Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Alina Reyes (20 articles)

Alina Reyes est née dans la banlieue bordelaise en 1956. Elle a quatre fils et vit aujourd’hui entre Paris et les Pyrénées. Son premier roman, "Le Boucher", a connu un succès international, et a été traduit dans vingt-cinq pays. Depuis, elle a publié une vingtaine de livres.. Provocante et inattendue, Alina Reyes est l’un des plus importants auteurs contemporains de littérature érotique.

Alina Reyes a été en pension à Royan jusqu’en 1974. Elle étudie le Grec, dévore littérature et poésie. Après la naissance de ses deux premiers fils, elle reprend des études à Bordeaux, obtient un DEA Lettres modernes et un DUT journalisme, devient journaliste pigiste.

Elle séjourne un an à Montréal, puis met au monde ses deux derniers fils qu’elle élève dans les Pyrénées, puis à Paris. Deux livres ont marqué sa vie : le Boucher, premier roman publié en 1988 sous un pseudonyme (qu’elle conservera ensuite) emprunté d’une nouvelle de Julio Cortazar (la Lointaine ou le journal d’Alina Reyes) et Poupée, anale nationale (1999). Le premier, écrit en une semaine pour participer à un concours de littérature érotique – elle était alors étudiante à Bordeaux, - a défrayé la chronique. Le second, rédigé en trente jours (et trente nuits) de cauchemar, est un pamphlet scatologique contre le Front national et le racisme. Alina Reyès écrit avec ses « tripes ». Son écriture est marquée d’une sorte de sauvagerie. L’érotisme n’est pas une exclusive chez elle. Désireuse d’une autre reconnaissance, plus profonde, Alina Reyes a notamment publié un roman inspiré d’un voyage familial au Maroc : Moha m’aime (1999) et des romans d’amour : Nus devant les fantômes, Quand tu aimes, il faut partir.

Bibliographie

 Sept Nuits (Robert Laffont, 2005)
 La Chasse amoureuse (Robert Laffont, 2004)
 Satisfaction, Laffont, 2002
 Nus devant les fantômes, J’ai lu, 2002
 Une nuit avec Marilyn, Zulma, 2002
 Politique de l’amour, Zulma, 2002
 La Vérité nue, avec Stéphane Zagdanski, Pauvert, 2002
 Ma vie douce, Zulma, 2001
 L’Exclue, Mille et une nuits, 2000
 Autopsie, poésie, 2000
 Lilith, Laffont, 1999
 Corps de femme, Zulma, 1999 et 2002
 Moha m’aime, Gallimard, 1999 et coll. « Folio », 2000
 Poupée, anale nationale, Zulma, 1998. Pocket, 1999
 Il n’y a plus que la Patagonie, Julliard, 1997
 Le Chien qui voulait me manger, Gallimard, 1996
 La Nuit, éd. Joëlle Losfeld, 1994. Rééd. 2000
 Derrière la porte, Laffont, 1994. Rééd. Pocket, 1996
 Quand tu aimes, il faut partir, Gallimard, 1993. Rééd. coll. "Folio", 1996
 Au corset qui tue, Gallimard, 1992
 Lucie au long cours, Seuil, 1990
 Le Boucher, Seuil, 1988. Rééd. Le Seuil, coll.« Points », 1995

Ouvrages collectifs :
 Contre-offensive, Pauvert, 2002
 Université de tous les savoirs, Qu’est-ce que la culture ?, Odile Jacob, 2001

