Archives Bellaciao FR - 2002-2021 Archives : IT | EN | ES

Cliquez ici pour retrouver Bellaciao V.3 ;)

Guadeloupe : Grève générale á partir du mardi 20 janvier

dimanche 18 janvier 2009

Le 16 et 17 Décembre n’étaient qu’un avertissement à tous ceux qui, à divers titres, ont une parcelle de pouvoir dans notre pays. Malgré la désinformation et les manipulations, d’autres Travailleurs viennent nous rejoindre dans un konvwa puissant, massif et déterminé.

Plus que jamais nous affirmons à tous les exploiteurs et à tous les profiteurs (État, Capitalistes, Collectivités majeures...) : La Gwadloup sé tan nou, la Gwadloup a pa ta yo ! Yo pé ké fè sa yo vlé an péyi an nou !

Le coût élevé de la vie dans notre pays est dû essentiellement à une taxation abusive (Etat et Collectivités) et à des marges bénéficiaires exorbitantes faites par les gros importateurs qui réduisent la Guadeloupe à une colonie de consommation avec la complicité de l’Etat.
Les banques et établissements financiers en Guadeloupe, outre le fait qu’ils n’accompagnent pas les projets portés par des Guadeloupéens, font payer trop cher leurs services et pratiquent les taux d’intérêt les plus élevés.

Dans notre situation, marquée par un chômage massif, l’emploi précaire et les licenciements dont les femmes sont particulièrement victimes, la hausse du coût de la vie touche toutes les catégories sociales et plus durement encore ceux qui ont peu de ressources financières. Les conséquences aujourd’hui sont un appauvrissement et un surendettement entraînant l’impossibilité de payer les loyers, les charges, les impôts et de subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille (se nourrir, se loger, se soigner, se former...).

Cette misère sociale est propice à toutes les déviances (drogue, alcoolisme, violence...).

CELA N’EST PLUS TOLÉRABLE ! NOU PÉ KÉ RÉTÉ AN LÉTA LA SA !

Toutes les activités devant soi-disant assurer le développement de la Guadeloupe s’écroulent (canne, banane, ananas, melon, hôtellerie et tourisme...).

La production Guadeloupéenne est marginalisée et mise en difficulté.

Les agriculteurs, les artisans, les marins pécheurs ont les pires difficultés pour produire et commercialiser à un prix concurrentiel leur permettant de vivre. Ils sont écrasés par les taxes et impôts. Les aides et subventions sont inadaptées, voire inexistantes.

Le droit à l’éducation et à la formation, essentiel au développement des jeunes et des travailleurs de notre pays, est bafoué.

L’École qui chaque année rejette à la rue 850 à 1000 jeunes sans diplôme et sans formation est en échec dans ses missions essentielles. La formation professionnelle est sacrifiée (fermeture de l’AFPA, faiblesse des budgets qui lui sont consacrés...) et laissée à des affairistes plus enclins à se remplir les poches qu’à assurer une formation de qualité.

En définitive le Guadeloupéen, diplômé ou pas, est exclu du marché du travail an péyi-ay.

IL EST TEMPS QUE CELA CESSE ! AN NOU ARÉTÉ SA !

Face à l’incapacité de ceux qui ont un pouvoir et des responsabilités à poser ces problèmes et à y porter des solutions, des organisations syndicales, des associations et mouvements culturels, des partis et organisations politiques ont décidé à travers un vaste mouvement populaire de les poser, de proposer des alternatives et d’exiger des négociations pour les faire aboutir.

Ce mouvement populaire s’est exprimé massivement (plus de 6000 manifestants) dans les rues le Mardi 16 à Pointe-à-Pitre et le Mercredi 17 à Basse-Terre !

Aussi, nous appelons l’ensemble des Travailleurs et du Peuple Guadeloupéen à rejoindre et à intensifier ce mouvement à partir du MARDI 20 JANVIER 2009 en se mettant en grève reconductible dans les entreprises et les administrations, dans tous les secteurs d’activités, dans les écoles, sur tout le territoire de la Guadeloupe pour exiger notamment :

