Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Barberinade, Joffrinade, édito à la con !

samedi 12 mai 2012 , par Carland - Contacter l'auteur - 3 coms

La politique vue par Christophe Barbier est bien barbante comme il est convenu de le dire dans les salons de la famille Wendel. Il se dit même et désolé pour les crudités que « si sucer les kiwis, ne fait pas obligatoirement monter le cours de la banane », Il n’en reste pas moins que le prix en hausse continue de la courge Parissotte ne signifie en rien une érection à venir d’une société communiste.

Le point est établit par les plus grands spécialistes. Le Barbier est rasant un Point c’est tout. Néant moins ils reconnaissent (les scientifiques) à son écharpe une capacité n’ayant rien à voir avec l’intelligence (pas de gros mots s’il vous plait), mais tout à voir avec le caméléon. Animal respectable s’il en est qui tiens à nous préciser qu’il en verrat un communiqué à l’AFP pour protester contre cette « atteinte délibérée à mes changements de couleurs » et tiens t’il à préciser « cochon qui s’en dédit. Nous ne sommes pas à la dispositions des jeux de mots foireux non plus » 1.

« Seuls les chemins ou les vers sont lumineux », c’est par ces quelques mots d’une rare profondeur abyssale que Christophe Barbier interrogé par nos soins a justifié l’indispensable utilité de son expertise en écharpatise qu’il utilise avec essence et efficience chez cet attardé de Calvi qui « fait rien qu’a nous passer des « textos » fait maison pour qu’on ait l’air intelligents comme si on n’était déjà pas assez repérés comme trafiquants d’idées avec mes potes Perrineau et Renier… ». Et dans la défoulée de nous rappeler que si « le prix du beurre augmente, il n’en est pas moins vrai que le prix de la crevure, constate aussi dans ses tarifs un coût haussier dû à l’abus de mensonges » et qu’il ne serait pas raisonnable de ne pas tenir compte de la misère des éditorialistes qui comme les girouettes font ce qu’elles peuvent pour suivre et sur vivre (et vice et versa).

« On ne voit pas le danger » dit en substance celui qui 48 heures après se suicida par des moyens horribles. Personne dans sa famille n’a vu venir le drame. Personne n’a pansé particulièrement à lui cacher le livre. Qui pouvait raisonnablement imaginer que Barbier se flinguerait au dictionnaire. Mort atroce pour un inculte notoire qui finit hélas par littéralement bouffer le dictionnaire et La rousse et ses roberts.

Mort atroce pour un inculte s’il en est… Il fut indiqué sur l’avis de décès, « ne comprends pas le sens des mots et en fait un usage abusif ». Triste épitaphe pour celui qui fut pour des générations une espèce de génie que l’heure d’un suicide rendit enfin intelligible

Un petit bonheur s’ajoutant à la chance, c’est au moment du discours d’adieu que prononçait avec un ton tout jésuitiques son ami Laurent J, que par un mouvement incongru le chargé de boucher le trou ne vit pas que d’un coup de pelle il transféra le mal digressant avec le mal digérant. La famille journalistique pleurait de rire mais ne vit pas le double transfert. Pas plus qu’ils n’entendirent les protestations colérique de Laurent L qui n’en put mais.

Avec lui la politique fut déshabillée, avec lui elle part à poil. Ce fut l épitaphe pour deux avec le cher prix d’un. Le comique qui écrivit ce mot que la brigade Squarcisienne ne tardera pas à débusquer « Ici inter à gît se inculture et crétinisme. Ne pas trier et mélanger SVP ! », sera châtié. Il en va le l’intérêt national et des étaux ! ». Les squales n’ayant rien n’a voir dans l’acciddent. Enigmatique précision.

1- Le syndicat des cochons mal voyants ont décidé par un communiqué envoyé à l’agence AFC qu’ils en ont marre de se faire traiter de taupes 2.

2- L’assemblée taupique et mal lunée réunie nuitamment dans un monde de communication diurne précise que « on trouve le temps long de les entendes parler ces fumiers alors que nous déjà on a de la misère à mettre le nez dehors sans prendre un coup de pioche ou un chat ». Cela est barbant et pour tout dire joffrinesque 3

3- Le syndicat des tas de fumier ne vous dis pas ce qu’il pense des chats mais tiens à vous faire savoir que la liste des communiqués de protestations finira par s’allonger en fonction des réactions. Les tas de fumiers précisent notamment qu’ils sont anti langue de bois et qu’il serait mal venu pour le copé de venir faire chier. Les « avocats du diable FN ne sont pas les bien venus chez nous » disent ils.

Les misent au poing ci-dessus n’engageant que les directions syndicales et leurs adhérents. Cependant, et pour évité une avalanche de communiqué, il serait bon d’envoyer vos protestations citoyennes, insurrectionnelles, républicainees et motivées à JLM. Patron auto désigné de tous les syndicalistes. Les chats ayant fait savoir que depuis le temps qu’on veut leur peau, ils ne se rangeront pas sous la bannière du chef. Comprenne qui peut.

Carland

Mots clés : Carland / Médias-Presse-Sondages /

Messages

  • Réflexions nées de l’article de Carland sur Bella Ciao, du 12 du joli mai

    De plus en plus de prétendants aux fonctions politiques, tant du Parti de Gauche, des Trotskistes, et des Verts résistent de mieux en mieux aux questions imbéciles de J.M. Apathie et des autres chroniqueurs du vide du Grand prétendu Journal. Je n’ai jamais vu d’anarchiste dans cette émission sur Canal P... depuis une quinzaine d’années. Ils font bien car c’est un seau d’eau qu’il faut leur jeter, de peur qu’ils s’auto-fécondassent leur égo et se démultiplie, tant ils jouissent de poser QUE des questions d’ego. Les ego parlent à leurs égaux ...

    Quant aux journaux possédés par des milliardaires et millionnaires, ils sont subventionnés par le peuple : le Figaeo, Libé, le Monde, Ouest France, ont entre 10 et 20 % de leurs exemplaires donnés GRATUITEMENT dans les lieux publics les plus divers, les conseils d’administrations, les cénacles où l’on s’ennuient et s’ennuyer en lisant, plutôt qu’en parlant puisqu’on a rien à se dire entre gens tous d’accord, c’est tellement plus passionnant.

    Je note qu’avec l’attaque du (vrai) journalisme d’investigation par feu Nain 1er, redevenu simple délinquant financier multirécidiviste, la Ligue des Droits de l’Hommes constate ces temps ci, avec tristesse, que le nombre des cartes de presse délivrées en France à pour la PREMIERE FOIS (depuis quand ?) baissé en 2010, et encore en 2011, tandis qu’augmentèrent les pigistes à tout faire en CDI.

    C’est sans doute largement dans ces djeun’s mal payés qu’on dit les DERNIER assez bons à bons articles du Monde et de Libé, et l’accroissement lent et fort récent d’articles un peu sociaux (moins de 3 % des articles vers 2005 selon le défunt Plan B, mort après avoir tout dit). Ne pas confondre avec les articles sociétaux, en général des publi-reportages sur le dernier néant jetable fabriqué par des esclaves pour des bourgeois esclaves de la mode.

    Rappelons à ceux qui déplorent la fin de la presse, qu’il ne s’agit que de juges et parties de la presse du fachisme de Marché, alias Parti de la Presse et de l’Argent, pleurnichant sur eux-mêmes. La presse libre foisonne. Alors si tu es un homme libre, créé un journal, pas tout seul hein, sinon c’est un blog et les nombril, ça passe et lasse. Non, émancipes-toi de tout esprit bourgeois, de lucre, de hiérarchie et va faire toc toc à ceux qui existent. Envoie tes papiers, tes dessins, des enquêtes et tu sera publié. La presse se meurt et ben avez vous vu un de ceux ci-dessus ? Le plus important est de cesser de lire vos ennemis de classe : l’Express, Libé, le Monde, le Nouvel Obs, le Figaro et la presse locale ancienne tellement tombée encore plus bas.

    La Lettre à Lulu (pays nantais), Fakir, Le Monde Libertaire, Offensive, CQFD, Le Sarkophage alias La Cause du Peuple, La Décroissance, Ferraille, Siné Hebdo. Pour Marianne rejoint juste la bande de jeunes de Marianne 2, l’édition numérique : ils se lâchent vraiment là ! Le Canard Enchaîné c’est bien à partir de la page 3, Charlie Hebdo n’est qu’une ombre qui reprend du poil de la bête, mais que c’est pauvre à côté de l’épastrouillant Zelium ! Le journal de Lutte Ouvrière est bien pour les luttes qu’ils mentionnent, la publications interne de la LDH registrent maintes saloperies de l’Etat et de ses sbires.

    Et sur le net, avec des pincettes Rue 89, en te gardant d’aboyeurs névrosés du net (il y en a partout), lit Indymedia, tu lis déjà Bellaciao et tu vois qu’on s’ennuie pas, Bondy Blog que maintenant le fachisme de Marché trouve intéressant (en fait pour le dévorer), ou encore la Télé Libre de J.P. Lepers si la télé te manque (moins pour ses interviews des gross’ légumes que pour les maints petits reportages bruts des adhérents, il n’y a pas de hiérarchie véritable, enfin presque). Dans l’océan de merde d’Internet, il y a des milliers et milliers de sites activistes et pour tout les sujets.

    Si tu lis des journaux faux rebelles possédés par les riches, vole-les à cette intention, emprunte à un pote mais N’ACHETE PAS : Terra Eco, les Inrockuptibles, Psychologie, Télérama en sont quelques uns.

    C’est quoi un journaliste ? D’abord c’est pas un journaleux

    Ensuite c’est soi-disant "l’une des professions la plus détestée des français". C’étair déjà le cas au début des années 1980. Or que détestent les "français" ? Les faux journalistes de la TV. Elle finit par s’imaginer qu’un "journal" TV et son (re)présenteur (du Monde), cet homme ou femme tronc lisant un prompteur, est un journaliste. Le peuple sait bien qu’ils sont les valets de l’Elysée, du Ministre de l’Intérieur. Je me demande : y avait-il "trader", "huissier", "préfet", "CRS", "ingénieur" dans cette liste ?

    Allez, une exception dans les journaux tenus par des riches parasites sociaux (pléonasme) : l’Humanité, où ce qu’il en reste, pour offrir à papi ou mami, en souvenir de leurs luttes, mais enveloppés dans un journal pour vivants (. :

    A ce sujet, un député me disait : "C’est comme s’ils maintenaient (les capitalistes) artificiellement en vie des niches d’opinions, pour faire croire à une pluralité d’opinion dans la presse nationale"

    Répétons-le un journaliste ENQUETE, sinon il n’est pas, un journaliste ne fait pas faire par des petits jeunes des enquêtes, sinon il n’est pas, un journaliste doit réellement écrire ses papiers, sinon il n’est pas, un journaliste doit appliquer ce que j’appelle "le principe de réalité" : tout ce qui est, est et il doit se plier à la réalité des faits et des actes. Son travail est de choisir dans ces faits, les hiérarchiser, savoir QUI parlera, au nom de QUI, et POURQUOI. Enfin pour QUI lui-même écrit ?

    Saviez-vous que la Carte de Presse ne FAIT PAS de vous un journaliste - environ 40 % ne l’on pas et en sont - ce sera uniquement votre déontologie, votre amour du Monde, des humains qui fera de vous ce reporter dont on s’acharne dans les écoles de journalisme à détruire et les fondements et le mythe.

    Moralité : Ben accomplissons la prophétie du Plan B, cessons de gloser sur le néant et parlons donc de ce qui est bonnard à lire, et de là où on peut écrire, coopérer, se former en compagnie à la belle activité de vrai journaliste.

    Tu veux être subversif petit keupon ?
    Tu veux déchirer ta carte de syndicat vendu jeune métallo ?
    Tu veux en remontrer à ton sous-Joffrin doblement de merde ?

    Dis la réalité (vérité ça me fait peur, on frôle le dogme, la secte).

    LA REALITE EST SUBVERSIVE
    LES FAITS SONT PLUS SUBVERSIFS QUE TES OPINIONS

    Donc, laissez tomber les charges sur les têtes à claques du PPA, et ciblons plutôt sur la logique de tout ça, les sources de financements de ces prétendus journaux d’investigations. Ah puis en fait, ressortez votre collecte de Plan B où allez quérir ça dans une vieille pièce du fond avec frigo à bière d’un petit local où jadis, vous fûtes anarchistes en réunion.

    Bon, allez, l’usage de l’impératif est hiérarchique, j’ai pas compris que si tu est venu sur ce site, que ce travail là est déjà fais, que tu sais bien qu’on a pas toujours la facilité, le temps, pour écrire.

    Laissons twitter en 120 mots la Cour, ils finiront pas devenir imbéciles, stultes (. :
    Le Tiers Etat se sera emparé des moyens de production avant qu’ils n’aient le temps de se souvenir que les mots "Exploités", "Lutte", "Grève", "Expropriation" existent

    Parce que je suis dans une société de malade mentaux de l’égo.
    Je signe cet article de ton nom :

    LE LECTEUR

    • ERRATA (ça me fait penser aux rats du dessinateur Pt’it Luc et ça pose)

      Une coquille à "qu’on dit" sur Libé et Le Monde, vous aurez rectifié en "qu’on lit".

    • CORRIGENDA (ça me fait penser à Corrigeons-le ce PPA !)

      La construction d’une de mes phrases prête à confusion : c’est sur les chroniqueurs du Grand "Journal" qu’il faut jeter un seau d’eau, si jamais un anarchiste était invité. N’y comptez pas, Michel Denisot, idiot comme tout les propriétaires de joueurs, non, de club de foot (il le fut du PSG) a sa liste noire : une offense et c’est interdiction à vie. Oui, à VIE. Seul le nombre de vues sur le net, l’album, de CD, DVD, de place de cinoches ou de salle de concerts, te fera inviter, car tu ne sera qu’un putain de tiroir-caisse vivant. Sinon emmerde toi à te présenter aux présidentielles.

Derniers articles sur Bellaciao :