Derrière les caricatures, les fantômes
de : Alina Reyes - 21 septembre 2012
1 commentaire
« Entre film et caricatures, l’Occident chavire », titre le quotidien libanais L’Orient Le Jour. Tandis que dans Le Quotidien d’Oran, K. Selim écrit notamment, dans un texte intitulé « Fosse septique » : « Tout le monde ne s’exprime pas comme il veut en Occident, c’est un fait, même si les interdits et les bâillons sont plus habilement institués. » J’ai envoyé hier après-midi au Monde le texte que je donne maintenant ci-dessous, très légèrement augmenté. (...)
Lire la suite, les commentaires...
Entretien avec Alina Reyes, Propos recueillis par Marc Alpozzo
de : Marc Alpozzo - 5 janvier 2008
3 commentaires
de Marc Alpozzo Depuis la parution en 1988, aux éditions du Seuil, d’un premier roman intitulé Le boucher, Alina Reyes est devenue l’un des plus importants auteurs contemporains de littérature érotique. Très médiatique, elle a publié à ce jour, plus d’une vingtaine d’ouvrages, collectionné les succès et les traductions en de nombreuses langues. Reste qu’Alina Reyes est un écrivain qui s’élève bien au-delà de l’étiquette qu’on lui colle. (...)
Lire la suite, les commentaires...
L’au revoir d’Alina Reyes
de : Esteban - 1er mai 2007
3 commentaires
Message d’Alina " Ma période Internet a pris fin. Le Site et le blog ont disparus. Maintenant je me consacre à un grand poème révolutionnaire, qui demande long temps de retrait, d’étude et de voyage. Merci et salut à tous. " L’ULTIME RENDEZ-VOUS D’ALINA "...Pour cet ultime rendez-vous quotidien. Mon visage disparaît, je me couvre, nue sur le dos les mains croisées sur la poitrine. Elles font çà d’elles mêmes, ce n’est pas moi, c’est mon corps qui (...)
Lire la suite, les commentaires...
Trafic d’ours, trafic d’hommes
de : Alina Reyes - 9 avril 2007
11 commentaires
de Alina Reyes Là où je vis, c’est tout petit. Et pourtant c’est immense. Si l’on s’avisait de déplier les montagnes, elles s’étendraient sur des champs au moins aussi vastes que des mers. Mis à plat, neiges, pierriers, forêts, prairies… consitueraient un étrange puzzle, parcouru de non moins étranges sentiers, tout en lacets. Car la montagne est l’ennemie du chemin le plus court, celui de l’évidence, qui va en droite ligne d’un point à (...)
Lire la suite, les commentaires...
Jeux de société
de : Alina Reyes - 11 mars 2007
6 commentaires
de Alina Reyes Ici on parle de mettre les délinquants mineurs dans des camps tenus par l’armée, là on tabasse des Don Quichotte devant le ministère de la "cohésion sociale"… Ce tableau de Véronèse, Suzanne et les vieillards, j’en ai déjà parlé, mais je vais le dire ici plus crûment que je ne l’ai fait dans un article publié naguère dans le Monde : le type en rouge, à gauche de la toile, m’a tout l’air de se branler sous son brocart en forme et couleur (...)
Lire la suite, les commentaires...
Aux forces libres de l’amour
de : Alina Reyes - 4 mars 2007
31 commentaires
de Alina Reyes De l’amour je veux la paix, la révolution, la fantaisie. Qu’il me fasse faire un grand écart jouissif entre mon besoin d’accomplissement intime et ma volonté de changer le monde. Qu’il fasse danser ensemble le désir et la satisfaction, ces deux pôles qu’il faut toujours maintenir en équilibre sur un fil, un équilibre aussi gracieux, émouvant et plaisant que possible, pour ne pas laisser vaincre la souffrance ou l’ennui. "Un article (...)
Lire la suite, les commentaires...
Mon cœur halète, ne sais pour qui…
de : Alina Reyes - 18 février 2007
24 commentaires
de Alina Reyes Il n’y avait rien dans cette pièce, sinon un livre ouvert, un livre plus grand que moi. L’encre noire sur le papier gravait des caractères géants, les dessinait dans toute leur étrangeté, leur beauté mystérieuse. Je fis quelques pas vers l’ouvrage, le cœur battant d’enthousiasme et d’une vague appréhension, comme si je m’attendais à voir ses ailes se refermer doucement sur moi, pour m’embrasser et m’enlever. (…) Je (...)
