Archives Bellaciao FR - 2002-2021 Archives : IT | EN | ES

Cliquez ici pour retrouver Bellaciao V.3 ;)

Fraternité des riches et fraternités des pauvres

dimanche 7 janvier 2018, par le bris rene

LETTRE HEBDO DE RENE N° 85

Fraternité de Riches et
Fraternités de Pauvres !

Macron aime la fraternité !
Bravo ! Mais avec qui ? Pour quels intérêts ?
Pour le mieux être de la population ?
Les lendemains du 1er Janvier nous ont éclairé
malgré l’habituelle soumission des médias hypnotisés
par ce nouveau roitelet ! Qu’on en juge !

Il y a d’abord cette rencontre avec le dictateur de la Turquie !
La fraternité des riches, on le sait, ce sont les affaires !
Et en France, les affaires riment souvent avec les ventes
d’armes ! Macron nous apprend qu’il a évoqué les droits
de l’homme, et ce dans le détail ! Il est vrai que son gouvernement
s’est spécialisé dans le tri des Etres Humains avec les migrants !
Les médias ont été très discrets sur le pourquoi de cette visite
alors que l’on apprend par Le Point qu’un contrat a été passé
pour favoriser une défense aérienne et antimissile !
Même Médiapart a été discret sur cette affaire !
Pas Franz Olivier Giesbert, qui lui, se met en rut dès qu’il sent
une relation impérialiste du 21éme siècle !
Pour cacher cette relation complice, les médias ont miroité le
refus de l’intégration de la Turquie dans l’Union Européenne !
Oui, mais si on gratte, banco !, il y aura bien un partenariat
économique avec la Turquie ! Macron nous prend vraiment
pour des cons de même d’ailleurs que tous les commentateurs
habitués à sucer les carpettes de l’Elysée ! Fraternité oblige !

C’est vrai que Macron est quand même au-dessus de Trump !
Sa réputation est au maximum d’après des proches : " neuneu ",
" à demi-instruit ", " crétin ", " con comme un balai " !!!
Mais la guerre de mots avec le dictateur de la Corée du Nord
fait peur ! Cet homme est dangereux, sa réponse d’un niveau
maternel ( mon papa est plus riche que le tien ! ) en dit long
sur l’état cérébral de certains Chefs d’Etat ! Mais là-aussi
la fraternité impérialiste, c’est , attendons il n’y a plus que quatre
ans à trembler de l’horreur d’une frappe nucléaire !
D’ailleurs, pas question de quitter l’OTAN, et donc le sort des
prisonniers palestiniens, des militants(es) sarahouis, la répression
contre les kurdes, on laisse les tiroirs fermés : silence total !

Alors la fraternité avec les pauvres dans le domaine international,
ce sont toutes ces associations, de la Croix Rouge, de Médecins sans
frontières, de Médecins du Monde, de tous les volontaires qui
choisissent d’oeuvrer pour soulager l’existence déplorable des
réfugiés dans des camps qui sont les taudis du 21éme siècle !
Pendant ce temps, des capitalistes se goinfrent à des 1000 euros le
menu et de parlons pas des suites d’hôtels somptueux ! Et maintenant,
ils créent même des îles artificielles pour savourer tranquillement
la richesse qu’ils ont pris grâce aux sueurs de ceux d’en bas !

Au lendemain de la deuxième guerre mondiale, des citoyens(nes)
ont élaboré un programme de la Résistance ! Les capitalistes
voudraient nous faire croire que cela est dépassé, mondialisation
oblige, que défendre cette idée de reconstruire après les dégâts
des affrontements est ringarde ! D’où leur volonté de s’attaquer
à la sécurité sociale, au statut des fonctionnaires, à la santé gratuite
et de qualité. Déjà, ils ont réussi avec les différents gouvernements
dits de gauche de renverser le pourcentage de secteurs publics
dans l’économie. Les privatisations, le management qui rive les
salariés à l’épuisement, les infâmes plans d’austérité qui provoquent
des records de gens privés d’emplois, voilà la conception économique
de la fraternité capitaliste !

Heureusement, se constuisent petit à petit une autre conception de
la fraternité ! Ce sont toutes les associations qui nous incitent à réagir
devant les coups portés par les tenants du capitalisme : ATTAC qui
fait un boulot formidable pour la transparence et l’exigence de débats
démocratiques concernants des accords internationaux, Certains
syndicats de salariés et notamment la CGT à la pointe du combat
contre la casse du droit du travail, Alternatiba qui élabore des
alternatives dans le domaine du logement, du vivre ensemble, des
énergies renouvelables, de l’alimentation, des conditions d’existence
pour couper avec le productivisme et les cadences infernales, pour
le partage du travail ... ! Aussi les comités pour le droit de refuser
les compteurs Linky qui ont pour but de nous imposer le big data
avec pour prime l’augmentation des risques de santé par les effets
de l’excès des radiofréquences classées cancérogènes depuis 2011 !
Il y a aussi la Confédération Paysanne qui veut une autre conception
des rapports entre les ruraux et les citadins par des contacts directs
entre les producteurs et les consommateurs , pour en finir avec
cette conception de grandes métropoles avec son lot d’éloignement
des structures de décision pour les citoyens(nes), avec la paupérisation
du transport pour les autres territoires, la centralisation excessive des
structures de santé ...

