Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Enrico Campofreda (30 articles)
LA LIBERTÉ EST LA PARTICIPATION
de : Enrico Campofreda - 16 octobre 2007
de Enrico Campofreda S’il y a une fausse note dans un succès si retentissant, bien qu’annoncé, comme l’élection de Veltroni à la charge de secrétaire du Parti Démocrate, c’est bien dans l’envie de leadership qui déferle aussi dans le centre-gauche. On en discute depuis des années et en cela la Droite a sûrement gagné, en imposant une obsession avant un système et un homme. L’homme de la providence et le parti basé sur un leader et personnalisé, même dans (...)
Lire la suite, les commentaires...
LA LIBERTE D’INFORMATION NE SE POURSUIT PAS EN JUSTICE
de : Enrico Campofreda - 3 octobre 2007
de Enrico Campofreda traduit de l’italien par karl&rosa C’est l’histoire de Roberto Ferrario et du site web parisien www.bellaciao.org . C’est une histoire de notre époque, marquée par cette enclave de la libre information qu’est devenu le réseau sur lequel passent des nouvelles que tant de médias – publics ou privés – évitent de diffuser. La force alternative des nouvelles sur la toile s’est vu confirmée en ces jours de révolte des (...)
Lire la suite, les commentaires...
POUR SE SOUVENIR DE WALTER ROSSI : RECHERCHONS SES ASSASSINS
de : Enrico Campofreda - 27 septembre 2007
2 commentaires
Walter Rossi était un jeune communiste romain, assassiné à Rome le 30 septembre 1977 par un groupe de fascistes, en présence d’un blindé de la police, tandis qu’il distribuait des tracts protestant à cause des agressions subies les jours précédents par quelques militants et sympathisants de gauche [NdT] de Enrico Campofreda traduit de l’italien par Karl&Rosa Imaginez comment pourrait être aujourd’hui Walter Rossi, un splendide cinquantenaire comme nombre de (...)
Lire la suite, les commentaires...
Walter Veltroni, le prestidigitateur...
de : Enrico Campofreda - 2 juillet 2007
de Enrico Campofreda traduit de l’italien par Karl&Rosa A la chasse de quoi va l’animal le plus politique, le chien qui flaire, le chien d’arrêt et le retriever, le grand lévrier du centre-gauche sinistré ? De succès et de consensus qui sont les architraves pour la création du pouvoir et pour sa conservation. Pour ce faire il poursuit, plutôt que des rêves, une magie : conjuguer des oxymores politiques, une tache qui semblerait plus dure que les formules impossibles (...)
Lire la suite, les commentaires...
Vier minuten (Quatre minutes)
de : Enrico Campofreda - 17 mai 2007
de Enrico Campofreda traduit de l’italien par Karl&Rosa Quatre minutes pour racheter par les notes la douleur, la solitude, les violences subies, vues et pratiquées. C’est le message direct et essentiel par lequel le jeune Chris Kraus offre une contribution personnelle pour relancer le cinéma allemand. On dit que Kraus est un perfectionniste et qu’il travaille beaucoup et longtemps, comme en témoigne la préparation de ce film, qui a duré plus de deux ans. Mais (...)
Lire la suite, les commentaires...
Le sprint auquel tu ne t’attends pas
de : Enrico Campofreda - 17 mai 2007
2 commentaires
de Enrico Campofreda traduit de l’italien par Karl&Rosa Tu ne t’y attendais pas à ce qu’Ivan Basso – entré désormais dans l’élite de la pédale qui compte – lance son "je m’accuse" pour la transfusion sanguine, peu importe s’il l’a faite ou pas, avec le médecin arnaqueur Fuentes. Il le lance après une peine de quelques mois, face à des preuves plus qu’écrasantes, avec les structures du gouvernement du sport qui lui promettent (...)
Lire la suite, les commentaires...
DRABET (LES INNOCENTS)
de : Enrico Campofreda - 3 mai 2007
3 commentaires
de Enrico Campofreda traduit de l’italien par Karl&Rosa Idéologique, introspectif, existentiel, c’est ainsi qu’apparaît le dernier, excellent, travail de Per Fly qui à la suite de Bænke et de L’héritage sonde à nouveau la "parfaite" société danoise. Cent minutes qui parlent d’amour, de pulsion de vie, de remords avec un langage épuré et par moments sombre comme les visages des personnages. Ils parlent de solitude non recherchée mais imposée par les (...)
