Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

MAYOTTE : La cadence des expulsions s’accélère
de : françoise
dimanche 17 janvier 2010 - 16h56 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 194.2 ko

Désormais, il n’est pas rare que les sans-papiers soient arrêtés puis expulsés dans la journée. Sans toujours pouvoir défendre leurs droits.

Mayotte pourrait bien détenir un nouveau record : celui des expulsions les plus rapides. Comme cette mère de quatre enfants arrivée au Centre de rétention administrative (CRA) vers 17 heures, en novembre. Le soir même, elle a été renvoyée vers les Comores, un pays dans lequel elle n’avait pas mis les pieds depuis 17 ans. La présence de son mari et de ses 4 enfants scolarisés n’y a rien changé.

Mais quelles sont donc les raisons de cette accélération ? « C’est dans un souci humanitaire, répond-on à la préfecture. On ne peut pas garder les personnes interpellées au CRA à cause des conditions de vie. Moins longtemps elles y restent, mieux c’est pour elles. »

Un argument banal d’autant que cette tendance permet au chiffre du nombre d’expulsés de grimper. De sorte qu’il pourrait atteindre 18 000 en 2009 (contre 16 000 en 2006, 2007 et 2008), pronostique Flore Adrien, présidente de la Cimade à Mayotte.

Problème : cette politique du chiffre associé à l’urgence d’expulser provoque parfois des couacs. La militante détaille ainsi l’histoire de Mme Z., présente depuis 19 ans à Mayotte, arrêtée chez elle le 18 novembre et reconduite en moins de 24 heures. « Son beau-frère s’est rendu au CRA pour défendre son dossier en vain. » Son enfance passée sur l’île, ses six enfants nés et scolarisés à Mayotte, sa fille aînée de 18 ans française de fait, son mari présent depuis 40 ans à Mayotte… Rien n’y fait : elle est renvoyée le lendemain. « Quelques jours plus tard, elle a voulu rejoindre Mayotte en kwassa où l’attendait le reste de sa famille. Elle fait partie des 21 victimes du dernier naufrage. » Un cas tragique qui illustre l’absence d’accès aux droits des personnes en situation irrégulière. Car si la demande avait été examinée avec un peu plus d’attention, la préfecture aurait sans doute annulé l’expulsion. « Rien ne justifie la reconduite de ce genre de personnes, si ce n’est le chiffre », résume la directrice de la Cimade.

A la préfecture, on avoue être dépassé par le nombre de dossiers à traiter. « Comme nous traitons un problème de masse, il arrive que des erreurs se produisent. C’est rare, mais il est arrivé que des personnes, renvoyées à tort, airent dû revenir… » Seulement, quand ses personnes reviennent à Mayotte, elles le font à leurs risques et périls, en kwassa-kwassa. Le naufrage de novembre dernier en est le meilleur exemple. « Certains des naufragés n’auraient pas dû être expulsés, affirme Marie-Pierre Auger, de Médecins du Monde. C’est juste un chiffre de plus sur le mur invisible de l’océan indien. »

Sitôt arrêtés, sitôt expulsés

Les associations de défense des droits des sans-papiers dénoncent les risques d’erreurs induits par ces reconduites express et ne peuvent que regretter leur impuissance face à la machine administrative. « Les procès verbaux sont rédigés à la va-vite et les cas ne sont pas étudiés de façon individuelle. Pire, le plus souvent, l’administration ne nous laisse même pas le temps d’aider les familles à réunir les documents légitimant la présence sur le territoire », constante avec amertume Flore Adrien. Un système absurde qui systématise l’expulsion tout en privant les sans-papiers de leurs droits fondamentaux.

« Parfois, on se demande si des cas ont été trop rapidement traités par l’administration ou si elle a délibérément expulsé certaines personnes », observe Marie-Pierre Auger en évoquant le cas de cet homme, papa d’un enfant malade, en attente du renouvellement de sa carte de séjour. Arrêté le matin, il a été reconduit dans la journée. Une fois aux Comores, il a pris un kwassa et fait partie des rescapés du bateau qui a fait naufrage en novembre dernier. Par chance, il a été remis en liberté après le naufrage.

Autre cas symptomatique, celui de ce jeune homme de 19 ans arrivé sur le sol français avant l’âge de 13 ans donc non expulsable et arrêté fin septembre. « Le lendemain à 10h30, on m’a contactée pour rassembler les documents prouvant qu’il ne pouvait être expulsé. J’ai envoyé un fax à 11h30 à la préfecture, mais ce n’est qu’après le déjeuner qu’il a été lu. Le jeune était déjà parti sur le bateau de 14 heures », se souvient Marie Huynh, de la Cimade. Depuis il vit toujours à Anjouan, mais compte bien rejoindre Mayotte, légalement ou non.

Le problème, explique Michèle B., déléguée au Secours catholique, c’est que ces renvois de plus en plus rapides ne constituent en aucun cas une solution. « Les personnes qui résident à Mayotte depuis 10 ou 15 ans et qui ont des enfants français, ne doivent pas être expulsés. Il faut en finir avec la politique de l’autruche. On doit les régulariser ». Car, express ou non, la grande majorité des reconduites concerne des personnes implantées dans l’île depuis plus de dix ans. Une politique qui crée de nouveaux arrivants car ils font forcements le trajet dans le sens inverse. « Cette tendance à expulser de plus en plus rapidement est représentative de la mauvaise foi de l’Etat français, ça n’arrangera pas le problème de l’immigration clandestine. Cela ne fait qu’accroître le chiffre d’affaires du Maria Galanta et renforcer les effectifs de la gendarmerie, s’emporte une éducatrice spécialisée au conseil général. Si les expulsions sont désormais si rapides, c’est pour masquer le problème de l’état du centre de rétention, dans lesquelles les conditions de vie sont déplorables. » L’Etat s’est bien engagé à construire un nouveau centre en 2010, mais son financement pose problème…

JULIETTE CAMUZARD

Source : UPANGA n°15 du 15 janvier 10

VOIR AUSSI : http://wongo.skyrock.com/



Imprimer cet article





Badgeophobie ou syndicalistophobie
jeudi 17 - 23h45
de : Christian DELARUE
Est-ce que oui ou non castaner va dégager ?
jeudi 17 - 20h22
de : jean 1
VERS LA BANLIEUE TOTALE
jeudi 17 - 14h12
de : Ernest London
Est ce la panique, en macronie ? Le gouvernement envisage de retarder la réforme des retraites (vidéo)
jeudi 17 - 12h49
de : nazairien
3 commentaires
Le Crédit Mutuel prépare une vague de licenciements massifs
jeudi 17 - 11h23
de : PDUROC
Suspicion délation répression ... et agressions impérialistes
jeudi 17 - 10h56
de : Chantal Mirail
Sous le voile, une femme !
jeudi 17 - 10h36
de : Chantal Mirail
2 commentaires
Sociale vigilance / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 10h28
de : Hdm
Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires
jeudi 17 - 09h58
Barcelone : des manifestants indépendantistes affrontent les forces de l’ordre pour la troisième nuit consécutive (vidéo
jeudi 17 - 00h53
de : nazairien
1 commentaire
Une personne porte ici un signe religieux ostensible !
mercredi 16 - 22h29
de : Christian DELARUE
7 commentaires
La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
2 commentaires
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
18 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
22 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Je crois que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés qu'une armée debout. Thomas Jefferson
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite