de la direction de l’établissement, constatant qu’elle allait se « retrouver en sous-effectif, avec un chef ayant manifesté un grand mépris envers (sa) spécialité », elle s’est dit qu’elle « ne pouvait plus continuer à exercer à l’hôpital de cette façon », raconte Dominique. Et d’évoquer « une démotivation croissante » parmi ses collègues. Psychiatre dans les hôpitaux de Lyon, Françoise, elle, est plus proche de la retraite. « Mais pas encore à la date de péremption  ! » s’insurge-
t-elle. Pourtant, à la suite de multiples restructurations qui ont touché son activité, et alors qu’elle doit faire face à de lourds ennuis familiaux, cette psychiatre s’est retrouvée, au retour d’un arrêt maladie, « placardisée », confinée dans un bureau à « ne rien faire », privée de consultations au motif de sa « fragilité ». Avant d’être invitée par son chef de service à avancer son départ en retraite. Sans même pouvoir faire valoir qu’avec ses « multiples diplômes », elle « pouvait encore servir à quelque chose, quelque part ». « Dégoûtée », ne cachant pas des idées suicidaires, Françoise, qui a demandé l’aide du SNPHAR, constate  : « On est rattrapés par des choses dont je pensais que c’était plutôt dans le privé. »

Constat semblable chez Dominique, anesthésiste, qui, recrutée comme contractuelle dans un hôpital du sud de la France, vient de voir son contrat brutalement interrompu, du jour au lendemain, par sa direction. Au mépris du préavis obligatoire de deux mois. Motif  ? Alors qu’elle était déjà soumise, dit-elle, à « une charge de travail énorme » en anesthésie, dans un service « en sous-effectif » l’astreignant, entre autres, à être « de garde tous les week-ends », elle a refusé de prendre une charge supplémentaire  : la responsabilité des urgences, le soir, la nuit et les week-ends, lorsque le responsable de ce service est appelé à intervenir à l’extérieur. Dominique a eu beau expliquer que cela ne relevait pas de sa spécialité, qu’il « y avait une responsabilité juridique que les assurances n’allaient pas couvrir », faire valoir que l’Ordre des médecins lui donnait raison, le directeur n’a rien voulu entendre. « Vexée » de « se faire virer alors qu’on n’a pas fait de faute », contrainte de chercher en catastrophe des remplacements, elle se dit aujourd’hui persuadée que sa mésaventure n’est qu’un avant-goût des abus qu’entraîneront les pleins pouvoirs donnés par la réforme Bachelot aux directeurs.

« L’hôpital est-il une entreprise de soins comme une autre entreprise, ou une communauté humaine œuvrant dans l’intérêt collectif  ? » interroge le SNPHAR. Au-delà de toutes les mesures d’accompagnement, le sort des praticiens en souffrance dépendra, dans une large mesure, de la réponse à cette question.

Yves Housson

(*) Les prénoms ont été modifiés.

Repères :

 On compte environ 40 000 médecins hospitaliers de toutes spécialités.
 47,9 % affi rment être insatisfaits ou très insatisfaits des possibilités de donner à leurs patients les soins dont ils ont besoin, selon les résultats de l’enquête Sesmat, sur la satisfaction professionnelle des médecins, réalisée en 2007-2008.
 67,3 % se déclarent insatisfaits du soutien psychologique reçu au travail.
 Les urgentistes, les gériatres et les pharmaciens sont plus fréquemment victimes que la moyenne de burn-out (épuisement professionnel).
 Les troubles musculo-squelettiques sont fréquents chez tous les spécialistes et touchent 55,8 % d’entre eux.

****

source, ajoutée par bellaciao :

http://www.humanite.fr/2009-11-09_P...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
L’hôpital-entreprise rend les médecins malades
12 novembre 2009 - 10h14

merci de citer le journal !!!



