Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

LES SEPT PLAIES....DU NON

samedi 21 mai 2005 - Contacter l'auteur - 8 coms

Oyez braves gens ! Oyez citoyennes et citoyens l’histoire tragique de ce peuple qui osa défier les lois de la démocratie en répondant librement à une question qui lui était posée.

Oyez cette Histoire et méditez sur ce qui en coûte d’avoir l’outrecuidance de vouloir penser et agir en peuple responsable.

La voix des Dieux avait pourtant prévenu celles et ceux, naïfs, qui croyaient pouvoir voter NON à une question où l’on ne devait et pouvait que répondre OUI.

Tout commença au lendemain du référendum qui vit le triomphe du NON. L’anticyclone de Açores largement sollicité pour assurer un triomphe du OUI, sembla se renforcer au point que, comme aux pires moments de la sècheresse qui nous tua tant de vieux, aucune précipitation ne pu pénétrer sur le territoire désormais maudit.... Les pluies printanières, indispensables à l’éclosion de la nature, contournèrent les frontières comme l’avait fait en son temps le nuage de Tchernobyl. Le pays sombra dans une léthargie mortifère dans l’indifférence de l’opinion publique européenne qui se détachait peu à peu de ce qui était devenu l’ « enfer européen » « le pays de celles et ceux qui avaient voté NON ».

Les Verts qui pourtant avaient appelé à voter OUI invoquèrent leurs Dieux, les mieux à même de pouvoir entendre la sourde plainte des représentants écologistes d’un peuple désormais damné. Rien n’y fit... peu à peu les sources se tarirent et l’on vit le long des routes, dans les rues, des électeurs du NON essayer de quémander un peu du précieux liquide auprès des électeurs du OUI qui avaient prévu et prévenu de la catastrophe En effet ceux-ci avaient constitué des réserves d’eau sur les recommandations des leaders du OUI parfaitement conscients de la catastrophe à venir.

La masse assoiffée des responsables de la situation (les électeurs du NON) se précipita vers les fleuves dont le niveau baissait inexorablement. Faisant fi de toute dignité ils lapaient comme des bêtes l’eau saumâtre qui a leur contact se rougit telle l’hémorragie d’un monstre touché à mort. L’eau des fleuves se transforma en sang... ajoutant à l’horreur du NON, les stigmates d’une mort mille fois méritée.

Alors que les rescapés de cette quête funèbre regagnaient péniblement leurs pénates, des nuages lourds de menaces s’amoncelèrent à l’horizon... les damnés n’eurent que le fugitif espoir d’une onde bienfaitrice. Les nues se déchaînèrent, la foudre fendit le ciel et la grêle hacha les quelques maigres récoltes plantées dans les champs autrefois en jachères et jadis subventionnés par l’Europe. De pluie, que nenni ! Quand la grêle cessa se furent les grenouilles qui s’abattirent sur les malheureux... les dernières récoltes rescapées n’échappèrent pas aux sauterelles que le réchauffement de la planète et surtout la victoire du NON avaient fait proliférer.

La France était désormais en ruine. Désertée des bons Européens, méprisée et châtiée par le ciel, elle vivait jusqu’à plus soif la passion du NON. Tout dans ce pays n’était que ténèbres. A l’image du vote les esprits se fermèrent, l’intelligence s’assécha, la joie de vivre qui avait animé ce peuple disparut. Les corps se racornirent, se couvrirent de pustules qui résistèrent à toutes les médecines.

L’Eternel, dans son désir de punir alla lui-même jusqu’à les priver du plan B qui seul aurait pu sauver la situation.

L’espoir quitta le pays.

Ce peuple vivait jusqu’au bout son calvaire. Il payait au prix fort son égoïsme pour avoir voulu répondre de manière impertinente à une question simple qui n’autorisait en fait qu’une seule réponse : OUI.