Lire la suite, les commentaires...
SALVADOR 26 ANS CONTRE
de : Enrico Campofreda - 29 avril 2007
de Enrico Campofreda traduit de l’italien par karl&rosa Le garrot est un instrument de mort composé d’un poteau, d’une énorme vis et d’un collier métallique qui provoquent un lent étranglement. Il fut introduit en Espagne au début du 19ème siècle par le roi Ferdinand VII, fit des victimes jusqu’en 1931 où le gouvernement républicain abolit la peine de mort. Francisco Franco, après le coup d’état et la victoire dans la guerre civile qui suivit, (...)
Lire la suite, les commentaires...
FEIGNANTS POUR QUI ET POURQUOI ? CE QUE LE PROFESSEUR ICHINO NE DIT PAS
de : Enrico Campofreda - 5 avril 2007
de Enrico Campofreda traduit de l’italien par karl&rosa Ceux qui s’y connaissent un peu dans la politique italienne et lisent le pamphlet du professeur Pietro Ichino « I nullafacenti » [Les feignants, NdT] (Mondadori, Milan, 2006) peuvent être surpris. La stupeur grandit si on jette ensuite un coup d’œil à la biographie de l’auteur. Ichino a largement dépassé la cinquantaine, il est professeur de Droit du Travail à l’Université d’Etat de (...)
Lire la suite, les commentaires...
Nouveau Monde (Golden Door)
de : Enrico Campofreda - 31 mars 2007
de Enrico Campofreda traduit de l’italien par karl&rosa Elle était blanche comme le lait, l’Amérique où se plongeaient les culs-terreux de l’Italie embarqués dans des voyages vers l’espoir et l’inconnu, tout à fait identiques aux immigrés afro-asiatiques d’aujourd’hui qui se dirigent vers nos côtes. Ils rêvaient de choses entendues et exagérées par les racontars : d’olives et de légumes géants, d’arbres qui donnaient des monnaies, (...)
Lire la suite, les commentaires...
LOVE + HATE
de : Enrico Campofreda - 13 février 2007
de Enrico Campofreda traduit de l’italien par karl&rosa La Pakistanaise Naseema et le jeune Anglais Adam fuient pour vivre l’amour, ils fuient le préjugé qui glisse vite vers l’intolérance, le racisme, les restrictions culturelles et religieuses. Parce que la globalisation rapproche les peuples et en additionne les incompréhensions qui prennent le raccourci de la banalité mais aussi de la haine. Il peut s’agir d’une des nombreuses histoires de la société (...)
Lire la suite, les commentaires...
Bobby
de : enrico campofreda - 7 février 2007
1 commentaire
de Enrico Campofreda traduit de l’italien par karl&rosa Seize mars 1968. Robert Kennedy, frère du président défunt John, annonce sa candidature à la Maison Blanche. Et il commence sa campagne électorale en prêtant une attention absolue aux problèmes sociaux, raciaux, de la jeunesse, avec une attitude trop largement progressiste et égalitaire pour le Parti Démocrate et surtout pour un Kennedy. Son frère, le Président qui s’est fait assassiner à Dallas par des lobbies pas (...)
Lire la suite, les commentaires...
THE BOSS OF IT ALL
de : Enrico Campofreda - 12 janvier 2007
de Enrico Campofreda traduit de l’italien par karl&rosa Les Grands Chefs vrais ou présumés peuvent dormir tranquilles, les gens les désirent. Parole de Lars Von Trier qui perçoit et raconte les besoins occultes et induits. S’il était difficile pour vous de résister à un film sans scénario, seulement le plateau et le jeu pur comme l’ont été "Dogville" et "Manderlay", le metteur en scène danois vous vient en aide. Il a confectionné une fiction sans se servir de stars à (...)
Lire la suite, les commentaires...
ITALIE : OPPORTUNISTES DE L’HISTOIRE
de : Enrico Campofreda - 11 janvier 2007
2 commentaires
de Enrico Campofreda traduit de l’italien par karl&rosa Les journaux et nos oreilles sont pleins des divagations concernant l’Histoire au profit des tours de valse que font quelques politicards de ce qui fut la Gauche. Ainsi, quand D’Alema [ministre des Affaires étrangères, NdT] prend un ton doctoral et dit que Mussolini devait pas être exécuté, il affirme une absurdité historique et politique qui annule intentionnellement le climat du 25 avril et de la capture du (...)
