Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

La "gauche de la gauche" dispersée

lundi 9 mars 2009 - Contacter l'auteur - 18 coms

La "gauche de la gauche" part en ordre dispersé aux élections européennes
LE MONDE | 08.03.09 | 19h35 • Mis à jour le 09.03.09 | 11h10

Le Zénith de Paris était plein et résonnait des accents de la campagne du non au référendum, dimanche 8 mars. Plus de 5 000 personnes s’étaient déplacées pour voir le lancement de la campagne du Front de gauche, emmené par Marie-George Buffet et Jean-Luc Mélenchon. "C’est parti pour une belle aventure commune pour changer en France et changer l’Europe", a lancé la numéro un du PCF.

Le fondateur du Parti de gauche a, lui, appelé à une "insurrection civique" comme en 2005, lors du référendum contre la constitution européenne. "Nous allons faire du scrutin du 7 juin un double référendum contre le traité de Lisbonne et contre la politique libérale de Sarkozy. Le peuple va parler", a ajouté M. Mélenchon.

Après les interventions de Didier Le Reste, secrétaire général de la CGT cheminots, du réalisateur Robert Guédiguian ou encore de l’écrivain Gérard Mordillat, c’est Christian Picquet, chef de file de la minorité du Nouveau parti anticapitaliste, qui s’est taillé le plus grand succès. Expliquant qu’un collectif de militants du NPA s’engageait dans le Front de gauche malgré la décision de leur parti de refuser l’alliance, il a dénoncé : "En claquant la porte à l’unité par un empilement de faux prétextes, le NPA prend une responsabilité historique et se comporte comme une boutique qui fait prévaloir ses propres intérêts par rapport à l’intérêt général du peuple de gauche."

LA CONCURRENCE SERA RUDE

Voilà des mois qu’Olivier Besancenot ne cache pas ses réticences à s’allier avec le PCF et le Parti de gauche. Quelques heures avant le meeting du Zénith, le conseil politique national du NPA a décidé de clore les discussions en prenant "acte du désaccord" avec le "Front de gauche" et de présenter ses propres listes pour une "alternative anticapitaliste au niveau européen".

Les amis de M. Besancenot refusent toute alliance qui ne serait pas "durable pour la séquence électorale à venir, européennes et régionales (et même au-delà), en toute indépendance du PS". "Se rassembler simplement sur la base du rejet des traités européens est en deçà des exigences radicales", a annoncé le NPA, persuadé de rafler la mise à l’extrême gauche.

M. Besancenot, qui ne souhaite pas être candidat, présentera les listes du NPA lundi. Les animateurs du Front de gauche veulent défendre une campagne citoyenne, à l’image de ce que le non de gauche avait réussi en 2005. Ils ne désespèrent pas d’élargir leur front et tentent de rallier la petite formation des Alternatifs, déjà courtisés par le NPA. La réponse ne viendra que le 22 mars, à la suite d’une consultation des militants.

La concurrence à l’extrême gauche sera rude. Les intentions de vote cumulées pour Lutte ouvrière, le Front de gauche ou le NPA telles qu’elles sont aujourd’hui déclarées atteindraient 16 %, selon un sondage IFOP publié dans Paris Match du 17 février. Selon cette enquête réalisée les 12 et 13 février auprès d’un échantillon représentatif de 952 personnes, ce sont les listes du NPA qui en prendraient la tête avec 9 %, contre 4 % au Front de gauche.

Reste Lutte ouvrière, qui a ouvert le feu en présentant ses têtes de liste dès le 16 février. Nathalie Arthaud, sa nouvelle porte-parole, tenait son premier des dix-sept meetings prévus, vendredi 6 mars, à la Mutualité à Paris pour "dénoncer la responsabilité du grand patronat et des grandes banques dans la crise économique qui touche les travailleurs". LO entend, en partant en solo, "faire entendre la voix communiste révolutionnaire". Sans grand espoir d’obtenir des élus, avec les 3 % dont ces listes sont créditées aujourd’hui.

L’éclatement semble durable. Et après l’échec d’une candidature antilibérale à l’élection présidentielle, le risque est grand, comme le regrette M. Picquet, d’avoir une "gauche de gauche éparpillée, en miettes, où chacun se disputera la première place d’un espace occupé par des nains politiques".

Sylvia Zappi
- http://www.lemonde.fr/politique/art...

Mots clés : Européennes 2009 / Partis politiques / Sylvia Zappi /

Messages

  • Quand la Monde jubile, je me demande quelle connerie je suis en train de faire.

  • Après les interventions de Didier Le Reste, secrétaire général de la CGT cheminots,

    A savoir si c’est une prise de postion personnelle ou en tant que sécrétaire CGT. Parce que là, c’est pas la même chose !

  • "Le Zénith était plein..." - sauf que les gens sont venus de toute la France pour le remplir.

  • Tout ce que je vois c’est que nous ne faisons pas mieux que le PS . !!!!!!

    LA GAUCHE A VRAIMENT DU SOUCIS A CE FAIRE

    ALORS QUE LA CONJONCTURE NOUS EST FAVORABLE ET BIEN NON !!!! INCAPABLE D’AVOIR UNE UNITÉ

    • si je dois aller voter, je ne sais même plus pour qui à gauche !!!!

      Au moins, s’il y avait une unité, un frond de gauche, là pas de doute, mon chemin serait éclairé, par la volonté de partis qui auront choisi de se battre ensemble sur les points communs qui les rassemblent, prouvant une capacité à mettre en avant l’essentiel des problèmes à combattre. Et en plus ça aurait de la gueule que la Gauche fiche la patée à la droite et au PS, les renvoyant dos à dos pour leurs mensonges et leurs manips à répétition. Et comme les européennes ne semblent pas servir à grand chose, vu que ce sont des technocrates qui font la pluie et le beau temps, c’est une occasion en or de tenter le coup ! Sinon, le peuple s’en souviendra, et il enverra en temps utile une note salée à la Gauche ! Ainsi va la vie !

    • Les directions PC et PG ont refusé le front anticapitaliste que construit le NPA. D’ici Juin, et surtout au delà, les travailleurs comprendront que l’alternance électorale ne résoud rien, qu’il faut renverser le capitalisme, et que pour cela, il faut l’unité dans l’action, dans les luttes, sans dévier les énergies vers l’illusion de changer le monde par les urnes.

      MGB et Mélenchon, et le flic Chevènement ont déjà vendu cette soupe de la Gauche caviar pendant des dizaines d’années. A l’heure de la crise, cette comédie ne prend plus.

    • Oh ! qu’en termes unitaires ces choses-là sont dites ! Entre l’anticapitalisme non communiste et Sarko, il n’y a rien.......

  • Communiqué du NPA 34 après les déclaration de Jean Luc Mélenchon :

    Nous avons appris par la presse que Jean Luc Mélanchon avait déclaré que dans l’Hérault plusieurs militants du NPA devaient rejoindre le Front de Gauche (PG-PCF) aux européennes. Le conseil départemental du NPA 34 apporte un démenti catégorique à cette affirmation. Il y a eu dans l’Hérault comme ailleurs débat au sein du NPA sur les élections européennes mais aucun des militants du NPA 34 n’a l’intention de rejoindre le front de Gauche.
    Nous avons rencontré à l’échelon départemental le PCF et le PG, il ressort des discussions qu’aucune de ces forces ne souhaite s’engager sur une unité durable au delà du scrutin européen. Elles estiment notamment que lors des élections régionales, il est possible d’obtenir un bon accord entre le PS et les autres forces de gauche. Nous pensons que, le PS ayant accepté le système capitaliste, un accord entre lui et les forces qui veulent la rupture avec ce système est impossible ou conduirait à une satellisation de la gauche radicale par le PS. Nous ne souhaitons donc pas nous engager dans un accord électoral qui éclaterait au lendemain du scrutin européen.

    • En tout cas Picquet (et une vingtaine de militants derrière lui) rejoint le front de gauche, et ça c’est vraiment une bonne nouvelle. Pour le NPA. Parce que, camarades du front de gauche, vous n’allez pas rigoler tous les jours avec Picquet dans vos valises !

       ;-)

      Chico

    • D’accord avec toi Chico, ils le prennent Picquet, mais surtout qu’ils le gardent !!!! Au fait, il est tellement démocratique ce gars, qu’il a dissous son association UNIR sans discuter avec l’ensemble de ses adhérents (bizarre non, juste au moment où ils étaient en train de scissionner car pas tous d’accord avec sa démarche), dans la foulée il a créé une nouvelle organisation "la gôôôôghe unitaire" et il s’est barré avec les deniers de ses petits camarades. Très fort le type !!!! Dernière chose, UNIR devait se réunir le 14 mars pour mettre à plat leurs divergences sur la participation au FDG et voilà que la réunion du 14 mars se transforme en réunion pour accueillir les futurs militant de SA gôôôghe unitaire. Ouais, vraiment très fort !!!!

Derniers articles sur Bellaciao :