L’hôpital-entreprise rend les médecins malades
12 novembre 2009 - 10h36
L’hôpital-entreprise rend les médecins malades
12 novembre 2009 - 18h51 - Posté par

Le capitalisme est en train d’épuiser et de tuer les travailleuses et les travailleurs dans le but de faire du profit. Tout le corps hospitalier devraient réagir rapidement car ils sont de monter les malades contre les toubibs, les infirmiers-eres et tous ceux qui travaillent dans ce milieu professionnel.Cordialement Alain 04


L’hôpital-entreprise rend les médecins malades
13 janvier 2010 - 12h23 - Posté par Weiterght Klaus

On ne peut se réjouir de voir des gens souffrir,à moins d’être sadique-ce qui n’est pas le propos du jour-Quand on voit donc des médecins-chirurgiens souffrir de ne pas pouvoir exercer vraiment leur profession sous prétexte de rentabilité,alors que beaucoup se sont cru à l’abri des conflits sociaux en rentrant dans le métier,je souris:leur souffrance vient BIEN APRES celle de toutes les autres catégories socio-professionnelles des Hôpitaux de France,mais elle est venue, ENFIN !Car tout le personnel paramédical a besoin que les médecins- locomotives bougent contre l’ignominie du Libéralisme sans scrupule ni coeur envers les Patients et les "petites mains" POUR que le service public Santé ne soit plus saccagé comme il l’est actuellement par des Financiers ressemblant plus à des racketteurs mafiosis qu’à des Responsables du Service public !Seule une mobilisation nationale de tous les Hôpitaux Publics et Cliniques sans but lucratif peut encore sauver le Devoir de Sérieux que tout Soignant DOIT au Patient !Tous sommes citoyens et sommes liés à l’exigence de pouvoir exercer les soins dans les meilleures conditions possibles et NON L’INVERSE !Cet irrespect de la vie par les Libéraux est une insulte à La vie démocratique et même à la vie tout court !Il faut que cela cesse dès 2010 !Il faut que l’argent redevienne un outil de meilleure Santé pour tous et non une occasion de précariser et tyranniser trop de monde au nom de la dite "rentabilité" cachant bien mal en vérité un bon prétexte pour que certaines "élites" s’octroient des privilèges indus sans même devoir aller en taule après des détournements colossaux d’argent public !Car l’argent est là quand les élites en ont besoin pour elles,non pour le Peuple,non pour les nouveaux -et anciens-précaires qu’ils ont fabriqué à partir de leur logique de fric totalement psychiâtrique !Donc,que les Médecins bougent ENFIN,et les Hôpitaux montreront aux "élites" combien leur logique anti-démocratique est HAÏE au coeur des établissements publics, bâtis non pour dépendre des caprices de quelques incultes cyniques en mal de pouvoir néo-féodal à l’encontre de concitoyens traités en "sujets",mais bâtis pour redonner santé,forces,goût de revivre auprès de concitoyens victimes trop souvent-donc pas toujours il est vrai-de cette logique hyper-libérale où l’Homme passe après la Rentabilité-(cf les suicides à Télécom)-Que les citoyens libres qui connaissent les Droits de l’Homme se réveillent,et nous vaincrons cette Barbarie économique sans âme !






