Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Justice de classe

mercredi 31 mai 2006 - Contacter l'auteur - 6 coms

de Bernard Lallement

N’en déplaise à Pascal Clément qui répondait hier, lors des questions au gouvernement, à l’interpellation d’André Vallini il y a incommensurabilité entre les amnisties de Maxime Gremetz, José Bové ou Harlem Désir et la faveur faite à l’actuel questeur de l’Assemblée nationale, chargé, à ce titre, des finances du Palais Bourbon (ça ne s’invente pas !).

Certes, l’on peut regretter ces dernières, car le minimum que l’on puisse attendre d’un homme politique est d’assumer toutes les conséquences de ses actes et de son combat. Mais celle dont a bénéficiée le député-maire de Coulommiers (Seine et Marne) est proprement scandaleuse.

Contrairement aux autres, il a tiré un enrichissement personnel direct (environ 120.000 €) du délit dont il a été l’auteur. Mais surtout, l’emploi fictif l’ayant permis lui a été fourni sur l’instigation du maire de Paris d’alors, Jacques Chirac, et entrait dans une vaste escroquerie destinée à verser des commissions occultes lors de la passation de marchés publics.

L’instruction a retenu l’implication de l’actuel président de la République, mais les différents juges ont dû renoncer à l’entendre, y compris comme simple témoin, et n’ont pu le mettre en cause. En effet, deux décisions fort opportunes, l’une du Conseil constitutionnel, alors présidé par Roland Dumas, et l’autre de la Cour de Cassation, avaient argué de l’irresponsabilité pénale du locataire de l’Elysée durant la durée de son mandat.

Et le même, usant de ses prérogatives de chef de l’Etat, garant, par ailleurs, du respect de la Constitution, et président statutaire du Conseil supérieur de la magistrature, absout son ancien complice (appelons les choses par leur nom) des conséquences de l’infraction en vertu d’une loi qui pourtant, dans son article 14, exclut de son bénéfice les condamnés pour abus de confiance.

Mais il est vrai que Guy Drut n’a été coupable que de « recel d’abus de confiance. » Tout est dans la sémantique.

Très franchement, quel crédit accorder au Ministre de l’Intérieur lorsqu’il invoque la nécessité de « sanctionner les voyous » ou de revoir l’ordonnance de 1945 sur les mineurs délinquants pour lutter le supposé « sentiment d’impunité » qu’il leur prête ?

Comment interpréter la priorité du Garde des Sceaux, rappelée hier, « d’assurer l’exécution effective des décisions de justice » ou ses directives données aux procureurs de la République de poursuivre tous les fraudeurs au RMI « même si le montant de la fraude n’apparaît pas significatif » ?

C’est la manifestation flagrante que, dans notre République clanique, fonctionne une justice de classe « indulgente aux crimes des grands et impitoyables aux faiblesses des humbles » pour reprendre la sentence de La Fontaine toujours, hélas, d’une cruelle actualité.

Photo : Delize

- http://sartre.blogspirit.com

Mots clés : Bernard Lallement / Dazibao / Gouvernements / Justice-Droit /

Messages

  • Tous des pourris. En lisant l’article, j’ai envie de vomir. Politique, justice et patronat roulent ensemble
    (même caste). Nous, pauvres citoyens, avons deux pouvoirs que nous devons utiliser pour les lyser :
    1) internet
    2) la votation

    Ecrasons ces endoparasites qui gangrènent notre pays.

    Kman

  • Il faut préciser, en plus, que sauf erreur de ma part Bové Gremetz et Harlem Désir n’ont pas été amnistié, mais ont fait l’objet d’une grâce présidentielle, ce qui est fort différent. Personne ne remet en cause la grâce présidentielle (on peut le regretter) mais cette amnistie, c’est le bébé des parlementaires, c’est encore plus contestable parce que ça donne le sentiment de participer de l’auto blanchiment.

    Jean-Bernard

  • Tant que notre constitution ne sera pas fondée sur une SEPARATION et un EQUILIBRE des pouvoirs, ce genre de dérive se reproduira.

    Au secours, Condorcet.

    • Bové et Gremetz ne sont pas des voleurs, ils n’ont pas détourné du fric sur le dos des citoyens. Au fait, FRANCE 3 Aquitaine nous a infligé samedi une émission sur l’injustice qui a frappé JUPPÉ afin de mieux préparer le retour de ce fidèle second du "Patron" chef de gang, ça aussi c’est un détournement de Service Public, si ça existe encore à la télé.

    • et aprés tout ça faudrait aller voter
      alors même que de tous bords ils s’amnistient entre eux
      et veulent mettre nos mômes dans des internats
      que nos jeunes sont controlés chaque jour ,insultés par des policiers racistes etc...
      non je n’irai pas voter
      sauf pour un rassemblement fort antilibéral controlé
      par le peuple mais je demande à voir avant !

Derniers articles sur Bellaciao :