- La baisse immédiate de 50 cts du prix des carburants ;
- La baisse des prix de tous les produits de première nécessité et de tous les impôts et taxes ;
- Une augmentation du salaire minimum de 200 Euros nets ;
- La baisse du prix de l’eau et des transports de passagers ;
- La titularisation de tous les précaires publics et privés ;
- Le reversement des sommes abusivement perçues par la SARA et les Collectivités dans un fonds destiné à la formation et à l’emploi des jeunes et à l’organisation d’un véritable service des transports de passagers ;
- La restitution par la SARA des trois (3) millions d’Euros versés par l’Etat et les Collectivités ;
- La création en remplacement de la SARA d’un service public d’approvisionnement et de distribution des carburants garantissant la transparence, la qualité et l’accès à un carburant au meilleur coût ;
- La sauvegarde du patrimoine de l’Hôtel Kalenda et le reclassement de tous les salariés de Kalenda et Anchorage ;
- Le développement de notre production afin de satisfaire les besoins de la population ;
- Le droit à l’éducation et à la formation pour la jeunesse et les travailleurs de notre pays ;
- La priorité à l’embauche et aux postes de responsabilité pour les Guadeloupéens et le refus du racisme à l’embauche

ANSANM NOU KA LITÉ – ANSANM NOU KÉ GANNYÉ !

ADIM - AFOC - AKIYO – AN BOUT’AY - ANG - ANKA – ASSE - KAP Gwadloup - CFTC - CGTG - COMBAT OUVRIER – CONVENTION POUR UNE GUADELOUPE NOUVELLE – COPAGUA – CSFG - CTU – ESPERANCE ENVIRONNEMENT – FO – KAMODJAKA - LES VERTS - MADICE - MOUVMAN NONM - PCG - SOS B/Terre ENVIRONNEMENT -SPEG - SUD PTT GWA - SYMPA CFDT - TRAVAYE é PEYIZAN - UDCLCV - UIR CFDT - UGTG - UPG - UPLG - UMPG - VOUKOUM

Lapwent, 30.12.08

Visiter le site de l’UGTG

Messages

  • La priorité à l’embauche et aux postes de responsabilité pour les Guadeloupéens et le refus du racisme à l’embauche ???

    es-ce une blague ?

    les guadeloupéens sont FRANCAIS !! il est intolérable dans la république de donnée plus d’importance à un guadeloupéen FRANCAIS qu’à un Parisien voulant travailler en guadeloupe ?

    sinon en bretagne on embauche que des breton et en alsace que des alsaciens ?
    le FN fait moin fort dans ses propositions, lui c’est le travaille au français pour tous et sa choque tous le monde, faut pas abuser !!

    a bon entendeur,
    les autres propositions sont parfaite.

  • Après avoir passé presque 20 ans en Guadeloupe, jusqu’en 2007, je vois que les revendications de l’UGTG sont toujours aussi démentes !
    Ce syndicat de tenus par des voyous a fortement contribué à couler un peu plus chaque année l’économie de l’île.
    Ses grèves à répétitions, ses menaces sur les chefs d’entreprise, les non-grévistes, son racisme, sa xénophonie, sa manipulation des masses ,le prétexte de brandir l’esclavage en tant que victime, l’Affaire Ramassamy, les fausse grèves de la faim, la terreur imposée par l’UGTG, bref, la liste non-bénéfique à la société par ce syndicat peut être très longue.
    Sans comter certains de ces chfs qu s’en sont mis pleins les poches en racketant certains entrepreneurs, le guarantissant ainsi une (courte) paix sociale.
    Evidemment que la vie est chère aux Antilles, qu’il éxiste des inégalités sociales sur fond de couleurs (mais des deux côtés), chômage très important, nombreuses familles mono-parentale, délinquance explosive, drogues (krack), sentiments d’exploitation, d’abandon et de mépris de la part de la métropole...
    De toute manière, le problème des DOM en général est tellement complexe de par son histoire, sa société, sa différence culturelle que c’est pratiquement insoluble. Sans compter la loi du silence comme sur un autre île célèbre au large de Marseille. Non sous les tropiques tout va bien ! Les touristes sont ravis de leurs séjours !
    Alors avant de penser que c’est injuste et de réagir bêtement comme des piliers de bar pour ces pauvres bougres qui sont nombreux à travailer dans la fonction publique , qui sont presque tous propriétaires (légalement ?) de leurs maison, qui oubient les impôts locaux au point que la quasi-totalité des communes sont surrendéttées, qui roulent pour beaucoup dans des voitures neuves et chères, réfléchissez !

