Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

La famille d’Aurore Martin dénonce les "mensonge" sur son arrestation

jeudi 15 novembre 2012 - Contacter l'auteur - 3 coms

La famille et les amis de la militante basque Aurore Martin ont dénoncé une nouvelle fois mercredi les "mensonges" de Manuel Valls sur son arrestation le 1er novembre produisant des documents prouvant selon eux qu’elle n’était pas fortuite.

Dans ce communiqué transmis mercredi à un correspondant de l’AFP, ils produisent plusieurs documents montrant selon eux que la militante faisant l’objet d’un mandat d’arrêt européen lancé en 2010 par Madrid vivait au grand jour.

Les documents

Une attestation du maire de Mauléon (Pyrénées-Atlantiques), Michel Etchebest, indique qu’elle a voté à la présidentielle, puis aux législatives.
Une carte grise de septembre 2012, ou un courrier de la préfecture sur l’allocation de RSA sont également transmis. "Aurore, poursuit le communiqué, avait une vie sociale et familiale entre Mauléon-Licharre, lieu de résidence de ses parents, Saint Michel, son lieu de résidence et Hasparren, le lieu de résidence de son compagnon".
Ces lieux de vie sont reliés par 93 km de départementales traversant cinq cantons du Pays basque, où vivent 40.000 personnes, avec, six gendarmeries, soit "une gendarmerie pour 6.600 habitants", selon la famille.

Son arrestation à partir d’un simple contrôle
"Nous ne croyons pas qu’Aurore ait pu vivre normalement durant 18 mois (depuis le 18 juin 2011, lors de son retour à la vie publique, ndlr) sans que la gendarmerie le sache", indique la famille, ajoutant que son arrestation est le fruit d’une "décision politique" et que par conséquent "Aurore Martin n’a pas été arrêtée lors d’un contrôle fortuit".

Sur les chemins qu’Aurore Martin aurait pu emprunter, "nous avons dénombré quatre contrôles de gendarmerie sur le même créneau horaire" ce jour-là. "Une fois Aurore arrêtée, après 16h00, dans un premier temps les voitures qui passent par là ne sont plus contrôlées et dans un second temps l’ensemble du dispositif est levé", affirme la famille, qui dit se fonder sur dix témoignages. "Aurore Martin a été arrêtée lors d’un contrôle routier habituel", avait notamment déclaré M. Valls à Sud Ouest Dimanche.

François Hollande a assuré mardi ne pas avoir donné de consigne. Après l’avoir contrôlée, la gendarmerie a présentée Aurore Martin au parquet général "et la procédure (de remise à l’Espagne) est automatique", a-t-il dit.

http://aquitaine.france3.fr/2012/11/14/la-famille-d-aurore-martin-denonce-les-mensonges-sur-son-arrestation-143532.html

Mots clés : Aurore Martin / Europe / Extraditions - Exil / Gouvernements / Justice-Droit / Police - Répression / Prison /

Portfolio

Messages

  • valls la Honte et Hollande le Mensonge !

    Les éléments ne cessent de s’accumuler concernant le mensonge sur le caractère "fortuit" de l"arrestation d’Aurore.

    A ceux apportés par ses proches, il faut ajouter la déclaration du ministère de l’intérieur espagnol en date du 2/11/2012 (soit le lendemain de l’extradition :

    "Selon un communiqué du ministère de l’Intérieur espagnol, Manuel Valls et son homologue espagnol Jorge Fernandez Diaz "se sont félicités de l’opération policière", qui a permis l’arrestation de la militante de Batasuna Aurore Martin sous le coup d’un mandat d’arrêt européen, jeudi vers 16 heures à Mauléon (Pyrénées-Atlantiques) .
    ’’Cette arrestation a été réalisée dans le cadre communautaire de la coopération judiciaire de l’Union européenne’’, commente encore Madrid, avant de souligner ’’le magnifique niveau de mise au point entre la France et l’Espagne’’.
    www.sudouest.fr

    Ce communiqué n’a jamais été démenti par le gouvernement espagnol et aucun "journaliste" accrédité n’a posé la question à Valls La Honte :

    Une "opération policière" et un "magnifique niveau de mise au point", c’est la même chose qu’une arrestation fortuite ?

    Ajoutons que les témoignages affirment que les gendarmes étaient "armés".

    Cette précision ne peut vouloir dire qu’il ne s’agissait pas seulement des armes de service rangées dans leur étui, mais des armes beaucoup plus visibles...

    Des pistolets mitrailleurs pour un contrôle de routine... Normal...

    Et qu’ils n’avaient pas d’alcootests...

    Un contrôle d’alcoolémie au volant sans alcootests... Normal...

    Enfin Valls puis Hollande ont affirmé qu’ils n’étaient pas intervenus...

    Peut-être, mais creusons :

    Je ne vais pas m’excuser qu’une décision de justice soit appliquée", a déclaré le ministre de l’Intérieur en soulignant qu’"on ne peut avoir aucune complaisance à l’égard d’une personne qui a soutenu ETA".
    "D’une manière générale, nous ne cesserons pas de coopérer avec l’Espagne, l’Italie ou l’Allemagne lorsqu’il s’agit de terrorisme", a ajouté Manuel Valls.
    l a par ailleurs tenu à rappeler qu’il n’était "jamais" intervenu dans l’extradition de la militante basque, soulignant qu’il a "simplement été informé de son arrestation après la prise en charge par la police judiciaire".

    Entretien avec sud ouest

    Il a "simplement été informé" (dixit Valls), tout comme Hollande si l’on en croit la même source.

    Donc, au mieux, ils ont refusé de ne pas appliquer le MAE (possibilité en cas d’incrimination pour délit d’opinion).

    Au mieux... Car il y a des éléments de chronologie pour le moins "troublants" car à la possibilité de mise en place d’une stratégie de tension :

    11 octobre 2012 : rencontre Hollande/Rajoy au sommet.
    Dans ce cadre les ministres de l’intérieur décident de poursuivre et renforcer la lutte contre ETA.
    21 octobre 2012 : élection en Euskadi Sud, la coalition EH Bildu (gauche nationaliste) obtient 25% des voix.
    27 octobre 2012 : arrestation à Mâcon de 2 responsables présumés de l’ETA.
    Fin octobre 2012 : EH Bildu conteste le bien fondé de ces arrestations au vu du processus de paix engagé.
    Jorge Fernández Díaz, ministre de l’intérieur, déclare qu’avec ces déclarations une ligne rouge avait été franchie et que le compteur pour la dissolution d’EH Bildu avait commencé à tourner...
    30 octobre 2012 : « Que l’ETA veuille négocier avec le gouvernement l’avenir de ses prisonniers, et que bien sûr il puisse être disposé à se dissoudre, à démanteler ses structures et à déposer les armes en échange d’un accord sur les prisonniers, cela ne fait aucun doute", a expliqué le ministre à la station de radio Onda Cero. Mais il ne négociera jamais.
    1er novembre 2012 : arrestation et extradition d’Aurore.

    Un calendrier normal... Pour une extradition normale...

    Libérez Aurore !

    • Pour être encore plus précis :

      Ministerio del Interior
      La Guardia Civil detiene en Guipúzcoa a la exdirigente de Batasuna Aurore Martín

      01 / 11 / 2012 Madrid

      Los ministros del Interior de España y Francia, Jorge Fernández Díaz, y Manuel Valls, se han felicitado por esta última operación policial.

      Esta detención se ha realizado en el marco comunitario de la Unión Europea de cooperación judicial.

      Esta nueva operación policial se enmarca en el magnífico nivel de sintonía entre España y Francia.

      C’est sur le site officiel du ministère de l’intérieur espagnol...
      www.interior.gob.es

      C’est daté du 1er novembre (jour de l’extradition).

      le communiqué intégral fait état de l’extradition à 21h.
      Donc écrit entre 21h et 00H.
      Deux ministres de l’intérieur qui se félicitent en 3 h d’une extradition après une arrestation fortuite...

      Normal...

      Hijos...

      Paco

  • BJ

    Avez vous de ses nouvelles ?

    Je lui ais écrit......Je recommencerais régulièrement...

    Redonnez éventuellement son adresse ...

Derniers articles sur Bellaciao :