Lire la suite, les commentaires...
LETTRES DU SAHARA
de : Enrico Campofreda - 29 septembre 2006
1 commentaire
de Enrico Campofreda traduit de l’italien par karl&rosa On part de l’Afrique besogneuse et pauvre mais on revient en Afrique parce que "si ici il faut toujours fuir, de quelle vie s’agit-il ?" Et en Italie - ou le jeune Sénégalais Assane est arrivé en risquant sa peau après avoir été balancé à la mer avec d’autres clandestins - il faut toujours fuir. Fuir la police nationale qui te renvoie dans ton pays, fuir la police municipale qui te confisque la camelote, (...)
Lire la suite, les commentaires...
LE CAÏMAN
de : Enrico Campofreda - 14 avril 2006
de Enrico Campofreda traduit de l’italien par karl&rosa Peu importe que vous votiez pour ou contre le Caïman, Silvio Berlusconi, dans la métaphore de Moretti. Lui, il est là, il a marqué une période de l’histoire politico - criminelle - économique de ces dernières années et, hélas, il a façonné une partie importante du peuple italien, de ceux qui sont avec lui et aussi de ceux qui ne veulent pas de lui au gouvernement mais qui veulent bien de lui dans la vie et dans les (...)
Lire la suite, les commentaires...
Italie : l’antifascisme militant et l’antifascisme banalisé
de : Enrico Campofreda - 17 mars 2006
2 commentaires
de Enrico Campofreda Traduit de l’italien par karl&rosa Corso Buenos Aires, le Boulevard commercial milanais, soumis à une guérilla urbaine par les jeunes des centres sociaux qui occupent la rue contre les nostalgiques défilés funèbres (autorisés par la Préfecture de Police) de l’allié de Berlusconi, Fiamma Tricolore. Cela se passe à moins d’un mois des élections, dans une ville médaille d’or de la Résistance, qui exposa le cadavre du duce à la fin d’une (...)
Lire la suite, les commentaires...
Qui a tué Pier Paolo Pasolini ?
de : Enrico Campofreda - 17 février 2006
Un groupe d’intellectuels et d’amis du poète recueille des signatures pour rouvrir le procès Pasolini. Nous qui sommes amateurs et orphelins du personnage, nous adhérons à l’initiative et la divulguons. Les personnes intéressées peuvent souscrire à : appellopasolini@yahoo.it de Enrico Campofreda traduit de l’italien par karl&rosa "Le courage intellectuel de la vérité et la pratique politique sont deux choses inconciliables en Italie" Le fantasme de Pasolini (...)
Lire la suite, les commentaires...
Del Piero, le Duce, Pasolini, Bruno et la globalisation de l’idéologie
de : Enrico Campofreda - 2 décembre 2005
2 commentaires
de Enrico Campofreda traduit de l’italien par karl&rosa Ce n’est pas facile de relancer la mémoire dans la période où l’attaque contre elle et son engourdissement par ceux qui à travers le révisionnisme coupent, modifient, recousent l’histoire et la juxtaposent à leur restyling politique se fait plus pressante. Le Champion de cette entreprise est la Droite fasciste transformiste qui, recyclée par Berlusconi, a trouvé le moyen de satisfaire ses appétits de macro (...)
Lire la suite, les commentaires...
DE SALO’ AU GOUVERNEMENT, de Francesco Germinario : imaginaire et culture politique de la droite italienne
de : Enrico Campofreda - 21 juillet 2005
1 commentaire
de Enrico Campofreda traduit de l’italien par karl&rosa Il y a "un passé qui ne veut pas passer" et oscille entre le refoulement et la réédition du fascisme qui, épuré de ses moments les plus ignobles, est recyclé par des épigones nostalgiques comme bon Régime. L’essai de l’auteur, centré sur l’examen d’écrits et de théories d’intellectuels de la droite néofasciste ou non, réalise une approche intéressante du phénomène. Msi : un peu d’histoire (...)
Lire la suite, les commentaires...

0 | 20



accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

En opposant la haine à la haine, on ne fait que la répandre, en surface comme en profondeur. Gandhi
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite