Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Etat Islamique : le comité des droits de l’enfant sonne l’alarme

vendredi 6 février 2015 , par HUMANITE.FR - Contacter l'auteur

Le Comité des droits de l’enfant (CRC), organisme des Nations unies, a publié cette semaine un rapport effrayant dénonçant les exactions d’EI. Des enfants irakiens sont ainsi utilisés comme kamikazes, boucliers humains, esclaves sexuels ou encore sont torturés et assassinés.

Des enfants irakiens des minorités Yazidi ou chrétiennes, mais aussi des handicapés mentaux sont les cibles privilégiées des membres de l’Etat Islamique. Le rapport de l’ONU dénonce ainsi "l’assassinat systématique d’enfants appartenant à des minorités religieuses ou ethniques". Il relate plusieurs cas d’exécutions de masse de garçons, ainsi que des décapitations, des crucifixions et des ensevelissements d’enfants vivants. Il fait également état viols et notamment d’enlèvement et d’asservissement sexuel d’enfants. "Les enfants des minorités ont été capturés dans beaucoup d’endroits, vendus sur des marchés avec sur eux des étiquettes portant des prix, ils ont été vendus comme esclaves" explique le rapport du CRC, dont la tâche consiste à s’assurer que les Etats respectent la mise en oeuvre des traités internationaux relatifs aux droits des mineurs.

D’autres encore sont utilisés à des fins plus militaires. "Nous avons des informations sur des enfants, en particulier des enfants déficients mentaux, qui sont utilisés comme kamikazes, très probablement sans leur propre consentement", rapporte Renate Winter, experte appartenant au comité des droits de l’enfant. Les enfants en meilleurs santé semblent utilisés autrement selon l’experte : "une vidéo diffusée (sur internet) montre de très jeunes enfants, d’environ huit ans et moins, qui sont entraînés pour devenir des enfants soldats." Certains mineurs ont été transformés en "boucliers humains" pour protéger des installations de l’EI des frappes aériennes, d’autres sont forcés à travailler à des postes de contrôle ou employés à la fabrication de bombes pour les jihadistes.

Les Dix-huit experts indépendants qui ont contribué à la rédaction de ce rapport demandent aux autorités irakiennes de prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger les enfants qui vivent sous le joug de l’Etat islamique et de poursuivre les auteurs des crimes. Le comité a exhorté Bagdad à explicitement criminaliser le recrutement d’une personne de moins de 18 ans dans les conflits armés. Et ce d’autant plus que de précédents rapports relevaient que des mineurs étaient obligés d’être de faction à des postes de contrôle tenus par les forces gouvernementales ou que des enfants étaient emprisonnés dans des conditions difficiles à la suite d’accusations de terrorisme, et dénonçaient également des mariages forcés de fillettes de 11 ans. Le Comité s’en prend particulièrement à une loi irakienne, qui permet aux violeurs d’éviter toute poursuite judiciaire à condition de se marier avec leurs victimes. Bagdad justifie cette loi inique en avançant que c’est "le seul moyen de protéger la victime des représailles de sa famille".

Développement d’EI en Libye. Présents non seulement en Irak et en Syrie, où EI a proclamé la création d’un califat, le groupe jihadiste gagne du terrain en Libye. "L’EI se développe en Libye, de manière exponentielle, l’EI commet des atrocités chaque jour", a déclaré à l’AFP Aref Ali Nayed, ambassadeur libyen aux Emirats arabes unis et conseiller du Premier ministre libyen Abdullah al-Thani, pour qui "il n’est pas possible de combattre l’EI en Irak sans tenir compte aussi de la composante libyenne". Il estime que l’EI est actif dans sept villes de Libye et a mené des attaques dans une douzaine d’endroits dans le pays. Il met aussi en garde contre un afflux en Libye de combattants étrangers recrutés par l’EI et venus du Yémen, de Tunisie, d’Algérie et de Tchétchénie.

http://www.humanite.fr/etat-islamique-le-comite-des-droits-de-lenfant-sonne-lalarme-564920

Mots clés : Attentats-Terrorisme / Proche & Moyen Orient /
Derniers articles sur Bellaciao :