Lire la suite, les commentaires...
Des menaces contre Alina Reyes
de : gil - 12 février 2007
16 commentaires
Le site ultra-dieudonniste " les ogres" menace Alina Reyes extrait : "Certaines insultes sont un risque qui n’est pas compensé par le plaisir procuré, la Brigadiere Rouge de Bellaciao va bientôt apprendre que le français est notre naturelle langue, qu’elle n’est pas de bois, et que ses états maniaques staliniens pourraient bien nous mener aux tribunaux" Dieudonné s’était déclaré pour Bové... José Bove a refusé la signature de Dieudonné ( encore heureux !!!) (...)
Lire la suite, les commentaires...
Politique de l’amour : "Ce bel objet du désir"
de : Alina Reyes - 11 février 2007
45 commentaires
de Alina Reyes Quand je vois ce bel objet susceptible de se mettre à gonfler, durcir, se dresser… Comment dire ? Ça me fascine, ça m’énerve, ça me rend idiote, ça m’hébète, ça m’affame, ça me creuse, ça me rend vide, ça me fait envie… Ça me rend minuscule… Humble… Puissante… C’est trop beau, trop bon, trop étrange… Le pénis de l’amant. Peut-être que j’aurais voulu en avoir un, moi aussi. Est-ce qu’il (...)
Lire la suite, les commentaires...
Royal-Le Pen, la liaison dangereuse
de : Alina Reyes - 10 février 2007
11 commentaires
de Alina Reyes Le 29 septembre 2006, Ségolène Royal choisit, pour officialiser sa candidature à l’investiture de son parti, Vitrolles. Première ville de plus de trente mille habitants conquise par le Front National en 1997, reprise en 2002 par les socialistes à Catherine Mégret. Toute sourire face aux "foules sentimentales et joyeuses" qu’elle affectionne, elle prononce un discours résolument social-nationaliste. En appelant à "l’autorité d’un Etat efficace", (...)
Lire la suite, les commentaires...
Alina desnuda : 8 façons pour décrire l’eros
de : Ranieri Polese - 25 janvier 2007
1 commentaire
de Ranieri Polese traduit de l’italien par karl&rosa L’auteure du "Boucher" raconte sans pudeurs ses rencontres amoureuses "Agenouillée devant son trésor, je suis une petite fille devant l’arbre de Noël, droit, resplendissant et si beau, avec ses boules pleines de promesses. Dans mon cœur je prie le Père Noël, j’espère avoir été assez bonne pour mériter mon cadeau". Après presque trente livres publiés (le premier, Le Boucher, de 1988, lui donna tout de (...)
Lire la suite, les commentaires...
L’Opinion, ventre mou
de : Alina Reyes - 18 novembre 2006
20 commentaires
de Alina Reyes Les socialistes ont donc choisi leur championne, ou plutôt consacré la championne préélue par l’Opinion. Ségolène Royal, fervente pratiquante des instituts de sondage dont elle absorbe les conclusions depuis de longues années, bien avant ses concurrents, s’est elle-même fabriquée dans le sein de l’Opinion. Beau cercle vicieux qui veut se faire passer pour vertueux alors qu’il n’est que démagogie, figure de bien petite vertu qui fut toujours au (...)
Lire la suite, les commentaires...
LA FRANCE À COUPS DE BÂTON : Alina Reyes soutient Bellaciao... Merci Alina
de : Alina Reyes - 23 octobre 2006
12 commentaires
de Alina Reyes Soutenez Bellaciao en signant ici J’apprends que la mise en examen de Roberto Ferrario, considéré comme unique responsable du collectif Bellaciao !!??, pour avoir relayé, comme eût pu le faire n’importe quel site ou blog, un communiqué de presse de la CGT dans l’affaire des Chantiers Navals de St-Nazaire, est notifiée par le Juge d’instruction. Cette mesure répressive, exemplaire d’une volonté de contrôle de la parole sur Internet, est (...)
Lire la suite, les commentaires...
Défaites-vous des ogres, réhabitez le monde.
de : Alina Reyes - 17 novembre 2005
21 commentaires
de Alina Reyes Dans la blogosphère où j’évolue, j’ai pu observer la virulence réactive de beaucoup d’intellectuels trentenaires lors des émeutes menées par ceux que nombre d’entre eux ont aussitôt qualifiés de barbares. Certains allant jusqu’à en appeler au retour de la peine de mort, ou déclarer ouverte la guerre civile. Toujours enrobés de références philosophiques ou littéraires, les propos violents, et même souvent ceux qui s’efforçaient à une (...)