Les forces vives au changement existent !

Patrick LE HYARIC, dans l’édito de l’huma Dimanche exprime
un voeu pour 2018 : " ... le progressisme à la française n’a pas disparu
mais, à l’évidence, il réclame des pratiques et un élan nouveaux. Si sa
boussole demeure la quête démocratique d’égalité, de justice sociale et
environnementale, ELLE NE PEUT QUE S’INSCRIRE DANS UN
PROJET PROFONDEMENT RENOUVELE, qui prenne en compte
le besoin d’une nouvelle manière de produire et peut être de vivre dans
une société plus libre, plus juste, plus soucieuse de la planète ... ".

Très bien ! Notons que le terme " socialisme " fait encore peur
alors qu’il est de plus en plus d’actualité !

1968 a été une expression collective très importante pour de nouveaux
rapports sociaux, lesquels ont eu des fruits surtout dans les années 70 !

Déjà en 1969, Ernest MANDEL dans " la réponse socialiste au défi américain "
exprimait le souhait de Patrick : " ... Les forces productives contemporaines
aspirent à dépasser non seulement les limites de l’Etat national,
mais encore celles de la propriété privée ; elles veulent aussi se libérer
des liens qui font peser sur elles les rapports de production et
d’appropriation capitalistes. La technique contemporaine, la cibernétique
et l’énergie nucléaire exigent une association consciemment planifiée
des producteurs et des consommateurs, s’appuyant sur l’autogestion.
Une véritable démocratie économique suppose un système économique dans
lequel les intéressés eux-mêmes, après des discussions démocratiques, décident
du choix des productions, de l’orientation des investissements, du degré
de sacrifice à consentir pour chaque groupe social, , au lieu de s’en remettre
aux mécanismes aveugles du marché, à un clan dictatorial de magnats de
l’industrie et de la finance, ou à quelque bureau politique supposé omniscient ".

2018 sera t- elle l’année du dépassement du repli identitaire tel que s’engage
la direction du PCF, verra-t-on ENFIN ! des convergences pas uniquement
autour d’un Front Social mais d’un Front pour une Alternative Socialiste et Ecologique engageant aussi bien les syndicalistes, les altermondialistes, les
forces progressistes anticapitalistes ( ce qui exclue évidemment le PS ), les
assemblées citoyennes et les associations déjà citées plus haut !

Ce sont dans les luttes d’aujourd’hui que se construit le socialisme de
demain. Autour d’une fraternité de classe, en France comme ailleurs !

René LE BRIS - Canal Blog - 07/01/2018 -

Messages

  • C’est beau la société à deux vitesses : celle qu’avec des délices pour les uns, la minorité sociologique, et la seconde des pauvres et des moins pauvres ceux-ci condamnés à secourir les plus pauvres ! L’analyse que me confia un syndicaliste réformiste pouvant se résumer ainsi :" Les riches nantis, privilégiés, bien sûr , problème : ils ne veulent pas et ceux déshérités qui ne peuvent pas, reste la classe moyenne, les moins pauvres " ! Ce constat n’a pas manqué d’être soulevé par des philosophes Marxistes argan que la clé d’un changement de régime est précisément cette donne d’un basculement hypothétique de cette classe moyenne pour embrasser la justice sociale ! Est-ce à dire que cette classe considère être insuffisamment saignée et pas encore à blanc ? On peut dire qu’elle est atteinte par la crise capitaliste partiellement en tout cas , les retraités notamment, assurant comme ils peuvent leurs enfants et petits enfants dont certains tombent dans la nausée des exclus ! Alors "le raz-le-bol" si le mal-vivre fut une bonne part du déclencheur des Révolutions Françaises la donne de nos jours n’est plus la même avec le choix du Suffrage Universel pour vindicte populaire ! Je dirai qu’il y a sans doute deux énormes amortisseurs de changement de cap , les médias de grandes écoutes entre les mains de milliardaires avec ceux du pouvoir politique à la botte du pouvoir économique . Une telle emprise sur l’opinion, pour différentes raisons d’ailleurs, qui ne peut plus compenser les activités militantes connues après la guerre : manifs, porte à porte, la criée sur endroits populaires, etc.! Et enfin en ligne de mire , l’absence d’une crédibilité en un projet de justice sociale qui toujours "tarde à naître" ! Si je baigne dans le pessimisme, excusez-moi du peu ! Il reste l’espoir : ceux qui luttent ce sont ceux qui vivent !