Respectons désormais les nouvelles règles de la Démocratie :

Que votre OUI soit OUI
Que votre NON soit OUI

Patrick MIGNARD

Mots clés : Europe / Patrick Mignard / TCE - (EUROPE) /

Messages

  • MES ENCOURAGEMENTS DANS VOTRE QUETE. PERSONNELLEMENT JE ME TIENS EN DEHORS DE LA POLITIQUE ET J’AI UN AGE ASSEZ AVANCE POUR SAVOIR CE QUI NOUS ATTEND. QU’IL S’AGISSE DU OUI OU DU NON, C’EST DEJA TROP TART. L’EUROPE SERA NOTRE PERDITION ECONOMIQUE.LES GENERATIONS FUTURES LE VERRONT A MA PLACE.NOUS NE POUVONS COMPTABLEMENT PAS UNIFIER NOS ECONOMIE DE MARCHE EN MAINTENANT NOTRE TRAIN DE VIE CAR CE SONT LES ENTREPRISES LES MOINS CHERES , DONC POLOGNE ROUMANIE ECT... QUI RAFLERONT TOUS LES MARCHES FRANCAIS.AVEC VOTRE NON VOUS DONNEZ DEJA DES COUPS D’EPEE DANS L’EAU. BON COURAGE QUAND MEME.

    • Tu te trompes

      Le NON n’est pas un coup d’épée dans l’eau, ça va tout bloquer pendant un moment et ce sera un gigantesque message d’espoir qui donnera le signal pour un nouveau départ de la contestation ... Et cette fois nous allons reconquérir tout ce qu’on a perdu !

      Tous en grève !

  • Bien vu, bien dit...

    Dans ce lendemain cataclysmique du 29/05 qui déchantera forcément si les cotoyens français s’obstinent à ne pas comprendre et à ne pas suivre les objurgations de leurs Moïses européens il est même à craindre que la Mer Rouge ne se referme sur ces effrontés sans scrupules. Au fait les Moïses seront-ils mouillés ???

    Par ailleurs, ces mêmes effrontés illuminés ne sont-ils pas déjà touchés par le virus de la diabolique maladie de la pensée unique : et comme il a muté en quittant les partisans du NON il n’en est que plus terrible et plus dévastateur...

    Voilà donc où mène l’illusion (folle !!!) de vouloir utiliser cette démocratie (profiter, disent certains..., non user, comme la pile Wonder .. rétorquent d’autres) qu’on a tendu aux français comme on tend une pièce de 50 centimes (d’Euro) au SDF à la sortie de la messe...

    Mais cette fois, peut-être les effrontés pourront crier : Ite missa est... (Allez la messe est dite)...

    Marc MIGNARD, 44320 ST PERE EN RETZ

  • Pauvre MIGNARD tu fais de plus en plus pitié
    t’as vraiment rien à glander d’autre pour vomir de tels propos ?

  • Pourquoi sept ? et surtout plaies ? Etes-vous dans la religion.

    Pourquoi une simulation du déluge réservée aux seuls français ? La météo n’a pas de frontières, vous le dites vous même avec le nuage de Tchernobyl.

    Pourquoi, les partisans du Non n’auraient-ils pas stocké leur eau et doivent-être naïfs, des victimes ?

    Si vous déprimez, soignez-vous ! Même à un deuxième, troisième degré... votre histoire n’est pas intéressante et ne pourrait renforcer le NON.

    La religion et les politiques - ont fait, font et feront - beaucoup de victimes à mon grand regret.

    Exprimons la démocratie par notre NON car elle est en danger avec un tel texte. Elle est en marche, et ce n’est pas avec une telle histoire qu’elle va s’arrêter !

    On aura tout vu avec ce référendum.

    Dimanche 29 ans, je serai comme disait Jacques Brel dans sa chanson de Jacky :

    (Refrain)
    Etre une heure, une heure seulement
    Etre une heure, une heure quelquefois
    Etre une heure, rien qu’une heure durant
    Beau, beau beau et con à la fois

    En votant NON.

    Cons ti tu(e) tion elle ment (c’est une reprise).

    • C’est vraiment triste les gens qui n’ont aucun humour et qui prennent tout au 1er dégrés. Cette histoire est géniale.

      Simone S

    • Trouvé sur http://www.oui-et-non.com/non.php?page=1

      Parabole

      Posté par : A.G. le : 23/05/2005

      Jusqu’à il y 9 mois, Neo vivait dans la Matrice sans le savoir. Il y travaillait, trop à son goût, y faisait du parapente, pas assez certainement. Neo enseignait. Le droit. Pas la vérité, pas la philosophie. Non le droit. Et puis l’informatique aussi. Neo vivait donc dans la Matrice. Et il y vivait plutôt bien finalement, comme beaucoup de ses concitoyens. Il y vivait sans le savoir ? Va savoir ! Il avait bien un vague sentiment, flou et lointain. Une idée, une belle idée comme il disait. L’idée d’une Matrice unie, fraternelle, forte. Une idée de paix, consensuelle, partagée.

      Et puis, il y a 9 mois, un soir de septembre, ou était-ce un matin, il entendit pour le première fois la voix de Morpheus. Une voix qui lui disait : « Ouvre les yeux Neo, le monde dans lequel tu vis n’est qu’apparences. Un autre monde le gouverne. Tu croyais vivre dans un monde de droits. Mais ce monde-là est soumis à un autre monde, économique celui là, le seul qui soit réel ». Et Morpheus lui proposa un curieux choix : une pilule bleue avec inscrit dessus Non ou une pilule rouge avec inscrit dessus Oui. La pilule rouge et sa vie continuait ainsi, entre cours de droit, d’informatique et vertiges de l’ascensionnel. La pilule bleue, et la Matrice allait lui être dévoilée.

      Neo hésita. Il chercha, lut, consulta, écouta d’autres voix. Toutes parlaient de la Matrice. Alors il écouta l’Oracle. L’Oracle savait puisque l’Oracle avait écrit Le Texte, celui qui organisait la Matrice. Mais l’Oracle ne lui apporta pas la réponse. Bien au contraire, l’Oracle lui dit : « N’aie pas peur. Fais confiance. Fais moi confiance. Laisse ton destin entre mes mains. Ne lis pas Le Texte, ou plutôt, ne lis que ce qui te convient. Ton bonheur est à ce prix ». Mais Neo avait déjà commencé à lire Le Texte. Et pour en avoir le cœur net, Neo prit la pilule bleue.

      Et soudain, tout s’éclaira. Il vit enfin l’Architecte. Celui qui dirigeait la Matrice et concentrait entre ses mains tout le pouvoir. Il vit le Mérovingien, qui exécutait les ordres de l’Architecte, tout en en rejetant toute la responsabilité sur l’Architecte. Et puis il y avait Cypher, qu’il avait cru de son côté, qu’il avait élu même, garant du droit et de la République, et qu’il découvrait en grand traître de tous ses idéaux. Certes, Morpheus ne lui avait promis que la Vérité. Mais il découvrait en plus l’enfer. Devenait-il fou, paranoïaque, ou bien lui avait-on caché autant de choses depuis tant d’années ? Et puis tous ces agents Smith - il les avait appelés Smith parce que, même s’ils avaient tous un nom différent, ils se ressemblaient tous, avaient faits les mêmes écoles, disaient les même mots, pensaient les mêmes choses - ces agents Smith qui le poursuivaient depuis, le hantaient, à la radio, à la télévision, sur Internet, dans son mail.

      Sa seule porte de sortie, son combat depuis ce soir de septembre : faire imploser la Matrice. Convaincre ses concitoyens de prendre comme lui la pilule bleue. De dire Non à la Matrice. Non à l’Architecte. Non à l’Oracle. D’envoyer balader Cypher et tous ses agents Smith. Afin de reconquérir Trinity - ou peut-être est-ce Liberty ? La jour de la révolution de la Matrice approche. Le 29 mai, ne vous trompez pas, entre la pilule bleue et la pilule rouge, avalez la bonne !

      (Texte trouvé sur le site de Publius : http://publiusleuropeen.typepad.com/publius/2005/05/parabole.html#more)


      Avantage, on peut changer le sens des couleurs pour ceux qui préfèreraient Rouge = NON et Bleue = oui

Derniers articles sur Bellaciao :