Lire la suite, les commentaires...
Bret Easton Ellis, Lunar ParK
de : Alina Reyes - 29 octobre 2005
de Alina Reyes Œdipe Roi, La chute de la maison Usher, Bartleby le scribe, Le temps retrouvé, American psycho, Dr Jekyll et Mr Hyde, et sans doute d’autres fantômes littéraires habitent Lunar Park. Lunar Park où les scènes de crime "sont immaculées". De même que la Conception, l’Immaculé Crime ne peut être réalisé que par le Verbe. Sade : "Je voudrais, dit Clairwill, trouver un crime dont l’effet perpétuel agît même quand je n’agirai plus". "Essaie du crime (...)
Lire la suite, les commentaires...
Michel Houellebecq, la possibilité de la poésie
de : Alina Reyes - 26 octobre 2005
5 commentaires
de Alina Reyes "Toute marche, irrésistible et mystérieuse, vers un destin" est pour Lovecraft un "élément horrifiant fondamental", note Michel Houellebecq dans son premier livre "H.P. Lovecraft Contre le monde, contre la vie". "Ses héros", dit-il aussi, "marchent comme dans un rêve vers un destin catastrophique." Le héros de "La possibilité d’une île" s’appelle Daniel. Le livre de Daniel, dans l’Ancien Testament, se termine sur des visions apocalyptiques et (...)
Lire la suite, les commentaires...
La possibilité du pire : L’Attentat, de Yasmina Khadra
de : Alina Reyes - 9 septembre 2005
6 commentaires
de Alina Reyes "Il n’y a qu’une seule possibilité pour aller au bout des épreuves : se préparer tous les jours et toutes les nuits à s’attendre au pire..." Que signifie "aller au bout des épreuves" ? Le personnage du dernier roman de Yasmina Khadra, L’Attentat, était-il préparé ? Et pourquoi "se préparer... à s’attendre au pire", plutôt que simplement, et en "meilleur" français, "se préparer au pire" ? Les mots d’un texte ne s’agencent jamais par (...)
Lire la suite, les commentaires...
LUMIERES : Sarkozy insiste sur l’utilité de la religion face à la mort...
de : Alina Reyes - 18 janvier 2005
2 commentaires
de Alina Reyes Que l’on veuille enseigner l’histoire des religions dans les écoles paraît une idée saine, propre à révéler les liens historiques, philosophiques et littéraires entre des textes sacrés trop souvent perçus par les croyants comme porteurs d’une vérité unique, ou par les non-croyants comme de simples impostures intellectuelles. Mais un malaise se fait jour quand M. Sarkozy (un soir sur France3 dans l’émission Culture et Dépendances) insiste sur (...)
Lire la suite, les commentaires...
VOILE, VIERGES ET TERREUR
de : Alina Reyes - 26 novembre 2004
1 commentaire
Manifestation contre les violences faites aux femmes, le samedi 27 novembre 2004 à Paris. de Alina Reyes Depuis des millénaires destiné à cacher les cheveux de la femme, considérés chez certains peuples comme la réplique de sa toison pubienne, le voile fait secrètement du visage qu’il encadre un organe sexuel. Muni de tous les sens et denté donc terrifiant, mais aussi neutralisé en sexe de toute jeune vierge, puisque dépourvu de poils. Goule est un mot arabe qui signifie (...)
Lire la suite, les commentaires...
Déchirer le voile
de : Alina Reyes - 23 novembre 2004
de Alina Reyes "Où en sommes-nous avec le temps ?", demandait à André Gide le facétieux Arthur Cravan. "Il est six heures moins un quart ", répondait platement le maître. "Le moyen de cacher un homme ?", interroge un jour Paul Valéry, en présence du même Gide qui, cette fois, se tut. "Pourtant les réponses ne manquaient pas", commente Jean-Paul Sartre, qui rapporte ensuite cette phrase de Paul Nizan : "Où l’homme s’est-il caché ? Nous étouffons ; dès l’enfance on nous (...)
Lire la suite, les commentaires...

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le comportement borné des hommes en face de la nature conditionne leur comportement borné entre eux. Karl Marx
LE JOURNAL DU MEDIA de 20H
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite