Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Compteurs Linky et Gazpar : prétendus "intelligents"… pour berner les citoyens

mercredi 2 décembre 2015 , par Observatoire du nucléaire - Contacter l'auteur - 12 coms

Pourquoi ces compteurs sont-ils imposés en France alors que l’Allemagne les a rejetés ?

C’est avec un sens remarquable de la propagande que ErDF a choisi le début de la COP 21 pour lancer officiellement de déploiement en France du compteur Linky. En effet, un des prétextes avancés pour "justifier" ce programme est l’intégration des énergies renouvelables dans le réseau électrique français.

Mais, ce que ErDF se garde bien de faire savoir, c’est que l’Allemagne, où les énergies renouvelables sont immensément plus développées qu’en France, à renoncé à la généralisation des compteurs communicants (*).

En effet, seuls les foyers allemands consommant plus de 6 000 kWh d’électricité par an seront concernés, alors que la moyenne annuelle est de 3 500 kWh : la quasi-totalité des foyers allemands échapperons donc à ces compteurs… et à leurs graves nuisances.

La ficelle d’ErDF est grossière, jouant sur le fait que personne ne peut être "contre l’intelligence". Mais les compteurs sont des objets et seuls les ignorants peuvent les croire intelligents.

C’est en effet sur la désinformation que parie ErDF mais aussi GrDF avec son propre compteur "Gazpar". Outre l’information cruciale de la non généralisation des compteurs communicants en Allemagne, il faut ainsi noter, parmi de nombreux autres problèmes, que :

- les compteurs sont dangereux pour la santé, qu’il s’agisse des ondes générées vers les concentrateurs ou du courant CPL injecté par Linky dans le circuit électrique et qui rayonne dans tout le logement. Malgré les dénégations des opérateurs, ces compteurs mettent en danger la santé de la population et particulièrement celle des enfants car ils sont plus sensibles et vulnérables face à ces ondes et rayonnements classées par l’OMS "cancérigènes possibles" et interdits dans les crèches.

- les compteurs sont dangereux pour la libertés publiques : ils vont permettre aux opérateurs de recueillir d’innombrables informations sur les usagers, utilisables à des fins commerciales mais aussi policières : les abus d’ores et déjà commis en ces temps d’Etat d’urgence ne laissent aucun doute sur le fait que les engagements des opérateurs et les assurances de la CNIL ne valent strictement rien et seront oubliés à peine les compteurs installés.

- les économies d’énergies avancées sont parfaitement virtuelles : les expériences menées sont directement biaisées par le fait que les participants… savent qu’il y participent : ils font d’eux-mêmes des économies qui ne doivent strictement rien aux compteurs.

En réalité, le remplacement des compteurs par des compteurs prétendus "intelligents" est une très lucrative opération dont la mise en oeuvre a été obtenue par le lobbying de grands groupes industriels auprès des élus nationaux et européens.

Par ailleurs, en France, Linky a aussi pour objet de "lisser" les violents pics de consommation générés par l’option absurde "centrales nucléaires + chauffages électriques", de façon à prolonger la main mise de l’industrie nucléaire sur la production française d’électricité, aggravant continuellement le risque d’un Fukushima français et la quantité de déchets radioactifs produits.

L’Observatoire du nucléaire recommande aux citoyens de protéger leur santé et celle de leurs enfants en refusant fermement l’installation de tels compteurs dans leurs logements, et en s’adressant à leurs conseils municipaux pour qu’ils refusent l’installation dans les communes des matériels (concentrateurs et autres) dont ErDF et GrDf ont besoin pour le déploiement de ces compteurs... espions et nuisibles.

(*) L’Allemagne renonce à la généralisation du compteur "intelligent"

http://www.lemoniteur.fr/article/l-allemagne-renonce-a-la-generalisation-du-compteur-intelligent-27503537

Mots clés :

Messages

  • Un tel gâchis est pittoyable. Ne vaudrait-il pas mieux allouer cette masse d’argent à rendre chaque site à minima autonome en énergie par l’installation de panneaux solaires. Les idées ont la vie dure : la centralisation jacobine.

  • Il faut dès à présent penser à un nouveau mode d’utilisation de l’électricité, par accumulation sur batterie (onduleur etc) dans le but de couper le réseau lors de l’utilisation d’appareils (un ordinateur portable bien chargé avec la prise allume cigare de la voiture peut être utilisé de manière autonome - ce n’est qu’un exemple-)...
    Ce n’est pas utopique, il faut s’adapter, c’est possible et il faut y réfléchir.
    Pour moi ça fera comme le gaz, mis à part que là leur compteur est resté à zéro car j’ai résilié mon contrat.
    Pour EDF je prépare une réponse, je trouverai la solution.

  • Il faut empêcher le passage des ondes CPL dans le réseau électrique d’une habitation.
    Il y a un principe de précaution à respecter.
    Préparons-nous à déposer des plaintes contre ceux qui nous imposeraient ce compteur qui dans l’état actuel est loin d’être justifié.
    En plus c’est encore une grosse arnaque où certains vont tirer des profits colossaux.
    Je me refuse personnellement à toute installation, EDF n’a pas le pouvoir de rentrer chez moi si je lui interdit.
    Et, puis si la situation s’envenime je mettrai fin au contrat tout simplement en ne payant plus les factures, ils couperont ainsi l’électricité.
    J’aurai toujours la possibilité de m’éclairer avec un groupe électrogène, une batterie qui serait rechargée par ma voiture etc etc
    Je changerai mon mode de vie, par exemple il n’est pas nécessaire d’avoir un congélateur qui dévore de l’énergie en plus, dès lors que les magasins en ont et que l’on peut faire ses courses tous les jours pourquoi ne pas envisager une autonomie réelle et non feinte.
    Toutes les idées sont bonnes à prendre.

    Et, puis tous les moyens mis en oeuvre pour espionner les citoyens et citoyennes il y en a assez !

  • UFC que choisir a déjà abordé le problème surtout il ne faut rien signer lorsqu’ils vont vous changer le compteur qu’ils le changent ils ont le droit ça leur appartient
    mais le fait que nous ne soyons pas prévenus et que quoique l’on dise ils le poseront quand même il ne faut pas signer le nouveau contrat.
    pierrot

    • même s’ils ont le droit faudrait-il que nous nous prenions le risque d’être en danger ??? je ne crois pas ! nous avons un contrat pour une fourniture d’électricité ce qui n’implique pas de tout accepter si ce fournisseur a soudainement envie de nous nuire à notre santé ou violer notre intimité.
      Je pense que les milliers d’informations recueillies finiront par être revendues et nous à continuer à payer en plus !
      C’est honteux, c’est un abus intolèrable ! qu’ils aient le droit ou non moi j’ai le droit de refuser.
      Il faudrait que nous soyons nombreux à agir ainsi, pour que cette gigantesque escroquerie et scandale cesse immédiatement.

  • le point de vue de LACGT

    http://www.fnme-cgt.fr/index.php/communiques/les-compteurs-linky

    LES COMPTEURS LINKY

    Les compteurs communicants (encore dénommés Linky) ont donné lieu à deséchanges la semaine passée derrière lesquels se cachent de réels enjeux pour les usagers, en particulier financiers.

    Très clairement le déploiement de ces compteurs, coûteux (environ 5 milliards d’euros), a pour objet principal de gérer plus finement le réseau électrique, et en particulier au niveau de la distribution, afin de mieux faire fonctionner le fameux marché de l’électricité et de mettre le réseau en capacité d’accueillir des productions
    plus dispersées que celles prévues à l’origine de la conception du réseau électrique.

    Le gain pour les utilisateurs est loin d’être avéré, et les potentielles économies d’énergie au travers d’une gestion plus fine des appareils électriques dans la maison restent à démontrer.

    De ce fait, la CGT s’est toujours opposée à ce que son financement soit à la charge des usagers.

    Le distributeur eRDF est mis dans l’obligation de modifier son réseau pour assumer ces nouvelles technologies. Rappelons qu’il est également et prioritairement nécessaire de faire les investissements pour développer, entretenir et améliorer les réseaux qui ont soufferts pendant des années de sous-investissements, ce qui a conduit à une dégradation de service pour les usagers et à des difficultés accrues pour le personnel.

    Ainsi, la FNME CGT revendique que le financement des compteurs dont la généralisation vient d’être décidée brutalement par le gouvernement soit en partie à la charge des fournisseurs, et que celui-ci ne soit pas à la SEULE charge d’eRDF, ce qui lui permettrait de renforcer ses investissements pour rénover les réseaux, qui en ont bien besoin.

    Le Gouvernement confie le déploiement et le financement de Linky à eRDF, et affirme que le nouveau compteur sera gratuit pour l’usager renvoyant son financement à des gains de productivité réalisés par le distributeur public.

    La FNME CGT s’inquiète de l’impact que ce déploiement pourrait avoir pour les salariés d’eRDF ? Pour la CGT cela ne doit pas se traduire par des suppressions d’emplois et la dégradation des conditions de travail pour les salariés de l’entreprise.

    Or, les premières estimations faites par les directions évoquent la suppression de plus de 4000 emplois de techniciens clientèle. La FNME CGT a déjà fait savoir son opposition à ces suppressions, ainsi qu’aux utilisations anti sociales qui pourraient être associées à la mise en oeuvre de ce compteur (coupures à distance pour impayés, etc.).
    Au contraire, ce déploiement doit être porteur de créations d’emplois à l’interne et d’amélioration réelle du service rendu aux usagers. La pose ainsi que la maintenance de ce compteur doivent être assurées par du personnel d’eRDF. Le recours à la sous-traitance doit être exceptionnel, car il est reconnu par la direction d’eRDF elle-même que sous-traiter revient plus cher que de faire réaliser les travaux par ses propres équipes.

    Le contact avec les usagers doit être maintenu entre autres en termes de conseil énergétique.

    Il faut maintenir des compétences, utiliser et renforcer le professionnalisme du personnel, passant par une revalorisation des classifications, redonnant du sens au travail pour l’ensemble des activités du distributeur ERDF.

    Concernant l’ouverture à la concurrence des concessions, la CGT réaffirme sa totale opposition !

    La CGT a toujours milité pour la cohésion territoriale c’est-à-dire l’aménagement du territoire, la solidarité géographique à travers la péréquation tarifaire, la réglementation et le contrôle des tarifs pratiqués comme le tarif réglementé, mais aussi le bon accomplissement des missions de service public par eRDF. L’équité du traitement des usagers est une priorité absolue.

    En conséquence, la FNME CGT s’oppose à toute remise en cause du régime concessionnaire et réaffirme le rôle de gestionnaire de réseau qui est celui d’eRDF.

    Tous ces points nous amènent à revendiquer qu’eRDF ait la visibilité nécessaire à long terme, qui consiste à renouveler les contrats de concessions dans le cadre d’un monopole concessionnaire de service public, et cela pour une durée d’a minima 30 ans.

    La CGT est prête à s’engager dans les débats qui vont avoir lieu dans les prochains mois, afin de faire des propositions pour garantir l’unicité de traitement des usagers, pour développer l’emploi à l’interne et privilégier la fabrication de ce compteur par des entreprises participant au développement industriel de notre pays et sur le territoire national.

    Interlocuteur : Contacts Presse :
    Bruno BOSQUILLON : 06 69 67 99 71 Marie-Claire CAILLETAUD : 06 17 48 44 79
    Laurent LANGLARD : 06 70 30 82 96

    Ne pas hésiter à contacter ces camarades

    • """Tous ces points nous amènent à revendiquer qu’eRDF ait la visibilité nécessaire à long terme, qui consiste à renouveler les contrats de concessions dans le cadre d’un monopole concessionnaire de service public, et cela pour une durée d’a minima 30 ans."""

      ça veut dire quoi ? aucune revendication de nationalisation de l ’energie et sa distribution !!!

    • Ce communiqué n’est pas daté, dommage !
      Le battage médiatique à grande échelle (=intox du vulgus populi) concernant ce passage en force de changement de technologie de compteur est activé.
      Il a été communiqué :
      que la campagne à grande échelle a commencé en décembre

      que des courriers ont/seront envoyé(s) un mois avant la date prévue de l’intervention

      qu’elle sera réalisée par des "intervenants extérieurs" d’entreprises (d’intérim certainement) sélectionnées par ERDF mais portant une carte d’acréditation sur eux

      que ce changement est gratuit et ne doit donner lieu à aucune facturation à l’abonné.

Derniers articles sur Bellaciao :