    • Il faut que le peuple guadeloupéeen soit réaliste vous vous êtes peut etre sortie de l’ auberge mais notre jeunesse n’ a pas d’avenir surtout les diplomés.
      Si vous avez vécu tout ce temps en gpe vous avez pu observer l’évolution de la situation et l’ ugtg a toujours mis le peuple en alerte tout comme Ibo Simon le signalait pour les haitiens simplement la façon dont il le disait ne convenant au delinquant en col blanc mais eux ils le disent de fàçon sous entendue Pour vous dire tout simplement que l’ UGTG dit tout et avec hardeur ce que les politiques veulent ignorer et plus ça ira plus nous aurons des pauvres en guadeloupe. cES REVENDICATIONS DEMENTES SONT BIEN FONDES

    • La métropole , chez elle, n’est pas pas capable de s’occuper des sans emploi, des précaires, des sdf, de ceux qui vivent en dessous du seuil de pauvreté, . Quant aux "métros" qui embauchent soit disant que des blancs c’est ausi faire une généralité. Ceci dit, il y a pleins de martiniquais qui sont chefs d’entrerpises en Guadeloupe. On se demande pourquoi le guadeloupéen n’investi pas plus que ca ? Et puis pour dire la vérité, beaucoups de dirigeants métros dans de grands groupes ont été mis à ces postes par le patron béké ! Et quand il y a une grève avec blocage de l’entreprise, le béké dit aux syndicats que c’est la faute de son directeur, qu’il a pris des mauvaises décisions. On le vire, on négocie deux ou trois points, on signe la fin de la grève (en payant bien sûr les jours de grève !) et on reprends un autre directeur métro et au bout de quelques mois, années, ca recommence... Par contre, s’attaquer au vrai problème, au décisionnaire béké, c’est bien rare excepté contre le groupe hayot pour destrelland.
      Les maires ? Mais qui votent pour eux ? la région, le Département ? c’est vous citoyens guadeloupéens !
      Pour les revendications, bien sûr qu’il y a de la misère, seulement, venez voir un peu ce qui se passe en métropole, vous verrez que c’est pas une carte postale non plus, loin de là ! Ca crie famine aussi !
      Mais loin de moi, d’offenser qui que ce soit par sa différence de couleur, ce ne sont pas mes propos. Je pointe juste du doigt certaines méthodes syndicales dangeureuses. Qui a voulu faire péter la sara ? Ou est-ce qu’on voit des camions-citernes ecortés par des gendarmes en gilet parre-balle et équipés de fusils à pompe ?
      Ha Ibo Simon, oué fouté fè ! Par contre, quand on trouve des haitiens câchés sous des tentes de misère dans les bois et exploités pour la coupe de la canne où le btp, on entends personnes que ca scandalise ! Mais pour casse leurs comerces dans Pointe-à-Pitre là y’a du monde. Mais ne dit-on pas "Nèg cont’ Nèg ki ka baï an Coup" hein ?

  • Mobilisons nous à Marie galante car notre porte monnaie souffre beaucoup , nous avons des délinquants en col blanc (nos maires) qui se fichent complètement de nous de ce que nous buvons et de ce que nous mangeons, l’eau est très calcaire et demonte tout les appareils electomenagers et sanitaire ces délinquants ne se soucient guère car ils ont la possibilité de se payer de l’eau en bouteille ;

    Une révoltée qui sera en grève ce mardi

    • MARIE-GALANTE DOIT REAGIR CAR NOS DELINQUANTS A COLS BLANCS N’ONT RIEN A FOUTRE DE LEURS CITOYENS, IL SONT DES FONCTIONNAIRES GRADES, ET ILS ONT PLUSIEURS MANDATS DONC PAS DE SOUCI POUR AFFRONTER LA REALITE DU COUT DE LA VIE : BATEAU GRATUIT, PAS d’essence, assurance à payer ==>CHARGE =0 VOIR <0

    • Qui a dit que les guadeloupeens n’étaient pas aui patrons ? La majorités des capitaux , et des valeurs mobilières / immobilières sont détenues et réinvesties par des guadeloupéns . Il y a de l’argent en Guadeloupe . La logique économique est simplement différente .Les patrons guadeloupééens adorent avoir un homme de paile dirigeant métopolitain pour les même raisons que d’autres aiment avoir une jolie secrétaire ( question d’image ) .

      Ces revendications sont un coup de colère parce que ce système montre ces limites : il faut un autre modèle ; mais il est faut et hypocrite de dire que c’est la galère pour tout le monde : il y a une classse moyenne , et même aisée très importante en Guadeloupe , avec des métropolitains plutôt souvent dans des emplois de service , souvent subalternes ( en tout cas de plus en plus .. ) .

      Et des syndicats communistes - indépendantistes qui sont un reliquat de l’histoire .