Prévision théatrale
jeudi 12 - 21h50
de : jean1
L’ Acentrale Radio de la grève
jeudi 12 - 16h55
de : jean1
R.N. la place à la tête de l’état est déjà occupée
jeudi 12 - 10h06
de : jean1
bourgeois, tremblez, ça n’fait que commencer ! C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 11 - 22h34
de : Hdm
1 commentaire
TOTAL en Ouganda Rendez-vous au Tribunal ce jeudi 12 décembre
mercredi 11 - 19h21
de : SURVIE
BOLIVIE : La dictature auto-proclamée en appelle à Israël !
mercredi 11 - 17h16
de : JO
1 commentaire
COP 25 : supercherie capitaliste
mercredi 11 - 16h13
de : jean1
Retraites : Édouard Philippe confirme les mauvais coups du rapport Delevoye
mercredi 11 - 15h41
2 commentaires
Les régimes sociaux coûtent un pognon de dingue ? No coment !
mercredi 11 - 09h57
de : JO
2 commentaires
Contre le travaillisme , une gauche de RTT 32 H et de retraite à 60 ans.
mardi 10 - 23h01
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Deuxième journée de grève : le nombre de manifestants dans 50 villes
mardi 10 - 17h50
3 commentaires
Les manipulations de macron, pour "piller" , nos retraites révélées au grand jour
lundi 9 - 20h13
de : nazairien
5 commentaires
Delevoye et le think tank "Parallaxe"
lundi 9 - 13h59
de : Mat
2 commentaires
Les liaisons troubles de Jean-Paul Delevoye avec le milieu de l’assurance !
lundi 9 - 11h43
de : lullal
6 commentaires
Emission - Grève SNCF : Cheminots et cheminotes luttent pour tout le monde !
lundi 9 - 11h14
de : Emission Polémix et La Voix Off
(video) Pour gagner : « reconduction, auto-organisation, généralisation » de la grève
lundi 9 - 07h13
2 commentaires
Grève : le scénario catastrophe d’un "lundi noir" se précise, la RATP et la SNCF alarmistes
dimanche 8 - 19h08
de : nazairien
Le labyrinthe.
dimanche 8 - 16h14
de : L’iena rabbioso
(video) « Nos camarades de la SNCF et la RATP ne veulent pas de chèques, ils veulent qu’on fasse grève avec eux »
dimanche 8 - 16h06
Convergence des luttes : 5 décembre : les manifs dans plus de 45 villes en France ! à suivre... (vidéos)
dimanche 8 - 11h37
de : nazairien
6 commentaires
LA TERRORISATION DÉMOCRATIQUE
dimanche 8 - 11h31
de : Ernest London
Jamais 2 sans 3
samedi 7 - 18h14
de : jean1
3 commentaires
Un peu plus de musique
samedi 7 - 18h08
de : jean1
UN PEU DE MUSIQUE
samedi 7 - 17h58
de : jean1
Suppression des régimes de retraites des parlementaires ?
samedi 7 - 09h08
de : Jean-Marie Défossé
Reportage photo : Manifestation à Paris pour les retraites- jeudi 5 décembre 2019
vendredi 6 - 21h39
de : jean1
Grève de la destruction du monde à Saint-Victor
vendredi 6 - 18h36
de : AMASSADA
Comment Maduro, a t il pu laisser faire cela, livrer « Stan Maillaud » au psychopathe macron (vidéo)
vendredi 6 - 17h07
de : nazairien
2 commentaires
Verdi, ancien « vrai journaliste », nous fait, une analyse extremement détaillée de cette puissante mobilisation du 5-12
vendredi 6 - 15h44
de : nazairien
1 commentaire
Quand les riches détruisent des bâtiments publics, avec le soutien de la justice
vendredi 6 - 13h00
de : Louisette
2 commentaires
Les Etats-Unis se hasardent-ils à considérer la CHINE comme une République bananière ?
jeudi 5 - 22h46
de : JO
Le principe de continuité du mouvement de grève
jeudi 5 - 20h03
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
6 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm
VIOLENCE D’ETAT, VIOLENCE REVOLUTIONNAIRE
mercredi 4 - 19h55
de : Nemo3637
Pas d’argent pour les Retraites ?
mercredi 4 - 17h49
1 commentaire
Spectacle ’Du Gabon à la Russie’ le 7 décembre à Nantes : exil, amour, justice
mercredi 4 - 00h41
Retraites des fonctionnaires : ça va saigner pour les enseignants, les paramédicaux et les agents territoriaux
mardi 3 - 14h01
« Rassemblement non stop » : les pompiers veulent occuper la place de la République une semaine entière (vidéo)
lundi 2 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Les hommes passent, les idées généreuses restent. Léo Ferré
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite